[Alegas] Mes Critiques en 2014

Modérateur: Dunandan

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Alegas » Jeu 16 Oct 2014, 23:26

Bah je vois pas en quoi. Scalp dit grosso modo la même chose dans sa critique : dès qu'on t'annonce que c'est ce mec le coupable, tu sais bien que c'est pas lui vu qu'il a son alibi pour le premier meurtre. Pour le coup, à moins d'avoir totalement oublié le début du film, impossible de se laisser prendre au truc sans sourciller un minimum.
Puis bon, penser que j'attaque direct ceux qui aiment le film c'est très très mal me connaître, raison de plus pour réagir sur les écrits d'Oso.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Incendies - 8,5/10

Messagepar Alegas » Dim 19 Oct 2014, 20:12

Image


Incendies de Denis Villeneuve

(2010)


J'avais sincèrement peur de la revision pour ce film. Non pas par peur que les qualités s'évaporent d'un seul coup, mais il est évident qu'un métrage qui doit beaucoup à l'effet de surprise puisse forcément être moins puissant une fois que l'on connaît les aboutissements de son récit. Heureusement, dans le cas d'Incendies, il n'en est rien. Force est de constater que non seulement le film de Denis Villeneuve conserve l'aura qu'il avait à sa sortie cinéma, mais en plus que l'émotion est d'autant plus puissante une fois que l'on sait où les chemins de l'intrigue nous emmène. Encore mieux : là où je trouvais auparavant que le film n'était véritablement intéressant qu'au bout de vingt minutes, je suis assez stupéfait de constater ici que le film dans sa totalité est passé comme une lettre à la poste. Une excellente revision donc qui confirme deux choses à mes yeux : la première étant que Villeneuve est certainement quelqu'un sur lequel on pourra compter pour nous sortir dans les années à venir quelques films mémorables, la seconde étant que, pour le moment, ce Incendies est, et de très loin, son meilleur opus sorti à ce jour, à tout les niveaux. Partant d'un postulat assez simple (deux enfants doivent retracer le passé de leur mère pour y découvrir ses secrets), Incendies se révèle être rapidement une quête incroyable sur le passé d'une famille et ce que celui-ci peut constituer en tant qu'identité propre.

''On est a peut-être fini avec le passé, mais le passé n'en a pas fini avec nous'' disait le Magnolia de Paul Thomas Anderson, un adage qui serait totalement approprié à ce film qui constate que, derrière les apparences, se cache toujours des souffrances liées au dur chemin de la vie. Avec deux storylines à la fois différentes et complémentaires qui doit beaucoup à la performance étonnante de Lubna Azabal, Incendies est un voyage éprouvant sur la quête de la famille reconstituée et en paix, une quête qui ne trouvera sa finalité qu'après la mort et qui, pourtant, sonnera comme la plus belle conclusion possible. Si je reste aussi vague, c'est parce que Incendies est de ce genre de film sur lequel il vaut mieux en savoir le moins possible, mais nul doute qu'un tel récit laisse indifférent qui que ce soit. Denis Villeneuve, avec sa mise en scène subtile, qui laisse davantage parler le cadre plutôt que le mouvement, signe ici son plus beau travail, et j'espère de tout cœur qu'il livrera rapidement un film aussi puissant, histoire de prouver que derrière le toute-à-tout expérimental se cache un excellent réalisateur.


8,5/10
Critiques similaires
Film: Incendies
Note: 8/10
Auteur: nicofromtheblock
Film: Incendies
Note: 8/10
Auteur: osorojo
Film: Incendies
Note: 8/10
Auteur: Dunandan
Film: Incendies
Note: 8/10
Auteur: cinemarium
Film: Incendies
Note: 8,5/10
Auteur: Moviewar

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Criminale » Dim 19 Oct 2014, 20:53

Critique au top. :super:
Avatar de l’utilisateur
Criminale
Alien
Alien
 
Messages: 5731
Inscription: Lun 15 Fév 2010, 09:11
Localisation: Bloc B3 Paname

Étrange Noël de Monsieur Jack (L') - 10/10

Messagepar Alegas » Lun 20 Oct 2014, 18:17

Image


The Nightmare Before Christmas (L’Étrange Noël de Monsieur Jack) de Henry Selick

(1993)


Le mariage parfait entre un scénariste en plein inspiration et un réalisateur doublé d'un génie de l'animation. Souvent attribué, à tord, à l'unique nom de Tim Burton, The Nightmare before Christmas n'en reste pas moins avant tout un film d'Henry Selick. Si le premier pose clairement les bases d'un univers très personnel et d'une histoire qui le définit en grande partie, il faut clairement remercier Selick pour avoir pu gérer la folie visuel d'un Burton qui, on le sait aujourd'hui, a besoin qu'on le contrôle pour ne pas partir dans le grand n'importe quoi. Ici donc, le pari est réussi, le film arrivant toujours à être en équilibre via une identité visuelle forte mais qui ne prend jamais le pas sur un récit qui n'a de simpliste que l'apparence. Si, à première vue, le film ne vise pas spécialement un public enfantin, c'est parce que non seulement les références des deux réalisateurs ne se limitent pas à du Disney, mais aussi parce que le propos développe des thématiques à plusieurs niveaux de lecture. Là où les enfants se concentreront sûrement sur l'aspect comédie musicale et l'histoire d'amour, l'adulte pourra y déceler bien plus via la psychologie ambiguë d'un Jack Skellington et de son ego qui, par la passion, se détruira de lui-même.

Une prise de risques salutaire qui sera récompensée par le statut actuel du métrage, aujourd'hui proclamé comme un véritable film culte à l'influence évidente sur la pop-culture. Le succès de l'entreprise devant beaucoup à un troisième nom, celui de Danny Elfman, qui livre là son chef-d’œuvre musical à coup de thèmes mémorables et de chansons inspirées. Chapeau aussi à l'animation sans faille de Selick qui, encore aujourd'hui, étonne par sa complexité et son rendu totalement unique, permettant à l'univers de Burton de prendre vie de façon très singulière. The Nightmare before Christmas est peut-être à mes yeux ce qui se rapproche le plus du film d'animation parfait, aussi bien dans ses intentions, dans ses ambitions, que dans sa finalité qui fait encore de lui un film sans réel équivalent. Un chef-d’œuvre donc, rien de moins.


10/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Mark Chopper » Lun 20 Oct 2014, 18:21

C'est ce genre de projet qui manque à l'animation (mondiale).
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38608
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Alegas » Lun 20 Oct 2014, 18:33

Clairement. Le dernier de Selick était vraiment pas mal, je me dis qu'il a encore moyen de livrer quelques bons trucs (encore que son prochain ça fait longtemps qu'on en parle mais plus de nouvelles depuis un moment).
Mais ce qui m'impressionne avec ce film, c'est à quel point il a une vraie identité visuelle, chose qui manque cruellement en ce moment à l'animation, où on tente de faire ressembler la prod-design à un ancien grand succès, même Dreamworks tombe dans ce piège.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Mark Chopper » Lun 20 Oct 2014, 18:41

Et Ghibli (hors Takahata) aussi. Résultat, ils s'effondrent...
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38608
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Jimmy Two Times » Lun 20 Oct 2014, 20:10

:super:
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 6299
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar elpingos » Mar 21 Oct 2014, 08:25

Je plussoie :super: :super: Et me rappelle la claque monumentale prise en salles à l'époque ...
Avatar de l’utilisateur
elpingos
Predator
Predator
 
Messages: 4535
Inscription: Ven 15 Avr 2011, 12:12
Localisation: Nantes

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar puta madre » Mar 21 Oct 2014, 09:10

Un vrai moment de poésie sur pellicule ce film...ce visuel! cette musique! cette animation! :love: :love:
Image
Avatar de l’utilisateur
puta madre
Batman
Batman
 
Messages: 1570
Inscription: Lun 08 Juil 2013, 08:08
Localisation: Lille

Mommy - 8/10

Messagepar Alegas » Mar 21 Oct 2014, 17:53

Image


Mommy de Xavier Dolan

(2014)


Peut-être bien la plus belle surprise de 2014 en ce qui me concerne, vu que je n'en avais absolument aucune attente. Bien au contraire, je partais pour détester le film et c'est finalement tellement éloigné de ce que j'avais pu redouter (à savoir du ciné d'auteur hype pour bobo hipster, pour résumer) que le film m'a empoigné dès le départ pour ne plus me lâcher ensuite, même plusieurs jours après la vision. On souligne régulièrement ce métrage comme celui de la maturité pour son auteur, et cela ne m'étonne guère tant c'est effectivement étonnant de voir un tel film fait par les mains d'un jeune homme de 25 ans. La maîtrise scénaristique du sujet et de se thèmes est impeccable et la mise en scène, bien que souffrant de quelques gratuités, livre quelques très beaux moments de cinéma. C'est d'ailleurs bien là le choc du film à mon égard : j'avais tellement peur d'un non-cinéma comme on aime le récompenser à Cannes que j'ai reçu une sacrée claque lorsque je me suis retrouvé face à des séquences qui figurent parmi les plus belles de cette année. Non vraiment il serait dommage d'aborder Mommy avec des préjugés tant le film est très loin de ce que l'on peut craindre en lui.

Mommy, c'est tout simplement une déclaration d'amour à des actrices, aux mères, bref aux femmes en général, et cela fonctionne avec un trio improbable (à l'interprétation démentielle) qui apporte énormément de légèreté à l'ensemble, rendant le métrage finalement très attachant. Il serait dommage de spoiler l'évolution du film tant cela tient d'une expérience visuelle avant tout, mais force est de constater que Dolan n'est clairement pas un manche quand il s'agit d'entreprendre un tel film. Entre le cadre étonnant qui trouve sa justification au fur et à mesure du récit, des compositions hyper efficaces (la pluie sur la vitre, ceux qui auront vu le film comprendront) et des scènes qui prennent sentimentalement au tripes (la mère fantasmant sur l'avenir de son enfant, peut-être bien LA scène de l'année), on est loin du mec qui se contente simplement de remuer sa caméra pour embrasser le réalisme. Il serait donc dommage de passer à côté d'un tel film qui ne laisserait sûrement personne indifférent à son propos, en ce qui me concerne j'attendrais le prochain film de Dolan avec beaucoup de curiosité, en espérant une nouvelle petite claque.


8/10
Critiques similaires
Film: Mommy
Note: 6/10
Auteur: Mr Jack
Film: Mommy
Note: 8/10
Auteur: osorojo
Film: Mommy
Note: 6,5/10
Auteur: caducia
Film: Mommy
Note: 8/10
Auteur: Velvet
Film: Mommy
Note: 6/10
Auteur: Dunandan

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Scalp » Mar 21 Oct 2014, 18:23

Ce film pourrait me faire revenir à la critique
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Alegas » Mar 21 Oct 2014, 18:28

Euh non merci, le forum est très bien avec sa moyenne de critiques à 6,5/10. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2014

Messagepar Jed_Trigado » Mar 21 Oct 2014, 18:29

Si, reviens Scalp. :bravo:
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12857
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Gone Girl - 8,5/10

Messagepar Alegas » Jeu 23 Oct 2014, 18:32

Image


Gone Girl de David Fincher

(2014)


Dixième film de David Fincher qui continue dans sa lancée de sujets à priori étonnants, mais qu'il se réapproprie à merveille. Ici, difficile d'évoquer totalement le récit sans spoiler un maximum, je dirais donc que Gone Girl est évidemment un film sur lequel il faut en savoir le moins possible, et ça Fincher l'a bien compris en faisant du marketing du métrage quelque chose de finalement très mensonger, puisque éludant plus de la moitié de la trame principale. Grosse surprise donc de la part de cette adaptation apparemment très fidèle que Fincher fait toutefois sienne. On a donc un film développant toute une réflexion sur les apparences et faux-semblants (que l'on retrouve finalement dans chaque Fincher) qui se finit sur une image grinçante de l'american way of life et du couple en général via deux personnages très extrêmes chacun à leur façon. Fincher gère admirablement bien son intrigue avec des séries de rebondissements qui donnent lieux à un montage pour le moins impressionnant et, à l'instar de Millenium, malgré le fait qu'il ne se passe pas grand chose on ne voit jamais le temps passer grâce à un rythme épatant.

En terme de mise en scène, rien de nouveau puisque Fincher ne cesse de s'améliorer de film en film et de se débarrasser peu à peu de l'image de clippeur qu'on lui collait il y a encore une décennie. Cependant, grande étape concernant sa direction de jeu d'acteur puisqu'il offre à ses deux têtes d'affiche rien de moins que le meilleur rôle de leurs carrières respectives. Ben Affleck est juste étonnant, toujours juste et jouant à fond sur son physique d'homme d'apparence parfaite pour épouser parfaitement son personnage. Quand à Rosamund Pike, on risque de se souvenir d'elle encore très longtemps et c'est clairement le personnage féminin le plus marquant de la carrière de Fincher avec Lisbeth. Enfin, une pensée pour la bande-son qui ne cherche jamais à être mémorable, mais qui se marrie parfaitement avec chacune des séquences qu'elle accompagne. Un nouveau Fincher marquant donc, dont le succès permettra, je l'espère, à l'élaboration de nouveaux horizons pour le cinéaste. Que ce soit les suites de Millenium ou l'adaptation de Jules Verne, on croise les doigts.


8,5/10
Critiques similaires
Film: Gone Girl
Note: 9/10
Auteur: Velvet
Film: Gone Girl
Note: 8,5/10
Auteur: elpingos
Film: Gone Girl
Note: 7,5/10
Auteur: caducia
Film: Gone Girl
Note: 8/10
Auteur: pabelbaba
Film: Gone Girl
Note: 9/10
Auteur: Jimmy Two Times

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO