[Alegas] Mes Critiques en 2018

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

[Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Alegas » Mar 02 Jan 2018, 14:03

Top 2018



Image
Image Image
Image Image Image
Image Image Image Image


Last flag flying de Richard Linklater : 7/10
Jusqu'à la garde de Xavier Legrand : 7/10
Le monde est à toi de Romain Gavras : 7/10
Sicario : Day of the Soldado de Stefano Sollima : 7/10
The Ritual de David Bruckner : 7/10
Hostiles de Scott Cooper : 7/10
Mission : Impossible : Fallout de Christopher McQuarrie : 7/10
Climax de Gaspar Noé : 7/10
Entebbe de José Padilha : 7/10
A Quiet Place de John Krasinski : 7/10
Under the silver lake de David Robert Mitchell : 7/10
Whitney de Kevin MacDonald : 7/10
Incredibles 2 de Brad Bird : 7/10
Hereditary de Ari Aster : 6,5/10
Annihilation de Alex Garland : 6,5/10
Bàoxuě jiāng zhì de Dong Yue : 6,5/10
La nuit a dévoré le monde de Dominique Rocher : 6,5/10
Early Man de Nick Park : 6,5/10
The Limehouse Golem de Juan Carlos Medina : 6,5/10
Todos los saben de Asghar Faradi : 6,5/10
Kodachrome de Mark Raso : 6,5/10
BlacKkKlansman de Spike Lee : 6,5/10
Den skyldige de Gustav Möller : 6,5/10
The Man who killed Don Quixote de Terry Gilliam : 6,5/10
Dogman de Matteo Garrone : 6,5/10
The Shape of Water de Guillermo Del Toro : 6,5/10
Three Billboards outside Ebbing, Missouri de Martin McDonagh : 6,5/10
Molly's Game de Aaron Sorkin : 6,5/10
Solo : A Star Wars Story de Ron Howard : 6/10
Lady Bird de Greta Gerwig : 6/10
Jurassic World : Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona : 6/10
Small Town Crime de Eshom & Ian Nelms : 6/10
A Star is born de Bradley Cooper : 6/10
Abracadabra de Pablo Berger : 6/10
Isle of Dogs de Wes Anderson : 6/10
Dans la brume de Daniel Roby : 6/10
Sparring de Samuel Jouy : 6/10
Phantom Thread de Paul Thomas Anderson : 5,5/10
Alpha de Albert Hughes : 5,5/10
Waka Okami wa Shogakusei! de Kitaro Kosaka : 5,5/10
El secreto de Marrowbone de Sergio G. Sánchez : 5,5/10
Mektoub my love : Canto uno de Abdellatif Kechiche : 5/10
The Sisters Brothers de Jacques Audiard : 5/10
Avengers : Infinity War de Anthony & Joe Russo : 5/10
The Little Stranger de Lenny Abrahamson : 5/10
Capharnaüm de Nadine Labaki : 5/10
Frères ennemis de David Oelhoffen : 5/10
Meari to majo no hana de Hiromasa Yonebayashi : 5/10
Gringo de Nash Edgerton : 5/10
Deadpool 2 de David Leitch : 5/10
Red Sparrow de Francis Lawrence : 5/10
Roman J. Israel, Esq. de Dan Gilroy : 5/10
Call me by your name de Luca Guadagnino : 4/10
Downsizing de Alexander Payne : 4/10
Burning de Lee Chang-dong : 3/10
The Villainess de Jeong Byeong-gil : 3/10
Revenge de Coralie Fargeat : 2/10
Pacific Rim : Uprising de Steven S. DeKnight : 1,5/10
The 15:17 to Paris de Clint Eastwood : 0/10




Films vus en 2018 :


Janvier :

1 : American Beauty, Sam Mendes, 1999, TV VOST : 8,5/10
2 : Valérian et la Cité des mille planètes, Luc Besson, 2017, Truc VOST : 3,5/10
3 : It comes at night, Trey Edward Shults, 2017, Truc VOST : 7/10
4 : 120 battements par minute, Robin Campillo, 2017, Truc VF : 5/10
5 : Miss Sloane, John Madden, 2016, Truc VOST : 6,5/10
6 : Astérix et Cléopâtre, René Goscinny & Albert Uderzo, 1968, Truc VF : 7/10
7 : Le Créateur, Albert Dupontel, 1999, Truc VF : 7,5/10
8 : The Beguiled, Sofia Coppola, 2017, Truc VOST : 6/10
9 : Les douze travaux d'Astérix, René Goscinny & Albert Uderzo, 1976, TV VF : 5,5/10
10 : Astérix et la surprise de César, Gaëtan & Paul Brizzi, 1985, TV VF : 6/10
11 : Darkest Hour, Joe Wright, 2017, Ciné VOST : 7/10
12 : All the money in the world, Ridley Scott, 2017, Ciné VOST : 5/10
13 : Coco, Lee Unkrich & Adrian Molina, 2017, Ciné VOST : 6/10
14 : Burn Out, Yann Gozlan, 2018, Ciné VF : 8/10
15 : Le sens de la fête, Eric Toledano & Olivier Nakache, 2017, Ciné VF : 6/10
16 : Star Wars : The Last Jedi, Rian Johnson, 2017, Ciné VOST : 8/10
17 : Downsizing, Alexander Payne, 2017, Ciné VOST : 4/10
18 : Molly's Game, Aaron Sorkin, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
19 : Last Flag Flying, Richard Linklater, 2017, Ciné VOST : 7/10
20 : Astérix chez les Bretons, Pino Van Lamsweerde, 1986, TV VF : 6/10
21 : Astérix et le coup du menhir, Philippe Grimond, 1989, TV VF : 7/10
22 : Astérix Conquers America, Gerhard Hahn, 1994, Truc VF : 4/10
23 : The Post, Steven Spielberg, 2017, Ciné VOST : 8/10
24 : You can't take it with you, Frank Capra, 1938, Blu-Ray VOST : 5/10

Février :

25 : Three Billboards outside Ebbing, Missouri, Martin McDonagh, 2017, Ciné VOST : 7/10
26 : Sparring, Samuel Jouy, 2018, Ciné VF : 6/10
27 : Le Prix du danger, Yves Boisset, 1983, Truc VF : 6,5/10
28 : Enfermés dehors, Albert Dupontel, 2006, Truc VF : 5/10
29 : Jusqu'à la garde, Xavier Legrand, 2018, Ciné VF : 7/10
30 : Astérix et Obélix contre César, Claude Zidi, 1999, Truc VF : 2/10
31 : Ernest et Célestine, Stéphane Aubier, Vincent Patar & Benjamin Renner, 2012, Blu-Ray VF : 7/10
32 : Early Man, Nick Park, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
33 : The Wolfman, Joe Johnston, 2010, TV VOST : 6/10
34 : Nuovo cinema Paradiso, Giuseppe Tornatore, 1988, Truc VOSTA : 7/10
35 : Persepolis, Vincent Paronnaud & Marjane Satrapi, 2007, Truc VF : 5,5/10
36 : The Ritual, David Bruckner, 2017, TV VOST : 7/10
37 : Baby Driver, Edgar Wright, 2017, Blu-Ray VOST : 8,5/10
38 : Meari to majo no hana, Hiromasa Yonebayashi, 2017, Ciné VOST : 5/10
39 : Phantom Thread, Paul Thomas Anderson, 2017, Ciné VOST : 5,5/10
40 : Lady Bird, Greta Gerwig, 2017, Ciné VOST : 6/10

Mars :

41 : Ridicule, Patrice Leconte, 1996, Truc VF : 8/10
42 : The Villainess, Jeong Byeong-gil, 2017, Truc VOSTA : 3/10
43 : A Taxi Driver, Jang Hun, 2017, Truc VOSTA : 7,5/10
44 : Astérix et les vikings, Stefan Fjeldmark & Jesper Møller, 2006, Truc VF : 4/10
45 : Astérix : Le Domaine des Dieux, Alexandre Astier & Louis Clichy, 2014, Blu-Ray VF : 7/10
46 : The Lord of the Rings : The Fellowship of the Ring, Peter Jackson, 2001, Ciné VOST : 10/10
47 : The Shape of Water, Guillermo Del Toro, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
48 : La nuit a dévoré le monde, Dominique Rocher, 2018, Ciné VF : 6,5/10
49 : The Lord of the Rings : The Two Towers, Peter Jackson, 2002, Ciné VOST : 10/10
50 : Call me by your name, Luca Guadagnino, 2017, Ciné VOST : 4/10
51 : The Battleship Island, Ryu Seung-wan, 2017, Ciné VOST : 8/10
52 : El secreto de Marrowbone, Sergio G. Sánchez, 2017, Ciné VOST : 5,5/10
53 : Hostiles, Scott Cooper, 2017, Ciné VOST : 7/10
54 : Roman J. Israel, Esq., Dan Gilroy, 2017, Ciné VOST : 5/10
55 : The Lord of the Rings : The Return of the King, Peter Jackson, 2003, Ciné VOST : 10/10
56 : Le Mari de la Coiffeuse, Patrice Leconte, 1990, Truc VF : 7/10
57 : Un homme idéal, Yann Gozlan, 2015, Truc VF : 5/10
58 : Ace Ventura : Pet detective, Tom Shadyac, 1994, TV VOST : 4/10
59 : The Limehouse Golem, Juan Carlos Medina, 2017, Truc VOST : 6,5/10
60 : Mektoub my love : Canto uno, Abdellatif Kechiche, 2018, Ciné VF : 5/10
61 : Ready Player One, Steven Spielberg, 2018, Ciné VOST : 7,5/10

Avril :

62 : Ready Player One, Steven Spielberg, 2018, Ciné VOST : 8/10
63 : Le Vilain, Albert Dupontel, 2009, Truc VF : 5,5/10
64 : Abracadabra, Pablo Berger, 2017, Ciné VOST : 6/10
65 : Isle of Dogs, Wes Anderson, 2018, Ciné VOST : 6/10
66 : Red Sparrow, Francis Lawrence, 2018, Ciné VOST : 5/10
67 : Dans la brume, Daniel Roby, 2018, Ciné VOST : 6/10
68 : Un étrange voyage, Alain Cavalier, 1981, Truc VF : 5/10
69 : Madame de..., Max Ophuls, 1953, Truc VF : 6,5/10
70 : Wake in Fright, Ted Kotcheff, 1971, Truc VOSTA : 6,5/10
71 : Astérix aux Jeux Olympiques, Frédéric Forestier & Thomas Langmann, 2008, Truc VF : 0/10
72 : Doctor Strange, Scott Derrickson, 2016, Truc VOST : 4/10
73 : Brawl in cell block 99, S. Craig Zahler, 2017, Truc VOSTA : 8/10

Mai :

74 : Rushmore, Wes Anderson, 1998, Ciné VOST : 6/10
75 : Entebbe, José Padilha, 2018, Ciné VOST : 7/10
76 : Série noire, Alain Corneau, 1979, Ciné VF : 5,5/10
77 : Bad Lieutenant, Abel Ferrara, 1992, Truc VOST : 5,5/10
78 : The Quiet Man, John Ford, 1952, Ciné VOST : 7/10
79 : Todos los saben, Asghar Faradi, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
80 : Gringo, Nash Edgerton, 2018, Ciné VOST : 5/10
81 : Astérix : Le Domaine des Dieux, Alexandre Astier & Louis Clichy, 2014, Blu-Ray VF : 7/10
82 : The Man who killed Don Quixote, Terry Gilliam, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
83 : Solo : A Star Wars Story, Ron Howard, 2018, Ciné VOST : 6/10
84 : Perfect Blue, Satoshi Kon, 1997, Ciné VOST : 8,5/10
85 : Deadpool 2, David Leitch, 2018, Ciné VOST : 5/10
86 : The Man from Earth, Richard Shenkman, 2007, Truc VOSTA : 6,5/10

Juin :

87 : Dragonslayer, Matthew Robbins, 1981, Truc VOST : 6,5/10
88 : Jurassic World : Fallen Kingdom, Juan Antonio Bayona, 2018, Ciné VOST : 6/10
89 : Kodachrome, Mark Raso, 2018, TV VOST : 6,5/10
90 : Small Town Crime, Eshom & Ian Nelms, 2018, TV VOST : 6/10
91 : Wall, Cam Christiansen, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
92 : The Prince of Egypt, Brenda Chapman, Steve Hickner & Simon Wells, 1998, Ciné VOST : 8,5/10
93 : Noth of Blue, Joanna Priestley, 2018, Ciné VO : 0/10
94 : Waka Okami wa Shogakusei!, Kitaro Kosaka, 2018, Ciné VOSTA : 5,5/10
95 : Funan, Denis Do, 2019, Ciné VF : 6/10
96 : Millenium Actress, Sathoshi Kon, 2001, Ciné VOSTA : 7/10
97 : Hereditary, Ari Aster, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
98 : There's something about Mary, Bobby & Peter Farrelly, 1998, TV VOST : 7/10
99 : Edward Scissorhands, Tim Burton, 1990, Ciné VF : 6,5/10
100 : A Quiet Place, John Krasinski, 2018, Ciné VOST : 7/10
101 : Pacific Rim : Uprising, Steven S. DeKnight, 2018, Truc VOST : 1,5/10

Juillet :

102 : Sicario : Day of the soldado, Stefano Sollima, 2018, Ciné VOST : 7/10
103 : Joint Security Area, Park Chan-wook, 2000, Ciné VOST : 9/10
104 : Xiao quan guai zhao, Jackie Chan & Kenneth Tsang, 1979, DVD VOST : 6/10
105 : Incredibles 2, Brad Bird, 2018, Ciné VOST : 7/10
106 : Witness for the prosecution, Billy Wilder, 1957, Truc VOSTA : 7,5/10
107 : Dangal, Nitesh Tiwari, 2016, TV VOST : 6,5/10
108 : Barry Lyndon, Stanley Kubrick, 1975, Ciné VOST : 9/10
109 : 'A' gai waak, Jackie Chan, 1983, DVD VOST : 7/10
110 : Shi di chu ma, Jackie Chan, 1980, DVD VOST : 3,5/10
111 : Den skyldige, Gustav Möller, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
112 : Ging chaat goo si, Jackie Chan, 1985, DVD VOST : 7,5/10
113 : Dogman, Matteo Garrone, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
114 : Bàoxuě jiāng zhì, Dong Yue, 2017, Ciné VOST : 6,5/10
115 : Sleepy Hollow, Tim Burton, 1999, Ciné VOST : 7/10
116 : Rise of the Planet of the Apes, Rupert Wyatt, 2011, Blu-Ray VOST : 6/10
117 : Longxiong hudi, Jackie Chan & Eric Tsang, 1986, DVD VOST : 4/10

Août :

118 : Mission : Impossible : Fallout, Christopher McQuarrie, 2018, Ciné VOST : 7/10
119 : Dawn of the Planet of the Apes, Matt Reeves, 2014, Blu-Ray VOST : 7,5/10
120 : War for the Planet of the Apes, Matt Reeves, 2017, Blu-Ray VOST : 7,5/10
121 : Midnight Express, Alan Parker, 1978, Blu-Ray VOST : 7,5/10
122 : Under the silver lake, David Robert Mitchell, 2018, Ciné VOST : 7/10
123 : The A-Team, Joe Carnahan, 2010, Blu-Ray VOST : 4,5/10
124 : The Matrix, Lana & Lilly Wachowski, 1999, Blu-Ray VOST : 10/10
125 : Le monde est à toi, Romain Gavras, 2018, Ciné VF : 7/10
126 : The Animatrix, Collectif de réalisateurs, 2003, Blu-Ray VOST : 8/10
127 : The Matrix Reloaded, Lana & Lilly Wachowski, 2003, Blu-Ray VOST : 9,5/10
128 : Revenge, Coralie Fargeat, 2018, Truc VOST : 2/10
129 : Monsieur Hire, Patrice Leconte, 1989, Truc VF : 4/10
130 : A man called horse, Elliot Silverstein, 1970, Truc VOSTA : 7/10
131 : 3 Idiots, Rajkumar Hirani, 2009, Truc VOST : 6/10
132 : Smokin' Aces, Joe Carnahan, 2006, DVD VOST : 6/10
133 : The Matrix Revolutions, Lana & Lilly Wachowski, 2003, Blu-Ray VOST : 9/10
134 : Room, Lenny Abrahamson, 2015, Blu-Ray VOST : 8/10
135 : Tango, Patrice Leconte, 1993, Truc VF : 6,5/10
136 : Alpha, Albert Hughes, 2018, Ciné VOST : 5,5/10
137 : Cliffhanger, Renny Harlin, 1993, Truc VOSTA : 7/10
138 : Les Grands Ducs, Patrice Leconte, 1996, Truc VF : 7,5/10
139 : Hotel Transylvania, Genndy Tartakovsky, 2012, Truc VOST : 6/10
140 : Burning, Lee Chang-dong, 2018, Ciné VOST : 3/10
141 : Hot Shots !, Jim Abrahams, 1991, Blu-Ray VOST : 7/10
142 : Avengers : Infinity War, Anthony & Joe Russo, 2018, Truc VOST : 5/10

Septembre :

143 : BlacKkKlansman, Spike Lee, 2018, Ciné VOST : 6,5/10
144 : 'A' gai waak 2, Jackie Chan, 1987, DVD VOST : 3,5/10
145 : First Blood, Ted Kotcheff, 1982, Blu-Ray VOST : 8/10
146 : Song of the Sea, Tomm Moore, 2014, Truc VOST : 7/10
147 : Interstellar, Christopher Nolan, 2014, Ciné VOST : 7,5/10
148 : Whitney, Kevin MacDonald, 2018, Ciné VOST : 7/10
149 : Hotel Transylvania 2, Genndy Tartakovsky, 2015, Truc VOST : 5/10
150 : Annihilation, Alex Garland, 2018, TV VOST : 6,5/10
151 : Hots Shots ! Part Deux, Jim Abrahams, 1993, Blu-Ray VOST : 7/10
152 : Chronicle, Josh Trank, 2012, Blu-Ray VOST : 3/10
153 : Police Python 357, Alain Corneau, 1976, DVD VF : 8/10
154 : Begin again, John Carney, 2014, Blu-Ray VOST : 7/10
155 : Låt den rätte komma in, Tomas Alfredson, 2008, Blu-Ray VOST : 7,5/10
156 : Jean de Florette, Claude Berri, 1986, Blu-Ray VF : 8/10
157 : Climax, Gaspar Noé, 2018, Ciné VF : 7/10
158 : Manon des sources, Claude Berri, 1986, Blu-Ray VF : 7,5/10
159 : The Duellists, Ridley Scott, 1977, Truc VOST : 7,5/10
160 : The Little Stranger, Lenny Abrahamson, 2018, Ciné VOST : 5/10
161 : The Sisters Brothers, Jacques Audiard, 2018, Ciné VOST : 5/10
162 : Sing Street, John Carney, 2016, Blu-Ray VOST : 7,5/10

Octobre :

163 : Leave no trace, Debra Granik, 2018, Ciné VOST : 7,5/10
164 : The 15:17 to Paris, Clint Eastwood, 2018, Truc VOST : 0/10
165 : A Star is born, Bradley Cooper, 2018, Ciné VOST : 6/10
166 : Maestro, Léa Fazer, 2014, DVD VF : 7,5/10
167 : Frères ennemis, David Oelhoffen, 2018, Ciné VF : 5/10
168 : Saturday Night Fever, John Badham, 1977, Blu-Ray VOST : 7/10
169 : In Bruges, Martin McDonagh, 2008, Blu-Ray VOST : 7,5/10
170 : King of New York, Abel Ferrara, 1990, DVD VOST : 6/10
171 : Birdy, Alan Parker, 1984, DVD VOST : 6/10
172 : First Man, Damien Chazelle, 2018, Ciné VOST : 8/10
173 : Capharnaüm, Nadine Labaki, 2018, Ciné VOST : 5/10



Découvertes coups de cœur de l'année :


Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image




Séries vues :

Black Mirror (saison 3)
Les Sopranos (saisons 1 à 3)
La Forêt de l’Étrange
Avatar, Le dernier maître de l'air (saison 1 à 3)
La Légende de Korra (saison 1 à 3)
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Battle of the sexes - 6/10

Messagepar Alegas » Mar 02 Jan 2018, 16:32

Image


Battle of the sexes de Jonathan Dayton & Valerie Faris
(2017)


Vu le sujet, je me doutais bien que ça allait être moins bien que les deux précédents films du duo (pour rappel, Ruby Sparks reste toujours à mes yeux la meilleure comédie romantique de ces dernières années), et ça se confirme à la vision, à croire que Dayton/Faris ont cherché à faire un long-métrage plus classique et consensuel pour attirer de nouveau les foules. Sur le papier donc, ça donne pas spécialement envie vu qu'on est clairement face à un film féministe à souhait, mais heureusement on sent une certaine sincérité envers le projet et quand bien même le propos est surlignée, ça reste assez agréable à regarder. Car derrière l'histoire vraie et le récit sportif, il y a l'habituelle attention de Dayton/Faris envers l'écriture des personnages, et là pour le coup ça se ressent pas mal sur le triangle amoureux autour du personnage d'Emma Stone, mais aussi sur la situation famille de son concurrent. Au final, on est donc bien plus concentré sur les motivations des personnages que sur le match lui-même (dont on sait pertinemment l'issue de toute manière) et c'est clairement la force du film.

Après, faut bien avouer que ça reste très consensuel comme histoire, rien ne dépasse et on caresse les sujets traités dans le sens du poil (les femmes pendant ma séance, à savoir 80% de l'audience, ont dû être ravies) et la totalité des personnages qui oseraient aller dans l'autre sens sont systématiquement montrés comme des débiles profonds, bref c'est clairement pas le genre de film qu'il faut voir si on veut avoir un vrai débat sur la pertinence du féminisme. Côté casting, tout le monde fait ce qu'on attend de lui, et j'ai beau trouver Emma Stone et Steve Carell respectivement bons dans leur rôle, ils livrent le strict minimum (jamais on a l'impression de voir des personnages à la place des acteurs). De mon côté, j'ai vraiment pris Battle of the sexes comme un film sur des histoires d'amour plutôt qu'un film de sport, et de ce côté là j'ai été plutôt content de ce que j'ai vu, même si c'est clairement le genre de métrage que je ne reverrais sûrement jamais. J'espère seulement que ça permettra au duo de réalisateurs de signer par la suite quelque chose de plus personnel.


6/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Sa majesté des mouches (1963) - 5/10

Messagepar Alegas » Jeu 04 Jan 2018, 18:38

Image


Lord of the flies (Sa majesté des mouches) de Peter Brook
(1963)


Je ne cacherais pas ma déception sur ce coup là : vu la plutôt haute réputation du film (que ma propre mère m'a bien survendu vu que c'est un de ses films préférés) et le sujet propice à quelque chose de très intéressant, je ressors vraiment déçu de la vision. Que ça fasse son petit effet à l'époque, je peux tout à fait le concevoir, le gros problème c'est que ce Lord of the flies a terriblement mal vieilli, et là où beaucoup de classiques un peu cheaps conservent toujours un certain impact, ici c'est très loin d'être le cas. N'ayant pas le le livre d'origine, je ne pourrais pas jouer au jeu de la comparaison, mais ça a l'air d'être plutôt fidèle, peut-être même trop du coup puisqu'on sent que Peter Brook se repose essentiellement sur son récit, en faisant une adaptation très littéraire.

Avant d'être un réalisateur, Brook est surtout un metteur en scène de théâtre, et j'ai envie de dire que ça se ressent énormément sur son travail d'adaptation : outre le fait que la majorité du casting s'exprime de façon pas du tout naturelle, souvent forcée (bon après faut avouer que diriger des enfants n'est pas ce qu'il y a de plus facile, mais d'autres y sont bien arrivés), on sent que le bonhomme n'est pas à l'aise avec la narration purement visuelle, et on se retrouve donc avec un métrage très plan-plan visuellement. Il y a bien quelques cadres qui retiennent l'attention par moment, mais ça reste relativement rare, et même le choix du noir et blanc, pas idiot à la base, se révèle être plus un gadget qu'autre chose vu comment il est utilisé. C'est d'autant plus regrettable que le film, ou plutôt le récit, laisse entrevoir la possibilité d'une grande œuvre, car derrière ces enfants livrés à eux-mêmes se cache finalement les pires aspects de l'espèce humaine. Clairement, il y a un grand film intemporel à tirer du livre de base, mais ce n'est pas vers cette adaptation fainéante qu'il faudra se tourner pour le trouver.


5/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Mark Chopper » Jeu 04 Jan 2018, 18:45

Avant d'être un réalisateur, Brook est surtout un metteur en scène de théâtre, et j'ai envie de dire que ça se ressent énormément sur son travail d'adaptation : outre le fait que la majorité du casting s'exprime de façon pas du tout naturelle, souvent forcée (bon après faut avouer que diriger des enfants n'est pas ce qu'il y a de plus facile, mais d'autres y sont bien arrivés), on sent que le bonhomme n'est pas à l'aise avec la narration purement visuelle, et on se retrouve donc avec un métrage très plan-plan visuellement.


Tu as déjà vu une pièce dirigée par un grand metteur en scène de théâtre ?

(vraie question)
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 32126
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Alegas » Jeu 04 Jan 2018, 18:49

Je me souviens avoir vu des pièces à ma première année de fac parce que j'avais des cours d'histoire du théâtre, mais je serais incapable de dire par qui elles étaient mises en scène.

Ceci dit, en relisant ma quote, ma phrase n'était pas là pour dénigrer la mise en scène au théâtre, loin de là, c'était vraiment juste pour rappeler que dans les deux arts, raconter la même histoire se fait de façon très différente. Pour le coup, je trouve que Brook ne saisit pas les codes cinématographiques pour les utiliser, d'où la mise en scène très pauvre.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Mark Chopper » Jeu 04 Jan 2018, 18:51

Ceci dit, en relisant ma quote, ma phrase n'était pas là pour dénigrer la mise en scène au théâtre


Je me doute bien que tu ne voulais pas dire ça.

Ceci dit, il y a vraiment une "mise en scène" au théâtre, qui ne se limite pas à la direction d'acteurs. J'en ai déjà parlé, mais pour avoir vu une pièce mise en scène par Sam Mendes (ne pas oublier qu'il vient du théâtre), il est possible d'exprimer des idées "visuelles" ou même à travers un travail sur le son.

Si un jour tu peux tenter l'expérience, je te le recommande, ça permet de chasser certains a priori (basés bien sûr une réalité répandue, mais pas universelle)
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 32126
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Alegas » Jeu 04 Jan 2018, 18:58

Pour le coup, le peu de pièces que j'ai vu s'exprimait essentiellement à travers les acteurs (dialogues et mouvements), le décor et l'éclairage, jamais vraiment plus.

J'avais déjà lu il y a longtemps sur un autre topic tes louanges envers les capacités de mise en scène théâtrales de Mendes, j'avoue que je serais curieux de tenter l'expérience, mais il faudrait que l'occasion se présente.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Rogue One : A Star Wars Story - 7,5/10

Messagepar Alegas » Ven 05 Jan 2018, 20:45

Image


Rogue One - A Star Wars Story de Gareth Edwards
(2016)


Image

ImageImageImage


S'il y avait bien un aspect du rachat de Lucasfilm par Disney qui effrayait, ce n'était pas tant la relance de la saga Star Wars via une nouvelle trilogie, qui était assez évidente, mais bien l'annonce d'une série de spin-offs ayant pour mission de remplir le trou de calendrier, permettant un Star Wars par an, tout en prolongeant l'univers déjà créé. Sur le papier, c'est loin d'être une mauvaise idée, vu que c'est finalement une alternative à ce que l'on connaissait déjà auparavant avec l'Univers Étendu, mais côté conception il fallait du très lourd pour convaincre, et ça ce n'était pas spécialement gagné d'avance. Pourtant, Kennedy et Lucasfilm ont fait une bonne pioche avec ce Rogue One qui, en tant que premier spin-off cinématographique de l'histoire de la saga, part sur une base déjà connue (à savoir le vol des plans de l’Étoile Noire) pour proposer une histoire originale.

ImageImageImage


Le plus couillu finalement côté production, c'est sans doute le choix de Gareth Edwards à la réalisateur, lui qui n'avait réalisé que deux films auparavant, et qui a, très tôt, affiché l'envie de réaliser un pur film de commando au sein de l'univers, loin des Jedi auquel le public est habitué. Ce pari, malgré une production chaotique qui a demandé de nombreux reshoots, se révèle néanmoins payant : Rogue One, en plus d'être un film de guerre aux influences variées (de Guns of Navarone à Black Hawk Down en passant par Full Metal Jacket et Zatoichi) se révèle être le juste milieu entre le film fait pour plaire aux fans et l'opus qui va tenter l'originalité côté traitement. Alors clairement, le film n'est pas sans défauts, on sent effectivement que la production n'a pas été facile, et ça se ressent particulièrement du côté du script où pas mal d'éléments sont rushés (pendant les quinze premières minutes on nous balade de planète en planète pour des séquences de deux minutes seulement) pendant que d'autres ont carrément été virés du film, ce qui laisse un trou un peu gênant (tout ce qui entoure Saw Gerrera, de son armure à sa créature).

ImageImageImage


Heureusement, la teneur du traitement fait que ces défauts passent assez vite sur le plan secondaire, et non seulement ça fait du bien de voir un Star Wars à hauteur d'homme sans pouvoirs, mais en plus il y a une réelle envie de montrer une autre face de ce que l'on connaît déjà, notamment le fait que la Rébellion s'apparente parfois à du terrorisme, avec ses milieux radicaux. Si on ajoute à cela l'orientation visuelle qui permet d'avoir des lieux vraiment inédits (l'astéroïde-ville, la planète-pénitencier, Scarif et ses plages paradisiaques) et enfin de la caméra à l'épaule dans l'univers, on est clairement en face d'un spin-off qui prouve que Star Wars peut parler d'autre chose que de Jedi, et pour les fans nourris à l'Univers Étendu, c'est clairement un grand pas en avant, tant c'était le genre de chose auquel on rêvait depuis longtemps sans vraiment l'espérer. On pourra peut-être reprocher au film quelques tendances au fan-service un peu trop appuyées (le coup du bagarreur de la Cantina, c'était vraiment pas nécessaire), d'autant que ça a tendance à desservir le film qui fonctionne vraiment comme un film à part malgré quelques têtes connues (mais nécessaires). On sent vraiment que Gareth Edwards est respectueux de l'univers, et que ce soit le retour de Tarkin en pixels ou les rares apparitions de Vador à l'écran, ça fait vraiment sens en plus d'apporter une imagerie de fan bienvenue (la séquence finale de Vador c'est le rêve de chaque gosse qui a grandi devant la trilogie originale, et tout ce que la prélogie échouait à retranscrire).

ImageImageImage


Côté personnages, si l'écriture n'est pas ce qu'il y a de plus réussi, avec notamment un attachement émotionnel assez aléatoire (on a plus d'attachement pour le droïde que pour le personnage principal), encore une fois on sent une réelle envie d'approcher des pistes différentes, et autant le droïde faisant preuve d'humour noire est une sacrée idée, autant le fait d'amener des sortes de moines ressentant la Force est clairement l'un des meilleurs ajouts du métrage, d'autant que ça permet d'avoir Donnie Yen qui bastonne du stormtrooper, et plutôt bien filmé avec ceci, et ça ce n'est pas rien. Globalement, Rogue One fait l'effet d'un film particulièrement généreux, que ce soit par son climax vraiment efficace (sans doute le meilleur de la saga juste derrière celui de Return of the Jedi) mais aussi ans la façon de sublimer des éléments déjà connus de l'univers, particulièrement l’Étoile Noire. On sentait déjà dans son Godzilla un certain attachement d'Edwards pour l'imagerie de l'arme atomique, mais là ça crève carrément les yeux avec une arme magnifiée comme pas permis, donnant quelques séquences de choix dans le métrage (le montage alterné entre la préparation du tir d'essai et le monologue de Galen Erso).

ImageImageImage


L'autre surprise du film va se trouver dans les choix de casting, et là on sent que la production se fait plaisir avec pas mal de têtes connues pour une distribution diversifiée et de qualité. On pourra toujours dire que certains n’apparaissent pas autant qu'on le voudrait, mais au final chacun a son bout de gras à défendre. Enfin, un petit mot sur la composition musicale de Giacchino, qui a dû composer en quatrième vitesse suite au désistement (forcé ?) d'Alexandre Desplat. Si son travail se révèle moins marquant que certains l'auraient espéré (moi le premier), ça reste quand même du très bon boulot, selon moi meilleur que le travail de Williams sur l'épisode 7. Là on sent un vrai souffle musical, et le Hope Theme fonctionne vraiment bien de ce côté là.

ImageImageImage


En conclusion, malgré le fait que Rogue One s'avérait être un film aussi attendu que redouté, il se révèle particulièrement efficace dans ses intentions, et bien plus convaincant que l'épisode VII d'Abrams dans sa façon de réutiliser pour inventer. Reste à voir si, à l'avenir, Lucasfilm aura toujours le nez aussi fin dans la production des spin-offs Star Wars, ce qui est très loin d'être gagné vu la situation actuelle du film sur Han Solo.


ImageImageImage
Image


7,5/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Val » Ven 05 Jan 2018, 20:59

:super:

En revoyant le film, ce qui m'a le plus surpris, et qui m'avait moins frappé en salle bizarrement, c'est la qualité visuelle du film. Tes captures le montrent bien, le film regorge de plans sublimes.

Sinon, une des grandes réussites du film est effectivement le personnage de Donnie Yen, notamment sa relation amicale (amoureuse ?) avec Jiang Wen. C'est fait sans ostentation et ça fonctionne totalement.
Avatar de l’utilisateur
Val
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14223
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Alegas » Ven 05 Jan 2018, 21:05

Pour le coup la scène de mort de Donnie Yen c'est celle qui fonctionne le mieux en terme d'émotion, et pourtant ça ne joue pas de beaucoup vu que le personnage a finalement peu de scènes.

Plus le temps passe et plus je l'aime vraiment ce film. Tu me vires Saw Gerrera et tu le remplaces par du temps en plus pour poser les persos dans les 15 premières minutes, je pourrais monter à 8 et au-delà.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar angel.heart » Ven 05 Jan 2018, 21:13

Alors, loin de moi l'idée de troller, mais :

Val a écrit::super:

En revoyant le film, ce qui m'a le plus surpris, et qui m'avait moins frappé en salle bizarrement, c'est la qualité visuelle du film. Tes captures le montrent bien, le film regorge de plans sublimes.


On peut facilement avoir cette impression avec des captures de n'importe-quel blockbuster actuel, hein. :mrgreen:

Val a écrit:Sinon, une des grandes réussites du film est effectivement le personnage de Donnie Yen, notamment sa relation amicale (amoureuse ?) avec Jiang Wen. C'est fait sans ostentation et ça fonctionne totalement.


Malgré toute l'affection que j'ai pour Donnie, son perso m'a semblé totalement anecdotique, pour ne pas dire toupété.
angel.heart
Robocop
Robocop
 
Messages: 8308
Inscription: Lun 28 Mar 2011, 14:55

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar lvri » Ven 05 Jan 2018, 23:03

Ce Rogue One est un épisode réussi je trouve. J'avais beaucoup apprécié la séance ciné.
J'ai réécouté la BO il y a peu, et elle est franchement sympa. Je n'avais pas un aussi bon souvenir (qui n'était pas mauvais à la base en même temps).
Je me demande si au final, cet épisode n'est pas meilleur que les VII et VIII....
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6656
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Alegas » Sam 06 Jan 2018, 12:02

angel.heart a écrit:Alors, loin de moi l'idée de troller, mais :

Val a écrit::super:

En revoyant le film, ce qui m'a le plus surpris, et qui m'avait moins frappé en salle bizarrement, c'est la qualité visuelle du film. Tes captures le montrent bien, le film regorge de plans sublimes.


On peut facilement avoir cette impression avec des captures de n'importe-quel blockbuster actuel, hein. :mrgreen:


Il y a beau et beau. Si je faisais des captures de Wonder Woman je pourrais peut-être trouver des plans agréables à regarder, ça n'en ferais pas pour autant des plans réfléchis en terme de mise en scène.
On peut dire ce que l'on veut sur Gareth Edwards, le mec a quand même un sens de la mise en scène, et ça se voit.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2018

Messagepar Val » Sam 06 Jan 2018, 12:13

Tu m'étonnes qu'il y ait des plans agréables a regarder dans Wonder Woman. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Val
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14223
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Ghost story (A) - 7/10

Messagepar Alegas » Sam 06 Jan 2018, 17:46

Image


A Ghost Story de David Lowery
(2017)


Image


A la vision de Ain't them body saints au cinéma il y a quelques années, il était évident pour moi qu'un potentiel réalisateur à suivre venait de naître. Autant j'ai volontairement zappé son incursion chez Disney avec son second long-métrage (mais du coup j'avoue que je suis curieux désormais) autant A Ghost Story me tentait vraiment bien, malgré l'étrangeté des premières images dévoilées. Alors clairement, et ça se confirme avec sa réception ici, c'est le genre d'expérience cinématographique qui ne laisse pas indifférent. Soit on aime, soit on rejette en bloc, c'est malheureusement le destin de pas mal de films de ce style, et de mon côté j'ai vraiment cru durant les vingt premières minutes que j'allais détester, mais dès que le véritable périple temporel du fantôme commence, j'étais à fond dans le délire.

ImageImageImage


A Ghost Story n'est pas le genre de métrage qui cherche à ménager son spectateur, loin de là, et pour le coup je peux tout à fait comprendre qu'on trouve le film insupportable sur son premier tiers, tant Lowery va à fond dans le délire contemplatif, en faisant durer ses plans pour pas grand chose. Entre un plan sur un couple dans un lit, ou le fameux plan du gâteau au chocolat dont chaque spectateur se souvient (je ne sais pas combien dure le plan, mais il m'a vraiment paru interminable pour le coup :? ), le film a vraiment de quoi faire peur, mais heureusement ça s'améliore vraiment par le suite, et dès que le personnage de Rooney Mara sort de l'histoire cette dernière dévoile peu à peu tout son potentiel. C'est difficile à décrire tant le métrage est une expérience sensitive, qu'on vit plus qu'on ne regarde, mais on est clairement dans une fable sur le temps qui passe, sur le caractère éphémère de chaque chose, et on se sent au final tout petit devant ce film qui dit beaucoup sans réellement le dire de façon explicite. Ça tient à peu de choses, mais A Ghost Story a vraiment quelque chose de marquant pour peu que l'on rentre dans le trip, et il y a des idées toutes bêtes qui deviennent des moments percutants à la vision (la disparition du fantôme voisin, l'arrivée sur le toit ou encore cet étonnant champ/contre-champ sur le cadavre en décomposition d'une fillette :shock: ). L'utilisation du format 1:33 a quelque chose d'assez fascinant. Je serais bien en peine de dire exactement à quoi il sert pour Lowery, mais ça donne un vrai cachet visuel à l'expérience, comme si on voyait nous aussi à travers les trous d'un drap qui nous limiterait notre vision. A côté de ça, Lowery fait preuve du même talent de composition de plan que dans son premier métrage, c'est vraiment super beau et c'est sublimé par une très jolie photographie.

ImageImageImage


Côté casting, Rooney Mara et Casey Affleck sont bons pour le peu de temps qu'on les voit, mais pour moi la vraie révélation du métrage c'est quand même le fait qu'on puisse faire passer autant de choses à travers un mec recouvert d'un drap. L'idée paraît complètement saugrenue au premier abord mais ça fonctionne complètement. Un petit mot sur la comparaison avec Malick qui revient souvent dans les critiques négatives sur le film : ça n'a juste rien à voir en terme de contemplation, et je rigole pas mal en imaginant ceux qui considèrent Malick comme le summum du contemplatif devant un film de Tarkovski, ça leur ferait tout drôle :eheh: . C'est vraiment le genre de film que je ne conseillerais pas à tout le monde, quand bien même l'expérience s'avère très belle si on y adhère. Pour le coup, le meilleur conseil que je puisse donner à ceux qui seraient tentés serait de donner une chance au film dans de bonnes conditions de visionnage, car c'est sûr que le voir en rip sur un écran d'ordinateur doit déposséder le métrage de toute son essence et de son intérêt.


Image


7/10
Critiques similaires
Film: Ghost story (A)
Note: 1/10
Auteur: caducia

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36686
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO