[Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Modérateur: Dunandan

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar Mark Chopper » Lun 14 Mai 2012, 15:20

dagokhiouma a écrit:Pour finir cette critique, je terminerais sur Simon Yam: quel acteur ! on ne le dit pas assez souvent à mon goût !


Faux : c'est l'acteur favori de Dunandan. Il cite son nom sans arrêt :wink:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40118
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar dagokhiouma » Lun 14 Mai 2012, 15:28

:eheh:


au départ j'avais pas saisi la blague, mais après avoir entreé "Simon Yam" dans la partie Recherche du forum, j'ai mieux compris :super:
Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar Dunandan » Lun 14 Mai 2012, 17:12

C'est un moyen mnémotechnique pour retenir les noms des acteurs asiatiques, ne vous foutez pas de moi ! Puis si tu cherches bien il y a aussi Mifune, Nakadaï, Kitano, mais là c'est différent, leurs noms claquent :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
King Kong
King Kong
 
Messages: 20008
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar Mark Chopper » Lun 14 Mai 2012, 17:20

Oui ça passe avec les Japonais, mais pas avec HK.

Tu souffriras quand tu te mettras au coréen :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40118
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

12 hommes en colère - 7/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 15 Mai 2012, 15:02

12 hommes en colère Sidney Lumet - 1957


Image


Allez un classique, un ! Faut dire que c'est pas tous les jours chez moi…Si je tombe sur un à la TV, je peux être curieux mais c'est vrai que j'ai le défaut de manquer de volonté sur les vieux films américains alors que je suis généralement bon client. Pour celui-là, Henry Fonda + réputation sur BoM ont aiguisé ma curiosité suffisamment pour que je me fasse violence. Je ne fus pas deçu de mon effort puisqu'il s'agit d'un bon ptit huis-clos noir et blanc porté par ses dialogues. La trame scénaristique est somme toute sans surprise de nos jours, mais elle a dû faire son petit effet à l'époque, vu le contexte américain autour de la peine de mort, de l'institution judiciaire et policière, du débat sur le racisme. Sans y toucher, la mise en scène est excellente car sobre et servant les dialogues et l'ambiance du hui-clos avant tout. Mine de rien, il suffit pas de poser la caméra dans la pièce et d'attendre. Le travail ne se voit pas forcément de manière flagrante, mais il est bien là !
Un peu confuse au départ, l'histoire progresse plus facilement au bout de quelques minutes et sans surprise. J'ai beaucoup aimé l'esprit dans lequel est mené l'entreprise de démolition des preuves soit-disantes implacables et irréfutables, acculant chaque juré retors, le prenant à revers dans ses contradictions jusqu'à ce qu'il finisse par craquer et métaphoriquement avouer sa faute, celle de condamner trop vite sans prendre le soin d'une vrai réflexion, mais en se contentant de ce que l'accusation lui a servi. En revanche, ce film a le mauvais goût de donner le sentiment que l'avis d'un juré est fonction de sa classe sociale, de sa profession, de son éducation, de sa sexualité,... Autrement dit, ne peut être intelligent, réfléchi et soucieux des droits de l'homme quel qu'il soit (race, âge, etc...) qu'un juré éduqué, bourgeois ou notable même. Selon moi ces clichés de personnages sont un des bémols du film.


7/10
Critiques similaires

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar Creeps » Mar 15 Mai 2012, 16:18

En revanche, ce film a le mauvais goût de donner le sentiment que l'avis d'un juré est fonction de sa classe sociale, de sa profession, de son éducation, de sa sexualité,...

Je ne me souviens pas trop de ça dans le film mais en le sortant du contexte je trouve que c'est vrai, surtout pour l'éducation.
Avatar de l’utilisateur
Creeps
Predator
Predator
 
Messages: 3437
Inscription: Lun 31 Jan 2011, 19:12

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar dagokhiouma » Mar 15 Mai 2012, 16:34

bah c'est pas explicite c'est vrai, mais c'est ce que j'ai ressenti. Après ça m'étonnerait que se soit volontaire, enfin j'espere.
Mais le fait que j'ai eu cette impression m'a gêné.
Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Proie (2010) (La) - 7,5/10

Messagepar dagokhiouma » Lun 15 Oct 2012, 23:32

La proie Eric Valette - 2011


Image


Rare incursion de ma part dans le cinéma français actuel et de genre . Hé bien pas déçu. Ca se regarde avec plaisir, j'ai été pris au jeu malgré l'inévitable plan sur résidence pavillonnaire à la française qui aurait pu tout foutre par terre. Mais le réal a su faire passer cette horreur sans douleur. Bref passons...Globalement la réal fait le boulot, le rythme est bon et sert bien le scénario. Celui-ci est assez classique, avec la particularité du traqué/traqueur qui m'a bien plu. Dans ce rôle Dupontel m'a surpris par sa sobriété inhabituelle et sa faculté à être crédible en mode badass que j'ai vraiment kiffé. Mention spéciale au bad guy qui pour une fois dans un film français ne prête pas à sourire, j'ai vraiment eu la sensation d'avoir Fourniret sous les yeux (je sais pas si c'était tant voulu que ça). J'ai même apprécié Sergi Lopez, ce qui est rare et mérite d'être dit.
J'ai vraiment très accroché d'entrée, toute la partie en prison qui est vraiment réussie
Ensuite, la partie course poursuite est pas mal non plus, c'est juste l'intrigue/enquête policière qui souffre de la comparaison du fait d'inévitables défauts scénaristiques. Et puis faut dire que, que ce soit Alice Taglioni, ou l'arabe de service, les flics sont pas super bien interprétés par rapport au reste des persos.

En conclusion, un bon petit polar/actioner made in france qui nous rappelle qu'il y a 30 ans qu'on avait pas vu ça ou presque. Sans une fin à la "bisounours mixé avec calimero" j'aurais mis 8, too bad...

7,5/10
Critiques similaires
Film: Proie (La) (2010)
Note: 6,5/10
Auteur: Alegas
Film: Proie (La) (2010)
Note: 8,5/10
Auteur: ViCo
Film: Proie (La) (2010)
Note: 7/10
Auteur: jean-michel
Film: Proie (La) (2010)
Note: 7/10
Auteur: Jimmy Two Times
Film: Proie (La) (2010)
Note: 6,75/10
Auteur: Kareem Said

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Date Limite - 6,5/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 16 Oct 2012, 22:03

Date limite Todd Phillips - 2010


Image


Bon alors là c'est du dossier, je le concède. Ma note est forte mais je suis faible devant un road buddy movie. Certes Glanyadakis ou je sais pas comment il s'appelle est super relou dans le perso et son interprétation, resucée à deux balles de son rôle dans very bad trip. Mais quelques gags m'ont fait rire et downey jr fait le minimum nécessaire pour supporter la faiblesse de l'ensemble (scénar vu mille fois, dialogues mauvais, nombreux gags affligeants). Voilà j'ai pas vraiment d'argument pour me défendre, alors tapez pas trop fort. Merci de votre indulgence ;-)

6,5/10
Critiques similaires
Film: Date limite
Note: 3/10
Auteur: Heatmann
Film: Date limite
Note: 2/10
Auteur: Kareem Said
Film: Date limite
Note: 3/10
Auteur: Hannibal

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar Hannibal » Mar 16 Oct 2012, 22:06

C'est pas bien "Due date" mais on t'aime bien quand même :mrgreen:
ça va comme ça?
Mark Chopper a écrit:La mode des années 2010 consiste à faire des suites de merde qui permettent de réévaluer des purges.
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Predator
Predator
 
Messages: 3957
Inscription: Ven 12 Oct 2007, 12:57

Re: [Dagokhiouma] Mes Critiques en 2012

Messagepar dagokhiouma » Mar 16 Oct 2012, 22:16

:super:
Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Social Network (The) - 6/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 16 Oct 2012, 23:05

The social network David Fincher - 2010


Image


Dois-je tenter de faire une critique aussi ennuyeuse que le film ? Pas compliqué, étant donné mes piètres talents rédactionnels. Commençons par les points positifs: casting, interprétation, mise en scène. Rien à dire, c'est rigoureux, carré. Dommage que ça ne transcende pas suffisamment un scénario qui ne m'a pas touché. Je pensais pourtant qu'il y avait suffisamment de matière initiale pour développer des axes plus intéressants. A moins que je n'ai trop fantasmé sur cette success story facebook que les médias nous ont survendu. Fort probable. Car finalement la réalité doit être, je n'ose pas dire banale pour ne pas exagérer, mais somme toute classique et donc insuffisante pour obtenir un film majeur. Me vient donc à l'esprit la question suivante: "pouvaient-ils faire mieux ?". D'un côté, sans ce casting et cette réal on aurait très bien pu assister à un téléfilm de début d'aprem sur M6. De l'autre, j'attends de Fincher qu'il me surprenne et j'attends plus que ce que j'ai vu, au moins en terme de rythme. Après il y a des choses qui m'échappent: pourquoi Fincher a choisi de réaliser ce film ? Commande ? Obligation pour pouvoir tourner son prochain film ? Pourquoi Timberlake ? Pourquoi ce perso créateur de Napster prend tant d'importance dans le film ? Pour souligner qu'il a influencé Zuckerberg ? OK pas de pb mais alors il faut terminer cette storyline beaucoup plus tôt, par exemple après la séquence du resto. La suite c'est du remplissage qui n'apporte pas grand chose de plus. D'ailleurs je trouve globalement le montage du film assez moyen.

Vous l'aurez compris, je suis déçu par le film mais surtout par le soufflé facebook que Fincher dégonfle (volontairement ?). Apparemment les financiers ont eu le même sentiment que moi car l'action facebook a perdu 40% de sa valeur en quelques mois après son introduction sur le marché boursier.

6/10
Critiques similaires
Film: Social network (The)
Note: 3,5/10
Auteur: ViCo
Film: Social network (The)
Note: 6,5/10
Auteur: osorojo
Film: Social network (The)
Note: 9,5/10
Auteur: Scelus
Film: Social network (The)
Note: 8,5/10
Auteur: Criminale
Film: Social network (The)
Note: 7,5/10
Auteur: francesco34

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

In the air - 7/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 16 Oct 2012, 23:43

In the air Jason Reitman - 2009


Image


L'actualité peut être difficile à être retranscrite de façon convaincante dans un film. Il est difficile de capturer une époque encore actuelle mais In the Air le fait avec humour et humanité. Astucieusement,le film mélange comédie à l'esprit allègre avec une sombre satire sociale.

George Clooney joue le lisse réducteur de tête d'entreprise, spécialisé dans les licenciements rapides. Il se rend dans des bureaux où il n'a jamais mis les pieds et vire des gens qu'il ne reverra jamais. Il est qualifié de «conseiller d'orientation/transition», ce qui n'est pas sans rappeler la façon dont les femmes de ménage sont appelés "techniciennes de surface". Pour lui, aucun souci, business is business, rien de personnel. Il a autant de sentiment qu'un glaçon. Sa seule chaleur humaine se limite à servir quelques platitudes et un zest de réconfort accompagné d'un sourire commercial tout bonnement hypocrite. Il n'aime pas particulièrement son travail, mais il est bon dans ce domaine. Surtout, il aime être dans l'air.
Il est dans son élément au milieu de l'anonymat de la classe affaires, profitant des avantages de sa position, se délectant du déracinement. Le but de sa vie est de gagner 10 million de miles gratuits, bien qu'il n'ai pas de destination de vacances exotiques à l'esprit. Etre l'un des rares à atteindre ce jalon est une récompense suffisante pour ce charmeur insipide.
L'existence nomade et confortable du perso de Clooney, va être bouleversée lorsque son patron (Jason Bateman), recrute une toute nouvelle employée fraichement sortie de l'école et qui envisage de révolutionner les méthodes de l'entreprise en renvoyant les salariés de ces clients via Internet. Au revoir les 10 millions de miles, c'est ballot.
En parallèle, second bouleversement, une aventure d'un soir avec une homologue féminine voyageur (Vera Farmiga) commence à prendre une tournure émotionnelle chez le pourtant insensible et solitaire perso de Clooney, ce qui fait qu'il perd tout repère et commence à se retrouver face à face avec sa drôle de personnalité.
Toutefois les choses ne se passent pas comme l'histoire nous amène à l'attendre. En fait, c'est l'un des atouts les plus notables de In the Air: le film ne se déplace pas en ligne droite du point A au point B. Reitman élève la trajectoire de la comédie contemporaine en le calquant sur un modèle de vol à voile: des hauts, des bas, des virages secs à gauche, à droite, en fonction d'où souffle le vent.

7/10
Critiques similaires
Film: In the air
Note: 6/10
Auteur: Dunandan
Film: In the air
Note: 6/10
Auteur: Heatmann
Film: In the air
Note: 8/10
Auteur: zirko
Film: In the air
Note: 6/10
Auteur: Jack Spret
Film: In the air
Note: 8,5/10
Auteur: Niko06

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Et pour quelques dollars de plus - 8,5/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 23 Oct 2012, 14:50

Et pour quelques dollars de plus Sergio Leone - 1965


Image


Pfiou quelle claque ! Presque un chef d'œuvre. Forcément difficile de ne pas comparer avec les autres westerns spaghetti de Leone et en particulier ceux de la trilogie du dollar. Pour moi ça va être rapide, je n'ai pas vu le premier "Pour une poignée de dollars" et les deux autres "Le bon la brute et le truand" et 'Il était une fois dans l'Ouest" sont dans mon TOP 10. Par conséquent, et même si c'est dingue quand j'y pense :roll: , je ne peux pas donner la même note et surtout il est clair que ma préférence va aux deux derniers cités. "Et pour quelques dollars de plus" est un film qui fait aimer le cinéma: un grand compositeur qui envoie des thèmes d'une puissance émotionnelle époustouflante, des acteurs charismatiques et iconiques, un réalisateur qui cadre à merveille et qui surtout a su s'entourer intelligemment.
Pour en savoir plus sur le film, je vous renvoie volontiers aux autres critiques présentes sur BoM qui se suffisent à elles-mêmes.

Merci posthume à Mister Leone pour avoir révolutionner le cinéma grâce à l'ensemble de son oeuvre. :respect:

8.5/10
Critiques similaires

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

Il était une Fois la Révolution - 9/10

Messagepar dagokhiouma » Mar 23 Oct 2012, 16:52

Il était une fois la révolution Sergio Leone - 1971


Image


Je ne m'attendais pas à si excellent. Déjà je n'avais jamais vu un film avec les deux acteurs principaux + un Leone sans Eastwood + une réputation moins forte que ses autres westerns + premier zapata pour moi = je partais confiant mais je ne pensais pas être surpris à ce point.
Une fois encore, Leone m'a enthousiasmé, réussissant à se renouveler formellement et sur le fond également. Bien sûr, il reprend l'idée d'une amitié virile de deux hommes que tout oppose et qui s'associe pour une cause commune à des fins distinctes, mais la comparaison avec ses précédents films s'arrêtent là.
Le film prend son temps pour se mettre en place et je me suis dit "ah tiens ça risque de ne pas être ultime" alors qu'en fait ça monte crescendo et je me suis vraiment fait pris au piège par l'entêtante composition de Morricone. La déception ne viendra point, d'autant plus que je n'attendais spécialement rien de ce film étant donné qu'il est rarement cité quand on évoque Leone. D'ailleurs limite vu les affiches vues ici et là je m'attendais à un truc comique à l'italienne, mais en fait pas du tout car le film est très mélancolique.

Que c'est bon de vivre de tel moment ! Quelle chance de pouvoir encore aujourd'hui découvrir de tels films (merci à moi d'avoir de gros manques ciné) qui malgré leur âge sont intemporels et resteront à jamais inégalés.

"Sean Sean Sean"


9/10


ps: seulement deux critiques pour celui-ci :cry:
Critiques similaires

Les hommes livrent leur âme, comme les femmes leur corps, par zones successives et bien défendues.
Avatar de l’utilisateur
dagokhiouma
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Mer 20 Oct 2010, 13:43
Localisation: Rennes

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO