[Alegas] Mes Critiques en 2017

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

[Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Alegas » Dim 01 Jan 2017, 12:04

Top 2017



Image
Image Image
Image Image Image
Image Image Image Image


Que Dios nos perdone de Rodrigo Sorogoyen : 7,5/10
Dunkerque de Christopher Nolan : 7,5/10
Voyage of Time : Life's Journey de Terrence Malick : 7,5/10
Wind River de Taylor Sheridan : 7,5/10
Detour de Christopher Smith : 7,5/10
War for the planet of the apes de Matt Reeves : 7/10
Moonlight de Barry Jenkins : 7/10
T2 Trainspotting de Danny Boyle : 7/10
Detroit de Kathryn Bigelow : 7/10
John Wick : Chapter 2 de Chad Stahelski : 7/10
Alien : Covenant de Ridley Scott : 7/10
Get Out de Jordan Peele : 7/10
Split de M. Night Shyamalan : 7/10
Loving Vincent de Dorota Kobiela & Hugh Welchman : 7/10
Jim & Andy : The Great Beyond - Featuring a very special, contractually obligated mention of Tony Clifton, Chris Smith
Grave de Julia Ducournau : 7/10
Silence de Martin Scorsese : 6,5/10
Le Grand méchant renard et autres contes de Benjamin Renner & Patrick Imbert : 6,5/10
Logan Lucky de Steven Soderbergh : 6,5/10
Song to Song de Terrence Malick : 6,5/10
Kono sekai no katasumi ni de Sunao Katabuchi : 6,5/10
Psiconautas, los niños olvidados de Pedro Rivero & Alberto Vázquez : 6,5/10
The Wall de Doug Liman : 6/10
Billy Lynn's Long Halftime Walk de Ang Lee : 6/10
Brimstone de Martin Koolhoven : 6/10
You were never really here de Lynne Ramsay : 6/10
Patients de Grand Corps Malade & Mehdi Idir : 6/10
Live by night de Ben Affleck : 6/10
The Birth of a Nation de Nate Parker : 6/10
Umi yori mo mada fukaku de Hirokazu Kore-eda : 6/10
Lion de Garth Davis : 6/10
The Nile Hilton Incident de Tarik Saleh : 6/10
Toro de Kike Maíllo : 6/10
Loving de Jeff Nichols : 6/10
Mother ! de Darren Aronofsky : 5,5/10
Jackie de Pablo Larraín : 5,5/10
Message from the King de Fabrice Du Welz : 5,5/10
Tunnel de Kim Seong-hoon : 5/10
A Cure for Wellness de Gore Verbinski : 5/10
Nocturnal Animals de Tom Ford : 5/10
Kingsman : The Golden Circle de Matthew Vaughn : 5/10
Atomic Blonde de David Leitch : 5/10
Zombillénium de Arthur De Pins & Alexis Ducord : 5/10
El hombre de las mil caras de Alberto Rodríguez : 5/10
Le fidèle de Michaël R. Roskam : 4,5/10
El Bar de Alex de la Iglesia : 4,5/10
Denial de Mick Jackson : 4,5/10
The Lego Batman Movie de Chris McKay : 4,5/10
Death Note de Adam Wingard : 4/10
Lo chiamavano Jeeg Robot de Gabriele Mainetti : 4/10
Wonder Woman de Patty Jenkins : 3,5/10
Kong : Skull Island de Jordan Vogt-Roberts : 3,5/10
Thor : Ragnarok de Taika Waititi : 3/10
Seuls de David Moreau : 2/10
The Killing of a Sacred Deer de Yórgos Lánthimos : 1/10




Films vus en 2017 :


Janvier :

1 : Mononoke Hime, Hayao Miyazaki, 1997, Blu-Ray VOST : 8,5/10
2 : Pinocchio, Hamilton Luske & Ben Sharpsteen, 1940, Truc VOST : 6,5/10
3 : Grimsby, Louis Letterier, 2016, Truc VOST : 6,5/10
4 : Pépé le Moko, Julien Duvivier, 1937, Truc VF : 8/10
5 : American Pastoral, Ewan McGregor, 2016, Ciné VOST : 3/10
6 : Jodorowsky's Dune, Franck Pavich, 2013, Truc VOST : 5/10
7 : The Spirit, Frank Miller, 2008, Blu-Ray VOST : 5,5/10
8 : Nocturnal Animals, Tom Ford, 2016, Ciné VOST : 5,5/10
9 : Der Letzte Mann, Friedrich Wilhelm Murnau, 1924, Ciné VO : 6/10
10 : Razzia sur la chnouf, Henri Decoin, 1955, DVD VF : 6,5/10
11 : Silence, Martin Scorsese, 2016, Ciné VOST : 6,5/10
12 : 2001, A Space Odyssey, Stanley Kubrick, 1968, Ciné VOST : 10/10
13 : Dumbo, Ben Sharpsteen, 1941, Truc VOSTA : 5/10
14 : Kimi no na wa, Makoto Shinkai, 2016, Ciné VOST : 6,5/10
15 : A Monster Calls, Juan Antonio Bayona, 2016, Ciné VOST : 8/10
16 : Sing Street, John Carney, 2016, Truc VOST : 7,5/10
17 : The General, Buster Keaton & Clyde Bruckman, 1926, Truc VO : 8/10
18 : Sense and sensibility, Ang Lee, 1995, Blu-Ray VOST : 6/10
19 : Ferris Bueller's Day Off, John Hughes, 1986, Truc VOST : 6/10
20 : Bambi, David D. Hand, 1942, Truc VO : 7,5/10
21 : Saludos Amigos, Norman Ferguson, 1942, Truc VOSTA : 2/10
22 : The Birth of a Nation, Nate Parker, 2016, Ciné VOST : 6/10
23 : E.T. the Extra-Terrestrial, Steven Spielberg, 1982, Blu-Ray VOST : 9/10
24 : La La Land, Damien Chazelle, 2016, Ciné VOST : 9/10
25 : Live by night, Ben Affleck, 2016, Ciné VOST : 6/10
26 : Thérèse Raquin, Marcel Carné, 1953, Blu-Ray VF : 7/10
27 : Cinderella, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 1950, Truc VOSTA : 3/10

Février :

28 : Rogue One : A Star Wars Story, Gareth Edwards, 2016, Ciné VOST : 7,5/10
29 : Billy Lynn's Long Halftime Walk, Ang Lee, 2016, Ciné VOST : 6/10
30 : Alice in Wonderland, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 1951, Truc VOSTA : 6/10
31 : Jackie, Pablo Larraín, 2016, Ciné VOST : 5,5/10
32 : Moonlight, Barry Jenkins, 2016, Ciné VOST : 7/10
33 : L'Air de Paris, Marcel Carné, 1954, Truc VF : 7,5/10
34 : Don't Breathe, Fede Alvarez, 2016, Truc VOST : 7,5/10
35 : De Palma, Noah Baumbach & Jake Paltrow, 2016, Truc VO : 7,5/10
36 : Peter Pan, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 1953, Truc VOSTA : 6,5/10
37 : John Wick, Chad Stahelski & David Leitch, 2014, Blu-Ray VOST : 6,5/10
38 : Walk the line, James Mangold, 2005, DVD VOST : 6,5/10
39 : The Wolverine, James Mangold, 2013, Blu-Ray VOST : 7/10
40 : The Emperor's New Groove, Mark Dindal, 2000, Blu-Ray VF : 5/10
41 : Lady and the Tramp, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 1955, Truc VOST : 7/10
42 : Sleeping Beauty, Clyde Geronimi, 1959, Truc VOST : 7/10
43 : Toro, Kike Maíllo, 2016, Truc VOSTA : 6/10
44 : Le Pays d'où je viens, Marcel Carné, 1956, Truc VF : 3,5/10
45 : Mad Max : Fury Road, George Miller, 2015, Ciné VOST : 10/10
46 : Seuls, David Moreau, 2017, Ciné VF : 2/10
47 : One Hundred and One Dalmatians, Clyde Geronimi, Wolfgang Reitherman & Hamilton Luske, 1961, Truc VO : 7/10
48 : Loving, Jeff Nichols, 2016, Ciné VOST : 6/10
49 : A Cure for Wellness, Gore Verbinski, 2016, Ciné VOST : 5/10
50 : John Wick : Chapter 2, Chad Stahelski, 2017, Ciné VOST : 7/10
51 : Rumble Fish, Francis Ford Coppola, 1983, DVD VOST : 7/10
52 : The Sword in the Stone, Wolfgang Reitherman, 1963, Truc VOST : 5,5/10
53 : Delicatessen, Jean-Pierre Jeunet, 1991, Ciné VF : 8,5/10

Mars :

54 : Split, M. Night Shyamalan, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
55 : Dog Bite Dog, Soi Cheang, 2006, DVD VOST : 3/10
56 : Körkarlen, Victor Sjöström, 1921, TV VOST : 6/10
57 : The Aristocats, Wolfgang Reitherman, 1970, Truc VOST : 4,5/10
58 : Logan, James Mangold, 2017, Ciné VOST : 8/10
59 : Trainspotting, Danny Boyle, 1996, Blu-Ray VOST : 7,5/10
60 : T2 Trainspotting, Danny Boyle, 2017, Ciné VOST : 7/10
61 : Gravity, Alfonso Cuarón, 2013, Blu-Ray VOST : 9,5/10
62 : A Christmas Carol, Robert Zemeckis, 2009, Blu-Ray VOST : 7,5/10
63 : The Wind, Victor Sjöström, 1928, TV VOST : 7/10
64 : The many adventures of Winnie the Pooh, John Lounsbery & Wolfgang Reitherman, 1977, Truc VOSTA : 3/10
65 : X-Men Origins : Wolverine, Gavin Hood, 2009, Truc VOST : 0/10
66 : The Rescuers, Wolfgang Reitherman, Art Stevens & John Lounsbery, 1977, Truc VOST : 5,5/10
67 : The Great Gatsby, Jack Clayton, 1974, Blu-Ray VOST : 6/10
68 : X-Men : Days of Future Past, Bryan Singer, 2014, Blu-Ray VOST : 6,5/10
69 : A Close Shave, Nick Park, 1995, Blu-Ray VOSTA : 7/10
70 : Logan, James Mangold, 2017, Ciné VOST : 8/10
71 : Split, M. Night Shyamalan, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
72 : Titan A.E., Don Bluth & Gary Goldman, 2000, DVD VOST : 6,5/10
73 : Confessions of a dangerous mind, George Clooney, 2002, Blu-Ray VOST : 6,5/10
74 : Kong : Skull Island, Jordan Vogt-Roberts, 2017, Ciné VOST : 3,5/10
75 : The Black Cauldron, Ted Berman & Richard Rich, 1985, Truc VOST : 6/10
76 : The Lost City of Z, James Gray, 2017, Ciné VOST : 8/10
77 : Oliver & Company, George Scribner, 1988, Truc VOST : 7/10
78 : Detour, Christopher Smith, 2017, Truc VOSTA : 7,5/10
79 : The Brothers Bloom, Rian Johnson, 2008, DVD VOST : 7/10
80 : Jeux d'enfants, Yann Samuell, 2003, DVD VF : 6/10
81 : U-571, Jonathan Mostow, 2000, Blu-Ray VOST : 6,5/10
82 : The Little Mermaid, John Musker & Ron Clements, 1989, Truc VOST : 7,5/10
83 : Grave, Julia Ducournau, 2017, Ciné VF : 7/10
84 : Le Professionnel, Georges Lautner, 1981, DVD VF : 4/10
85 : The Rescuers down under, Hendel Butoy & Mike Gabriel, 1990, Truc VOSTA : 7/10
86 : Chi-hwa-seon, Im Kwon-taek, 2002, DVD VOST : 2/10

Avril :

87 : Utu, Geoff Murphy, 1983, Ciné VOST : 5,5/10
88 : Brimstone, Martin Koolhoven, 2017, Ciné VOST : 6/10
89 : La Vita è bella, Roberto Benigni, 1997, Blu-Ray VOST : 8,5/10
90 : Le Serpent aux mille coupures, Éric Valette, 2017, Ciné VF : 8/10
91 : La Charrette fantôme, Julien Duvivier, 1939, Truc VF : 5/10
92 : Thérèse Raquin, Marcel Carné, 1953, Blu-Ray VF : 7/10
93 : La Traversée de Paris, Claude Autant-Lara, 1956, Blu-Ray VF : 8/10
94 : Panic Room, David Fincher, 2002, DVD VOST : 8/10
95 : The Game, David Fincher, 1997, Blu-Ray VOST : 7/10
96 : Les Tricheurs, Marcel Carné, 1958, Truc VF : 6/10
97 : The Sweatbox, John-Paul Davidson & Trudie Styler, 2002, Truc VO : 7/10
98 : Double Indemnity, Billy Wilder, 1944, DVD VOST : 7/10
99 : Aladdin, John Musker & Ron Clements, 1992, Blu-Ray VF : 8,5/10
100 : El hombre de las mil caras, Alberto Rodríguez, 2016, Ciné VOST : 5/10
101 : Sunset Boulevard, Billy Wilder, 1950, Blu-Ray VOST : 7,5/10
102 : Denial, Mick Jackson, 2016, Ciné VOST : 4,5/10
103 : Kiss me, stupid, Billy Wilder, 1964, DVD VOST : 4/10
104 : The Lion King, Roger Allers & Rob Minkoff, 1994, Blu-Ray VF : 8,5/10
105 : Umi yori mo mada fukaku, Hirokazu Kore-eda, 2016, Ciné VOST : 6/10

Mai :

106 : Mulan, Tony Bancroft & Barry Cook, 1998, Blu-Ray VOST : 8/10
107 : Tarzan, Kevin Lima et Chris Buck, 1999, Truc VO : 7,5/10
108 : Get Out, Jordan Peele, 2017, Ciné VOST : 7/10
109 : Voyage of Time : Life's journey, Terrence Malick, 2016, Ciné VOST : 7,5/10
110 : Dinosaur, Ralph Zondag & Eric Leighton, 2000, Truc VO : 4/10
111 : Shallow Grave, Danny Boyle, 1994, Truc VOSTA : 6,5/10
112 : Atlantis, The Lost Empire, Gary Trousdale & Kirk Wise, 2001, Truc VO : 6/10
113 : Tunnel, Kim Seong-hoon, 2016, Ciné VOST : 5/10
114 : Treasure Planet, John Musker & Ron Clements, 2002, Truc VOSTA : 7/10
115 : The Silence of the lambs, Jonathan Demme, 1991, Truc VOSTA : 8/10
116 : La Passion de Jeanne d'Arc, Carl Theodor Dreyer, 1928, Truc VO : 5,5/10
117 : Brother Bear, Robert Walker et Aaron Blaise, 2003, Blu-Ray VOST : 4/10
118 : Home on the range, Will Finn et John Sanford, 2004, Truc VO : 2/10
119 : Prometheus, Ridley Scott, 2012, Blu-Ray VOST : 7/10
120 : Lo chiamavano Jeeg Robot, Gabriele Mainetti, 2016, Ciné VOST : 4/10
121 : Alien : Covenant, Ridley Scott, 2017, Ciné VOST : 7/10
122 : Chicken Little, Mark Dindal, 2005, Truc VOSTA : 1/10
123 : Yeogo goedam II, Kim Tae-yong & Min Kyu-dong, 1999, DVD VOST : 3/10
124 : Trois couleurs : Bleu, Krzysztof Kieślowski, 1993, DVD VOST : 5/10
125 : Meet the Robinsons, Stephen J. Anderson, 2007, Truc VOSTA : 0/10
126 : Trois couleurs : Blanc, Krzysztof Kieślowski, 1994, Truc VOST : 6/10
127 : Message from the King, Fabrice Du Welz, 2017, Ciné VOST : 5,5/10
128 : Bolt, Chris Williams & Byron Howard, 2008, Truc VO : 4/10
129 : Psiconautas, los niños olvidados, Pedro Rivero & Alberto Vázquez, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
130 : From here to eternity, Fred Zinnemann, 1953, Blu-Ray VOST : 8/10
131 : The Princess and the frog, Ron Clements & John Musker, 2009, Truc VOSTA : 6/10
132 : Tangled, Byron Howard & Nathan Greno, 2010, Blu-Ray VOST : 7/10
133 : Trois couleurs : Rouge, Krzysztof Kieślowski, 1994, DVD VF : 5,5/10

Juin :

134 : Winnie the Pooh, Stephen J. Anderson & Don Hall, 2011, Truc VOSTA : 5/10
135 : La Bandera, Julien Duvivier, 1935, DVD VF : 6/10
136 : Mulholland Drive, David Lynch, 2001, Ciné VOST : 8/10
137 : The Wall, Doug Liman, 2017, Ciné VOST : 6/10
138 : Compartiment tueurs, Costa-Gavras, 1965, Truc VF : 6,5/10
139 : Un homme de trop, Costa-Gavras, 1967, Truc VF : 8/10
140 : Intouchables, Olivier Nakache & Éric Toledano, 2011, Truc VF : 6/10
141 : Wonder Woman, Patty Jenkins, 2017, Ciné VOST : 3,5/10
142 : Perfect Blue, Satoshi Kon, 1998, Ciné VOST : 8/10
143 : Zombillénium, Arthur De Pins & Alexis Ducord, 2017, Ciné VF : 5/10
144 : Kono sekai no katasumi ni, Sunao Katabuchi, 2016, Ciné VOSTA : 6,5/10
145 : Ethel & Ernest, Roger Mainwood, 2016, Ciné VOST : 7,5/10
146 : Gueule d'amour, Jean Grémillon, 1937, Truc VF : 7/10
147 : The Good Dinosaur, Peter Sohn, 2015, Blu-Ray VOST : 7/10
148 : Z, Costa-Gavras, 1969, TV VF : 7,5/10
149 : Baby Driver, Edgar Wright, 2017, Ciné VOST : 9/10
150 : Moana, Ron Clements & John Musker, 2016, Truc VOST : 7/10
151 : Kubo and the two strings, Travis Knight, 2016, Blu-Ray VOST : 9/10
152 : Okja, Bong Joon-ho, 2017, TV VOST : 8/10
153 : The Full Monty, Peter Cattaneo, 1997, Blu-Ray VOST : 7,5/10

Juillet :

154 : 50/50, Jonathan Levine, 2011, TV VOST : 6,5/10
155 : Zarafa, Rémi Benzançon & Jean-Christophe Lie, 2012, TV VF : 6/10
156 : Le Grand méchant renard et autres contes, Benjamin Renner & Patrick Imbert, 2017, Ciné VF : 6,5/10
157 : Zodiac, David Fincher, 2007, Blu-Ray VOST : 8,5/10
158 : OSS 117 : Le Caire, nid d'espions, Michel Hazanavicius, 2006, TV VF : 7,5/10
159 : Le Petit monde de don Camillo, Julien Duvivier, 1952, DVD VF : 4,5/10
160 : Le Pacha, Georges Lautner, 1968, Blu-Ray VOST : 7,5/10
161 : OSS 117 : Rio ne répond plus, Michel Hazanavicius, 2009, TV VF : 6,5/10
162 : Le retour de don Camillo, Julien Duvivier, 1953, DVD VF : 5/10
163 : Dunkirk, Christopher Nolan, 2017, Ciné VOST : 7,5/10
164 : The Lego Batman Movie, Chris McKay, 2017, Truc VOST : 4,5/10
165 : World War Z, Marc Forster, 2013, TV VOST : 2/10

Août :

166 : Pedicab driver, Sammo Hung, 1989, Truc VOSTA : 6/10
167 : Un singe en hiver, Henri Verneuil, 1962, Blu-Ray VF : 8,5/10
168 : The Girl Next Door, Luke Greenfield, 2004, TV VOST : 5/10
169 : La vache et le prisonnier, Henri Verneuil, 1959, DVD VF : 2/10
170 : The Bridges of Madison County, Clint Eastwood, 1995, Blu-Ray VOST : 8,5/10
171 : Dragons Forever, Sammo Hung, 1988, Truc VOSTA : 5,5/10
172 : Drunken Master, Yuen Woo-ping, 1978, TV VOST : 6,5/10
173 : Death Note, Adam Wingard, 2017, TV VOST : 4/10
174 : Don't Breathe, Fede Alvarez, 2016, Blu-Ray VOST : 7,5/10

Septembre :

175 : Les Tontons Flingueurs, Georges Lautner, 1963, DVD VF : 5,5/10
176 : L'Aveu, Costa-Gavras, 1970, TV VF : 8,5/10
177 : Crimson Peak, Guillermo Del Toro, 2015, Blu-Ray VOST : 7,5/10
178 : Le Serpent, Henri Verneuil, 1973, TV VF : 3,5/10
179 : État de siège, Costa-Gavras, 1972, TV VF : 8/10
180 : El Bar, Alex de la Iglesia, 2017, Truc VOST : 4,5/10
181 : Drunken Master 2, Liu Chia-liang & Jackie Chan, 1994, Truc VOSTA : 7/10
182 : Wind River, Taylor Sheridan, 2017, Ciné VOST : 7,5/10
183 : Atomic Blonde, David Leitch, 2017, Ciné VOST : 5/10
184 : The Nile Hilton Incident, Tarik Saleh, 2017, Ciné VOST : 6/10
185 : Song to Song, Terrence Malick, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
186 : Que Dios nos perdone, Rodrigo Sorogoyen, 2016, Ciné VOST : 7,5/10
187 : The Professionals, Richard Brooks, 1966, Blu-Ray VOST : 7,5/10
188 : Terminator 2 : Judgment Day, James Cameron, 1991, Ciné VOST 3D : 10/10
189 : War for the planet of the apes, Matt Reeves, 2017, Ciné VOST : 7/10
190 : Planet of the apes, Franklin J. Schaffner, 1968, Ciné VOST : 7/10
191 : Beneath the planet of the apes, Ted Post, 1970, Ciné VOST : 3/10
192 : Escape from the planet of the apes, Don Taylor, 1971, Ciné VOST : 6/10
193 : Conquest of the planet of the apes, John Lee Thompson, 1972, Ciné VOST : 7/10
194 : Battle for the planet of the apes, John Lee Thompson, 1973, Ciné VOST : 5/10
195 : Belle de jour, Luis Buñuel, 1967, Blu-Ray VOST : 3/10
196 : Mother !, Darren Aronofsky, 2017, Ciné VOST : 5,5/10
197 : The Truman Show, Peter Weir, 1998, Blu-Ray VOST : 8/10
198 : Batman, Tim Burton, 1989, DVD VOST : 6/10
199 : The 40 year-old virgin, Judd Apatow, 2005, DVD VOST : 7/10
200 : La Tigre e la neve, Roberto Benigni, 2005, DVD VOST : 5/10
201 : Bin-jip, Kim Ki-duk, 2004, DVD VOST : 5,5/10

Octobre :

202 : The Mission, Rolland Joffé, 1986, Blu-Ray VOST : 8/10
203 : Las Brujas de Zugarramurdi, Alex de la Iglesia, 2013, Blu-Ray VOST : 7/10
204 : Blade Runner 2049, Denis Villeneuve, 2017, Ciné VOST : 9/10
205 : Ride wih the devil, Ang Lee, 1999, DVD VOST : 7,5/10
206 : Lion, Garth Davis, 2016, Truc VOSTA : 6/10
207 : Dark Passage, Delmer Daves, 1947, Ciné VOST : 6/10
208 : Brokeback Mountain, Ang Lee, 2005, DVD VOST : 7,5/10
209 : Loving Vincent, Dorota Kobiela & Hugh Welchman, 2017, Ciné VF : 7/10
210 : Kingsman : The Golden Circle, Matthew Vaughn, 2017, Ciné VOST : 5/10
211 : Gekijōban Kaubōi Bibappu: Tengoku no Tobira, Shinichiro Watanabe, 2001, DVD VF : 6/10
212 : Detroit, Kathryn Bigelow, 2017, Ciné VOST : 7/10
213 : Cent mille dollars au soleil, Henri Verneuil, 1964, Blu-Ray VF : 7/10
214 : Blade Runner 2049, Denis Villeneuve, 2017, Ciné VOST : 9/10
215 : We need to talk about Kevin, Lynne Ramsay, 2011, Truc VOSTA : 7/10
216 : Lost in la Mancha, Keith Fulton & Louis Pepe, 2002, Truc VOST : 7/10
217 : Patients, Grand Corps Malade & Mehdi Idir, 2017, Truc VF : 6/10
218 : Ce qui nous lie, Cédric Klapisch, 2017, Truc VF : 8/10
219 : Koroshi no Rakuin, Seijun Suzuki, 1967, Truc VOSTA : 6/10

Novembre :

220 : La Comunidad, Álex de la Iglesia, 2000, DVD VOST : 7/10
221 : Logan Lucky, Steven Soderbergh, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
222 : The Killing of a Sacred Deer, Yórgos Lánthimos, 2017, Ciné VOST : 1/10
223 : The Lincoln Lawyer, Brad Furman, 2011, Blu-Ray VOST : 6,5/10
224 : Au revoir là-haut, Albert Dupontel, 2017, Ciné VF : 8/10
225 : You were never really here, Lynne Ramsay, 2017, Ciné VOST : 6/10
226 : Beyond the sea, Kevin Spacey, 2004, DVD VOST : 7,5/10
227 : Le fidèle, Michaël R. Roskam, 2017, Ciné VF : 4,5/10
228 : The Guns of Navarone, John Lee Thompson, 1961, DVD VOST : 5/10
229 : Thor : Ragnarok, Taika Waititi, 2017, Ciné VOST : 3/10
230 : Ghost Dog : The Way of the Samurai, Jim Jarmusch, 1999, Blu-Ray VOST : 5/10
231 : Jim & Andy : The Great Beyond - Featuring a very special, contractually obligated mention of Tony Clifton, Chris Smith, 2017, TV VOST : 7/10
232 : Au revoir là-haut, Albert Dupontel, 2017, Ciné VF : 8/10
233 : The Hill, Sidney Lumet, 1965, DVD VOST : 9/10




Découvertes coups de cœur de l'année :


Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image




Séries vues :

La Légende de Korra (saison 1 à 4)
Death Note
Rick et Morty (saison 1 à 2)
The Get Down (saison 1 à 2)
Samouraï Jack (saison 1 à 5)
Sense8 (saison 2)
Chasseurs de trolls (saison 1 à 2)
Cowboy Bebop
Sherlock (saison 4)
Mindhunter (saison 1)
Fargo (saison 3)





Les rétrospectives/cycles à faire ou continuer :

Marcel Carné
David Lean
Steven Spielberg
Robert Zemeckis
David Lynch
Julien Duvivier
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Inside Men - 6/10

Messagepar Alegas » Lun 02 Jan 2017, 13:05

Image


Inside Men de Woo Min-ho
(2016)


Petite précision pour commencer : le film existe sous deux versions, une courte et une longue, toutes deux étant sorties au cinéma en Corée. Vu la popularité du film (neuf millions d'entrées tout de même) je me suis laissé tenter par la version de trois heures, et je ne regrette pas vu qu'il doit y avoir de sacrées coupes dans l'autre version. Bon après je suis globalement un peu déçu par le film, surtout quand je vois les prix qu'il a pu gagner face à des œuvres à mon sens plus abouties comme les derniers Na Hong-jin ou Park Chan-wook, et j'ai un peu le même sentiment que j'avais face à un film comme Nameless Gangster : je n'ai clairement pas passé un mauvais moment, loin de là, mais on sent que le film aurait gagné à être plus simple, en allant à l'essentiel. Pourtant ça commence vraiment bien avec une introduction de fou furieux où le réalisateur enchaîne les séquences qui titillent la curiosité, et on est rapidement dans le vif du sujet avec une présentation rapide des protagonistes principaux. Il faut être concentré pendant ces premières 45 minutes sous peine de rater pas mal d'informations importantes pour la suite, et au bout d'une heure le récit entre complètement dans le vif du sujet. Malheureusement, la seconde heure, bien que parcourue de moments très sympathiques, représente un peu le problème global d'Inside Men, à savoir sa volonté de prendre son temps et de détailler tout ce qui se passe.

Une volonté louable mais qui, dans le cas d'un film de corruption (j'ai rien contre ça, mais faut avouer que ça devient un peu redondant de voir ce sujet dans les productions coréennes) donne l'impression d'avoir déjà été vu ailleurs en mieux. Le film a beaucoup d'inspirations, que ce soit le Chinatown de Polanski (directement cité dès le début du film), Tinker Tailor Soldier Spy ou tout simplement le cinéma de Sidney Lumet, mais il manque cette efficacité qu'on pouvait trouver dans un film comme The Unjust, qui citait lui aussi Lumet mais avec bien plus de réussite. Du coup, Inside Men donne souvent l'impression d'être uniquement composé de gigantesques tunnels de dialogues débouchant parfois sur des séquences plus nerveuses, avant de retomber dans le bavard, et c'est vraiment dommage car à côté de ça la mise en scène est franchement inspirée (le début avec Lee Byung-hun sur son fauteuil c'est quand même la grosse classe 8) , d'ailleurs ça fait du bien de revoir le bonhomme dans un rôle digne de sa prestance). A vouloir faire quelque chose de trop complet, de surexpliqué, on débouche sur un film froid et sur lequel on a très peu d'empathie. La grande force du film devient aussi sa grande faiblesse, et je ne peux même pas spécialement dénigrer l'intention tant elle est assumée de bout en bout, sachant que le film aurait perdu de son identité en cherchant à être plus simple. Reste donc à mes yeux un film malade, intéressant sur bien des points, mais qui ne me donne jamais envie de le revoir.


6/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Déjà vu - 7/10

Messagepar Alegas » Jeu 05 Jan 2017, 14:12

Image


Déjà vu de Tony Scott
(2006)


Dans les derniers Tony Scott, c'est clairement celui qui me faisait le plus de l’œil, et bien que je n'y vois pas un film aussi réussi que Looper (pour prendre un autre exemple de récent film de voyage dans le temps) c'est quand même un bon petit divertissement et j'ai presque envie de dire que c'est même le dernier bon film qu'on ait pu avoir de la part de Jerry Bruckheimer (faut voir le niveau de la suite aussi...). Déjà, c'est quand même bien surprenant comme film car sans réellement savoir de quoi parlait le film je me doutais que ça parlait de voyage temporel, sauf qu'ici c'est approché de façon assez inédite avec une vrai intrigue d'enquête avec une technologie qui permet de voir dans le passé (mais avec des règles bien définies, le fait que l'on puisse pas remonter le temps à proprement parler et que l'on doive savoir où regarder apporte des enjeux véritables à ces séquences où c'est finalement juste des mecs qui regardent un écran). Le script, sans être un modèle de subtilité, est plutôt intelligent. On pourra toujours chipoter en disant que c'est quand même prévisible et sans grandes surprises, mais globalement ça fonctionne très bien, et surtout ça fait du bien de voir un film grand public qui prenne de risques en terme de complexité temporelle, et ça donne par exemple la meilleure séquence du film avec une course-poursuite en voiture se déroulant sur deux timelines à la fois.

Dommage par contre que le film soit un peu plu classique une fois cette scène passée, on arrive avec des enjeux autrement plus balisés (sauver la fille, tuer le terroriste) alors que le récit dégageait jusqu'ici un sentiment d'impuissance et d'urgence. Ça gâche pas le film pour autant mais c'est vraiment ce qui l'empêche d'être autre chose qu'un divertissement mieux branlé que la moyenne. Côté mise en scène, c'est du Tony Scott pur jus avec beaucoup de surdécoupage, par contre côté filtres ça se calme bien par rapport à un Man on fire. On pourrait reprocher beaucoup de choses au côté formel du film mais s'il y a bien quelque chose qu'on ne peut pas dire c'est que ce n'est pas efficace. Ça a beau parfois en faire trop sur les explosions (Caviezel sur la fin il lui suffit de tirer une rafale pour faire exploser trois bagnoles :mrgreen: ) ou sur les mêmes actions vues sur plusieurs angles, on comprend tout ce qui se passe à l'écran, et rien que pour ça Tony Scott est un cran au-dessus des petits faiseurs sans talent. Côté casting, Denzel assure comme d'habitude, Paula Patton est toute mimi :love: , par contre Kilmer en mode gros je m'y habituerais définitivement jamais :mrgreen: , quand à Caviezel dommage que son rôle soit pas plus complexifié, car là ça fait vraiment bad-guy de bas étage aux motivations bidons. Un film qui aurait pu être bien meilleur à mon sens, mais qui reste néanmoins un divertissement honnête et recommandable, rien que pour ça ce serait dommage de bouder son plaisir.


7/10
Critiques similaires
Film: Déjà vu
Note: 9/10
Auteur: zirko
Film: Déjà vu
Note: 7,5/10
Auteur: dagokhiouma
Film: Déjà vu
Note: 5,75/10
Auteur: Pathfinder
Film: Déjà vu
Note: 7/10
Auteur: Bik
Film: Déjà vu
Note: 7/10
Auteur: Godfather

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Ardennes (Les) - 7/10

Messagepar Alegas » Jeu 05 Jan 2017, 21:38

Image


D'Ardennen (Les Ardennes) de Robin Pront
(2015)


Un premier film belge qui arrive à se faire une sortie à l'international avec l'aide de retours encourageants, autant dire que ça rappelle forcément un peu ce que l'on avait eu il y a cinq ans avec Bullhead, et quand bien même Les Ardennes n'arrive pas à atteindre la qualité de son aîné, ça reste néanmoins une œuvre prometteuse qui, on l'espère, fera naître un réalisateur intéressant. Là où le film de Roskam se concentrait sur un personnage, ici c'est un relation fraternelle qui va être au centre du récit. Deux frères ayant fait chacun des mauvais choix de vie, mais où l'un a nettement plus payé que l'autre sans forcément en retenir les leçons, on se retrouve donc rapidement devant une confrontation alors que les deux cherchent finalement la même chose : vivre sa vie en paix, à la main d'une certaine Sylvie. Il y a beaucoup de choses intéressantes dans ce premier film, que ce soit sa volonté de coller au réalisme des classes moyennes ou encore son intention d'aller à fond dans le registre de la tragédie, et clairement le script est le gros point fort de ce métrage à la fois humble et ambitieux.

Il y a bien quelques fausses notes par ci par là, que ce soit dans un climax final parfois étrange (le coup des autruches, c'était pas spécialement nécessaire, ça donne quelque chose d'absurde alors que la séquence pouvait très bien s'en passer) ou lors de certains événements un poil prévisible (la révélation finale, que je soupçonnais sans vraiment y croire, je ne pensais pas que le film oserait aller aussi loin), mais dans l'ensemble pour un premier long c'est vraiment bien foutu. On sent une ambition visuelle chez Robin Pront, avec des cadres et des mouvements travaillés (c'est bien léché dans l'ensemble, ça fait plaisir à voir) et une ambiance particulière, mais on sent aussi un bon directeur d'acteur, le casting étant vraiment bon jusqu'aux petits rôles. Sans être aussi emballé que j'avais pu l'être par Bullhead à l'époque, j'ai finalement assez peu de réserves sur ce petit film sorti de nulle part qui pourrait bénéficier d'une seconde vision à l'avenir. Reste à voir si Robin Pront sera un nom à suivre, mais je n'hésiterais pas à me renseigner sur l'éventuel prochain film du bonhomme.


7/10
Critiques similaires
Film: Ardennes (Les)
Note: 7/10
Auteur: Criminale
Film: Ardennes (Les)
Note: 7,5/10
Auteur: Nulladies
Film: Ardennes (Les)
Note: 7/10
Auteur: osorojo

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Love actually - 6,5/10

Messagepar Alegas » Ven 06 Jan 2017, 13:44

Image


Love actually de Richard Curtis
(2003)


Comme à période de fêtes, j'ai eu droit à l'habituelle demande de madame du visionnage de son film de Noël. Bon en l'état je déteste pas le film, loin de là, mais Love actually a quand même la tare d'être le film qui a lancé cette fameuse mode de grosses productions américaines qui consistent à faire le plus gros casting possible pour un récit choral sur une fête particulière. Sauf qu'ici, c'est un mec bien qui se charge du boulot, à savoir Richard Curtis, qui signe là son premier long, et ça n'a pas juste pour ambition de faire un film de Noël, ça a surtout envie de parler de l'amour sous toutes ses formes, et quand bien même l'intention paraisse un peu neuneu, c'est plutôt réussi pour le coup. Après je dois avouer que je suis plutôt friand de comédies anglaises, dont je trouve l'humour plus irrévérencieux et subtile que de l'autre côté de l'Atlantique. Du coup, dans un film de Noël on retrouve du fuck, du topless, des gags à connotation sexuelle :mrgreen: , et plus étonnant encore pour un film qui parle d'amour on a quand même des storylines qui parlent de deuil ou d'infidélité, sans forcément se finir bien, bref c'est pas la niaiserie ultime comme j'ai l'habitude de le lire un peu partout, c'est juste très gentillet.

Le problème principal de Love actually, c'est finalement sa volonté d'être un film choral assez dense. L'intention est louable mais parmi les huit couples suivis (je compte pas les nombreux personnages secondaires qui ont des mini-storylines) il faut bien avouer que certains sont plus intéressants que d'autres. Par exemple, celle de Liam Neeson et de Joffrey Baratheon ça part d'une bonne base mais après c'est vraiment pas la joie et c'est l'une des rares qui tombe dans le niais sans aucune mesure, alors que d'autres comme celle sur le duo Rickman/Thompson ou celle sur Knightley/Rick développent des personnages et des situations assez ambiguës par moment, et je parle même pas de celle sur Laura Liney qui est quand même bien badante dans son genre :| . Bon après il n'y a pas grand chose à dire sur le film vu que c'est très classique, c'est formellement bien emballé mais sans aucun génie, c'est bien interprété sans être remarquable, bref c'est typiquement le genre de film au mieux sympathique qui a vu sa côte d'amour croître d'année en année de par sa nature de feel-good movie. C'est clairement pas un moment désagréable à passer, mais bon dans le genre film de Noël je préfère nettement me mater It's a wonderful life.


6,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Mark Chopper » Ven 06 Jan 2017, 13:57

Joffrey Baratheon


?
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 29644
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Alegas » Ven 06 Jan 2017, 14:05

Le gamin me fait toujours penser à lui. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Mark Chopper » Ven 06 Jan 2017, 14:08

Mais il joue dans GoT aussi l'acteur :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 29644
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Alegas » Ven 06 Jan 2017, 14:10

Je viens de checker ça, je l'avais même pas reconnu dans la série. :eheh: (bon pour le temps qu'on le voit aussi)
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: Ardennes (Les) - 7/10

Messagepar Jimmy Two Times » Ven 06 Jan 2017, 22:32

Il y a beaucoup de choses intéressantes dans ce premier film, que ce soit sa volonté de coller au réalisme des classes moyennes

7/10


Les personnages ne sont pas vraiment ce que j'appelle des classes moyennes...
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 5390
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Alegas » Ven 06 Jan 2017, 22:43

C'est de la classe moyenne belge. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Jimmy Two Times » Ven 06 Jan 2017, 22:52

Il y en a qui se sont pris un cornet de frites dans le fondement pour moins que ça :eheh:
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 5390
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Captain Fantastic - 6/10

Messagepar Alegas » Sam 07 Jan 2017, 12:44

Image


Captain Fantastic de Matt Ross
(2016)


Un peu surpris de voir ce film aussi haut dans le classement annuel, c'est pas mauvais loin de là mais bon c'est pas transcendant non plus. Ça part d'une bonne base pourtant avec cette histoire de père qui élève ses enfants à l'écart du monde moderne, pour leur apprendre à repousser leurs limites physiques et intellectuelles et ainsi les préparer au mieux aux épreuves de la vie, mais le problème c'est que le réalisateur manque vraiment de recul sur son sujet, et autant par moment le film est vraiment pertinent, autant à la fin on a vraiment eu l'impression de voir le film d'un mec persuadé que vivre dans les bois en apprenant la philosophie est la solution miracle aux problèmes sur Terre. Il y a pas mal de choses que je peux pardonner au film, notamment pas mal d'aspects piqués à Little Miss Sunshine (road-movie + la cellule familiale coincée dans un seul véhicule + le corps que l'on doit ramener, même l'affiche c'est du copié-collé :eheh: ), car bon à côté de ça Captain Fantastic est bourré de qualités avec des références pertinentes (Lolita), un bon casting ou encore des situations vraiment cocasses (l'aîné et son amourette d'un soir), mais le propos en revanche est foiré sur bien des aspects, malgré une volonté de bien faire.

C'est bien simple, le film n'est jamais aussi intéressant que quand il remet en question le mode de vie imposé par le personnage de Mortensen, ça donne clairement les meilleures scènes du film et pendant un moment avec le passage du grand-père et le renoncement du père j'y voyais vraiment un film intelligent capable de dire qu'aucune éducation n'est infaillible, aussi extrême soit-elle, et qu'il faut savoir payer le prix de ses erreurs. Mais non, au dernier moment le film fait volte-face et on oublie totalement ce qui a pu se passer avant, et on repart dans un délire de fuck the world et allons vivre dans la forêt :roll: . Si c'était traité avec légèreté à la limite pourquoi pas mais là on sent le réal/scénariste convaincu de ce qu'il raconte, et c'est franchement dommage car comme je l'ai dit le film arrivait jusque là à vraiment se remettre en question et à transformer le personnage de Mortensen en figure tragique. En l'espace de quelques minutes, on passe d'un beau petit film à une sorte de tract hippie/anarchiste, et manque de bol autant j'ai rien contre des opinions politiques dans un film, autant avoir du recul sur ce qu'on avance c'est quand même le strict minimum. Puis bon la comparaison avec la famille américaine de base c'est mignon mais ça use de facilités grossières. Le réalisateur qui insiste à fond sur les deux ados un peu bêtes qui jouent à des jeux vidéo violents c'est quand même bien simpliste comme vision, comme si le mec était persuadé que les seules formes d'art qui comptent sont la littérature, musique, peinture, etc... et que le jeu vidéo était forcément un média incapable d'avoir de la sensibilité. Bref, c'est vraiment pas finaud de ce côté là, et ça donne l'impression d'avoir un film et des personnages qui jugent beaucoup trop facilement.

Côté mise en scène, grosse hallu sur le fait que le film ait reçu un prix de la mise en scène à Cannes. Ok c'est joli par moment mais bon c'est de la mise en scène Sundance un poil plus léchée qui abuse des lens-flares, il n'y a franchement pas de quoi se taper le cul par terre. Par contre là où le film est irréprochable c'est vraiment du côté du casting : la totalité des gamins sont bons (mention spéciale à l'aîné) et surtout Viggo Mortensen est impérial comme à son habitude. Ok on ne le voit plus souvent mais on sent qu'il choisit ses rôles avec précaution et entre ça et Loin des hommes il rappelle quel grand acteur il peut être. Pas un mauvais film donc, mais faut clairement pas en attendre quelque chose de réfléchi sur son propos, car bon ça brosse bien dans le sens du poil le bobo qui pense qu'on devrait communier de nouveau avec la nature mais qui à côté de ça reste scotché sur le dernier smartphone à la mode.


6/10
Critiques similaires
Film: Captain Fantastic
Note: 7/10
Auteur: Velvet
Film: Captain Fantastic
Note: 6,25/10
Auteur: caducia

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Cité de la peur (La) - 8/10

Messagepar Alegas » Dim 08 Jan 2017, 15:56

Image


La Cité de la peur de Alain Berberian
(1994)


Un film que je n'avais pas revu depuis plus de dix ans, et malgré l'énorme côté d'amour pour Les Nuls que j'avais déjà à l'époque, je me souviens avoir été déçu pour je ne sais quelles raisons, et pour le coup cette revision fait office de redécouverte totale de ce que je considère désormais comme une des meilleures comédies françaises jamais réalisées (et dans le même genre, avant j'avais une préférence pour Les Trois frères, maintenant c'est le contraire). C'est bien simple : pour quelqu'un qui aime l'humour de Les Nuls, La Cité de la peur s'impose comme un vrai Graal humoristique. Alors certes, on pourra pointer du doigt le fait que pas mal de gags d'anciens sketches du groupe sont réutilisés (Loulou ? :mrgreen: ), mais à côté de ça c'est tellement généreux en nouveautés que ça se pardonne aisément. Ce que je trouve dingue avec ce film, c'est qu'il me vient à l'esprit peu de titres qui arrivent autant à arriver à un déferlement de gags non-stop. Il ne se passe pas dix secondes sans que l'on ait un dialogue ou un détail dans l'arrière-plan qui soit une opportunité de se faire mal aux côtes, et rien que pour ça on peut parler d'un film admirablement bien écrit et réalisé, car oui ok ce n'est pas de la grande mise en scène léchée, mais à côté de ça tout est pensé pour que le gag fonctionne, et à ce niveau là on est plus proche d'un délire à la Hot Shots que de la comédie française habituelle (et je pense que c'est vraiment le trio qui est à remercier pour ça, car bon le CV du réal c'est franchement pas la joie).

Lister les meilleurs punchlines ("- qu'est-ce que tu deviens ? - Je suis séropositive" :eheh: ) ou les meilleures idées de mise en scène (la séquence bruitée à la bouche :eheh: ) serait vain tant La Cité de la peur est riche à ce niveau là, mais en revanche on peut parler d'une certaine ambition vis à vis du propos. En passant au format cinéma, Les Nuls ne font pas les choses à moitié en embrasant totalement le milieu dans lequel ils plongent. En plus d'une intrigue en plein Festival de Cannes, c'est une vraie lettre d'amour au cinéma qui se trouve dans ce film, du générique de début filmant sous toutes les coutures un projecteur jusqu'au générique final avec ses références cachées. Puis bon le trio Chabat/Lauby/Farrugia est aussi bon que dans leurs sketches, on sent que le film n'est pas un projet opportuniste mais bien une volonté de faire quelque chose de sincère, bigger & louder. La Cité de la peur : un film qu'il est bien. :mrgreen:


8/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 34040
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2017

Messagepar Jed_Trigado » Dim 08 Jan 2017, 16:00

(et je pense que c'est vraiment le trio qui est à remercier pour ça, car bon le CV du réal c'est franchement pas la joie)

Pourtant Berberian était le principal réalisateur des sketchs des Nuls quand même.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Robocop
Robocop
 
Messages: 9525
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO