[cinemarium] Mes critiques en 2010

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar cinemarium » Dim 28 Nov 2010, 15:27

Oui j'ai lu ta critique fort élogieuse. Malheureusement, comme ma critique le souligne, j'ai été énormément déçu de ce Spielberg.
Avatar de l’utilisateur
cinemarium
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 236
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 11:09
Localisation: Marseille

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar francesco34 » Dim 28 Nov 2010, 18:00

Je l'aime pas des masses non plus celui-là... trop emphatique, et pour une fois je trouve la musique de Williams trop lourde, voire même dégoulinante par moments.
Par contre la photo d'Allen Daviau est sublime...
Mon classement ciné en: 2016
Mon TOP 200
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 12025
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 28 Nov 2010, 18:06

Scalp a écrit:Dans mon top 5 Spielberg celui là.



ouaip pareil :super:

le mien pas dans l'ordre :

Jaws
saving private ryan
shindler
munich
empire of sun
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Dim 28 Nov 2010, 18:08

Quasi pareil sauf que Le temple Maudit je le met à la place de Munich.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56400
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 28 Nov 2010, 18:11

les indy j'aime bcp , et le doom particulierment , vraiment du film d aventure dans toute sa splendeur hollywoodiene, mais c'est moin ultime pour moi que ces 5 "serieux" et qui prennent aux tripes :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Sailor et Lula - 4/10

Messagepar cinemarium » Dim 12 Déc 2010, 00:54

Sailor et Lula , de David Lynch : 4/10


Image


Sailor et Lula est incontestablement un ovni cinématographique comme David Lynch parvient sans cesse à réaliser. Adapté du roman de Barry Gifford, le film, qui retrace la passion amoureuse de deux jeunes américains, est à la fois porté par un onirisme explicite et une réalité aux multiples interprétations ; contraste souvent établit dans les films du réalisateur. Néanmoins, Sailor et Lula, misant sur une simplicité parfois aberrante au mépris d’une certaine profondeur, pourrait aussi apparaitre comme l’un des films les moins aboutis du réalisateur, malgré la prestigieuse palme d’or qui lui fut attribué au Festival de Cannes 1990.

Un road-movie contemporain
Sailor et Lula est sans contestation possible un film purement lynchien, que ce soit dans sa forme ou dans son fond. Ici, David Lynch va jouer sur les tonds enivrants de ses images pour offrir au spectateur un monde rempli d’amour passionnel, de folie meurtrière mais aussi et surtout de démence incontrôlée. Car l’ambiance qui se dégage de cet objet cinématographique baigne à la fois dans un onirisme de surface et dans une réalité mensongère et décapante. La scène d’introduction, déjantée et faisant appel aux plus bas instincts humains, présente une violence crue et brute qui donnera au film son ton si particulier : le fil conducteur du récit, linéaire, ne cessera d’être perturbé par de nombreux éléments plus mystérieux les uns que les autres. Le film se veut ainsi complètement décalé, à l’image de ses personnages possédant chacun une identité reposant sur le socle commun de la liberté.

L’amour est un sentiment particulièrement présent dans la filmographie de David Lynch, et Sailor et Lula ne vient pas déroger à la règle. Ces deux personnages, unis par un amour qui semble fusionnel, vont parcourir les Etats-Unis en voiture pour fuir leur misérable destiné enchainée dans la spirale du conformisme. Mais cette entreprise n’est pas du goût de la mère de Lula, qui voit en Sailor l’incarnation d’une violence perverse. Celle-ci décidera alors de faire suivre le jeune couple pour mettre fin à leur union. Ces personnages, très caricaturaux, ne cesseront d’apporter par leur caractère édulcoré une touche irréelle au film, tant les situations qu’ils génèreront seront teintées de fantaisies propres aux films du réalisateur. Ces présages que le couple croisera – l’accident de voiture sur l’autoroute, l’imminence d’une mort inéluctable – contrastent avec la vitalité qu’inspirent leurs pas de danse grossiers qu’ils effectueront dans les bars bordant cette route interminable. Sailor et Lula est finalement un film qui repose sur la folie dévastatrice de ses protagonistes : la folie amoureuse et sexuelle du couple, la folie meurtrière de leurs poursuivants, la folie comportementale de la mère de Lula. En ce sens, le film de David Lynch ne pouvait présenter de schéma narratif stable et maitrisé tant son exubérance parait grossière par de nombreux moments.

Finalement simpliste
Car, en surface, le film peut se targuer de posséder un scénario relativement bien ficelé. L’obsession de la mère de Lula se retrouve en effet mystifiée à merveille, et de nombreux flashbacks permettront de comprendre les causes, morbides, de cette entreprise. David Lynch parvient ainsi à donner un certain souffle à son film. Malheureusement, dans la longueur, Sailor et Lula n’arrivera jamais à convaincre totalement. Pis, dans ses moments les plus symboliques, le film se perdra dans des nuages d’obscurantisme souvent sans sens.

Tout d’abord, le schéma narratif reste beaucoup trop simpliste. Si la première heure du film propose une amorce convenable – car intrigante – à un scénario simple mais efficace, la suite du récit glissera peu à peu dans une succession de séquences fortes et choquantes mais indéniablement inutiles. Ainsi, les multiples scènes sexuelles, très torrides et décrivant une union matérialisée par un plaisir sauvage, sont sans doute présentes pour combler un manque, pour donner un faux rythme à un film qui semble pédaler dans la semoule tout au long de son déroulement. A l’image de ces séquences – certes réussies – qui privilégient une violence barbare dans le but de secouer un spectateur endormi par le déroulement très monotone du film. L’ennui pointe alors très rapidement le bout de son nez, tant la trame qui se déroule sous nos yeux parait peu passionnante, malgré l’interprétation succulente des acteurs qui la compose : Nicolas Cage, dans un rôle d’Elvis Presley du pauvre, offre ici inévitablement un de ses meilleurs rôles tandis que Laura Dern parvient à imposer sans difficulté une dose d’érotisme frémissante à un film qui manque, hélas, de saveurs.

De plus, Sailor et Lula sombre parfois dans un abus de nihilisme maladroit et déstabilisant à plus d’un titre. La séquence finale, qui voit apparaitre un ange redonnant espoir à Sailor, parait beaucoup trop grossière pour convaincre réellement. La dernière partie du film baigne ainsi dans une sorte d’autisme égoïste qui ne laisse que peu de place à une explication convaincante du scénario : en guise de chute, le spectateur se retrouvera écrasé par une multitude d’incompréhensions, sentiment particulièrement frustrant. Dommage, car, en jouant sur les acquis utopiques d’une certaine idée de l’Amérique, David Lynch était parvenu à faire de son film un réel objet cinématographique vecteur de modernité.
Critiques similaires
Film: Sailor et Lula
Note: 7,5/10
Auteur: gegesan
Film: Sailor et Lula
Note: 2/10
Auteur: zirko
Film: Sailor et Lula
Note: 9/10
Auteur: elpingos
Film: Sailor et Lula
Note: 8/10
Auteur: Mark Chopper
Film: Sailor et Lula
Note: 4/10
Auteur: dagokhiouma

Avatar de l’utilisateur
cinemarium
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 236
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 11:09
Localisation: Marseille

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Alegas » Dim 12 Déc 2010, 01:35

Un film bien surcoté celui-là, comme la plupart des films de Lynch.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 39043
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Dim 12 Déc 2010, 09:28

Un des films les plus laid qui soit, sa "suite" est bien meilleur.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56400
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar cinemarium » Dim 12 Déc 2010, 09:53

Je suis d'accord, ce film est bourré d'imperfections.

Un film bien surcoté celui-là, comme la plupart des films de Lynch.


Je pense que la plupart des films de Lynch méritent tout de même le détour. Il fait parti de ces rares cinéastes qui parviennent à imprégner à chacun de leur film un climat qui leur est propre. Personnellement, j'ai trouvé Mulholland Drive fantastique.
Avatar de l’utilisateur
cinemarium
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 236
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 11:09
Localisation: Marseille

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Alegas » Dim 12 Déc 2010, 13:43

J'avais aussi trouvé Mulholland Drive bien meilleur, mais ça reste pour moi un film terrible en terme d'ambiance, mais qui se loupe sur le fond. Peut-être que ça ne me parle pas mais je n'aime pas du tout le fait que chaque film de Lynch dise d'une certaine façon : "maintenant débrouille toi pour trouver un sens à ce que tu viens de voir".
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 39043
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Milkshake » Dim 12 Déc 2010, 13:49

Alegas a écrit:Un film bien surcoté celui-là, comme la plupart des films de Lynch.


Plutôt d'accord avec cela les films de Lynch m'ont fait beaucoup d'effet dont ce Sailor & Lula quand je les ai découvert ado avec ces personnages taré, l'aspect glauque de certainement situation aujourd'hui son cinéma me fait plus du tout d'effet j'y vois plus des gimmick que l'auteur nous ressert à la même sauce chaque fois en moins bien, le réal a atteint son apogée avec Lost Highway et son dernier film Inland Empire c'est un énorme foutage de gueule.
Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar cinemarium » Dim 12 Déc 2010, 13:56

C'est clair que le cinéma de Lynch est particulier, voir même élitiste. Après on aime ou on déteste, mais pour Sailor et Lula, c'est clairement raté.

Et que penser de cette pub ?



Avatar de l’utilisateur
cinemarium
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 236
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 11:09
Localisation: Marseille

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Jeff Buckley » Dim 12 Déc 2010, 13:59

Cinéma élitiste ? Ca veut dire quoi ?
Destiné à ceux qui aimeraient s'ouvrir les veines sans jamais oser le faire, à la limite.
dunandan a écrit: Puis j'oubliais de dire que Logan me faisait penser à Burton avec sa méchanceté légendaire concernant certains films/réalisateurs/acteurs
Avatar de l’utilisateur
Jeff Buckley
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11413
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 03:30
Localisation: Boulogne-sur-Mer (62)

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar Milkshake » Dim 12 Déc 2010, 14:04

Oui je l'ai vu cette pub, Lynch depuis Inland il fait de l'image moche numérique qui laisse un gros arrière gout d'amateurisme ou de je-m'en-foutisme, il préfère encaissé des chèques pour une pub et parler de sa secte :roll: je pense qu'on reverra pas un film de sa part avant un long moment c'est peut être mieux comme ça.
Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

Re: [cinemarium] Mes critiques en 2010

Messagepar cinemarium » Dim 12 Déc 2010, 14:06

Élitiste dans le sens où il ne s'adresse qu'à une infime couche de spectateurs.

@milkshake
Je suis d'accord avec toi, il s'est d'ailleurs mis récemment à la musique... On dirait qu'il ne sait plus trop où aller.
Avatar de l’utilisateur
cinemarium
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 236
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 11:09
Localisation: Marseille

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO