[Dunandan] Mes Critiques en 2019

Modérateur: Dunandan

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar pabelbaba » Mar 05 Mar 2019, 10:22

C'est cool de ne pas briser la chaîne des 8. :mrgreen:

Mais c'est quand même étonnant qu'un film aussi singulier ait de tels résultats ici.
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18980
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Mark Chopper » Mar 05 Mar 2019, 10:39

Attends, Alegas ne l'a pas encore maté.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38558
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar pabelbaba » Mar 05 Mar 2019, 10:50

Pas faux, mais il aime l'animation un peu expérimentale.
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18980
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Mark Chopper » Mar 05 Mar 2019, 11:09

Du même réal, je vous conseille Devilman Crybaby sur Netflix.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38558
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar pabelbaba » Mar 05 Mar 2019, 11:22

Je vais jeter un œil, merci, on arrive au bout de Brooklyn 99. :mrgreen:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18980
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dunandan » Mar 05 Mar 2019, 12:17

pabelbaba a écrit:C'est cool de ne pas briser la chaîne des 8. :mrgreen:

Mais c'est quand même étonnant qu'un film aussi singulier ait de tels résultats ici.

8 = infini, je trouve que ça allait bien avec ce film :mrgreen:.
Je note pour Devilman Crybaby.
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19743
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Hostiles - 7,5/10

Messagepar Dunandan » Lun 18 Mar 2019, 03:49

Image
Hostiles, Scott Cooper (2017)

En ayant en tête Les Brasiers de la colère que j'avais très moyennement apprécié, je n'attendais pas forcément ce nouveau projet de Scott Cooper. Alors, sans crier au chef-d'oeuvre, j'avoue avoir été plutôt conquis dans l'ensemble. Et pourtant ça ne partait pas très bien, car oui, on retrouve un peu l'emphase dramatique qui m'avait tant gêné dans son précédent essai, mais il faut vraiment laisser le temps au film de développer sa narration, au fond plus riche et subtile que je l'avais d'abord jugée, et qui prend véritablement son envol lorsque les personnages sont traités à égalité. Débutant comme un gros film dramatique sur fond historique plutôt classique, ça évoque en effet par la suite Josey Wales avec cette épopée d'âmes perdues en quête de rédemption et de réconciliation au fil d'une route qu'ils empruntent ensemble bon gré mal gré, et aussi un brin Impitoyable pour ce sentiment persistant d'une époque condamnée à disparaître, et avec elle, les individus qui la composent.

Ça semble partir tout droit vers un certain pathos, mais malgré un fond nécessairement dramatique, ça reste finalement digne dans les sentiments évoqués, surtout qu'à défaut d'être original, le récit et les traitements des personnages ne paraissent jamais manichéens, leur chemin de croix étant l'occasion d'explorer une multitude de points de vue, où la violence et les méfaits apparaissent de tous côtés. J'avoue que la première partie manque un peu de force au niveau émotionnel, ça me parait un peu too much (en tête Rosamund Pike), mais une fois qu'on a passé un peu de temps avec les personnages, ça fonctionne beaucoup mieux. Et puis quand la poudre parle, ce film fait comme les grands, violent et sans concession (mais filmé sans complaisance), ce qui sert d'ailleurs complètement le propos «oeil pour oeil, dent pour dent» qui emporte les personnages un peu malgré eux. On y trouve à mon sens les meilleures séquences du film, avec les face-à-face finalement remplis de sollicitude entre indiens et blancs.

Encore une fois, c'est très classique dans le déroulement, on n'apprend rien de nouveau, mais Hostiles est loin d'être anecdotique, que ce soit dans la forme ou le fond. D'une part il répond à des questionnements qui résonnent encore très forts dans la conscience collective, comme la spoliation des natifs et le cycle de violence qu'elle a engendré. Mais aussi, cette manière de dépeindre tout cela comme une lourde oraison funèbre et intimiste de A à Z, sans une once d'humour, est une marque de fabrique que je n'ai pas vue souvent ailleurs, et qui fonctionne bien mieux ici que dans Les brasiers de la colère, peut-être parce qu'elle prend plein pied dans l'Histoire américaine et son lourd passé. En ce sens, l'une des dernières séquences, par la dead end qu'elle incarne et la viscéralité de sa résolution, elle fait bien mal, dans le bon sens du terme. Une fin qui fait plaisir car elle montre que le western est loin d'être mort, qu'il a encore beaucoup à transmettre. Et ce n'est pas la pointe d'optimisme qui vient se poindre lors des derniers plans qui viendra me contredire, apparaissant comme le dénouement plutôt logique d'une construction cathartique se réalisant dans les larmes et le sang. Bref, à défaut de réinventer la roue, ce que ce film fait, il le fait bien.

Note : 7.5/10
Critiques similaires
Film: Hostiles
Note: 8/10
Auteur: Mr Jack
Film: Hostiles
Note: 8,75/10
Auteur: caducia

Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19743
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Pulp Fiction - 8/10

Messagepar Dunandan » Sam 31 Aoû 2019, 05:27

Image
Pulp Fiction, Quentin Tarantino (1994)

Parler de Pulp Fiction, à l'heure actuelle, est un exercice délicat, tant il représente déjà, à sa manière, la quintessence du cinéma de Tarantino (qui signait seulement son deuxième film officiel !), un film culte auquel il semble difficile de rajouter des éléments pertinents. Première évidence, ce sont évidemment les dialogues, terriblement bien ciselés et cools, constituant une marque de fabrique maintes fois recopiée, mais rarement égalée. D'autre part, il y a le casting et la direction d'acteurs, du pur caviar. Mais ce qui me frappe le plus, c'est la façon dont Tarantino, tout d'un coup, passe de la pop culture (de la préférence du ketchup sur la mayo, et autres petits apartés) à des séquences brutes (les passages dans la voiture et la cave étant le summum). Ce naturel fabriqué et ce fourmillement de références, que cela passe par la mise en scène ou le verbe, c'est du grand art. Même si le mot paraît galvaudé, c'est un film qui fait toujours du bien de revoir pour un cinéphile, tant il est réfléchi dans ses moindres recoins, mais sans pour autant bullshiter le spectateur sur ses intentions, qui peut reconnaître là pléthore de scènes cultes qu'il est toujours sympa de revoir (concernant les plus connues, la danse qui semble totalement improvisée et la récitation grandiloquente du verset avant l'exécution, mais la liste semble inépuisable).

Et justement, Pulp Fiction est un film qui résiste remarquablement bien aux multiples visionnages. Développant un récit non-chronologique, on pourrait rétorquer que cet effet lui donne un air artificiellement intelligent. Mais ce serait méconnaître l'essence même du film et son titre. C'est ce côté fourre-tout, étonnant dans son enchaînement et imprévisible dans ses résolutions, qui contribue à faire de ce film un film à part. Au sein de son film choral et déstructuré, Tarantino se plaît en effet à mélanger toutes sortes de genres et d'intrigues, venant malmener son histoire de gangsters (dont le mythe est d'ailleurs bien malmené, à travers des séquences alternant avec délectation humour et réalisme noirs). Et cela, sans oublier une petite couche existentialiste qui se marrie étrangement bien au reste de cette récréation continue (le passage avec Jules, certainement le personnage plus approfondi). La cerise sur le gâteau, c'est bien sûr la bande originale qui s'insère juste parfaitement dans ce jukebox cinématographique. Peut-être pas mon film préféré de Tarantino (à ce titre, le dyptique Kill Bill a mon sacre), mais certainement son plus emblématique et générationnel.

Note : 8/10
Critiques similaires
Film: Pulp Fiction
Note: 9,5/10
Auteur: Nulladies
Film: Pulp Fiction
Note: 10/10
Auteur: Tarankita
Film: Pulp Fiction
Note: 9,5/10
Auteur: Alegas
Film: Pulp Fiction
Note: 8/10
Auteur: Waylander
Film: Pulp Fiction
Note: 8,5/10
Auteur: caducia

Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19743
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Scalp » Sam 31 Aoû 2019, 10:14

Le temps a effacé le coté emblématique du film pense, c'est pas le premier qui vient en tête quand on parle de Tarantino, sans la palme d'or je pense qu'on parlerait même quasiment plus, c'est son plus faiblard avec sa daube avec Rodriguez.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Jed_Trigado » Sam 31 Aoû 2019, 11:16

Scalp a écrit:sans la palme d'or je pense qu'on parlerait même quasiment plus

Argument de merde détecté.

C'est surtout un film générationnel en fait, parler des 90's sans évoquer Pulp Fiction passe pour un gros manquement.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12848
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dunandan » Sam 31 Aoû 2019, 14:01

Oui je te rejoins là Jed, si on veut être encore plus précis (je te pique d'ailleurs la formule pour compléter ma petite review ^^). Bon pour moi, il n'a fait aucun mauvais film, mais ça se discute on dirait :mrgreen: (même si c'est effectivement difficile de se tromper en disant que le Grindhouse est son plus faible).
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19743
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Scalp » Sam 31 Aoû 2019, 15:15

Jed_Trigado a écrit:
Scalp a écrit:sans la palme d'or je pense qu'on parlerait même quasiment plus

Argument de merde détecté.

C'est surtout un film générationnel en fait, parler des 90's sans évoquer Pulp Fiction passe pour un gros manquement.


Ca n'en fait pas pour autant son film le plus emblématique.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Val » Sam 31 Aoû 2019, 15:17

J'ai revu Pulp Fiction il y quelques mois et je ne comprends pas le désamour qu'il semble subir depuis quelques temps. J'ai trouvé ça toujours aussi génial.
Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 17506
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Alegas » Sam 31 Aoû 2019, 15:43

Le désamour, à part venant de quelques aigris par ci par là, je n'ai pas l'impression qu'il ait vraiment lieu.
Pulp Fiction, toujours dans mon Top 3 Tarantino.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44713
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Dunandan] Mes Critiques en 2019

Messagepar Dunandan » Sam 31 Aoû 2019, 15:58

Perso, il est dans mon top 5 si on considère le dypique Kill Bill comme un seul film :mrgreen:, mais plus objectivement, difficile de le prendre en défaut (aucune scène n'est à jeter). C'est peut-être aussi parce que je le connais trop, ou parce qu'il n'est pas forcément celui qui me parle le plus au niveau du genre.

@ Scalp : et quel film tu considérerais plus emblématique ?
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19743
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO