[Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Au-delà de la peur - 5,5/10

Messagepar Scalp » Sam 17 Oct 2020, 14:13

5.5/10

Au-delà de la Peur de Yannick Andréi - 1975

Truc prit au hasard sans aboslument rien savoir à part que c'était un polar et pendant 30 minutes j'ai cru que j'étais devant une pépite oublié mais malheureusement la seconde partie du film est nettement moins convaincante voir assez médiocre même, en gros pendant 30 minutes on est sur du 8 et après on passe sur du 3 avec une fin bien pétée. Le film s'ouvre sur des braquages où ça dessoude à tout va avec Michel Constantin qui est l'ennemi numéro et qui prépare un dernier casse, suite à un quiproquo Michel Bouqet se retrouve impliqué et rapidement sa famille se retrouve pris en otage. Toute cette premier partie est exemplaire, on sait pas où nous emmène le film et je suis étonné par le côté balek des perso, ça bute de l'innocent dans un restaurant sans sourciller et la vieille y passe juste pour montrer qu'on rigole pas.
Cette première partie est vraiment réussie avec un Bouquet assez imprévisible qui rend le tout presque ludique, et puis Bouquet c'est quand même un sacré acteur, c'est autre chose que Trintignant, malheureusement à moitié film tout redevient plus plan plan avec un rebondissement qui va plomber tout ce qui suivra car tout sera beaucoup plus convenu, jusqu'à un final un peu paresseux et pas très bien réalisé (Michel Creton peut postuler au rang de la plus belle mort avec Cotillard) genre les impacts de balles quand on tire ça sert à rien, ça donne un coté très cheap par moment assez gênant. Et alors qu'on avait des rebondissements pas toujours prévisible toute la dernière demi heure c'est sur des rails.
Autre petit problème c'est Michel Constantin, alors Constantin dans un second rôle ça me gène pas mais là il a un rôle beaucoup trop bavard et l'aspect glacial c'est pas son truc (n'est pas Delon qui veut) pour le peu de talent qu'il a et en fait il transforme presque son personnage en perso à la cool, ce qu'il est pas du tout, avec un autre acteur le film aurait surement gagné en intensité parce que là ça joue quand même pas toujours très juste avec lui surtout quand en face c'est un Bouquet absolument royal.
Dommage avec un réal plus doué je suis sûr qu'on aurait pu avoir un truc bien plus tendu.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 57749
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Jed_Trigado » Sam 17 Oct 2020, 20:38

Gros loupé au niveau du référencement, c'est Au-delà de la peur, pas Au-delà d'Eastwood. :super:
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 12383
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Alegas » Sam 17 Oct 2020, 21:28

J'aurais dû checker : Scalp n'a pas indiqué que c'était un titre non présent dans la base. Merci pour l'info en tout cas, je corrige ça.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 42007
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Scalp » Dim 18 Oct 2020, 06:08

J'ai coché sinon ça m'aurait associé à un autre titre existant ou j'aurai pas pu poster
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 57749
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Opération Crossbow - 6,5/10

Messagepar Scalp » Dim 18 Oct 2020, 08:55

6,5/10

Crossbow Operation de Michael Anderson -1965

Dans les films WW2 on a un genre bien identifié c'est le Men on Mission dont le chef d'oeuvre restera pour toujours Dirty Dozen, et on a une liste de films plus ou moins moyens comme Les Canons de Navarone, Les Héros de Télémark, Quand les Aigles attaquent (ou même l'autre Clint) ou même le Bastard de Castellari, ici on est devant une production anglaise tombé dans l'oubli et qui se révèle très sympathique.
Alors si en soi le sujet ne s'éloigne pas des films habituels où faut infiltrer les lignes ennemis pour détruire un objectif ici c'est une opération militaire qui a vraiment exister visant à détruire une base allemande (qui ressemble à n'importe quel base des James Bond de l'époque) qui balançait des fusées V1 (ou V2). Et finalement on est plus devant un film d'espionnage que de guerre, les héros se faisant passer pour des allemands pendant tout le film pour s'infiltrer, et le suspens tourne plus autour de vont il être découvert (et on a un respect appréciable des voix ainsi tout les allemands parlent allemand entre eux) que sur la mission en elle même assez basique, et en plus dans ce genre de film on a toujours du bon vieux baroudeurs badass qui va buter toute la Wehrmacht à lui tout seul, là ça fait plus profil bas même si sur la fin ce bon vieux Hannibal Smith tire bien dans le tas (et sur plein de scientifiques désarmés, bonus là) ici on est bel et bien devant une mission suicide et y a peu d'espoir de s'en sortir.
L'intro prend bien son temps pour présenter le sujet et on attend bien 30 minutes pour arriver en Allemagne (faut un peu s'accrocher mais ça va c'est jamais chiant, on suit vraiment la mise en place de cette mission et comment ils vont procéder, c'est assez détaillé) et après on a une très bonne séquence dans un hôtel avec en point d'orgue tout ce qui touche au perso de Sophia Loren, Hannibal Smith ayant usurpé l'identité de son mari pour s'infiltrer on se retrouve avec un imbroglio qui peut tout faire capoter à tout moment, du coup ça donne une scène de 20 minutes en gros vraiment bien fichu, surtout que juste avant on a eu un des perso qui s'est fait confondre par un espion allemand. D'ailleurs le scénario est de Pressburger ce qui est explique que ce soit basique que les autres films de commando.
Bon après la dernière demi heure est pas folle et on a les limites du réalisateur qui font que c'est assez plan plan et c'est dommage car le reste est quand même très sympa notamment grâce à son casting british avec plein de têtes connues de l'époque auquel on a ajouté Sophia Loren et George Peppard.
C'était bien sympa.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 57749
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Alegas » Dim 18 Oct 2020, 10:23

Scalp a écrit:J'ai coché sinon ça m'aurait associé à un autre titre existant ou j'aurai pas pu poster


Bah justement ça l'avait associé au Au-delà de Eastwood. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 42007
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Wind River - 8,5/10

Messagepar Scalp » Lun 19 Oct 2020, 13:41

8.5/10

Wind River de Taylor Sheridan - 2017

"This isn't the land of waiting for back up. This is the land of you're on your own"

En l'espace de 3 ans Sheridan a été au script de Sicario, Comancheria et Wind River, il a débarqué de nul part (enfin c'était un acteur de seconde zone) et s'est imposé comme un Nichols en version badass. Wind River j'avais peur de le revoir car c'est tellement la dèche les sorties ciné qu'un film vu en salle et qui sort du lot peut vite être transformé en bon film alors que c'est juste moyen ou à chier (coucou Joker) et la seconde vision de ce film non seulement confirme la bonne impression mais le met dans le panier d'un Mud ou d'un Warrior, ces films sans prétention qui resteront (et qui n'ont pas été le chef d'oeuvre de la semaine).
Sheridan est pas un scénariste qui livre des histoires compliquées avec des twists ou des idées de départs originales, Sheridan se prend pas pour un autre et il fait donc dans des trucs basiques mais plus qu'efficace et avec même une certaine profondeur. Ici on a donc une bête histoire de meurtre et tout ce qui touche à l'enquête ça l'intéresse pas plus que ça, c'est pas retors, ça avance assez rapidement en fait et Sheridan nous ballade pas avec des fausses pistes inutile. Par contre le lieu et le background des personnages font que le film prend une tout autre dimension. Le Wyoming, la neige, une réserve indienne, tout ça assemblé donne un truc qu'on avait jamais vu encore, car bon les films avec les natifs ayant un vrai rôle ça court pas les rues. Et il y a donc ce background très bien géré qui apporte une vraie dimension au film, le perso de Renner et son trauma c'est pas un truc gratuit, c'est le coeur du film et ça faisait pas longtemps que Renner avait pas été aussi bon, c'est un acteur que j'aime bien mais en fait à part The Town et Hurt Locker il a jamais eu de rôle vraiment marquant, après c'est clairement un mec qui peut pas tout jouer mais là le mec taiseux professionnel qui sait exactement ce qu'il fait sans jamais montrer une émotion (enfin oui et non, quand il est avec son pote indien, lors de 2 scènes on sent toute la détresse de ce personnage qui est détruit de l'intérieur mais qui doit continuer de vivre) par contre quand il s'agit de buter des mecs il fait stoiquement, le film doit beaucoup à sa performance. Et je pourrais dire pareil de Elizabeth Olsen pour ce qui est de sa filmo, y a rien de bien marquant, bon ici c'est pas un rôle de fou non plus mais elle apporte beaucoup à un personnage pourtant cliché dans l'idée, une femme plus ou moins rookie dans un environnement 100% masculin et la scène avec le légiste nous la rend immédiatement attachante.

"I'm a hunter, what do you think i'm doing"

On a donc ces 2 personnages qui font équipe, avec ce bon vieux Graham Green en policier local, et comme j'ai dit l'enquête avance très vite, y a pas de scènes qui servent à rien, on va à l'essentiel tout en donnant de l'épaisseur au duo et quand on découvre la vérité ça donne lieu à une scène qui marche vraiment avec un Jon Bernthal qui arrive à être touchant et si la scène fonctionne autant c'est car justement on connait la fin et le fait de voir ce petit moment de bonheur avant que tout parte en couille apporte réellement un plus, et c'est amené de façon très simple mais très intelligente. Et puis ça donne lieu à un climax bien cash avec du shoot to kill bien classe et un Renner qui fait un massacre avec sa winchester custom. Ce climax est ptet pas virtuose mais il a une vraie efficacité (l'enchainement je tire dans les jambes, le mec tombe et je lui met un headshot ça fait toujours sont petit effet) et j'ai vu que beaucoup de critiques revenaient sur le coté caméra à l'épaule, faudrait s'acheter des yeux, alors oui c'est pas du Malick à base de longs plans (qui servent à rien) mais c'est pas non plus les Fils de l'homme (pour choisir un film où la caméra à l'épaule est vraiment omniprésente), ici clairement je pense pas qu'avec un réalisateur plus chevronné (car c'est le second film de Sheridan, et personna vu le premier) le résultat aurait été meilleur. Il suffit de prendre les scènes clés du métrage et se demander ce qu'on pouvait faire mieux, l'enchainement découverte de la vérité et gunfight c'est plus que réussit, le gunfight est lisible et prenant, et toutes les scènes avec Renner à la fin sont classes, et puis surtout il arrive à capter l'essence des personnages, la dernière scène je la trouve absolument parfaite en tout point. Bon après si on préfère voir Joaquin Phoenix faire des claquettes dans des escaliers c'est pas de ma faute.
Sinon je pourrais parler du score de Nick Cave, mais bon osef de Nick Cave.
Un grand film tout simplement, j'espère que je penserai la même chose de Comanchéria à la seconde vision.
Critiques similaires
Film: Wind River
Note: 9/10
Auteur: Heatmann
Film: Wind River
Note: 6,5/10
Auteur: pabelbaba
Film: Wind River
Note: 7,5/10
Auteur: caducia
Film: Wind River
Note: 7,5/10
Auteur: Alegas

Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 57749
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar lvri » Lun 19 Oct 2020, 14:39

J'avais l'impression que ce film était plutôt boudé ici. Perso, j'en garde d'excellents souvenirs, et les notes sont pas dégueu en fait. :super:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Robocop
Robocop
 
Messages: 9174
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar pabelbaba » Lun 19 Oct 2020, 14:43

J'aime bien, mais je suis loin de trouver ça aussi ultime que Scalp ou Heatmann.
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Hulk
Hulk
 
Messages: 17453
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Mark Chopper » Lun 19 Oct 2020, 14:45

Je préfère largement Comancheria.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 36036
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Alegas » Lun 19 Oct 2020, 15:07

Ah bah oui, Comancheria c'est clairement un cran au-dessus.
Le problème de ce Wind River, c'est qu'au-delà de son ambiance et de deux-trois scènes marquantes, y'a finalement pas grand chose qui reste en tête je trouve. Dans Comancheria, le casting et la relation fraternelle drivent le film du début jusqu'à la fin.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 42007
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Scalp » Lun 19 Oct 2020, 15:20

Le casting à rien que lui envier là et la relation père/enfant drive le film.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 57749
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Alegas » Lun 19 Oct 2020, 15:25

Rien à envier faut le dire vite.
Olsen, Renner et Bernthal VS Bridges, Pine et Foster, mon choix est vite fait perso. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 42007
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar pabelbaba » Lun 19 Oct 2020, 15:28

Olsen et Bernthal font un sacré taf sur Wind River vu d'où ils viennent. J'ai même confondu Bernthal avec Frank Grillo. :chut:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Hulk
Hulk
 
Messages: 17453
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Scalp] Mes critiques en Quarantaine

Messagepar Mark Chopper » Lun 19 Oct 2020, 15:32

Bon Pabel, ça suffit les films français chelous des années 80... Faut mater Comancheria.

Et Logan tant qu'on y est.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 36036
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO