[Milkshake] Mes critiques en 2009

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar kenshiro » Mer 23 Sep 2009, 11:16

+ 100 avec niko
Avatar de l’utilisateur
kenshiro
Predator
Predator
 
Messages: 2695
Inscription: Sam 19 Juil 2008, 13:13
Localisation: au pays des étoiles

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Riton » Mer 23 Sep 2009, 11:25

+1 avec Niko et Kenshiro
Mes DVD a vendre à partir de 0.70€ 8)
helldude™ a écrit:bik et moi vivions déjà le grand amour avant l'épisode de l'éjaculation faciale

(\__/)
(='.'=)
(")_(")
Avatar de l’utilisateur
Riton
Hulk
Hulk
 
Messages: 15046
Inscription: Mar 29 Mai 2007, 09:55
Localisation: Au CDR (Comité de Défense des Roux) puis après, At the McLaren's pub with Ted

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 23 Sep 2009, 13:04

Oue tout pareil.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Heatmann » Mer 23 Sep 2009, 15:43

ouai c'est bien a les gun-fight de woo, je kiffe , mais au final je prefere largment l' approche realistique de Mann lors de ses sequence de shoot ( heat , collateral , miami vice , public enemies ) plutot que les opera filmer au ralenti avec 200 chinois qui encercle le heros et se font tous dezinguer
et hop :
Image

:mrgreen:

bon ben chacun sont truc quoi !
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33393
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 23 Sep 2009, 15:54

Allez hop top 5 de mes gunfighters favoris :

1 : John Woo
2 : Tsui Hark
3 : Johnnie To
4 : Sam Peckinpah
5 : Michael Mann

:mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Niko06 » Mer 23 Sep 2009, 16:02

Toi aussi tu kiffes les poseurs :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 23 Sep 2009, 16:04

Ah merde j'ai oublié De Palma.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Homme sans age (L') - 2/10

Messagepar Milkshake » Mer 23 Sep 2009, 19:37

Image

L'Homme sans âge de Francis Ford Coppola


Le retour du grand cinéaste n’est pas et la déception est là, après une décennie d’inactivité Coppola s’avère toujours aussi éloigné de la qualité de ces films d’antan, sa grande période qui traverse les 70's.

L'ensemble du film possède un gros côté kitch et souvent à la limite du ridicule qui fait énormément penser à Dracula comme pour ce précédent film mis à part son acteur principal et quelques idées de mise en scène il n'y a pas grand chose à sauver.

Dans un montage apocalyptique (surtout en début de métrage) on découvre un film qui déborde d'idées visuelles, une surcharge qui frôle l'indigestion : ces beaux retournements à 180° ou lorsque Coppola évite de manière subtile la présence du double (les scènes ou Tim Roth est seul dans sa baignoire ou sur son lit sont excellentes) pour au final nous faire une incrustation totalement ratée. Cette impression de répétition et de manque de moyen revient tout le long du métrage, les intérieurs comme les extérieurs semble étrangement vide alors qu’Alexandra Maria Lara rejoue sans cesse la même scène.

Mais c'est essentiellement lors du traitement de thèmes intéressant comme la traversé des siècles, le pouvoir du langage, la mort, l’amour éternel que Coppola déçoit le plus, il survole ses thèmes en les éparpillant dans une aventure aux allures lynchienne sur fond science fiction, une représentation de la tentation et du mal tout droit sortie d’un comic d’après guerre (Infirmière niaise, Espion et chercheur Nazi qui font sourire, Vishnou digne d’un film d’horreur bis) et un amour à l’eau de rose (toute les scènes entre Tim Roth et Maria Lara manque d’intensité) pour fil conducteur d’une intrigue miraculeuse.

On sent un cinéaste frustré dans l’impossibilité d’assouvir ses ambitions originelles (Mégalopolis au fond d’un carton depuis des années) nous offre un fourre-tout exutoire.

2/10
Critiques similaires
Film: Homme sans âge (L')
Note: 5/10
Auteur: Nulladies
Film: Homme sans âge (L')
Note: 4/10
Auteur: Alegas
Film: Homme sans âge (L')
Note: 3,5/10
Auteur: Scalp

Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Niko06 » Mer 23 Sep 2009, 20:40

A chaque fois ça me brise le coeur de voir des critiques négatives sur ce film... du coup j'ai peur de le regarder :?
Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Scalp » Mer 23 Sep 2009, 20:47

Coppola est tombé bien bas.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Babel - 8/10

Messagepar Milkshake » Sam 26 Sep 2009, 12:23

Image

Babel de Alejandro González Iñárritu


Après le bouleversant 21 Grammes le réalisateur nous offre une fois de plus un film extrêmement touchant et clos à merveille sa trilogie de destins qui s’entrecroisent.

Le dernier film Inárritu n’atteint pas les sommet de ses deux prédécesseurs, les interactions moins approfondis entre les différents protagonistes apportent moins de rebondissements, le lien entre les différentes histoires, ici un fusil, semble un peu trop tiré par les cheveux surtout pour la partie japonaise du récit. Perdant la fraîcheur des précédents films, le réalisateur mexicain arrive néanmoins à renouveler sa narration par l’éloignement géographique de ses personnages : on suit les fragments de vie d’une nourrice mexicaine, d’un couple américain au Maroc et d’une jeune japonaise sourde.

Un scénario très ambitieux englobant un discours planétaire : constat d’un manque de communication, discriminations, racisme, solitude, paranoïa… Voyage sur trois continents pointant leurs différences culturelles, le film livre de nombreuses scènes poignantes notamment lors de sa partie japonaise. On éprouve plus de sympathie pour la nourrice et la jeune japonaise ayant un background plus développé que le couple américain superbement interprété par Cate Blanchett et Brad Pitt qui n’avait pas été aussi convaincant depuis des années.

La mise en scène restant exceptionnelle, le réalisateur jouant moins sur les couleurs que par le passé, il soigne plus ses images se focalisant sur de superbes paysages, ses angles de vue, ses mouvements de caméra font ressentir des émotions fortes : montage dans la boîte de nuit ou encore le travelling lors du plan final. Le choix de la caméra à l'épaule utilisé de façon millimétrée permet de vivre le parcours des personnages jalonné de moments inoubliables.

Un grand drame d’une beauté étonnante ou l’émotion règne malgré des petits défauts scénaristiques et quelques longueurs.

8/10
Critiques similaires
Film: Babel
Note: 9/10
Auteur: Fab
Film: Babel
Note: 9,5/10
Auteur: Niko06
Film: Babel
Note: 0/10
Auteur: Heatmann
Film: Babel
Note: 3/10
Auteur: Jed_Trigado
Film: Babel
Note: 7/10
Auteur: Bik

Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Dim 27 Sep 2009, 07:23

Tout est dit! Merveilleux :super:
Je te conseille aussi Amours chiennes du même réalisateur
zack_
 

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Niko06 » Dim 27 Sep 2009, 09:36

Iñarittu il a assuré sur tous ses films mais faut surtout pas oublier qu'il a un scénariste de génie (le meilleur du monde?), Guillermo Ariaga, sans qui ses films ne seraient pas ce qu'ils sont :wink:
Avatar de l’utilisateur
Niko06
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13001
Inscription: Jeu 19 Avr 2007, 18:23
Localisation: Paris

Re: [Milkshake] Mes critiques en 2009

Messagepar Riton » Dim 27 Sep 2009, 11:12

Rooooh, j'ai toujours pas vu, tout comme Amours chiennes :oops:
Mes DVD a vendre à partir de 0.70€ 8)
helldude™ a écrit:bik et moi vivions déjà le grand amour avant l'épisode de l'éjaculation faciale

(\__/)
(='.'=)
(")_(")
Avatar de l’utilisateur
Riton
Hulk
Hulk
 
Messages: 15046
Inscription: Mar 29 Mai 2007, 09:55
Localisation: Au CDR (Comité de Défense des Roux) puis après, At the McLaren's pub with Ted

Aviator - 9/10

Messagepar Milkshake » Dim 27 Sep 2009, 17:24

Image


Aviator de Martin Scorsese

Il n’y a que Scorsese pour donner autant de mouvement et de vie a ses images, Aviator incarne un peu le biopic rêvé et constitue une des plus grandes réussites du réalisateur. Il faut dire que Howard Hughes l’homme le plus riche au monde dans les années 60 a tout simplement une vie démesurée, prouesses techniques dans l’aviation et passion dévorante pour le cinéma, il a beau caresser les deux de la même manière, les femmes se verront éclipsé petit à petit par une paranoïa aiguë et des troubles obsessionnels compulsifs qui vont finir par le ronger de l’intérieur pour le mener vers ce qu’il redoute tant la quarantaine.

Image

Comme tout bon psychanalyste tout part de l’enfance, Scorsese nous montre un Howard Hughes qui dès l’enfance rêve d’aviation et de cinéma alors que sa mère lui inculque la hantise des microbes. D’ailleurs il est intéressant de remarquer l’addiction pour les produits laitiers comme un désir à un retour vers un confort maternel. D’ailleurs sa seul véritable histoire d’amour n’est qu’une substitution d’un manque, Catherine Hepburn (Génialissime Cate Blanchette) porte le pantalon et joue le rôle de mère mais cette relation haut en couleur ne pourra durée face au gouffre social qui les sépare et à l’attraction/répulsion envers les médias.

Image

Pour ma part on est en présence du meilleur film de Scorsese après le duo Affranchis /Casino, contrairement a ses deux classiques on a pas un schéma d’ascension/gloire/chute, le film narre plutôt toute l’ascension de Hughes parsemer de chutes dont il se relèvera d’autant plus fou et obséder. La mégalomanie du tournage de Hell’s Angels , le désir de battre des records qui le blesseront à vie et l’ambition d’obtenir la plus grande compagnie d’aviation amèneront à un beau combat avec Alec Baldwin en boss de la Pan Am sous fond pot de vins qui amène à un procès épisode souvent plombant chez d’autre (Changeling de Eastwood) est ici un véritable joute verbale comique . La narration du film maîtrisé à la perfection (les 2h45 passe à un vitesse folle) s’associe à une virtuosité formelle.

Image

D’un point de vue technique Aviator est un exutoire pour le réalisateur qui s’offre des séquences dont il a toujours rêvé en montrant les soirées dansante au coconut club version amélioré de sa tentative jazzy de New York-New York, Scorsese utilise toute la panoplie technique : plan séquence, double focale, Split Screen, images d’archives, Voix off en décalage avec Howard Hughes … Ce qui impressionne le plus reste le jeux de lumières (travail hallucinant de son directeur photo de Casino) bichrome puis trichrome Scorsese allume et éteint ses décors à la manière d’une séance de cinéma, superpose les images de désert « propre » sur la peau brulé de DiCaprio (magistral son plus grand rôle chez Scorsese) devenant l’homme dont il a toujours eu peur : le balayeur vivant dans une porcherie.

Image

The Way of The Future, Howard a payé le prix de ses ambitions, la suite ne peut être qu’une chute vertigineuse.

9/10
Critiques similaires
Film: Aviator
Note: 8/10
Auteur: Alegas
Film: Aviator
Note: 9/10
Auteur: Kareem Said
Film: Aviator
Note: 9/10
Auteur: Waylander
Film: Aviator
Note: 6/10
Auteur: Scalp

Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO