[Niko06] Mes critiques en 2009

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Niko06 » Dim 05 Juil 2009, 12:06

Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Riton » Dim 05 Juil 2009, 12:18

Bah si il y a une réponse, qu'est ce que tu racontes ...
Mes DVD a vendre à partir de 0.70€ 8)
helldude™ a écrit:bik et moi vivions déjà le grand amour avant l'épisode de l'éjaculation faciale

(\__/)
(='.'=)
(")_(")
Avatar de l’utilisateur
Riton
Hulk
Hulk
 
Messages: 15046
Inscription: Mar 29 Mai 2007, 09:55
Localisation: Au CDR (Comité de Défense des Roux) puis après, At the McLaren's pub with Ted

Jeux de pouvoir - 7,5/10

Messagepar Niko06 » Lun 06 Juil 2009, 18:09

Jeux de Pouvoir
de Kevin Macdonald

Image

Comment condenser en 2h, aux USA, une mini série anglaise de 6h au ton critique et agressif, pour en faire un bon film politique? Avec un excellent tandem de scénaristes c'est beaucoup plus simple! Tony Gilroy (trilogie Bourne, Michael Clayton) et Matthew Michael Carnahan (Lions et Agneaux, Le Royaume) sont chargés d'épurer le récit et de le transposer à Washington, la réalisation est confiée à l'ex-documentariste de talent Kevin Macdonald (La Mort Suspendue, Un Jour en Septembre) reconverti dans la fiction avec le Dernier Roi d'Ecosse, un casting quatre étoiles et réunit (même si Brad Pitt et Ed Norton qu'on se faisait une joie de retrouver ensemble ont quitté le projet) pour un résultat passionnant de bout en bout, un thriller politique et journalistique doté d'un scénario en or massif comme on avait perdu l'habitude d'en voir. S'il ne possède pas la force des Hommes du Président de Pakula, c'est bien vers ce genre de cinéma qu'il tend...

En même temps ce dernier est devenu une référence indétrônable, symbole d'un cinéma engagé des années 70. Ce Jeux de Pouvoir se veut une démonstration de l'influence des différents pouvoir politiques américains, et en particulier du quatrième, la presse. On peut se demander si la vision qu'on nous en donne n'est pas légèrement utopique car si on voit bien les relations journalistes/hommes politiques, la presse semble bien libre dans ses actions... On passera ce point sous silence car il s'agit d'une fiction qui ne se veut pas vraiment un brûlot dénonciateur mais tout de même on peut se permettre de remettre cet aspect en cause...

Ce petit bémol excusé, reste un film très ambitieux au scénario d'une précision infaillible. Le tout s'avère prenant de bout en bout, passe beaucoup mieux que le trop long Raisons d'état de De Niro qui surfait sur la même vague, le réalisme en plus. C'est passionnant, plein de rebondissements qui viennent imprimer un rythme qui ne faiblit presque jamais, contrairement à beaucoup de films qui s'aventurent sur le terrain dangereux du film de complot, propice aux longues explications à rallonges, ennuyeuses. Rien de tout ça ici, et même le twist final, procédé qui me répugne de plus en plus tellement il est souvent utiliser comme facilité scénaristique ou pour renier tout ce qui avait été montré plus tôt, passe très bien, on ne s'y attend pas vraiment et il rend finalement le tout encore plus humain.

Niveau casting c'est presque le sans faute. la distribution est bien entendu dominée par un Russel Crowe une fois de plus impérial en vieux briscard du journalisme, un peu ours sur les bords et qui manque terriblement d'objectivité. A ses côtés Rachel McAdams est également excellente, pleine d'ambition et de spontanéité, et tous les seconds rôles assurent: Helen Mirren qui reprend le rôle de Bill Nighy, Robin Wright Penn en femme trompée, et Jeff Daniels en pourriture de luxe qui a droit à la plus belle scène du film avec Russel Crowe, un moment de malaise impressionnant. Par contre dans les premiers rôles il y a aussi Ben Affleck... C'est facile de lui taper dessus, tout le monde le fait très bien sauf que là il semble y croire, joue très bien mais le problème c'est qu'il n'a pas vraiment le physique de l'emploi!! Un homme de son rang aussi jeune, on a du mal à y croire...

Côté mise en scène, le sujet n'est pas vraiment propice à des excentricités donc ça reste très posé avec quelques passages caméra à l'épaule toujours bien sentis. Le boulot de Macdonald et du directeur de la photographie (le génial Rodrigo Prieto) sur l'image est à tomber, alternant différents types de caméra selon qu'à l'écran on s'intéresse aux journalistes ou aux politiques. Bref c'est un film très sérieux, qui se suit sans temps mort et qui passionne de bout en bout. Il manque par contre la petite étincelle qui en ferait un film inoubliable à l'image de ces classiques des années 70 mais qu'importe, c'est une réussite dans le genre, un genre qui est un peu déserté ces derniers temps...




7.5/10
Critiques similaires
Film: Jeux de pouvoir
Note: 8/10
Auteur: jean-michel
Film: Jeux de pouvoir
Note: 7/10
Auteur: nicofromtheblock
Film: Jeux de pouvoir
Note: 6,5/10
Auteur: Scalp

Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar nicofromtheblock » Lun 06 Juil 2009, 18:24

Moi, j'ai été un peu déçu par ce twist final qui ne sert pas à grand chose ...
Sinon, j'ai bien aimé le reste.
Avatar de l’utilisateur
nicofromtheblock
Alien
Alien
 
Messages: 7189
Inscription: Dim 01 Avr 2007, 20:27
Localisation: Nancy

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Riton » Mar 07 Juil 2009, 10:01

+1

Ça gâche un peu le film.
Mes DVD a vendre à partir de 0.70€ 8)
helldude™ a écrit:bik et moi vivions déjà le grand amour avant l'épisode de l'éjaculation faciale

(\__/)
(='.'=)
(")_(")
Avatar de l’utilisateur
Riton
Hulk
Hulk
 
Messages: 15046
Inscription: Mar 29 Mai 2007, 09:55
Localisation: Au CDR (Comité de Défense des Roux) puis après, At the McLaren's pub with Ted

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Mar 07 Juil 2009, 12:31

Pas motivé de le voir :?
zack_
 

Coraline - 8/10

Messagepar Niko06 » Mer 08 Juil 2009, 16:26

Coraline
d'Henry Selick

Image

Quel plaisir de retrouver celui qui nous avait fait rêvé avec son complice Tim Burton il y a déjà de nombreuses années avec ce chef d'oeuvre de poésie macabre et de comédie musicale qu'était l'étrange Noël de Monsieur Jack... Véritable surdoué de l'animation (par politesse et par respect on ne dira rien sur Monkeybone... une erreur de parcours) capable de donner vie à des univers singuliers, sa rencontre avec l'auteur Neil Gaiman ne pouvait que donner lieu à une nouvelle réussite. Il délaisse complètement l'univers de Jack même si quelques réminiscences sont visibles au coin d'un décor ou dans l'aspect général de quelques personnages... point de comédie musicale, Coraline est un conte, magique, effrayant, époustouflant... un mariage heureux de plusieurs talents et technologies (l'animation en stop-motion est ici intégrée à des univers en 3D), c'est magnifique, sombre, enfantin... coup de coeur!

Un scénario simple qui résonnera de différentes façons selon que l'on soit enfant ou adulte, une sorte de version moderne d'Alice au pays du magicien d'Oz qui brasse autant les références à des contes qu'à d'autres oeuvres d'animation, ou de cinéma live, on pense bien sur à l'oeuvre de celui qui aura fait beaucoup d'ombre à Selick (qui j'espère se fera enfin un nom avec celui-là), monsieur Burton qui n'a rien à voir avec Coraline mais dont la présence se fait tout de même sentir (serait-ce là le signe d'un véritable auteur qui aurait imprimé tout un univers?). Peu de surprises dans cette histoire (bien que les plus jeunes dans la salle semblaient surpris par la tournure des évènements), le regard d'un adulte étant tellement vide d'innocence et de naïveté qu'on comprend de suite que cet envers du décor n'est pas sain...

A l'écran c'est un festival, le passage dans l'autre réalité voit la grisaille ambiante, les arbres effrayants (derniers artefacts gothiques chez Selick), les personnages moroses, laisser leur place à un festival de couleurs vives... les "autres" parents sont bien plus aimants et attentionnés (mais les autres sont-ils vraiment mauvais ou seulement débordés par leur quotidien?), les jouets et les animaux parlent, tous les voisins sont devenus agréables et pour Coraline ce serait le paradis s'il n'y avait pas ces boutons à la place de leurs yeux... Univers fantastique à la limite du conte de fée, à la limite seulement...

Le gros tour de force du film de Selick est de réussir ce que peu de films d'animations sont capables de faire: créer une véritable empathie pour le personnage principal. Un exemple simple, on en vient à être agacé quand les voisins écorchent le nom de Coraline... Et plus on est jeune plus on s'identifiera à cette petite fille adorable et dont la vie semble si morose. C'est d'ailleurs là un soucis plutôt gênant, je crois que passé un certain âge on ne ressentira pas vraiment d'émotions devant ce film... On l'appréciera pour d'autres raisons mais on ne sera pas aussi transporté qu'on aurait pu le croire.

Reste un tour de force technique qui force le respect. L'univers ici crée fonctionne à la perfection malgré sa complexité, les moments magiques s'enchaînent à d'autres beaucoup plus cruels. De nombreuses scènes resteront dans les mémoires comme ce fabuleux jardin que découvre Coraline de l'autre côté ou la dernière partie du film qui présente des images superbes avec cet univers qui se referme sur lui-même.
Le rythme est très bien géré, on ne s'ennuie pas et on en prend même plein les yeux sur la fin. Visuellement c'est un délice de tous les instants, on ne peut rien redire là-dessus, le boulot effectué est monstrueux et rien que pour ça, ça vaut le détour. Pour le reste, l'histoire est très sympa et parlera à tous les publics de 7 à 77 ans par son universalité mais de différentes manières, avec plus ou moins d'émotion, plus ou moins de cruauté, plus ou moins de magie.
Mais si l'impact n'est pas celui de l'étrange Noël de Monsieur Jack, le spectacle vaut largement le coup d'être découvert, c'est très beau.


8/10
Critiques similaires
Film: Coraline
Note: 7/10
Auteur: Alegas
Film: Coraline
Note: 8/10
Auteur: doowy
Film: Coraline
Note: 8,5/10
Auteur: francesco34

Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Joint Security Area (J.S.A.) - 9/10

Messagepar Niko06 » Mer 08 Juil 2009, 16:34

Joint Security Area
de Park Chan-Wook

Image

En 2003 avec OldBoy et son grand prix au festival de Cannes (à défaut d'une palme d'or largement méritée) le grand public découvrait ce grand metteur en scène coréen et même s'il en a déçu plus d'un par la suite, à cause d'un Lady Vengeance faiblard et d'un Je suis un Cyborg excellent mais qui ne correspondait pas aux attentes du public international, il n'y a qu'à voir à quelle vitesse s'est propagée la bande annonce de son dernier film, Thirst, pour bien se rendre compte de l'importance du bonhomme...
Sauf que Park Chan-Wook n'est pas né avec OldBoy, avant il y a eu Sympathy for Mr Vengeance, une bombe, et encore avant ce JSA, qui fait suite à deux long métrages soit disant très mauvais et difficiles à voir aujourd'hui (Saminjo et Moon is the sun's dream)... ce n'était donc en aucun cas un débutant! Et avec JSA il signe clairement son premier très grand film!

Déjà simplement avec son sujet, on trouve son goût pour l'originalité qui en fait un réalisateur à part. En s'attaquant de front à l'une des plus grandes bêtises et un des plus gros gâchis de l'histoire de l'Asie (la division de la Corée) il signe à la fois une satire évidente et corrosive de la situation, en particulier au niveau de la frontière, et bien entendu il pousse un cri de désespoir, le même que pousse une grande partie du peuple sud coréen qui ne peut avoir aucune relation avec les frères et soeurs du nord... malheureusement si la guerre froide est finie, certaines conséquences désastreuses sont toujours d'actualité...

C'est donc avec un ton cynique bien dissimulé pour ne froisser personne qu'il nous offre cette histoire insolite, une histoire d'amitiés entre des hommes qui n'auraient jamais dû se rencontrer (alors qu'ils passent toutes leurs journées à quelques mètres les uns des autres), une amitié tellement simple, presque enfantine, qu'elle touche forcément. Même si la tension liée à un patriotisme stupide mais tenace n'est jamais bien loin, ces gars là vont s'amuser, toutes les nuits, des jeux stupides mais leurs échanges sont aussi émouvants quand ils découvrent la patrie des autres. Vu comme ça le film peut paraitre sans grand intérêt sauf que dans sa construction il est en tout point parfait! Ces tranches de vie nous sont dévoilées car comme point de départ il y a un drame, une fusillade qui a failli dégénérer... et le film est construit selon un plan que reprendra John McTiernan dans son sous-estimé Basic, on va découvrir ce qui s'est passé avec les yeux de chaque personne interrogée... mensonges inclus.

Pour réussir ce coup-là il fallait un scénario sans faille et c'est le cas. Ca fonctionne sur tous les niveaux et il réussit à nous surprendre, du grand art! Les personnages sont tous très travaillés, se dévoilent au fur et à mesure et on ressent de plus en plus de sympathie pour ces soldats qui n'ont pas oublié qu'ils étaient des êtres humains avant tout. La confrontation finale est d'autant plus glaçante qu'elle remet les choses dans leur contexte politique, à savoir que les coréens du sud, en particulier les militaires, se doivent de haïr ceux du nord... et vice et versa... Le final du film est terrible, d'une force phénoménale, sacré tour de force!

Et au niveau mise en scène il n'y a aucun doute, c'est bien du Park Chan-Wook! Ce réalisateur possède un véritable talent pour composer ses plans, d'une beauté rare que ce soit pour les manoeuvres militaires, les gunfights (éprouvants) ou les scènes plus intimistes. Il se dégage de l'ensemble une réelle émotion et même si on a à peu près toutes les cartes en main dès le début, le dénouement est tragique, très noir...
Et les acteurs sont formidables! On retrouve Song Kang-ho (Secret Sunshine, Memories of Murder, The Host...) en haut gradé nord coréen, Lee Byung-hun (A Bittersweet Life, Le Bon, la Brute et le Cinglé) et Shin Ha-kyun (Sympathy for Mr. Vengeance, Save the green Planet...) qui sont tous absolument parfaits.
Donc avant sa trilogie de la vengeance, Park Chan-Wook avait déjà largement fait ses preuves par rapport à son talent de metteur en scène et de conteur d'histoires, JSA est une grande réussite qui ne possède aucun réel point faible à mes yeux, le fond et la forme sont en parfaite harmonie pour un résultat définitivement d'un très haut niveau.


9/10
Critiques similaires
Film: Joint Security Area
Note: 6/10
Auteur: Nulladies
Film: Joint Security Area
Note: 8,5/10
Auteur: dagokhiouma
Film: Joint Security Area
Note: 8,5/10
Auteur: elpingos
Film: Joint Security Area
Note: 8,5/10
Auteur: Alegas
Film: Joint Security Area
Note: 6,5/10
Auteur: Waylander

Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 08 Juil 2009, 16:46

:love: génial ce film, un des tout meilleurs thriller de ces 10 dernieres années.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56377
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Mer 08 Juil 2009, 16:48

Je suis de plus en plus frustré de voir que de tel film existe et de ne pas les connaître
J'ai pourtant qu'une bonne grappe de 10 films asiatiques à voir pour me déculpabiliser de ne rien connaître.
zack_
 

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 08 Juil 2009, 16:50

JSA doit etre une priorité, le scenario est en béton, le casting génial et la réalisation est celle d'un grand, INDISPENSABLE, ça me donne envie de le revoir tient :D
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56377
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Niko06 » Mer 08 Juil 2009, 16:52

surtout que c'est très abordable comme film :wink:
Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Mer 08 Juil 2009, 16:56

A priori j'ai des priorités de priortités comme Une balle dans la tête ou A toute épreuve.
zack_
 

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 08 Juil 2009, 16:56

Regarde d'abord A tout épreuve, une balle dans la tete c'est un poil plus exigeant ( enfin pour du Woo ).
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56377
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Niko06] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Mer 08 Juil 2009, 16:59

C'est ce que j'avais prévu :super: (après ma vision des 5 saisons de Lost :lol:)
zack_
 

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO