[Alegas] Mes Critiques en 2013

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Alegas » Ven 25 Jan 2013, 00:01

Juste pour info, j'étais parti pour écrire une critique de Testuo, mais je n'y arrive tout simplement pas. Ça serait un peu comme écrire une critique d'un film de Norman McLaren ou d'Oskar Fischinger, c'est du cinéma-trip tellement subjectif que je peux difficilement l'aborder avec de la distance, d'autant que j'ai la nette impression que c'est un film que je pourrais revoir à la hausse maintenant que je sais à quoi m'attendre. Bref, ça sera pour une prochaine fois.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 38780
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Ven 25 Jan 2013, 00:03

Je ferai un cycle Tsukamoto dans l'année avec des critiques assez complètes pour rattraper ça.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33300
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Royaume de Ga'Hoole - la légende des gardiens (Le) - 7/10

Messagepar Alegas » Ven 25 Jan 2013, 21:52

Image


Legend Of The Guardians : The Owls Of Ga'Hoole (Le Royaume de Ga'Hoole : La Légende des Guardiens) de Zack Snyder

(2010)


Seconde vision et je reste toujours un amateur de ce film assez atypique dans la filmographie de Zack Snyder. Après deux adaptations réussies que sont 300 et Watchmen, deux œuvres qui doivent énormément aux matériaux d'origine, on pouvait douter de la capacité de Snyder a apporter à l'écran une patte visuelle qui ne proviendrait pas déjà de ce qu'il adapte. Tout en travaillant sur son futur Sucker Punch, le réalisateur se lance donc dans l'adaptation ambitieuse d'une série de livres pour enfants prenant place dans un monde mythologique de chouettes et hiboux, le tout avec le support du studio Animal Logic, qui avait signé le superbe Happy Feet quelques années auparavant. Sur la même logique que ce dernier, Legend Of The Guardians offre à la fois un divertissement pour tous ainsi qu'un très beau conte épique sur bien des points. Mais là où le film gagne nettement en intérêt, c'est dans sa façon d'apporter une maturité visuelle via une violence finalement assez crue, le tout sublimé par des images qui profitent à la fois d'un savoir-faire technologique certain et d'une mise en scène inspirée et lisible.


ImageImageImage


Le gros point fort du métrage est donc bien évidemment sa qualité visuelle à chaque instants, mais aussi un scénario qui, malgré une courte duré préjudiciable à sa profondeur, offre un un véritable récit d'aventure, une quête où l'on n'hésite pas à pousser la confrontation fraternelle dans ses derniers retranchements. Il est donc dommage de voir à quel point un tel résultat, qui aurait pu donner un des grands noms de l'animation contemporaine, est entaché par un script qui ne fait qu'effleurer ses personnages et leur univers, qui propose des ellipses à la limite de l'indécence et qui impose une faute de goût totale avec un passage musical en milieu de métrage qui casse totalement avec l'ambiance mythologique posée jusque là. Un film inégal donc, mais qui a clairement le mérite de proposer quelque chose de différent dans un genre où l'on se dirige beaucoup trop vers le simple public enfantin. Pour un grand film du même genre, on se tournera plus volontiers vers le diptyque Happy Feet.


NOTE : 7/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 38780
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Killbush » Ven 25 Jan 2013, 22:38

Très belle critique, j'aime aussi beaucoup, un de mes deux préférés de Snyder :super:
Starting to see pictures, ain't ya?
Avatar de l’utilisateur
Killbush
Robocop
Robocop
 
Messages: 8803
Inscription: Mer 07 Juil 2010, 12:08

Showdown (The) - 3,5/10

Messagepar Alegas » Sam 26 Jan 2013, 01:00

Image


The Showdown de Park Hoon-jung

(2011)


En apparence, The Showdown a réellement de quoi susciter l'attention puisqu'il est tout simplement le premier film du scénariste de I Saw The Devil et de The Unjust, deux excellents scripts qui l'avaient imposés rapidement sur la scène cinématographique coréenne. Avec un postulat de base intéressant (après une bataille sanglante dans la Corée du Moyen-Age, trois guerriers poursuivis par l'armée ennemie se retrouvent enfermés dans une maison en ruine, chacun voulant, pour des raisons différentes, tuer les deux autres), le film avait tout de son côté pour devenir une référence au moins en terme de scénario. Pourtant, dès les premières minutes du métrage, on tombe de haut avec une écriture qui cède souvent à la facilité (on voit des guerriers discuter tranquillement en plein milieu d'une bataille sans que personne ne les attaque) et surtout une volonté de placer des flashbacks expliquant les relations entre personnages durant toute la longueur du film.


ImageImageImage


Un choix qui détruit finalement toute la tension d'un film basé sur le huit-clos (les personnages ne pouvant sortir du bâtiment à cause d'une tempête de neige) et qui se révèle franchement inintéressants, puisqu'ils ne font que surligner des relations dont on connaît déjà la teneur. Niveau réalisation, on va dire que c'est pas trop mal pour un premier film, il y a même quelques plans recherchés, mais là encore ça cède trop souvent à la facilité, en témoigne l'horrible shaky-cam qui parsème les rares séquences de combat (ça commence d'ailleurs à devenir une mauvaise habitude dans la production coréenne). Un film indéniablement raté, malgré l'énorme potentiel du scénario qui aurait pu donner au moins un survival efficace. En espérant que son second film, thriller avec Choi Min-sik très attendu en Corée, sera bien meilleur.


NOTE : 3,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 38780
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Scalp » Sam 26 Jan 2013, 08:53

Alegas a écrit:on voit des guerriers discuter tranquillement en plein milieu d'une bataille sans que personne ne les attaque)


Peter Jackson approved.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Heatmann » Sam 26 Jan 2013, 08:55

Scalp a écrit:
Alegas a écrit:on voit des guerriers discuter tranquillement en plein milieu d'une bataille sans que personne ne les attaque)


Peter Jackson approved.


belle aussi celle la ! :eheh: :eheh:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33393
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Waylander » Sam 26 Jan 2013, 11:05

Ouais sauf que ça , on le remarque dans absolument tous les films où ya des batailles...
Avatar de l’utilisateur
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26471
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22
Localisation: Dans ma forteresse de solitude

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Alegas » Sam 26 Jan 2013, 13:10

Scalp a écrit:
Alegas a écrit:on voit des guerriers discuter tranquillement en plein milieu d'une bataille sans que personne ne les attaque)


Peter Jackson approved.


Ouais mais nan t'as pas compris ma phrase là. Dans le SDA, les mecs parlent en combattant, why not, après tout l'univers est fantaisiste et ce sont des putains de guerriers. Mais là, les mecs sont plantés au milieu d'une bataille, fixes, et discutent sans rien faire. Aucun mec ne les attaque, aucune flèche passe à côté d'eux, alors que le film se veut réaliste dès le début.
Bref, confonds pas tout stp.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 38780
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Pulp Fiction - 9,5/10

Messagepar Alegas » Dim 27 Jan 2013, 03:17

Image


Pulp Fiction de Quentin Tarantino

(1994)


Image

"I'm Winston Wolfe. I solve problems.
That's thirty minutes away. I'll be there in ten.
"


Énième vision de ce film culte à plus d'un titre qui a profondément marqué ma vie cinéphilique (à l'époque, je découvrais Reservoir Dogs, le diptyque Kill Bill et Pulp Fiction, autant dire que j'en prenais plein les yeux) et qui conservera donc quoi qu'il arrive une place toute particulière dans mon cœur. Car certes, Pulp Fiction peut aujourd'hui souffrir de la comparaison avec le reste de la filmographie de Quentin Tarantino, qui a depuis bien évolué sur le plan technique et scénaristique, mais force est de constater que cet opus possède une réelle saveur presque indescriptible, un petit plus qui fait que le film, malgré ses rares défauts, reste une pièce filmique surprenante et captivante à l'heure d'aujourd'hui. Œuvre marquante qui aura bouleversée son époque, que ce soit par son succès immédiat et surtout le rejet total qu'il a subit par les représentants d'un cinéma dont on ne souhaite pas voir les codes bouleverser (on se souviendra bien évidemment du fameux fuck de Tarantino adressé à une vieille dame qui hurlait à quel point le film était une daube), Pulp Fiction est typiquement le genre de film dont sa qualité doit beaucoup au rapport qu'entretient le spectateur avec le métrage. Car si certains n'y verront qu'une succession d'histoires extravagantes sans aucune suite logique, d'autres y trouveront un véritable sens dans la façon de faire de Tarantino, voire carrément un message multiple qui ne fait pas forcément l'apologie de ce qu'il montre.


ImageImageImage


"- Did you notice a sign out in front of my house that said "Dead Nigger Storage" ?
- No. I didn't.
- You know WHY you didn't see that sign ?
- Why?
-' Cause it ain't there, 'cause storing dead niggers ain't my fucking business, that's why !
"


Image


Difficile donc de résumer Pulp Fiction, tant ses séquences dépendent beaucoup de ce que le spectateur souhaitera y trouver, de la même manière que les récits pulp dont le film reprend le concept. A la fois film choral troublant, comédie noire ultra-jouissive et film glauque dans sa façon de représenter la violence et la drogue, entre cool-attitude et réalisme noir. Si le film n'est pas forcément une démonstration de mise en scène comme le seront certains films futurs de Tarantino, Pulp Fiction marque tout de même un pas en avant par rapport à Reservoir Dogs, et notamment dans l'affirmation d'un style particulier qui deviendra une marque de fabrique, entre plans-séquences fixes et dialogues qui détournent l'attention du spectateur vis à vis du but réel de la scène. Mais le gros point fort du film est évidemment son scénario dont on ne pourra jamais réellement définir la paternité majeure (Tarantino et Roger Avary ayant arrêtés de travailler ensemble suite au succès du film), et qui, malgré ses faux-airs de petit film malin, cache une réelle densité qui annonçait déjà certains films de Tarantino, notamment dans les questionnements des personnages de savoir si l'on fait le bien ou le mal (à ce titre, le personnage de Samuel L. Jackson est certainement le personnage le plus intéressant du film).


ImageImageImage


"What now ? Let me tell you what now. I'ma call a coupla hard, pipe-hittin' niggers, who'll go to work on the homes here with a pair of pliers and a blow torch.
You hear me talkin', hillbilly boy ? I ain't through with you by a damn sight. I'ma get medieval on your ass. "


Image


Avec des répliques tout simplement géniales et des situations qui offrent de sacrées ruptures de ton, Pulp Fitction propose des scènes toutes plus cultes les unes que les autres (le final dans le restaurant, le monologue de Christopher Walken, la séquence du sous-sol de la boutique d'arme, la découverte de Wolf, la soirée de Vincent Vega et Mia, etc...) qui font véritablement toute la richesse du film, soutenu par un casting cinq étoiles (Travolta, Thurman, Jackson, Rhames, Willis, Roth, Walken, Tarantino, presque tous dans un rôle à contre-emploi) et une bande-originale qui compte parmi les plus classes de l'histoire du cinéma. Pulp Fiction, un film qui conserve encore aujourd'hui tout ce qui caractérisait son succès à sa sortie. Si l'on devait choisir un film emblématique de la décennie 90's, nul doute qu'il partirait favori.


Image

"The way your dad looked at it, this watch was your birthright. He'd be damned if any slopes gonna put their greasy yellow hands on his boy's birthright, so he hid it, in the one place he knew he could hide something : his ass. Five long years, he wore this watch up his ass. Then when he died of dysentery, he gave me the watch. I hid this uncomfortable piece of metal up my ass for two years. Then, after seven years, I was sent home to my family.
And now, little man, I give the watch to you.
"


NOTE : 9,5/10
Critiques similaires
Film: Pulp Fiction
Note: 8/10
Auteur: Dunandan
Film: Pulp Fiction
Note: 10/10
Auteur: zirko
Film: Pulp Fiction
Note: 10/10
Auteur: nicofromtheblock
Film: Pulp Fiction
Note: 8/10
Auteur: Waylander
Film: Pulp Fiction
Note: 10/10
Auteur: Tarankita

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 38780
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Waylander » Dim 27 Jan 2013, 08:52

Moi je connais déjà ta note du Costner : 10. c'est limité obligé ou un truc genre 9.5.
Avatar de l’utilisateur
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26471
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22
Localisation: Dans ma forteresse de solitude

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Heatmann » Dim 27 Jan 2013, 09:24

bof , tu sais avait il aimait pas plus que ca hein :eheh: si si !! :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33393
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Dim 27 Jan 2013, 10:27

Alegas a écrit:28 : Dance With The Wolves, Kevin Costner, 1990, DVD VOST : vous aimeriez bien connaître ma note, hein ?/10


Je propose d'en faire la question du jour.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33300
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Heatmann » Dim 27 Jan 2013, 10:29

:eheh: :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33393
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2013

Messagepar Scalp » Dim 27 Jan 2013, 10:30

Bon j'ai la flemme avec les intitulés, donc proposez en :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56386
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO