[Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Alegas, Modérateurs du forum

[Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Scalp » Ven 01 Jan 2021, 18:58

...
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Promesse d'une vie (La) - 6,5/10

Messagepar Scalp » Sam 02 Jan 2021, 08:06

6.5/10

The Water Diviner de Russel Crowe - 2014

Raté à sa sortie et j'avais complètement oublié l'existence de ce film jusqu'à son apparition sur le catalogue Netflix. Y a clairement à boire et à manger dans ce film et on voit très bien les inspirations de Crowe mais vu que les inspirations c'est pas Aronofksy ou Villeneuve c'est bien, ici c'est un mix entre Ford, Lean, Zwick et Weir mais en low profile car le défaut du film c'est de ne pas avoir les moyens de ses ambitions. Car sur le papier on a tout pour avoir une vraie grande fresque épique, si le film avait duré au moins 30 minutes de plus en s'attardant sur les 3 frères entre autre et en allant un peu plus loin avec son perso d'officier turc. En l'état ça donne un petit film agréable mais dont on sent que ça aurait pu être tellement mieux.
L'atout du film c'est son postulat simple qui dresse des enjeux clairs dès le départ, un homme veut retrouver le corps de ses 3 enfants morts lors de la bataille de Galipoli, et même si y a des sous intrigues on reste focaliser sur ça, c'est dommage car comme dit plus haut l'officier turc est vraiment excellent et aurait mérité plus de scènes, mais bon ça aurait vraiment changer le film et le propos donc je comprends que ça reste un personnage secondaire, par contre Olga Kurylienko c"est pas l'idée du siècle son perso on dirait perso rajouté pour ajouter un peu de romance et un personnage féminin, l'intérêt est quand même vite limité et son jeu ne colle pas du tout avec le personnage, bon après ça plombe pas le récit et ça amène un coté désuet pas forcément déplaisant mais c'est pas ce qu'il y a de plus réussi, de même que la scène où Crowe trouve le corps des ses enfants, c'est quand même trop WTF pour être accepté aussi facilement, il les trouve parce qu'il sait qu'ils sont là, en plus dans ces scènes faut se taper ce boulet de Jay Courntey. Bon heureusement toute la partie on se promène à Istanbul est assez belle et puis la recherche du dernier fils évidemment vivant donne des scènes assez sympa, j'aime bien tout le passage où il part avec les turcs par contre on se tape du méchant bien cliché : les grecs sont tous moches et sanguinaires alors que jusque là le film se montrait assez respectueux dans son traitement de différences des peuples, là Crowe prend clairement partie alors que juste le fait de vouloir sauver sa peau aurait suffit, pas la peine d'en faire des perso de comics. Les scènes de batailles sont pas grandioses, c'est clair et là le manque de moyen se voit forcément mais en même temps le budget est suffisamment bien géré pour que ce ne soit pas cheap et la scène dans les tranchées fonctionne carrément, et puis je préfère un truc comme ça avec pas trop de thune que le budget d'un 1917 et ça ressemble à rien.
Le casting est forcément porté par un Crowe investit, et Crowe il est pas toujours investit, dans la décennie 10's il s'en est quand même pas mal battu les couilles de ses prestations, ici il est vraiment bien, le reste du casting on peut pas sauver Courtney et Kurylienko (c'est pas tant qu'elle joue mal c'est juste que le perso est mal foutu) par contre les 2 turcs ont clairement la classe et toutes les meilleures scènes du film sont avec eux.
Un film d'aventure romanesque à l'ancienne qui n'a pas la saveur des grands films passés mais qui reste clairement recommandable et agréable
Critiques similaires
Film: Promesse d'une vie (La)
Note: 8/10
Auteur: Heatmann
Film: Promesse d'une vie (La)
Note: 3,5/10
Auteur: Alegas

Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Ambulance (L') - 3/10

Messagepar Scalp » Sam 02 Jan 2021, 13:18

3/10

The Ambulance de Larry Cohen - 1990

Le mec était quand même meilleur scénariste que réalisateur et sans Lustig les films de Cohen c'est vraiment pas fou et ça se vérifie ici. Dans le New-York de Maniac Cop mais en moins glauque on suit Eric Roberts et son horrible look 80's qui nous fait du harcèlement en pleine rue et sa proie fait un malaise et se retrouve dans une ambulance et disparait. Ce bon vieux Roberts va vouloir la retrouver et personne le croira quand il racontera qu'une ambulance enlève des gens. Heureusement il va croiser des bons gars comme James Earl Jones en policier qui bouffe en pleine course poursuite ou un papy en fin de vie. Lexplication du pourquoi du comment est simpliste mais c'est pas le problème, le problème c'est que c'est pas vraiment captivant et vraiment mou (les rebondissements sont pas ouf, les scènes de tension y a juste celle avec James Earl Jones qui marche le reste c'est quand même très plan plan), même si le ton plutôt léger aide un peu à faire passer la pilule ça reste un peu chiant Et comme dit plus haut y a un problème de réal, malgré le cachet des fin 80's et une course poursuite pas trop mal, c'est vraiment pas bien réalisé et puis faut supporter Roberts qui est vraiment nul quand il est en lead dans ces genres de film (il est juste bien dans Runaway Train en fait) et les studios le comprendront en lui refilant par la suite que des seconds rôles de bad guy.
A noter un petit rôle de Stan Lee car le héros du film joue un dessinateur de comics.
Pour son dernier film Cohen signait un truc très dispensable malgré un postulat de départ pas trop mal ( comme souvent avec lui finalement).
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Mark Chopper » Sam 02 Jan 2021, 16:40

Je me souviens de cette merde... Victor Newman en savant fou :eheh:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38552
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Scalp » Sam 02 Jan 2021, 17:08

J'avais plus son nom, me souvenais juste qu'il était dans Dallas ou les Feux de l'amour.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Légitime violence (1982) - 2/10

Messagepar Scalp » Sam 02 Jan 2021, 19:43

2/10

Légitime Violence de Serge Leroy - 1982

Je m'attendais pas un truc de fou mais avec Leroy au moins un truc sympa et donc même pas. Un film raté dans les grandes largeurs avec pas grand chose qui fonctionne, c'est très très mal écrit car ça réussit l'exploit d'être à la fois très simple mais trop compliqué par un trop grand nombre de perso dont certains qui servent à rien.
Bon le film commence mal car ça s'ouvre avec Plastic Bertrand qui chante c'est comme si aujourd'hui on nous balançait du Jul en premier plan, la scène qui lance le film est donc un massacre dans une gare mais c'est vraiment pas un grand moment de mise en scène si bien que ça a jamais l'impact voulu alors qu'on a des morts d'innocents et un homme qui voit sa famille mourir. Juste avec ce point de départ on pouvait faire un film et le titre me laissait penser qu'on allait partir sur ça, un homme qui veut se venger, simple mais efficace, alors on a bien une quête vengeresse mais elle est toute plan plan à cause d'un Brasseur jamais crédible qui sous joue tellement qu'on dirait qu'il s'en fout. Et alors que ça aurait du être le personnage unique du film on a toute une flopé de second rôle car en fait le massacre de départ c'était juste pour buter un flic qui allait faire des révélations sur et on a un fic impliqué dans ce massacre, donc là on a rajouter un truc ça pourrait suffire pour faire un film et on nous en balance un dernier avec une bande d'extrême droite qui prône la justice punitive, et histoire de montrer qu'ils sont vraiment pas gentils on rajoute un petit côté pédophile, tout en finesse ce film.
Ca fait donc beaucoup de chose à caser en 1h30 de film : on a Brasseur qui cherche Genest (la meilleure actrice du film et ça me choque d'écrire du bien d'elle mais clairement c'est bien la seule qui s'en sort très bien ici) qui à des embrouilles avec les hommes de Lhermitte qui se cachent car on veut les buter mais qui vont prendre Brasseur en chasse car il est sur la piste pour les trouver, en gros quoi. L'enquête de Brasseur c'est clairement pas écrit, Lhermitte en cerveau d'une opération visant un homme politique on y croit pas une seule seconde et il est nul d'ailleurs, Lambert qui s'appelle jockey car il porte des bottes ça se passe de commentaire.
Leroy essaye ici de faire du Boisset mais clairement il y arrive pas, alors Boisset était pas forcément fin quand il dénonçait les choses mais y avait clairement plus de rigueur d'écriture et c'était bien mieux dialogué aussi. Ici ça se veut comme une dénonciation des groupes d'auto défense (et c'est d'ailleurs très mal fait car à la fin on a un meurtre de sang froid en pleine rue, paye ta crédibilité) mais aussi des polices parallèles sauf que c'est assez mal foutu, l'aspect politique est ici bien foiré et apporte rien au film à part le transformer en film assez ridicule. Ca se veut réaliste mais c'est remplit de trou dans le script et de raccourcis. Le film aurait du juste être un vigilante avec un homme voulant se venger mais pas de chance on a un truc mou avec un acteur principal qui s'en branle et des seconds rôles à la rue.
Un bel échec.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Jed_Trigado » Sam 02 Jan 2021, 19:57

J'ai pas osé en faire une critique pour l'avoir découvert récemment, même 2 c'est gentil comme note. Tu t'attends a un vigilante movie que tu n'auras jamais. La fin avec Lhermitte sur le toit, ça fait pîtié.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12846
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Scalp » Sam 02 Jan 2021, 20:02

Lhermitte en bad guy c'est suffisamment parlant comme critique :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar pabelbaba » Sam 02 Jan 2021, 22:19

Il est pas mal dans L’Indic de Leroy malgré un look bien abusé. :mrgreen:

Merci de me le déwishlister. :chut:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18975
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Mark Chopper » Sam 02 Jan 2021, 22:20

Tu dis ça, mais tu craqueras un jour.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38552
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar pabelbaba » Sam 02 Jan 2021, 22:26

Possib. :chut:

Mais là j'ai du Mocky en stock. :mrgreen:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18975
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Scalp] The Last Bastard Alive en 2021

Messagepar Jed_Trigado » Sam 02 Jan 2021, 22:34

Fais nous confiance, c'est de la grosse daube, perds pas ton temps pour un truc pareil.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12846
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Agaguk - 6/10

Messagepar Scalp » Dim 03 Jan 2021, 10:37

6/10

Shadow of the Wolf de Jacques Dorfmann - 1992

Sur le papier on a potentiellement un très grand film, sauf qu'à l'écran c'est réalisé par Jacques Dorfmann, alors ce monsieur est un producteur est un producteur avec des trucs plus que notables genre des chefs d'oeuvres de Melville et La Guerre du Feu mais il a aussi produit et joué dans Le Faucon, mais si son nom est resté c'est parce qu'il est le réalisateur de l'un des plus grands nanard de l'histoire du cinéma français avec Vercingétorix. Et ça se voit devant ce film qu'il est pas vraiment doué, alors il peut se reposer sur des décors naturels de toute beauté et sur un super casting mais il élève jamais le film, dans les mains d'un Annaud (qui aurait été le mec idéal pour ce genre de film) on aurait vraiment eu un super film, là c'est sympa.
Déjà la première surprise c'est le casting : Lou Diamond Philips quand il était l'indien d'Hollywood et qu'il pouvait jouer dans des gros films et il est vraiment convaincant ici mais bon c'est pas le meilleur acteur du film, on a Jennifer Tilly alors toute jeune et toute mimi (et tout à fait crédible dans ce rôle de femme qui va s'affirmer comme très forte), Tilly je pense que c'est top 3 des voix les plus sexy du cinéma et même si elle a une carrière très honorable elle aurait vraiment pu faire mieux, Donald Sutherland en chasseur c'est un bon choix aussi (son intro est parfaite) et il a d'excellentes scènes, Bernard-Pierre Donnadieu qui a peu de temps de présence mais assez pour voir que ça restait une valeur sûre dans tout les films où il était et puis on a surtout Toshiro Mifune dans un de ses tout derniers rôles, et le voir jouer un chef inuite est une évidence, il bouffe de charisme tout le monde et il a un final tellement classe et marquant.
Bon sinon ça parle de quoi, alors c'est Agaguk qui vit avec son peuple Inuit dans lequel Donnadieu fait du troc et notamment en leur fourguant de l'alcool, et Agaguk va le tuer, suite à ça il s'enfuit en volant la femme de son chef (et père) suite à ça on nous introduit le personnage de Sutherland et là je me disais on va partir sur une chasse à l'homme et en fait pas du tout alors Sutherland va aller enquêter dans la tribu mais alors l'issue de sa storyline est plus que surprenante, le film suit donc en parallèle Agaguk et sa femme qui essaye juste de survivre car ils peuvent faire que ça donc on le voit chasser la baleine, construire son igloo, chasser les loups, rien de révolutionnaire vu le contexte, et les limites du réal font que c'est pas marquant comme ça devrait l'être notamment le face à face avec les loups. Et l'autre storyline c'est donc sa tribu qui va se voir confronter à la loi de l'homme blanc qui cherche le tueur de Donnadieu pour le condamner, alors si y a donc un côté forcément frustrant car on a jamais la chasse à l'homme escompté je trouve que le dernier quart d'heure rattrape un peu tout ça car finalement on y retrouve le propos du film mais pour en arriver là c'est quand même brouillon. Et y a des bons gros problèmes de narration car on se rend compte que la timeline s'étale sur plus de 2 ans et c'est grâce à la grossesse et le bébé qu'on le comprend car à coté de ça c'est impossible de se rendre compte de la timeline et pour moi c'est le genre de défaut qui saoule quand on est capable de mettre en scène le temps qui passe, c'est une limite de mise en scène qui classe immédiatement un mec, bon il a fait Vercingétorix donc on se doute que le mec a que des limites mais compte tenu de ses nombreuses limites il livre un film qui tout à fait regardable et avec des belles qualités bon dû essentiellement au casting (toutes les scènes entre Mifune et Sutherland sont savoureuses) et aux décors naturels du film, mais bon la partie survival est tout à fait honorable (même si on a pas l'impression qu'ils ont été seuls plus de 2 ans)
Un petit film d'aventure qui avait un énorme potentiel et qui au final reste un petit film très sympathique malgré des défauts évidents.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Proud Mary - 2/10

Messagepar Scalp » Dim 03 Jan 2021, 16:24

/10

Proud Mary de Babak Najafi - 2018

Quand je l'ai vu apparaitre sur Netflix je pensais que c'était une de leur production mais non c'est un truc de 2018 qui est passé totalement inaperçu donc dès le début ça sent pas bon, on rajoute que c'est réalisé par le mec qui a fait le 2ème Olympus is Fallen et on se doute que mène c'est une histoire de tueur à gage on va pas voir du Melville, mais bon si même Besson a réussi à faire un film regardable avec un tueur à gage c'est que c'est à la porté du premier tocard qui tient une caméra.
J'avais donc pas des folles attentes mais même dans ce mood c'est nul. Pourtant sur le papier y a un début de potentiel avec une tueur pro qui recueille un gamin et elle va tout faire partir en couille pour le sauver. Le film est court, 1h20, ce qui en soit est un atout sauf qu'ici on voit les coupes de montage ou alors on a un projet beaucoup trop ambitieux. Ainsi on suit Mary la tueuse qui bosse pour Danny Glover qui est le boss du coin et qui est en bisbille avec un gang des pays de l'Est (une valeur sûre les pays de l'Est on peut être raciste sans souci à Hollywood avec eux) et on va avoir une guerre des gangs puis Mary qui bute tout son gang (ouais je spoil), dit comme ça on se dit hey mais c'est cool y a plein d'action au moins, et ben non. Faut vraiment attendre plus d'une heure pour avoir une vraie scène d'action qui dépasse 30 secondes (on en avait eu une seule avant ça) et quand y a de l'action ben c'est pas très bien, alors on aura bien un plan ici ou là où on se dit ouais pas mal mais l'ensemble c'est du John Wick like et John Wick a fait du mal au film d'action, on a vraiment perdu en viscéralité et en violence (que c'est soft, ça manque clairement de sang) pour des pseudos balais sur-chorégraphié qui sont censé être classes mais qui rendent souvent très mal. On élimine la concurrence Russe en 2 minutes en allant chez eux à 2 (logique) et après on a un final dans une usine (super utile de filmer à Boston pour nous foutre un climax dans une usine) lors de ce climax on a quand même 4 morts cools (oui j'ai compté), un double meurtre à la voiture flipper et 2 headshot bien filmé, le reste c'est vraiment oubliable dans l'instant. En plus l'antagoniste est nul à chier, l'histoire on y croit pas une seule seconde (non mais sérieux la relation entre MAry et le gosse on y croit pas, Glover en vieux parrain il est aussi crédible que dans l'arme fatale 5), car le gros défaut du film c'est de vouloir essayer de faire un truc sérieux avec un postulat de film d'action bas du front 'et très très mal écrit non mais le traitement du perso de Neal McDonough est bien honteux, le mec a 2 lignes de dialogues et on te le fait passer pour important pour le récit, si ça a été raccourcis c'est super con car on pouvait carrément virer son perso du film ça changeait absolument rien) et un film d'action avec 5 minutes d'action (j'exagère vraiment à peine), donc on se sent un peu arnaquer quand tu as un pitch con tu fais Commando et c'est tout.
Reste Taraji P.Henson carrément crédible dans son rôle d'action woman, en checkant sa filmo pour voir si elle avait un autre film où c'est elle qui porte entièrement le film sur ses épaules je vois qu'elle à 50 ans, et ben putain elle les fait carrément pas, petit aparté fini, c'est vraiment une chouette actrice qui mériterait d'avoir des meilleurs rôles car c'est pas foufou sa filmo malheureusement.
Pour qu'un film avec une black en action woman sorte dans l'indifférence générale c'est vraiment que c'est nul (faut avoir le studio Marvel derrière soi pour faire cartonner des films de merde, ou s'appeler Christopher Nolan).
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Justice de flic - 5/10

Messagepar Scalp » Dim 03 Jan 2021, 21:21

5/10

Beyond the Law de Larry Ferguson - 1993

Téléfilm HBO avec des têtes d'affiches plutôt sympathique : Charlie Sheen qui était alors entrain de prendre le chemin qui allait l'éloigner des premiers gros rôles et des gros films, Michael Madsen qui sortait de Reservoir Dogs, Linda Fiorentino qui n'avait pas encore explosé avec John Dahl mais qui jouait déjà de son physique et même Rip Torn. On suit Charlie Sheen qui va mener une mission d'infiltration dans un gang de bikers qui deal de la drogue et des armes (le film se conclut avec la grosse pancarte histoire vraie), et c'est un vrai gang c'est pas Son of Anarchy avec ses 3 clampins (quelle série de merde quand même). Les films d'infiltrations c'est un peu toujours la même chose et le même schéma narratif avec toujours les mêmes enjeux et séquences (comment on va s'infiltrer (à noter qu'ici ça se fait pas 5 minutes et que ça essaye vraiment d'être crédible, ce qui est pas toujours le cas dans ce genre de film), la scène où la couverture est compromise, celle où la morale de flic doit prendre le dessus sur le fait de rester infiltré), donc ici on a pas grand chose pour le sortir du lot. Mais ça se laisse suivre sans ennui grâce à Sheen qui fait un peu le show (bon il est pas toujours crédible quand il part dans l'over the top mais c'est marrant et puis rien que sa dégaine me fait le film), par contre son background d'enfant battu avec flashback qui revient sans cesse c'est une belle idée à la con) et Madsen impeccable, un Madsen qui se retrouve un peu dans le même rôle qu'il aura dans Donnie Brasco d'ailleurs.
Avec un bon réal on aurait même pu avoir un truc bien meilleur car là c'est quand même vraiment pas fou, y a des faux raccords, dès qu'il y a un peu d'action le mec ne sait pas trop comment filmer ça pour que ça fasse pas fake et souvent donc il filme mal et les climax sont tout plan plan (le dernier face à face Sheen/Madsen est vraiment fait à la va vite) e, fait le seul bon climax du film c'est une scène de drague qui se finit en mini baston, donc pas foufou tout ça.
Alors ça vaut certainement pas la moyenne mais ce genre de petit polar je reste généreux et puis le cast est sympa et puis c'est bien meilleur que la merde avec Brasseur donc je suis pas si généreux.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron


Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO