[Cad'] Critiques en 2020

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Bad Boys II - 7/10

Messagepar caducia » Ven 26 Juin 2020, 16:19

Bad Boys II

Réalisé par Michael Bay
Avec Martin Lawrence, Will Smith
USA
Genre : policier, action
Durée : 02h27min
2003

7/10




Synopsis

Les policiers Marcus Burnett et Mike Lowrey enquêtent sur Tapia, un ambitieux baron de la drogue décidé à tout pour inonder Miami d'un nouveau poison et accroître son empire. Au cours de leurs investigations, ils se voient épaulés par Syd, la soeur de Marcus, également agent de la D.E.A. (Drug Enforcement Agency). Mike s'éprendra de la demoiselle, provoquant ainsi quelques tensions entre lui et son partenaire..

Critique

J'avais de très vagues souvenirs sur cet épisode, mais à la revoyure, Bay reprend exactement les mêmes éléments originels en les amplifiant, ce qui n'est forcément une bonne chose.

Image


Niveau réalisation, l'ambiance cool de Miami du 1er épisode devient très chargée visuellement avec encore plus de femmes en tenues légères qui sont juste là pour la déco, des plans tournoyants qui ne servent à rien si ce n'est qu'à donner du style et une patte particulière mais ici c'est too much. Les spectatrices pourront aussi zyeuter les muscles de Mr Smith qui retire sa chemise pour un rien, mais il est clair que la balance penche beaucoup plus du coté des décollées et plans sur les dessous etc...A coté Fast and Furious c'est soft.

Bay se prend pour Fincher de temps à autre tentant un plan séquence où la camera voltige à travers les canalisations, les objets, les personnages, mais le résultat est assez brouillon avec beaucoup de vibrations, et manque clairement d'élégance. Filtres flashy pour des couleurs saturées à vous faire péter la rétine.

ImageImage


Aucune prise de risque scénaristique, le duo courre toujours après des trafiquants de drogues avec Jordi Mollá à la tète du cartel. La seule originalité de Bad Boys 2 vient du fait que la came est cachée dans des cercueils ou dans des cadavres, ce qui permet à Bay d'insérer cet aspect dans plusieurs séquences, mais globalement, ce trafic est assez chiant et plombe le rythme du film. Bay mise aussi sur une course poursuite spectaculaire avec encore et encore de la surenchère, jusqu'à en devenir du n'importe quoi.
La séquence avec l'affrontement à travers une paroi est aussi une idée brillante, là aussi on pourra trouver que ça traine inutilement en longueur avec une avancée d'enquête peu lisible.
La femme flic infiltrée (Gabrielle Union) passe juste pour une pute amorale passant du flic au méchant et inversement tout naturellement.


On retiendra le duo Smith/ Lawrence toujours aussi efficace et punchy avec des vraies/ fausses engueulades et quiproquos tordants, mais j'ai du voir le film en 2 fois car il est vraiment beaucoup trop long. On en a juste marre des Whooza de Lawrence à la fin.
La séquence de dératisation demeure excellente (apparemment Seth Rogen y serait pour quelque chose).

Une foire au racolage gratos, décontracté jalonné de destructions massives puériles sans aucune subtilité.
Critiques similaires
Film: Bad Boys II
Note: 9/10
Auteur: Scalp
Film: Bad Boys II
Note: 8/10
Auteur: Pathfinder
Film: Bad Boys II
Note: 9,5/10
Auteur: Heatmann
Film: Bad Boys II
Note: 8/10
Auteur: Jed_Trigado
Film: Bad Boys II
Note: 4/10
Auteur: puta madre

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13929
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

E.T. l'extra-terrestre - 8/10

Messagepar caducia » Sam 04 Juil 2020, 19:18

E.T. l'extra-terrestre

Réalisé par Steven Spielberg
Avec Henry Thomas, Drew Barrymore, Dee Wallace
USA
Genre : sf
Durée : 02h00min
1982

8/10




Synopsis

Une soucoupe volante atterrit en pleine nuit près de Los Angeles. Quelques extraterrestres, envoyés sur Terre en mission d'exploration botanique, sortent de l'engin, mais un des leurs s'aventure au-delà de la clairière où se trouve la navette. Celui-ci se dirige alors vers la ville. C'est sa première découverte de la civilisation humaine. Bientôt traquée par des militaires et abandonnée par les siens, cette petite créature apeurée se nommant E.T. se réfugie dans une résidence de banlieue.

Image



Critique

Redécouverte d'E.T sur grand écran, et un pur plaisir surtout de voir une nouvelle génération d'enfants qui revivent certainement les mêmes émotions que nous sur petit écran. Après il y a certaines scènes un peu difficiles, pas certaine qu'un public très jeune soit la cible (pourtant c'est marqué pour les plus de 8 ans).

C'est avant tout la mise en scène qui fait la différence, au final, Spielberg crée quelque chose d'unique avec relativement peu de moyens visibles à l'écran et une trame simple. Il s'amuse avec des références à Starwars, à Jaws.
Ainsi, la musique de John Williams possède de tonalités proches de Starwars à quelques notes près avec des thèmes bien reconnaissables quand un "présumé" méchant apparait ou quand c'est Elliott.
Spielberg fait aussi durer le suspense comme dans Jaws avec beaucoup de suggestions utilisant les jeux d'ombres, les cadrages pour retarder au maximum la révélation de la créature. On a aussi droit au mimétisme des gestes comme dans les dents de mer, toujours aussi efficace.

Pour un film de 1982, la marionnette est toujours aussi crédible et si on regarde de près, il y a plein de petits détails qui la rendent très réalistes, comme les battements sanguins, la dilatation/rétractation de pupilles, la texture de la peau. Un look unique qui entretient une ambivalence de laideur mignonne. Les jouets sont les amis imaginaires d'Elliott, ET devient son nouvel ami animé; il lui fait la présentation de ses figurines et le range dans le placard à jouets.
Seul bémol sur le vaisseau alien qui fait tache, mais c'est vraiment l'un des rares éléments qui détonne visuellement sans être honteux non plus.

Pendant au moins les 3/4 du film, Spielberg se refuse de nous montrer un visage d'adulte mis à part celui de la Maman, et finalement le script ne s'intéresse qu'à 2 adultes contre une tripotée d'enfants. Même si Peter Coyote essaye d'amadouer Elliott en lui rappelant que lui aussi a été enfant attendant la visite d'un alien, E.T propose un population terrestre assez manichéenne: les enfants malins et les adultes méchants idiots.

Le casting coté enfants/ados est réussi et malgré les différences d'âges tous sont fascinés par E.T. et veulent à leur niveau lui transmettre quelque chose. La très jeune Drew Barrymore est trop mignonne, car elle a l'air plutôt précoce pour son âge sauf que personne ne l'écoute. Les scènes intimistes font très spontanées, mélancoliques ou plus sombres.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13929
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Arme fatale (L') - 8/10

Messagepar caducia » Mar 07 Juil 2020, 14:02

L'Arme fatale

Réalisé par Richard Donner
Avec Mel Gibson, Danny Glover
USA
Genre : policier
Durée : 01h50min
1987

8/10



Image


Synopsis

Un actioner efficace signé Shane Black avec un premier volet assez noir, ponctué de punchlines efficaces.
Mel Gibson en chien fou écorché en ESPT, absolument imprévisible qui découvre son nouveau coéquipier, un flic noir plutôt rangé, bon père de famille qui veut juste bien faire son job sans faire de vagues.
La formation du duo est assez rapide, mais leur complémentarité est évidente, et c'est étonnant de voir comment Danny Glover bascule en déglingué de la gâchette hors la loi dès lors qu'on touche à sa famille. Shane Black donne quelques éléments au spectateur pour cerner les personnages sans en faire trop, on sait que Riggs est un tireur d'élite, prêt à tout, aussi tête brulée que John McLane.
Murtaugh, du genre pantouflard, sera là pour tempérer les ardeurs de son coéquipier (ou pas). Glover est très convainquant et fait presque peur quand il pousse une gueulante.
Le film est assez court, et on a l’impression que Riggs fait déjà partie de la famille en 48h, mais il doit être intronisé avec le fameux repas maison de la femme de Murtaugh qui ne pourrait pas participer à Top chef.

L'arme fatale propose des séquences d'action à l'ancienne, non tape à l’oeil, qui demeurent efficaces comme les poursuites en hélico impressionnantes, le combat à mains nues sous une pluie battante etc...
Contrairement à d'autres sagas, les bad guys (Mitchell Ryan/ Gary Busey) sont plus charismatiques et plus présents à l'écran, plutôt que de rester planqués dans leurs villas.
A noter que déjà à l’époque, un petit gamin noir évoque le fait que les flics ont la gâchette facile envers les noirs.
Le cocktail polar-comédie rythmé qui fonctionne toujours à merveille avec une alchimie palpable et crédible entre ces 2 flics.
Critiques similaires
Film: Arme fatale (L')
Note: 9/10
Auteur: jean-michel
Film: Arme fatale (L')
Note: 7/10
Auteur: Scalp
Film: Arme fatale (L')
Note: 8/10
Auteur: puta madre

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13929
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Précédente

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO