[Alegas] Mes Critiques en 2019

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Noces funèbres (Les) - 6,5/10

Messagepar Alegas » Jeu 31 Jan 2019, 11:08

Image


Corpse Bride (Les Noces funèbres) de Mike Johnson & Tim Burton
(2005)


Revision à la baisse pour celui-là. J’avais en souvenir l’un des meilleurs Burton, et en fait ça souffre énormément de la comparaison avec Nightmare before Christmas. Là où le film de Selick transpirait l’originalité, et où la combinaison de talents donnait lieu à un chef-d’œuvre, ce Corpse Bride s’avère être à l’image de la majorité de la carrière de Burton après Sleepy Hollow : un film sans surprises, très attendu autant sur le script que sur le visuel, et où Burton donne l’impression d’être en mode automatique, ayant déjà travaillé les thématiques abordées plusieurs fois auparavant. Rien que le concept même du métrage c’est loin d’être inédit : le coup du monde vivant morne et triste à l’opposé d’un monde des morts festif et ludique ça aurait pu être original à une époque mais là ça sent le vu et revu. Et puis la courte durée du film fait que l’histoire livre le strict minimum : la totalité des personnages sont de simples schémas narratifs, sans aucune épaisseur ou psychologie, c’est particulièrement visible sur le héros qui change d’avis comme de chemise sur sa position vis à vis de la mariée décédée.

Alors le récit est joli, et en l’état ça fonctionne, mais contrairement à Nightmare before Christmas où on sent une véritable réflexion sur son sujet, là ça se contente de raconter une fable et absolument rien d’autre (et pas forcément toujours bien, cf le twist qu’on grille à des kilomètres). De ce fait, le film de destine surtout aux plus petits, d’autant que ça peut faire une bonne porte d’entrée pour le cinéma de Burton. Mais là où le film déçoit encore plus, c’est sur le manque évident d’inspiration sur la musique ou la DA. Elfman est loin de livrer une composition mémorable, les rares chansons sont toutes oubliables, et la DA c’est un peu Burton pour les nuls. Heureusement, le casting vocal en jette pas mal (beaucoup d’habitués de Burton, dont Albert Finney et Christopher Lee). Là où le film est difficilement attaquable en revanche, c’est du côté de l’animation. La stop-motion est vraiment réussie, ça use de beaucoup d’effets visuels qui marchent très bien, c’est pas étonnant du coup de voir que le studio Laïka a participé à la production. Bon, j’ai dis beaucoup de mal du film mais en l’état ça se regarde quand même bien, c’est juste qu’il faut pas attendre plus qu’un petit film d’animation qui fait le job minimum. Le film de Selick était devenu culte dès sa sortie, celui-là, 14 ans plus tard est très très loin de posséder le même statut.


6,5/10
Critiques similaires
Film: Noces funèbres (Les)
Note: 9/10
Auteur: cinemarium
Film: Noces funèbres (Les)
Note: 9/10
Auteur: zirko

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dionycos » Jeu 31 Jan 2019, 15:09

Je pense être le seul a largement préférer ce Corpse Bride à Nightmare...
Il y en a un qui me divertit à fond, un autre qui me fait gentiment chier :chut:
Image
Homeward bound. I wish I was
Avatar de l’utilisateur
Dionycos
Alien
Alien
 
Messages: 5171
Inscription: Lun 26 Sep 2011, 15:38

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Alegas » Jeu 31 Jan 2019, 16:24

Je suis souvent d'accord avec toi mais là, désolé, ça ne va pas être possible. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dionycos » Ven 01 Fév 2019, 13:56

J'ai bien dit que j'étais un peu tout seul sur ce coup :mrgreen:
Image
Homeward bound. I wish I was
Avatar de l’utilisateur
Dionycos
Alien
Alien
 
Messages: 5171
Inscription: Lun 26 Sep 2011, 15:38

Police Story 2 - 7/10

Messagepar Alegas » Lun 04 Fév 2019, 16:07

Image


Ging chaat goo si juk jaap (Police Story 2) de Jackie Chan
(1988)


Je craignais une suite façon Marin des mers de Chine, avec un sérieux écart qualitatif, et au final j’ai eu droit à une suite vraiment honorable. Ca confirme bien ce que je pensais après la vision du premier film : déjà le cadre contemporain marche vraiment bien avec Jackie Chan, et d’autant plus quand il y a un véritable équilibre entre le ton sérieux et quelque chose de plus décalé qui va se trouver dans des gags, répliques ou idées de baston. Alors déjà, je vais pointer du doigt le gros défaut du film qui l’empêche d’être du niveau de son prédécesseur, à savoir son rythme. Dans Police Story, on avait jamais le temps de s’ennuyer, et là ça veut jouer un peu trop grand du côté de la narration en ajoutant presque une demi-heure supplémentaire. D’un côté, ça permet à Chan de livrer des séquences qui prennent leur temps, notamment une longue scène de filature où on sent une rigueur presque documentaire dans la façon de la filmer, mais d’une autre part on a des passages qui apportent finalement pas grand chose à l’histoire, le meilleur exemple étant le retour des bad-guys du premier film. Pendant un moment, je me disais que la storyline de ces derniers allait recouper avec celle des terroristes, mais au final non, ils ne servent vraiment à rien si ce n’est justifier la démission de Jackie au début du film et permettre deux bastons bien ludiques (une première dans un restau super fun, et une autre assez impressionnante dans un parc pour enfants).

Pour le reste, cette suite tient ses promesses tout en prenant des libertés de ton avec notamment un humour plus sage (il n’y a plus de tartes à la crème, ce qui n’est pas pour me déplaire) et qui me paraît même plus réfléchi dans sa mise en scène (l’engueulade en plan-séquence jusque dans les douches, l’exemple même d’un gag qui marche uniquement parce qu’il est filmé de cette façon). Le récit a beau être sérieux, voire même désespéré par moment (le passage où Chan est attaché à une bombe), il y a encore une fois ce travail d’écriture exemplaire qui fait qu’on sait qu’on reste devant une comédie sans pour autant dédaigner le sérieux des situations. Et puis comme d’habitude, les combats sont dingues, bourrés d’idées géniales avec un gros travail sur l’utilisation ludique de l’environnement. Le climax final dans l’usine c’est quand même du sacré spectacle d’action comme on en fait plus. Du coup, maintenant, je suis carrément curieux sur les autres Police Story, et ça serait pas impossible que je tente le coup un de ces jours.


7/10
Critiques similaires
Film: Police Story 2
Note: 7/10
Auteur: Scalp
Film: Police Story 2
Note: 7,5/10
Auteur: alinoe
Film: Police Story 2
Note: 8/10
Auteur: Tarankita

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Glass - 5/10

Messagepar Alegas » Jeu 07 Fév 2019, 19:51

Image


Glass de M. Night Shyamalan
(2019)


On l’aura attendu longtemps cette suite d’Unbreakable, avec le retour de Bruce Willis en David Dunn. Mais cette suite, on la craignait pas mal aussi, d’une part parce que Shyamalan s’est complètement fourvoyé depuis, mais aussi et surtout parce qu’on ne savait pas réellement ce qu’il y avait à raconter sans trahir le film d’origine. Après le sursaut Split, qui laissait entrevoir que Shyamalan savait ce qu’il faisait, on sait enfin ce qu’il en est, et le résultat n’est franchement pas des plus convaincants. Alors clairement, Shyamalan a pour lui de ne pas tomber dans la suite facile en incorporant du spectaculaire. Il y avait pourtant possibilité, mais le réalisateur souhaite de toute évidence garder ce qui faisait le charme de son chef-d’œuvre, à savoir le fait qu’il était tourné à hauteur d’homme, dans une tendance presque intimiste. Une approche qui augure du bon dans le premier acte du métrage, avec une Bête en liberté et Dunn qui la traque tout en évitant les forces de l’ordre. Une base sympathique qui, malheureusement, n’est que la partie visible de l’iceberg, et le film prend ensuite une toute autre direction.

Entendons-nous bien : l’idée d’avoir les trois personnages dans un centre psychiatrique pour les faire douter de leurs réelles capacités a son potentiel. Le problème, c’est que Shyamalan souhaite faire douter son public de ce qu’il a pu voir auparavant. Et autant ça peut peut-être fonctionner sur des gens n’ayant vu que Split, autant j’ai réellement du mal à croire que quelqu’un ayant vu Incassable puisse douter un seul instant du pouvoir de Dunn. Pendant une bonne grosse moitié du film donc, le fan d’Unbreakable que je suis s’est senti pris pour un con, et j’attendais donc avec impatience le moment où le film repartirait enfin sur son postulat fantastique. Manque de bol, ce revirement apporte au final la plus grosse déception du métrage : pas une seule minute Shyamalan n’arrive à rendre jouissive la rencontre tant attendue du trio. A ce moment là, on sent que Shyamalan veut trop en faire du côté de l’écriture. D’une part, il retrouve l’un de ses plus gros défauts, à savoir sa tendance sur certains films à surexpliquer ce qu’il déconstruit, et on se retrouve donc avec des leçons de narration dites de vive voix par les personnages, façon Lady in the water. Mais surtout, on voit trop facilement où il souhaite en venir, entre deux twists téléphonés (l’un facile à deviner quand on analyse certains éléments dans Split, l’autre particulièrement mal amené) et un trio artificiel de personnages secondaires. Il y a bien le propos final qui est finalement la suite logique d’Incassable (après la découverte des pouvoirs dans l’ombre, la volonté de faire découvrir au monde ces pouvoirs) mais c’est amené de façon tellement forcé que ça ne marche vraiment pas. La cerise sur le gâteau, c’est de constater à quel point Shyamalan tente maladroitement de relier cet opus avec les autres, notamment en incluant des scènes coupées d’Unbreakable qui était déjà visibles sur le dvd sorti à l’époque. Je vous laisse donc imaginer ma réaction quand, après avoir attendu des années ce film, je me retrouve avec des scènes que j’avais déjà vu il y a plus de quinze ans.

Côté réal, on perd la lenteur d’Unbreakable pour avoir quelque chose de plus passe-partout. A la limite, ça le ferait si ça servait les scènes d’action, mais non, et on se retrouve donc avec un climax qui ressemble plus à une répétition de pièce de théâtre dans une cour plutôt qu’un duel au sommet. Faut dire aussi que la non-présence de James Newton Howard à la compo fait mal, après tout c’était aussi lui qui apportait le lyrisme du film original, et là c’est anecdotique au possible, les meilleurs passages étant les thèmes repris des deux films précédents. Enfin, du côté de l’acting il n’y a finalement que James McAvoy qui est à la hauteur, Samuel L. Jackson en faisant des tonnes pendant que Willis montre clairement qu’il n’a plus rien à foutre de sa carrière depuis un bon moment. C’était malheureusement prévisible en un sens, mais Shyamalan a fini par foirer le seul bon film qu’on attendait encore de lui, mais avec tout de même le soulagement venant du fait qu'on ne se retrouve pas non plus devant un désastre de l'ordre de ses blockbusters du début de la décennie. Reste à voir la tournure de sa filmo dans les années à venir, mais je ne me fais guère d’illusions.


5/10
Critiques similaires
Film: Glass
Note: 3,5/10
Auteur: Scalp
Film: Glass
Note: 5,5/10
Auteur: Velvet

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Jimmy Two Times » Jeu 07 Fév 2019, 20:51

J'avais, comme beaucoup, envie d'y croire. Mais vous m'avez tous dissuadé de tenter l'expérience. Incassable se suffit à lui-même et il en restera ainsi pour l'éternité.
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 5930
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Minuscule - La vallée des fourmis perdues - 7,5/10

Messagepar Alegas » Sam 09 Fév 2019, 00:27

Image


Minuscule - La vallée des fourmis perdues de Thomas Szabo & Hélène Giraud
(2014)


Pour la sortie du second volet, je me suis mis en tête de découvrir enfin ce film d’animation très bien reçu à sa sortie, et le constat est que ça mérite amplement le buzz positif qu’il avait eu à l’époque. Tirée d’une série que je connais de loin, cette adaptation sur grand écran se veut être un spectacle qui se suffit à lui-même, et qui touche au plus grand nombre. Les bases sont donc simples : l’histoire d’une coccinelle qui va perdre sa famille en s’égarant trop loin, et qui va rencontrer puis aider un groupe de fourmis à transporter une cargaison de sucre jusqu’à leur fourmilière, le tout poursuivi par un groupe de fourmis adverses. Si, pour les petits, le film aura l’air d’un simple film d’aventure, les plus grands pourront apprécier les codes avec lequel le film joue constamment en les transposant dans l’univers des insectes : entre un groupe de mouches bikers et une histoire qui devient tour à tour un western puis un film de guerre, il y a vraiment de quoi se marrer.

Le plus dingue, c’est que le passage au grand écran n’aura pas eu raison des intentions de base de la série, et ce malgré l’ambition revue à la hausse. On a donc un film en prises de vues réelles où les personnages 3D sont rajoutés ensuite, complètement muet puisque les seules paroles sont des bourdonnements, et avec des insectes dont la modélisation et l’animation se refuse à l'anthropomorphisme (exception faite des yeux). Ca tranche ouvertement avec les quelques animés d’insectes qu’on avait pu avoir jusqu’ici, qu’ils viennent de Dreamworks ou de Pixar, et c’est franchement pas plus mal car on évite de trop tomber dans le cartoon, et surtout ça permet à Minuscule de rester dans une simplicité qui fait sa force. Le résultat est là : c’est d’une poésie de chaque instant (grandement aidé par la très jolie musique), et techniquement il y a beau avoir quelques faiblesses (le passage de la rivière) le charme est tout de même là, ainsi que l’humour. Pour le coup, malgré l’absence de quelconques répliques, les gags font tous mouche (huhu) et ça se suit avec d’autant plus de plaisir que la courte durée empêche le moindre temps mort. Pour le coup, dans les films d’animations français de ces dernières années, c’est parmi ce qu’il y a de mieux.


7,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dionycos » Lun 11 Fév 2019, 10:56

Mais oui ! :super:
J'ai été un peu déçu par le second film qui vient de sortir, qui s'éloigne un peu trop du concept de base pour lorgner vers le merveilleux façon Pixar, mais celui-ci a tout compris. Et je ne me lasse pas de tout le sound design et les gags qui vont avec. Les mouches bikers, ça me tue à chaque fois :eheh:
Image
Homeward bound. I wish I was
Avatar de l’utilisateur
Dionycos
Alien
Alien
 
Messages: 5171
Inscription: Lun 26 Sep 2011, 15:38

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Alegas » Lun 11 Fév 2019, 15:01

Je sais pas encore si j'en ferais une critique, mais j'ai bien aimé le deux, même si je garde une légère préférence pour le premier.
Ça ose plus dans certains délires (la danse nocturne des coccinelles, l'arrivée chez les chenilles), j'adore le périple avec le bateau et l'araignée, et le seul réel défaut que je lui trouve est que les humains sont trop présents au sein du récit.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Revanche d'un homme nommé Cheval (La) - 4,5/10

Messagepar Alegas » Jeu 14 Fév 2019, 15:27

Image


The return of a man called horse (La revanche d'un homme nommé Cheval) de Irvin Kershner
(1976)


J’avais envie d’y croire à cette suite, surtout avec la présence de Kershner derrière la caméra, mais malheureusement ça confirme que le premier film aurait mérité de rester le seul. Pourtant ce dernier possédait une fin qui laissait entrevoir la possibilité de quelque chose à raconter derrière, avec le personnage de Richard Harris qui devenait chef d’un peuple en déroute, à la fois en recherche de paix et de vengeance, mais à la vue de cette suite on se demande ce qui est passé par la tête du scénariste (pourtant le même que le film original) tant on a l’impression de voir un métrage qui veut se déconnecter de ce qui a précédé. Du coup, sans réelle explication, on se retrouve quelques années plus tard avec un Lord Morgan qui est retourné en Angleterre (comment, pourquoi, on ne sait pas) mais qui décide de retourner voir la tribu, cette dernière étant en danger de mort suite à l’association entre des traqueurs blancs et une tribu indienne corrompue.

Alors déjà, le coup du départ de Morgan, on y croit moyennement vu son implication à la fin du premier film, ça ne ressemble pas au personnage, mais surtout c’est complètement idiot dans le sens où ça transforme plus de la moitié du film en une répétition des événements qu’on a déjà vu. On sent que cette suite capitalise beaucoup trop sur le rite initiatique pour devenir chef. La fameuse scène avait marqué les spectateurs, alors l’idée est de faire la même chose en plus violent. Non seulement on a un peu l’impression de se faire prendre pour un con, mais surtout ça condamne cette suite à du surplace pendant plus d’une heure, tout ça pour débouler sur une seconde moitié qui souffre pas mal de son petit budget (l’attaque du fort c’est pas spécialement réussi). Reste Richard Harris, toujours impliqué dans son rôle, et quelques effets de mise en scène qui me conforte dans l’idée que Kershner était un faiseur plein d’idées (je pense notamment à une ellipse finale très réussie qui montre que Milius n’a rien inventé sur Conan, ou encore à une scène de rêve qui préfigure étrangement la vision de Luke sur Dagobah dans Empire Strikes Back), mais pour le reste c’est une suite que je conseillerais difficilement. Du coup, je m’épargnerais le troisième film, qui a de surcroît une réputation encore moins élogieuse que celui-là.


4,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses - 6,5/10

Messagepar Alegas » Ven 15 Fév 2019, 15:32

Image


Hotel Transylvania 3 : Summer vacation (Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses) de Genndy Tartakovsky
(2018)


Celui-là, c’était vraiment pas gagné d’avance : son prédécesseur était quand même bien poussif dans son genre, et voir Tartakovsky engager son talent dans quelque chose d’aussi formaté avait de quoi créer mon désespoir. Pourtant, et à ma grande surprise (car j’avais vraiment lu autant de bien que de mal à sa sortie) c’est sans doute l’opus de la trilogie que je préfère, et ça vient peut-être du fait que Tartakovsky a eu une implication plus poussée sur ce film. Car autant j’étais au courant que l’idée de départ des vacances venait de lui, autant j’ignorais jusqu’au générique de fin qu’il avait écrit lui-même le script. Alors bon, c’est pas Citizen Kane pour autant, mais après un second film qui faisait du surplace, ça fait du bien de voir une histoire qui rafraîchit le concept de base (ici, il n’est plus question de la gestion de l’hôtel, mais bien de se lâcher complètement). L’histoire se suit vraiment bien et l’implication des Van Helsing fait plaisir (le début est un des meilleurs moments du film :mrgreen: ), et puis surtout les gags marchent beaucoup mieux qu’avant, que ce soit dans le timing ou dans la façon dont ils sont gérés au sein de l’histoire (la storyline des loups, ça a été mon premier gros fou rire sur la trilogie :eheh: , et le passage des gremlins est mortel :mrgreen: ). Le film possède quand même quelques moments WTF, à l’image d’un climax en mode battle musicale où on fait la célébration de la macarena (sérieux, on se demande à ce moment ce qu’avait pris Tartakovsky avant d’écrire ça :eheh: ), mais le reste est tellement généreux en gags, avec quasiment aucun temps morts, qu’on le pardonne aisément. Bref, c’est pas le film qui va imposer définitivement le talent de Tartakovsky au cinéma, mais c’est l’épisode de la trilogie où l’on ressent le plus sa patte d’écriture et comique, et ça c’est toujours bon à prendre.


6,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Mr Jack » Ven 15 Fév 2019, 15:47

la storyline des loups, ça a été mon premier gros fou rire sur la trilogie


C'est sur maintenant, on a vraiment pas le même humour. :mrgreen:
J'ai supporté ce film uniquement parce qu'il y avait la clim dans la salle. :chut:
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7785
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Alegas » Ven 15 Fév 2019, 15:59

Oui je me souviens de ton 2, ça m'avait refroidi à l'époque.
Mais bon, c'est une énième confirmation qu'on finirait sûrement par se mettre sur la gueule si on venait à discuter ciné irl. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 37422
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2019

Messagepar Mr Jack » Ven 15 Fév 2019, 16:36

Ça c'est une certitude. :eheh:
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7785
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO