[lvri] Mes critiques en 2015

Modérateur: Dunandan

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar lvri » Jeu 26 Fév 2015, 10:36

elpingos a écrit:Dis-toi qu'à la fin, il "hallucine" aussi la réaction de sa fille ... :wink:

Ah, là, cette idée me plait bien pour le coup, car pas deconnant avec l'histoire ! :super:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar elpingos » Jeu 26 Fév 2015, 11:19

8)
Avatar de l’utilisateur
elpingos
Predator
Predator
 
Messages: 4585
Inscription: Ven 15 Avr 2011, 12:12
Localisation: Nantes

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar puta madre » Jeu 26 Fév 2015, 11:52

lvri a écrit:Si tu trouves un séance à pas cher, n'hésite pas. Mais à plein tarif, non, ça vaut pas le coup (enfin c'est mon avis).
De plus, c'est VF au ciné, donc encore un autre point négatif selon moi (mais peut être que le doublage est réussi).

Des séances pas cher, y'a pas de soucis vuq ue j'ai une carte illimitée.
Ce que je redoute c'est de perdre mon temps avec un film qui n'en vaut pas la peine, je préfère prioriser des valeurs sûres :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
puta madre
Batman
Batman
 
Messages: 1570
Inscription: Lun 08 Juil 2013, 08:08
Localisation: Lille

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar lvri » Jeu 26 Fév 2015, 12:25

Si ça se trouve tu aimera........ Enfin quoique :-)
Penses y quand tu auras 1h30 à perdre ;-)
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Ours (L') - 9/10

Messagepar lvri » Mer 04 Mar 2015, 18:36

Image


L'Ours


"Un ourson orphelin, un grand ours solitaire, deux chasseurs dans la forêt. Le point de vue des animaux"


L'Ours est le premier film que j'ai vu au cinéma. J'en garde un excellent souvenir. Autant dire que je me retiens fortement pour ne pas lui donner la note maximum !

Redécouvrir ce film en bluray est merveilleux. Je pense que c'est un des rares films que j'ai connu sur chaque support : Cinéma, VHS, DVD, Bluray, et à chaque fois, même effet. Et Pathé a fait du bon boulot pour ce nouveau master !

L'ours est touchant dès ses premières minutes. Voir ce pauvre petit Ourson essayer de réveiller sa maman nous transperce le cœur. Après une nuit passé près de sa mère, l'Ourson n'a pas d'autres choix que de partir à l'aventure seul. Il rencontrera un Ours mâle blessé qui l'adoptera et le protégera contre les difficiles épreuves que la nature et les humains lui réservent.

Ce film compte 4 scènes que j'aime particulièrement :
- Le début, où l'on passe d'un moment tendre entre une maman Ours et son rejeton, à une catastrophe qui poussera l'Ourson à partir seul vers l'inconnu
- La rencontre entre l'Ours mâle Bart et l'ourson Youk. Ce dernier n'hésitera pas à approcher le colosse afin de le soulager de sa douleur dû à la blessure par balles infligés par les deux chasseurs
- Le face à face Bart / Tchéky Karyo. Superbement filmée et interprétée (aussi bien par Karyo que l'Ours), elle donne toujours autant la chair de poule. Les pleurs de Karyo face au geste final de dépit de l'Ours ...... Magique !
- Youk, museau en sang, hurlant de peur et de colère de toute ses forces face au Puma prêt à le tuer. Ce dernier qui d'un coup baisse les oreilles, stop son attaque et cette caméra qui pivote pour nous montrer Bart revenu sauver son "fils adoptif". Merveilleux ..... Les larmes aux yeux sont encore là !

Et entre ces 4 scènes, plusieurs moments touchants, révoltants, durs, marrants ......... Ce film réussit l'exploit, avec si peu de texte, de nous faire ressentir toutes sortes d'émotions. Un plaisir accompagné d'une bande originale touchante et sublime.

Annaud a réussi à saisir des moments merveilleux ! Les deux Ours se levant afin de regarder au loin. L'ourson disant "au revoir" au deux chasseurs. La parade amoureuse de Bart et l'Oursonne avec démonstration de force en faisant tomber des arbres, pendant que Youk après une imitation sur un sapin miniature, nous offrira des mimiques d'ennuis absolument génial ! Le face à face avec le Puma qui a dû être un vrai casse tête ! Sans compter tous ces moments de maladresse de ce petit ourson.

Bref, Annaud nous offre un film magnifique, touchant et merveilleusement filmé. Un film que je surnote peut être, mais c'est le côté nostalgique qui parle ! (et mon côté j'aime les animaux aussi !)


9/10
Critiques similaires
Film: Ours (L')
Note: 9/10
Auteur: Waylander
Film: Ours (L')
Note: 8/10
Auteur: Alegas

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Zodiac - 8/10

Messagepar lvri » Dim 08 Mar 2015, 10:51

Image


Zodiac


"I am not the Zodiac. And if I were, I certainly wouldn't tell you"


Zodiac est un des deux films de Fincher que je n'avais jamais vu (avec L'Étrange Histoire de Benjamin Button). Etant un grand admirateur du bonhomme, il était temps de réparer cette faute impardonnable !!

Zodiac s'inspire d'un fait réel qui s'est déroulé dans les années 60 et 70. Un tueur en série sévit dans la région de San Francisco, et se fait connaitre sous le pseudo de Zodiac. L'enquête commencera réellement lors de la réception d'une lettre par plusieurs journaux et la police.

Fincher étale une nouvelle fois tout son talent ! Visuellement, c'est chouette, il n'y a rien à dire. Beaucoup de plans excellents, notamment la vue en plongé des voitures, la construction d'un bâtiment en time lapse, ou toute la scène se déroulant chez un des suspects qui fait flipper sérieusement ! De même, l'interrogatoire d'Arthur Leigh Allen est incroyablement bien foutue !
Côté acteurs, même chose, aucun faux pas. Jake Gyllenhaal est parfait ! Ce "simple" caricaturiste devient un enquêteur obsédé par la vérité, ne pensant et ne vivant quasiment que pour ça. Même chose pour Mark Ruffalo, très crédible dans son rôle d'enquêteur. Je pourrais tous les nommés un par un, il n'y a rien à dire hormis des choses positives. Petite mention spéciale à Robert Downey Jr. qui amène un peu d'humour bienvenu dans ce film tendu !

Evidemment, tout n'est pas rose. Zodiac a un gros souci : sa longueur ! Beaucoup de moments trop lent, sans réelle importance. Quelques scènes de blabla dont on se passerait aisément. Ces moments peuvent facilement nous sortir du film, et le bâillement n'est pas loin !
Le second défaut du film : sa fin ! (qui n'est pas imputable au scénario ou à Fincher). L'histoire se base sur des faits réels. De fait, elle n'invente rien. Une personne qui ne connait pas ces faits (ce qui était mon cas) pourra se sentir frustrer. Néanmoins, ça nous emmène à vouloir immédiatement en savoir plus, et mon premier geste fût d'aller interroger mon ami Google pour en savoir plus sur cette affaire. Fincher réussit donc son pari en un sens : intéresser le spectateur !

Zodiac reste un excellent film. Quelques longueurs, mais on plonge quand même dans cette enquête sans trop de difficulté. Fincher nous offre un film soigné comme d'habitude. Un petit mot sur le bluray : une piste dolby digital sur une galette HD s'apparente quand même à du foutage de gueule. Heureusement, elle sonne plutôt bien. Côté image, rien à dire, c'est du tout bon. Hâte de voir les bonus !


8/10
Critiques similaires
Film: Zodiac
Note: 9,5/10
Auteur: ViCo
Film: Zodiac
Note: 9/10
Auteur: elpingos
Film: Zodiac
Note: 8,5/10
Auteur: The Dude
Film: Zodiac
Note: 10/10
Auteur: Milkshake
Film: Zodiac
Note: 9/10
Auteur: Pathfinder

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Titanic - 9/10

Messagepar lvri » Dim 08 Mar 2015, 12:16

Image


Titanic


"Well, I believe you may get your headlines, Mr. Ismay"


James Cameron réussit à nous garder éveiller sans aucune difficulté pendant plus de 3h ! D'ailleurs, le film ne semble même pas durer si longtemps tant son visionnage passe vite.

L'idée de partir du présent pour plonger dans l'histoire du Titanic est une excellente idée. Et puis, cela donnait à Cameron une jolie place pour mettre en avant les vidéos du mastodonte échoué à plus de 3500m de profondeur. C'est seulement lorsque la Rose de 1997 commence à raconter son récit que l'épave fantomatique de notre présent se transforme en un bateau majestueux sous les notes de James Horner. Et Cameron ne fait pas les choses à moitié ! Le Titanic est là, devant nous ! Superbe, gigantesque ...... Puis les acteurs arrivent tour à tour dont Rose, jeune, prête à embarquer dans un voyage qui va à jamais changer sa vie. Le Titanic quitte Southampton. La machinerie, superbe, se met en route. Le Titanic file, précédé de dauphins minuscule. Le Capitaine a le sourire "Take her to sea, Mr. Murdoch. Let's stretch her legs" !

Le voyage du Titanic jusqu'à la nuit du 14 au 15 avril aurait pu être casse gueule. Mais ce ne sera pas le cas. On visite le bateau, on découvre les différentes vies et habitudes des passagers, surtout la première classe (la seconde étant complètement zappée, dommage). On assiste à la rencontre entre Rose et Jack et leur amour grandissant. On apprend à connaitre Caledon Hockley, époux de Rose, ainsi que la mère de cette dernière. Mais surtout, on rencontre des figures historiques : Molly Brown, le commandant Smith, Joseph Bruce Ismay ou encore Thomas Andrews. Énormément de personnages ayant participé avec plus ou moins d'importance, à l'histoire du Titanic. Mais j'y reviendrai !

14 avril, le Titanic vient de voir une dernière fois le soleil, tout comme les deux tiers des passagers. Rose et Jack se promettent de s'enfuir ensemble une fois arrivés à New-York sous le regard amusé des deux veilleurs installés dans le nid-de-pie qui, quelques secondes plus tard, aperçoivent un monstre se dresser devant eux. "Iceberg right ahead" ! La musique s'emballe. Murdoch court ordonner de virer à tribord et l'inversion des moteurs. Mais c'est trop tard, le Titanic vire trop lentement et heurte l'iceberg. Son destin est scellé !

James Cameron va alors nous offrir un naufrage aussi proche que possible de la réalité, telle qu'elle était connue à cette époque (pas mal de changements depuis !). Et force est de constaté que le père Cameron y va franchement ! Des craquements du bateau lors des scènes à l'intérieur de ce dernier. Des hurlements de douleurs de ce gigantesque paquebot, notamment lorsque ces lumières s'éteignent définitivement (superbe scène !). La destruction de la cabine du Capitaine avec ce dernier à l'intérieur. La coque qui se coupe en deux, faisant voler les hublots et écrasant les pauvres âmes gesticulant dans l'eau gelée. On vit l'horreur dans un réalisme hallucinant. La poupe du Titanic se soulève de nouveau et flotte tel un bouchon de plusieurs mètres de hauteur. Un silence assourdissant se fait entendre. "This is end" ! Le Titanic sombre définitivement .... Il est 2h20 ..... des centaines de personnes se retrouvent dans les eaux glacées de l'Atlantique, gesticulant, agrippant les objets flottants, voire les autres passagers. Une vision d'horreur, un cauchemar, un moment tellement incroyable qu'on a du mal à penser qu'il a pu avoir lieu. Et pourtant ...... Un canot de sauvetage revient et traverse les corps sans vie des passagers, glacés. Des femmes, des hommes, des enfants .... une mère portant son bébé ..... La lumière éclaire le visage gelé de Rose. Les voix lui arrivent mais semblent fantomatique. Elle ne peut pas abandonner. Elle ne doit pas abandonner ....... Sa promesse prend le dessus et elle réussit à attirer le canot vers elle grâce au sifflet d'un des membres d'équipages gelés.

Le Carpathia arrivera 1h10 après que la poupe du Titanic soit engloutie dans les eaux. Plus de 2/3 des passagers et membres d'équipages sont morts. Rose évite son époux qui aura lui aussi réussit à s'en sortir. Elle regarde la Statut de la Liberté sous une pluie battante et trouve dans la poche de sa veste un trésor tant convoité : Le cœur de l'océan.

1997, Rose ne dévoilera rien sur ce collier tant recherché par l'équipage. Elle préférera le rendre à l'océan. Le remettre là où il aurait dû rester 85 ans auparavant. Rose s'endormira, voyageant de nouveau dans ce majestueux Paquebot et retrouvant pour la dernière celui qu'elle n'oubliera jamais.

Titanic a beau être bourré de défauts, il n'en reste pas moins absolument superbe. D'une part, parce que l'histoire elle même de ce naufrage est tellement riche qu'elle pourrait faire l'objet de dizaines de films, livres et autres séries. De l'autre, parce que l'histoire d'amour qui aurait pu se transformer en un truc ultra cul-cul s'avère touchante et bien écrite. James Cameron réussit en plus à nous en mettre plein la vue. Techniquement, le film est irréprochable (à quelques petits trucs près). Les effets spéciaux n'ont pas pris une ride. Et il y a eu un vrai travail de recherche pour rendre le naufrage le plus réaliste possible.

Néanmoins, il y a un gros "Mais" dans tout ça. Le film est absolument excellent, et il est difficile de le noter sévèrement. Mais il y a un point sur lequel j'aurai vraiment envie de lui mettre une mauvaise note : le développement de ces personnages !! Ok, Rose (de 1912 et 1997) et Jack, rien à redire. A la rigueur, Hockley est plutôt intéressant. Mais le reste ......... C'est bien beau d'en foutre plein la tronche, mais merde !! Il y a dans ce film des figures historiques à qui Cameron attribue des caractères un peu comme bon lui semble ! Sans compter que ces personnages mériteraient d'être un peu plus développés !

Entre un Ismey niais au possible et à contrario ultra imbu de sa personne. Un Capitaine qui n'assume pas grand chose. Un Thomas Andrews un peu trop gentil pour être sincère ...... Ces personnages ont une histoire. Ils ne sont pas ce qu'ils sont par hasard ! J'aurai largement préféré que Cameron vire les scènes inutiles de Jack attaché à un tuyau, des ralentis du couple courant dans la chaufferie, de la tentative de suicide de Rose ...... et développe un tant soit peu ces personnages ! Ce manquement laisse quand même un gros goût d'inachevé pour ma part. Titanic reste une histoire vraie ! Et une histoire, au delà de ces faits, ce sont des hommes et des femmes, pas seulement deux héros amoureux fictifs à qui on fait faire tout et n'importe quoi au milieu d'un naufrage.
Par contre, côté acteurs, rien à dire ! Excellent de A à Z !

Malgré ce ressenti, Titanic reste un film monstrueux. Un film que je ne peux pas noter en dessous de 9 tant il est magique, mais qui ne mérite clairement pas la note maximale à cause de ce défaut de développement de personnages. Un film qui mérite ses éloges et ses récompenses. Un film que j'ai toujours plaisir à revoir.
Petit mot sur le bluray : une bombe à tout point de vue ! On est immergé (sans mauvais jeux de mots). Les craquements de la bête mourante font froid dans le dos. La bande originale de James Horner est sublime (pas mal de passage m'ont fait penser à Braveheart). Bon, on se passerait aisément de Céline Dion à la fin par contre !


9/10
Critiques similaires
Film: Titanic
Note: 7,5/10
Auteur: Waylander
Film: Titanic
Note: 8,5/10
Auteur: John Lawrence
Film: Titanic
Note: 9/10
Auteur: Dionycos
Film: Titanic
Note: 10/10
Auteur: Alegas
Film: Titanic
Note: 9/10
Auteur: Tom59

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Il était une fois dans l'ouest - 10/10

Messagepar lvri » Sam 28 Mar 2015, 19:46



Il était une fois dans l'Ouest


Je ne sais même pas comment commencer cette critique, comment l'écrire, ni même comment la finir. Je vais tenter, mais je sens que partager mon ressenti risque d'être très difficile.

J'avais vu ce film petit, je n'en avais aucun souvenir, et pour dire vrai, les Westerns ne m'intéressaient pas ........... jusqu'à hier soir où je me suis lancé dans le visionnage du n°1 du classement de BKR. Je me suis pris une claque, violente, soudaine ........ mais tellement jouissive !

Et pourtant, ce n'était pas forcément gagné ! Les premières minutes auraient pu avoir raison de moi. Calme, silencieuse, un brin comique ou décalée (l'épisode de la mouche !), mais en fait, non, c'est tout le contraire. Cette ouverture m'a happée ! Un ressenti difficilement explicable, mais voilà, je suis déjà dans ce film, et je ne vais plus le quitter !

Leone réussit ensuite à introduire magistralement chacun de ses personnages principaux.
Le mystérieux Harmonica, jouant cet air qui lui colle à la peau.
Henry Fonda, regard de glace, sourire cruel, tuant sans aucune pitié.
La belle et magnifique Claudia Cardinale, descendant de ce train, souriante avant la découverte du drame qui l'attends.
A ce trio, s'ajoutera "Cheyenne". Méchant pas complètement méchant. Gentil, mais pas trop non plus.

Le film avance avec en toile de fond un changement d'époque qui se dessine et qui ne semble convenir à aucun des protagonistes, hormis la belle Jill McBain qui se mêlera aux ouvriers qui construisent le chemin de fer en fin de film. Les autres continueront à suivre leur but. La vengeance, le crime, l'argent .....

Il était une fois dans l'Ouest est un véritable bijou, porté par une partition magistrale du Maître Morricone. Il nous offre un paquet de scènes absolument dantesques et réussi à émouvoir, notamment pendant les souvenirs d'Harmonica lors de son duel avec Franck (scène qui m'a clairement transpercée !).

Le critiquer me semble impossible. Le voir est une obligation !

Merci Mr Leone !


10/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Il était une Fois la Révolution - 9,5/10

Messagepar lvri » Sam 11 Avr 2015, 16:23

Image


Il était une fois la Révolution


"Duck, you sucker !"


Je continue ma visite de la trilogie des "Il était une fois" de Leone, et encore une fois, une jolie claque, même si certains points l'empêchent d'atteindre la note de son prédécesseur.

Le film se déroule au début du XXe siècle au Mexique. On y rencontre John (Sean de son vrai nom), spécialiste en explosif et ex membre de l'IRA, et Juan, un bandit qui attaque les diligences avec ses fils, et d'autres mercenaires. Leur rencontre sera pour le moins explosive et les poussera tous les deux au cœur de la Révolution Mexicaine.

Au premier abord, ce film est plus léger que son prédécesseur. Juan, joué par un excellent Rod Steiger, y est pour beaucoup. L'histoire va néanmoins monter crescendo, jusqu'à nous offrir des moments très forts à tous points de vue. Au fur et à mesure que le film avançait, j'avais une inquiétude : aucune émotion ne transparaissais. Erreur ! Il était une fois la Révolution n'en manque pas : la cruauté de la Révolution et ses exécutions (notamment la scène où le Colonel et le médecin regardent les différents condamnés passer devant eux sous une pluie battante), les souvenirs de John (à quelques détails près, j'y reviendrai), la scène de la grotte, le final ...... Le sourire et la légèreté, qui resteront toujours présents, laisse de plus en plus de place à la dureté et l'émotion.

Leone nous propose une vraie pensée sur l'utilité de la Révolution, voire même plus. Qui sert-elle vraiment ? Qui en sont les victimes ? Qui seront les gagnants ? Le personnage de Rod Steiger mettra ça sur le tapis en clamant qu'au final les "intellos qui savent lire" utilisent ceux qui ne savent pas pour faire leur Révolution. Mais au final, que gagnent ces pauvres gens ? A l'inverse, on sent qu'il est nécessaire de faire tomber ceux qui utilisent le pouvoir pour leur propre intérêt (comme le Gouverneur qui n'hésite pas à faire fusiller ceux qui ne sont pas d'accord avec lui, ou, simplement, ceux qui pourraient devenir dangereux).
De même, le fait de montrer du doigt les trahisons. Peut-on réellement punir ceux qui n'ont pu cacher des infos à l'ennemi ? Condamner ceux qui ont trahi après avoir subi d'atroces souffrances ? John (excellent Coburn !!) le sait, il a fait cette erreur une fois et ne la refera pas.
Bref, il y aurait tellement de choses à dire, et sûrement à redécouvrir (voir à mieux comprendre) avec un autre visionnage !

Un petit retour sur les flashback : ils sont inégaux ! Poignant et touchant dans le bar lorsque son ami est prisonnier. Proche de l'absurde lorsqu'ils mettent en scène John, son ami et la petite amie de John. Un ralenti inutile rendant le jeu des acteurs mauvais et exagéré. Un gros point noir me concernant alors que ces scènes sont très importantes !

Il était une fois la Révolution est un superbe film, un peu inégal en terme de rythme, mais tellement bien foutu et superbement mis en musique par le Maestro Morricone. Un petit mot sur le bluray : une honte ultime !


9,5/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar Jimmy Two Times » Sam 11 Avr 2015, 23:19

Une éternité que je ne l'ai pas vu celui là. Tu m'as bien donné envie pour le coup!
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 6301
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar Dunandan » Sam 11 Avr 2015, 23:38

C'est quoi le problème avec le BR ? La flemme de vérifier par moi-même :chut:
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
King Kong
King Kong
 
Messages: 20008
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar lvri » Dim 12 Avr 2015, 08:43

Rien ne va avec le BR Dunandan (j'exagère à peine !)
Côté image, c'est très inégal. Certains plans sont flous, il y a des points blanc et des tâches durant tout le film. Sans compter certaines scènes qui donnent l'impression d'avoir été "16/9e-isé" alors qu'elles étaient déjà dans ce format. Du coup, elles sont encore plis écrasées ! (Scène de l'explosion du train).
Cote son, le 5.1 est un gadget et il aurait été préférable de garder la piste mono d'origine !! Le placement des voix est assez judicieux (passage sur enceinte gauche ou droite si hors cadre), mais les différences de niveau de volume sont insupportable ! J'ai même fais une pause pour vérifier si cela ne venait pas de mes réglages ! La musique est heureusement plutôt bien restituée.
Dernier point, les bonus : tous en VO sans aucun sous titres. Bravo l'effort de l'éditeur !!!

En résumé, genre de blu-ray qu'il faut fuir à tout prix.
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar Dunandan » Dim 12 Avr 2015, 09:38

Je n'ai pas pu m'empêcher de vérifier finalement :mrgreen:. Ben en fait, pour ce que j'en ai vu, c'est loin d'être aussi honteux que je l'aurais pensé. Les copies BR de Robocop (ancienne édition), de First Blood (Z1), ou encore de Chasing Amy (Z1 encore) sont bien pires en ce sens.

A vérifier sur la longueur (je n'ai pas d'installation sonore autre que ma télé, ça peut jouer ^^). Sinon, les bonus de la MGM sont très rarement sous-titrés, ça ne me surprend guère.
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
King Kong
King Kong
 
Messages: 20008
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar lvri » Dim 12 Avr 2015, 12:02

Quand on voit le master d'il était une fois dans l'ouest, il y a de quoi trouver celui d'il était une fois la révolution inadmissible.
Maintenant, je ne sais pas si MGM pouvait proposer mieux. Mais ça m'étonnerait !
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10523
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes critiques en 2015

Messagepar Dunandan » Dim 12 Avr 2015, 16:49

A la base, le master du dvd était déjà moyen en plus de ne pas proposer de VO. Donc ouais, c'est apparemment la meilleure version dispo hors édition italienne :?.
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
King Kong
King Kong
 
Messages: 20008
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO