[lvri] Mes blabla en 2018

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

[lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 10:18

Allez, c'est reparti ! :mrgreen:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar Alegas » Jeu 15 Fév 2018, 10:21

:super:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36839
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Superswede - 8/10

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 10:24

THE SUPERSWEDE


Il y a, pour ma plus grande joie, de plus en plus de documentaire sur la Formule 1. Certains sont diffusés discrètement à la télévision dans le pays du pilote ou de l’équipe concernés (ADN Villeneuve au Canada, Le Dernier weekend d’Alonso en rouge en Espagne, les différents docs de la BBC sur les grands champions anglais comme Graham Hill …). D’autres sortent au ciné, comme le superbe Senna d’Asif Kapadia ou Williams (du moins en Angleterre). Puis, il y a Superswede ….


Image

Sortie au cinéma et en bluray dans les pays Nordiques, Superswede revient sur la carrière et la vie de Ronnie Peterson. Un pilote talentueux, rapide et au style de pilotage impressionnant, un Champion sans couronne disparu trop tôt durant une décennie où les pilotes étaient des gladiateurs, pilotant des machines dangereuses dans un monde glamour. La grande époque de la Formule 1.


La décennie 70 était sûrement celle où le nombre de pilote au talent incroyable était le plus élevé. Il n’y avait pas que deux ou trois pilotes au-dessus du lot et le reste du paquet. La moitié du plateau était talentueuse. Hélas, c’est aussi la décennie où un grand nombre de pilote trouvera la mort. Des machines de plus en plus rapide, mais aussi de plus en plus fragile. Des circuits sans aucune protection ou dégagement. Des réservoirs n’attendant qu’un petit choc et une étincelle pour prendre feu. « Lorsque je prenais ma combinaison et mon casque le jeudi pour partir sur le circuit, je ne savais pas si je rentrerai le dimanche soir …. ». Une phrase prononcée par Emerson Fittipaldi qui démontre à quel point le danger était présent sur les circuits de Formule 1.


Image

Ronnie Peterson n’a pas eu la carrière qu’il méritait. Comme le dira justement Jackie Stewart, il serait devenu Champion du Monde sans aucun doute si le destin ne l’avait pas rattrapé à Monza, en 1978. Le pilote Suédois était impressionnant derrière un volant, souvent en contre braquage dans les courbes rapides de ces anciens tracés. Son premier gros accident dans une catégorie inférieure, ou sa voiture se retournera et prendra feu instantanément, ne l’empêchera pas de poursuivre sa carrière. Hélas, Peterson ne fera pas les bons choix. Comme l’explique Lauda, Peterson arrivera toujours dans d’excellentes écuries au mauvais moments. Des Lotus en perte de vitesse, des Tyrell vieillissantes, une march à l’agonie …. En 1978, il retourne néanmoins chez Lotus, en qualité de pilote n°2 derrière Andretti. La voiture est enfin compétitive, et il retrouve des couleurs. Son excellent début de saison lui permet de signer un contrat chez Mclaren pour l’année suivante. Le départ du Grand Prix de Monza en décidera autrement.


Les pilotes s’avancent sur la grille en ce 10 septembre 1978. Andretti et Villeneuve partagent la première ligne et approche doucement de leur position de départ avec le tour de chauffe. Le starter donne le départ, mais le signal arrive trop tôt ! Seuls Villeneuve et Andretti sont sur leur position ! Les pilotes derrière sont déjà élancés et le peloton se resserre rapidement. Derrière, Patrese se rabat sur Hunt et le touche. Ce dernier braque sur sa gauche et touche la roue arrière de Peterson. Le pilote Suédois est renvoyé sur sa droite et frappe durement les barrières de sécurité. Sa voiture prend feu dans un bruit d’explosion. Regazzoni, Depailler et Hunt courent vers lui et le sortent de sa voiture. Peterson est blessé, et le cordon de policier qui s’est installé autour de l’accident bloque l’accès au docteur Syd Watkins, dont c’était le premier GP, pendant plus d’un quart d’heure (il obtiendra dès le GP un équipement médical digne, une voiture et un hélicoptère afin de ne plus perdre une seule seconde ... il sera aux côtés de Senna le 01/05/1994).


Image

Peterson est emmené à l’hôpital. Multiples fractures aux jambes, brulures sur les avants bras … les médecins ne sont pas d’accord sur l’opération. Certains refusent, d’autres insistent. Peterson sera finalement opéré et son état n’inquiète plus vraiment les spécialistes…. Mais dans la nuit du 10 au 11 septembre, il fait une embolie pulmonaire et décède au petit matin. La Formule 1 vient à nouveau de perdre un grand champion.


Sa femme mettra fin à ses jours 9 ans plus tard à l’âge de 40 ans. Sa fille, qui ouvre le documentaire, avait trois ans lorsque son père perdit la vie : « Tout le monde le connaissait sous le nom de Ronnie Peterson, ou The Superswede … je le connaissais sous le nom de papa ».


8/10
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 10:25

@ Alegas : pour info, ce documentaire n'est sorti au ciné que dans les pays nordiques et n'est pas dispo en France. Je te laisse le choix pour la prise en compte de la critique ou non :super:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Harry Potter à l'École des Sorciers - 6,5/10

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:08

HARRY POTTER AND THE PHILOSOPHER STONE


"Harry Potter … Our new celebrity … "


Harry Potter est une saga que j’aime beaucoup, aussi bien en livre qu’en film. Elle a ces défauts, c’est une certitude, mais c’est globalement réussi. JK Rowling a créé un univers riche, bourré de bonnes idées, de personnages intéressants …

Le premier volet, qui aura droit à trois titres différents (Philosopher stone est le titre original, modifié en Sorcerer stone aux US et ….. à l’Ecole des Sorciers en France … no comment), nous entraine à Privet Drive en pleine nuit. Un sorcier, une sorcière, un géant …. et un bébé portant une cicatrice en forme d’éclair sur le front. Ce dernier sera déposé au pas de la porte des derniers membres vivants de sa famille. Dans onze ans, il pourra rejoindre l’école de Sorcellerie de Hogwart (Poudlard en VF).

Harry Potter possède tous les ingrédients de l’histoire fantastique. Un jeune héro orphelin, un side kick maladroit, une fille combative et intelligente, un vieux sage protecteur, des ennemis déclarés ou mysterieux … Bref, une petite base connue au milieu d’un univers gigantesque ! Un monde de Sorciers caché aux yeux des moldus, ayant son propre ministère, ses propres lois, son mode d’éducation, son sport … On se retrouve comme les enfants de première année : on découvre ce monde magique avec de grands yeux écarquillés.

Ce premier opus est loin d’être parfait, soyons honnête. Chris Columbus n’était peut-être pas le meilleur choix pour réaliser ce film. Néanmoins, pas mal de choses fonctionnent. Tout d’abord, la mise en image de l’univers de JK Rowling est réussie : Diagon Alley, ses boutiques et sa banque. Hogwart, sa grande salle et ses escaliers magiques. La forêt interdite, le Quidditch, …. Le choix des différents rôles adultes est parfait. La BO est absolument superbe … Reste tous ces enfants à gérer, et là, Columbus a dû en chier quand même. C’est pas toujours juste ou naturel … Mais certains s’en sortent quand même bien, comme Tom Felton (quel petit con !).

Le film a pris un coup de vieux au niveau de ces effets spéciaux (peu étonnant), mais la magie fonctionne quand même. Harry Potter à l’école des Sorciers est un film plutôt sage, qui pose une belle base pour les prochains films. Il reste très enfantin, à l’instar du livre, mais se regarde avec plaisir.


6.5/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Harry Potter et la Chambre des Secrets - 5,5/10

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:10

HARRY POTTER AND THE CHAMBER OF SECRETS


"It is not our abilities that show what we truly are. It is our choices "


Après un premier film très enfantin, ce second film devient un peu plus sombre. Columbus est toujours à la réalisation, et de nouveaux personnages font leur apparition

Seconde année à Hogwart pour Harry et ses amis. La recette reste la même : début à Privet Drive où Harry va rencontrer Dobby (personnage qui sera zappé jusqu’au dernier film, ce qui n’est pas le cas dans les livres). Puis une année scolaire mouvementée, où Harry va entendre pour la première fois, le véritable nom de « You know who »

Il y a pas mal d’humour dans ce second film, en particulier autour du nouveau professeur Gilderoy Lockhart, interprété par Kenneth Branagh. Un professeur ridicule, bon à rien, mytho … Ce qui n’empêche pas le film d’installer une ambiance plus sombre que le premier. A noter l’apparition du père de Drago Malefoy, Lucius, interprété par Jason Isaac. Le choix est excellent, et comme le dira très justement Columbus, « les caméras l’aiment de façon négative ». Difficile en effet d’imaginer Isaac jouer le gentil Sorcier de service

Mais voilà, le film est beaucoup trop long. A vouloir impérativement y intégrer tous les éléments du livre (ce qui n’était pas nécessaire), Columbus nous propose un film au rythme bancal. Néanmoins, et heureusement, les scènes les plus importantes sont plutôt réussies

Harry Potter et la Chambre des Secrets est sans aucun doute le film le plus faible de la saga. Le casting reste une réussite (ça s’améliore côté gamin, même si ce n’est pas toujours nickel), de même que la BO et la direction artistique. A noter qu’il s’agit de la dernière apparition de Richard Harris en professeur Dumbledore (il mourra peu avant la sortie du film de mémoire).


5.5/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban - 8/10

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:12

HARRY POTTER AND THE PRISONER OF AZKABAN


"Something wicked this way comes"


C’est à partir de ce troisième film que la saga cinématographique Harry Potter va vraiment démarrer ! Et pas qu’un peu ! Cuaron aux commandes, et on voit déjà le résultat visuellement (cet épisode reste sans conteste le plus beau). La photo est splendide, le montage dynamique, et il y a plein de petites idées bienvenues (les scènes avec le Saule Cogneur, les fondus, …)

Le prisonnier d’Azkaban va introduire plusieurs éléments très important dans la saga. Le parrain d’Harry, Sirius Black. Le nouveau professeur de défense contre les forces du mal, Remus Lupin. Le faible Peter Pettigrew. Trois amis du père d’Harry ayant notamment créé un objet (qui apparait pour la première fois) qui sera très utile à Harry : la carte du Maraudeur. Les Détraqueurs (Dementors), le patronus charm, … pleins d’éléments qui suivront Harry jusqu’au dernier épisode

Richard Harris est remplacé par Michael Gambon, qui, soyons honnête, offre un Dumbledore bien meilleur, plus malicieux, plus charismatique. Le Dumbledore d’Harris était certes plus sage, mais semblait plus fragile, moins puissant. Pour le reste, le casting reste le même, du Professeur Snape au Professeur McGonagall, en passant par Hagrid ou Malefoy. Viennent s’ajouter les nouveaux acteurs, tous autant réussi, comme David Thewlis, Gary Oldman et Timothy Spall.

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban est un des meilleurs épisodes de la saga. Rythmée, beau, et surtout très important pour la suite au niveau de son histoire. Il relève drastiquement le niveau par rapport aux deux premiers films. Ajoutons à cela une toujours aussi excellente BO (la dernière de Williams pour la saga), et on obtient un excellent film !


8/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Harry Potter et la Coupe de Feu - 7/10

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:13

HARRY POTTER AND THE GOBLET OF FIRE


"Soon, we must all face the choice between what is right and what is easy"


Pour la première fois depuis le début de la saga, la production pensera sérieusement à couper le film en deux parties afin d’y intégrer le maximum d’élément du livre. Finalement, ce ne sera pas le cas, et pas mal de parties du livre seront donc zappées, ou raccourcies

Voldemort est en passe de revenir. Dès le début, on le découvre, affaiblit, préparant un plan lui permettant de retrouver ses forces et une apparence plus ou moins humaine. L’organisation du Tournoi des Trois Sorciers va lui permettre d’attirer vers lui son ennemi intime, le fameux garçon qui a survécu : Harry Potter.

La saga continue à s’assombrir doucement. Ce quatrième opus nous fait découvrir de nouveaux personnages plus ou moins important, comme Alastor « mad-eye » Moody (Maugrey en VF), Cedric Diggory ou encore Fleur Delacour. Mais surtout, on découvre pour la première fois en chair et en os Voldemort. Et clairement, Ralph Fiennes réussi son entrée dans la saga en nous proposant un Voldemort cinglé, froid et puissant.

Mike Newell n’est clairement pas Cuaron. Néanmoins, il nous offre quand même un film soigné (mais beaucoup moins coloré). Les différentes épreuves des tournois sont bien foutues, mais le film zappe pas mal de choses du livre qui auraient méritées d’être traitées (et perd du temps sur d’autres points moins importants). Est-ce qu’un film en deux parties auraient été la solution ? Pas sûr. Néanmoins, on ne s’ennuie pas, et on prend du plaisir à suivre l’histoire.

Un changement important dans la saga : John Williams passe la main, et laisse Patrick Doyle se charger de la BO. Cette dernière est plutôt réussie, et nous offre pas mal de morceaux réussis. Harry Potter et la Coupe de Feu est un épisode réussi malgré quelques défauts.


7/10
Critiques similaires

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:25

Mise à jour notes des autres épisodes :

The order of the Phénix : 8/10
The Half Blood Prince : 7/10
The Deathly Hallows part 1 : 8/10
The Deathly Hallows part 2 : 8/10
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar osorojo » Jeu 15 Fév 2018, 12:54

So, when it comes to Harry Potter, you're ready to forget ur native language ? :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Hulk
Hulk
 
Messages: 15400
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Fév 2018, 12:59

Yes I am :mrgreen:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar Alegas » Sam 17 Fév 2018, 11:13

lvri a écrit:@ Alegas : pour info, ce documentaire n'est sorti au ciné que dans les pays nordiques et n'est pas dispo en France. Je te laisse le choix pour la prise en compte de la critique ou non :super:


Ne t'en fais pas pour ça : à partir du moment où un film est sorti au ciné quelque part, il a tout fait sa place dans la partie critiques. :wink:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36839
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [lvri] Mes blabla en 2018

Messagepar lvri » Sam 17 Fév 2018, 11:21

Merci ! :super:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

10 Cloverfield Lane - 7/10

Messagepar lvri » Sam 17 Fév 2018, 12:08

10 CLOVERFIELD LANE

Image

"Don't leave me! You don't know what's out there !"



Partagé après son visionnage lors de sa sortie au ciné, mon avis a quelque peu évolué depuis, après sa révision en bluray. 10 Cloverfield Lane est un film plutôt mal aimé, enfin du moins, sa moyenne ne dépasse pas .... la moyenne. Son pitch est plutôt simple : Après un accident de voiture, Michelle se retrouve enfermée dans un bunker. Son ravisseur est clair : il lui a sauvé la vie, car dehors, l'air est devenu irrespirable suite à une attaque inconnue. Michelle doute, et mettra toute en oeuvre pour réussir à s'échapper.

Et là, on se dit, "mais quel lien avec Cloverfield ?" Et j'aurai envie de répondre : "Où est le problème ?". L'histoire se passe au même moment que les événements du premier Cloverfield. On imagine que l'attaque de New-York a eu lieu, et que d'autres villes sont également attaqués par une force d'origine extra-terrestre. Et c'est là où le film me semble intéressant : faire vivre d'autres personnages dans l'univers de Cloverfield, sans pour autant être au cœur du combat. Les trois personnages ne savent rien, on ne sait rien d'eux, et on imagine, Cloverfield oblige, que quelque chose se trame. En attendant, sans vue à l'extérieur du bunker, on ne peut que se fier aux faits, gestes et dires des différents protagonistes.

Image

Michelle, excellente Mary Elizabeth Winstead, pense avoir été enlevée par un malade nommé Howard (Flippant John Goodman), qui se met facilement en colère, et qui, potentiellement, n'en n'est pas à son premier enlèvement de jeune fille (fausse photo, message d'appel au secours, ...) Il ment, c'est une certitude pour elle. A ses côtés, Emmett, entré dans le bunker de son plein gré suite à une attaque extérieure (flash lumineux mais sans explications supplémentaires). Au fur et à mesure que l'histoire avance, on doute, on change d'avis, mais si tout était vrai au final ? Les preuves s'accumulent : il y a un danger dehors, mais il y en a un aussi à l'intérieur. Et ce dernier est bien présent, visible, proche ...

Dan Trachtenberg fait de l'excellent boulot. Le film est classe, et on se sent oppresser à plusieurs reprises. Le jeu sur les sons est d'ailleurs une des grandes qualités du film (la piste atmos doit être impressionnante). Entre les grondements sonores inconnus, et les petits bruits qui se baladent ici ou là, tout est là pour nous immerger dans ce bunker. A noter les scènes très Lostienne sous fond de musique sixties ou seventies.

Image

Le film a sûrement divisé à cause de son dernier quart d'heure. Mais ce lien était logique. Alors oui, 10 Cloverfield Lane n'est pas le film auquel on s'attend après avoir vu Cloverfield. Mais c'est justement ça qui me semble intéressant. Nous faire voir d'autres destins qui vivent plus ou moins loin du danger découvert sur le premier opus, et les laisser découvrir le danger extérieure tout en faisant face au danger intérieur, à ce qu'ils vivent à un moment donné. Les trois personnages nous font douter durant tout le film : attaque, pas attaque ? Howard est-il un psychopate dangereux violeur ? ... On le sait, un danger rode à l'extérieur, Cloverfield oblige. Le problème que je pointerai du doigt sur ce dernier quart d'heure est le côté too much (elle s'en sort quand même bien facilement ...). Une vision, une silhouette d'un Monstre au loin, juste la radio .... Garder le mystère tout en faisant un lien direct, rapide et efficace avec le premier opus aurait été plus intelligent. Mais bon, très honnêtement, je n'ai pas boudé mon plaisir.

Image


7/10
Critiques similaires
Film: 10 Cloverfield Lane
Note: 3,5/10
Auteur: caducia
Film: 10 Cloverfield Lane
Note: 3/10
Auteur: Jimmy Two Times
Film: 10 Cloverfield Lane
Note: 5,5/10
Auteur: Dunandan
Film: 10 Cloverfield Lane
Note: 5,5/10
Auteur: Alegas

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Mission : Impossible - 4/10

Messagepar lvri » Sam 17 Fév 2018, 12:30

MISSION IMPOSSIBLE

Image

"Do you read me ! The list is in the OPEN !"



Vu il y a quelques années, sûrement à sa sortie sur support, j'avais vraiment peur de faire face à un film qui aurait mal vieilli. Et bien en fait ... non ...enfin, presque non. Néanmoins, j'en gardais globalement un meilleur souvenir. La redécouverte fait mal.

Rien à redire sur la mise en scène de Brian de Palma. Il sait mettre en place la tension, l'action, ... c'est une évidence. Bon, il aurait pu éviter les trucs débiles (le coup du rat, l'éternuement de Réno, et ce final sur lequel je reviendrai plus tard). Mais au delà de la mise en scène, il y a la direction d'acteur, et là, il aurait peut-être du prendre un peu de temps pour mieux diriger. La plupart en fait trop, aussi bien Tom Cruise qu'Emmanuelle Béart, mais le pompon revient à Godefroy le Hardi !

Image

Le film se suit sans déplaisir (mais sans vrai plaisir non plus ...), mais il atteint des sommets lors du casse au FBI (ou CIA ?, je sais plus). Une scène emblématique où Cruise assure vraiment. Aucune musique, aucun bruit, juste du stress. Efficace ! De même que l'explication de Phelps avec un Cruise se refaisant l'histoire dans sa tête. Mais voilà, De Palma (ou je ne sais qui) a trouvé que finir sur une poursuite hélico / TGV serait une bonne idée ... C'est une horreur. Tout ce final, dans le train ou sur son toit est un loupé complet. Et en plus, c'est d'une laideur absolue. Qu'on puisse exagéré les choses dans un film comme Mission Impossible, pas de problème, mais là, on touche le ridicule.

Mission Impossible premier du nom signe le début d'une nouvelle saga toujours en cours. C'est pas top, mais De Palma oblige, on s'attendait à quelque chose de bien meilleur (bon, c'est un film de studio, De Palma fait quand même du bout boulot derrière la caméra). Heureusement, la saga s'améliore ensuite ... enfin ensuite, pas tout de suite non plus !


4/10
Critiques similaires
Film: Mission : Impossible
Note: 5/10
Auteur: Pathfinder
Film: Mission : Impossible
Note: 4,5/10
Auteur: Scalp
Film: Mission : Impossible
Note: 5,5/10
Auteur: caducia
Film: Mission : Impossible
Note: 6/10
Auteur: Alegas

"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6784
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO