[Waylander] Mes critiques en 2009

Modérateur: Dunandan

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Ven 04 Déc 2009, 22:08

Scalp a écrit: Rho le raccourcis à 2 balles, défendre Roméo et Juliet je comprend mais défendre Moulin Rouge faut vraiment aimer se mettre à 4 pattes et couiner comme une chienne.


:llol:

pour pas craquer devant Kidman faut pas aimer les femmes

Elle a des cotés rouqumoutte pourtant :eheh:
zack_
 

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Waylander » Sam 05 Déc 2009, 18:24

Bon j'ia revu Public enemies en blu ray et je remonte ma note : de 6/10 je passe à 7.5/10.
La forme m'avait pas mal dérangée au cinéma mais là sur un 82cm bah j'ai trouvé ça formidable. Forcément le film a été tourné en hd et à l'ugc où j'avais été c'était une projo traditionnelle. En bluray le film est vraiment honoré.
Alors je reproche toujours au film de ne survoler qu'un tant soit peu son sujet.
Je reproche toujours un Deep absent et classique dans son interprétation.
Je reproche un manque de fond flagrant ; de consistance scénaristique ; d'âme, et trop de persoos secondaires sont rejetés.
La fin ça fait vraiment "apologie" de Dillinger et ça me botte pas du tout ce genre d'immoralité : muisique triste, les flics montrés comme des connards etc..Bon je veux bien mais là c'est trop appuyé parfois.

Ceci dit niveau forme, c'est du lourd : j'ai carrément redécouvert le film.
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Eikichi Onizuka » Sam 05 Déc 2009, 20:43

ben au States t'as des personnes qui organisent chaque année une fête en mémoire de John Dellinger. :eheh:
Avès (one shot)
Scénario : 72/72
Dessin : 0/72

Trois Vies (one shot)
Scénario : 86/??
Dessin : 0/??
Avatar de l’utilisateur
Eikichi Onizuka
Modo Rock'n Roll
Modo Rock'n Roll
 
Messages: 22798
Inscription: Mar 21 Aoû 2007, 00:20
Localisation: 48°23′59″N / 4°28′59″O

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Le Dunedain » Sam 05 Déc 2009, 20:53

revu hier également en blu ray et ça me fait pareil que pour miami vice: après une légère déception au cinema, je revoie le film fortement à la hausse à la deuxième vision. Pas autant que miami vice, que je considère comme un pur chef d'oeuvre, mais j'ai beaucoup apprécié cette redécouverte en video. Sans doute plus réceptif à l'esthétique et la réalisation du Maitre et débarassé de l'excitation liée à l'attente du nouveau film de ce grand réalisateur qu'est Michael Mann
Image-- Image
mes dvds
go ahead, make my day.
Pao Yeh Pao Lo Mi!!
Avatar de l’utilisateur
Le Dunedain
Batman
Batman
 
Messages: 1502
Inscription: Jeu 18 Oct 2007, 19:24
Localisation: Sadhill

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Sam 05 Déc 2009, 22:42

Bon j'ia revu Public enemies en blu ray et je remonte ma note : de 6/10 je passe à 7.5/10.

Pour que ça soit pris en compte réédite ta critique ou alors refait une critique que je référencerai en plus si l'avis change beaucoup :super:
zack_
 

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Jeff Buckley » Dim 06 Déc 2009, 00:11

Il peut pas mettre 7,5 avec son ancienne critique ca n'aurait plus de sens...
Le Dun' je commençais presque à te respecter mais vu ce que tu penses de MV, je peux pas en fait.
dunandan a écrit: Puis j'oubliais de dire que Logan me faisait penser à Burton avec sa méchanceté légendaire concernant certains films/réalisateurs/acteurs
Avatar de l’utilisateur
Jeff Buckley
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11413
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 03:30
Localisation: Boulogne-sur-Mer (62)

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Waylander » Dim 06 Déc 2009, 01:06

La critique reste la même niveau fond. La forme j'ai déjà dit ce qui avait changer. J'éditerais.
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Dim 06 Déc 2009, 01:46

Tu as le droit à une double référencement si tu veux garder tes deux avis :D
zack_
 

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Waylander » Dim 06 Déc 2009, 08:32

Non non c'est bon je vais pas chipoter. :eheh: J'éditerais quand je retrouverais mon avis :lol:
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar zack_ » Dim 06 Déc 2009, 08:38

Tu as un lien au-dessus ou ICI
zack_
 

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Waylander » Dim 06 Déc 2009, 09:09

popo
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Route (La) - 9,5/10

Messagepar Waylander » Dim 06 Déc 2009, 09:29

Image Image Image

LA ROUTE

Image

Le film commence par une vue magnifique d'une vie passée. Maison, verdure, jolie petit bout de femme. Vision idyllique d'une vie paisible : Viggo tête contre tête avec son cheval, clin d'oeil à sa propre vie Un des hors champ les plus frustrant du cinéma : le mari et la femme entendent des sons étranges, lourds, on voit à travers les vitres (mais de façon très indistinctes) des flammes et les regards apeurés des deux protagonistes.On ne voit pas ce qui se passe. On sait pas ce qui se passe. Et on le saura jamais.

Charlize Theron, discret, peu présente, met bien en jeu la froideur. Atteinte par le désespoir le plus toi et ne souhaitant pas vivre dans un tel monde elle partira dans la nuit, envahit par les ténèbres empoussièrées et léchée par le feu. Elle ne s'en cachait pas et en parlait au mari, pas très loin du gosse.

Image

L'homme se réveille. Le visage marqué, maigre, barbe épaisse, cheveux mi-longs, crasseux, sous une capuche pitoyable d'une doudoune usée par le temps et les intempéries. Un enfant dort près de lui. Le sien. Une grotte les accueillent près d'une cataracte immortelle.
Le film démarre ainsi. Le livre était très fort ; très introspectif via le père et je trouve que le film rend justice à l'essence même du livre. Rien n'est oublié et l'ambiance dépressive du livre est bien présente à l'écran sous toute les formes possibles. Que ce soit au niveau des décors détruits, les maisons, bâtiments, voitures abandonnés ou encore la photographie grisâtre plombant (à coté les Fils de l'Homme c'est du beau gris..) , la contemplation portée sur deux êtres "portant le feu", avançant inlassablement vers le Sud sans espoir de survie véritable (c'est d'ailleurs ça qui bouffe le père : le pistolet et les deux balles qu'il réserve pour lui et son fils au cas où ils seraient sur le point de se faire prendre). Affamés, misérables, poussant leur charriot de matériels...

[youtube]<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/mopKOdrjspg&hl=fr_FR&fs=1&"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/mopKOdrjspg&hl=fr_FR&fs=1&" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>[/youtube]

[youtube]<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/IZqvwr8h3Ds&hl=fr_FR&fs=1&"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/IZqvwr8h3Ds&hl=fr_FR&fs=1&" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>[/youtube]

Les musiques de Nick Cave se font déprimantes par moment , jouant seulement sur quelques notes de piano. A la fois, triste et beau. Désespéré et portant le feu. Le thème du fils, représentant la nouvelle génération, l'évolution du père qui l'éduque de manière à ne pas franchir la limité entre humanité et bestialité comme l'on fait d'autres survivants devenus cannibales pour survivre oubliant ainsi leur humanité, leur espèce, pour seulement survivre sans difficultés. Ou moindre.
Comme dit le fils "les gentils meurent de faims".

Image

Certains passages très simples mais touchant révèlent le père dans des ultimes pensées, réprésentées par sa voix-off. Sera t-il prêt à tuer son fils au moment voulu? Y at-il un espoir? Dois-je le préparer à mon départ?...
Le père qui jette par dessus le pont son alliance et la seule photo qu'i la de sa femme. Brisant ainsi ce qui le rattache à un souvenir qui le hante la nuit, et qui, quelques minutes avant commençait à atteindre son fils.

Image

Comme si cette nostalgie ne pouvait amener qu'à se morfondre, à chercher la mort même pour rejoindre la femme. Son fils est sa raison d'être. Son feu à lui.
L'univers visuel est poussièreux, funèbre, et les sons jaillisant d'on ne sait ou prolongent l'effet d'enfer sur Terre. Une sorte de "Mordor" (le Seigneur des anneaux) avec des bruits sourds au loin comme des arbres s'écroulant, sans flide de vie, ou des feux se déclarant ic ou là comme si le Diable lui-même avait un plan.

Image

Image

Image

Face à toute cette ambiance plombante il y a les "méchants" : survivants cannibales. On ne les voit que 2-3 fois et c'est terrible. Quasiment pas de dialogues de leur part, mais ils font peur.

Le film possède à ce niveau-là (violence du film) des hors champs poignant comme les cannibales qui attrapent une fille et sa petite gosse ou encore dans la maison quand on entend les cris d'un type qui est sans doute entrain de se faire "cuir"? ou dépecer ou frapper ou que sais-je...

Le bon en arrière pour l'humain. Retour à la barbarie. Plus d'animaux, plus de cultures, les arbres tombent. Que faire? L'instinct de survie amènera de toute façon à se poser la question du cannibalisme mais l'étincelle au fond de ceetains hommes leur fera suivre une autre voie. Le peu d'humanité qu'ils gardent en eux les sauvent.

Il y a des plans marquants comme Viggo et son fils cachés derrière un vestige sylvestre : le père tient son fils dans les bras mais avec sa main droite il pointe le pistolet sur le crâne de son fils pendant que les cannibales sont à leur recherche avec des torches, sous un ciel crépusculaire....Geste désespéré de sauver son fils d'une mort atroce.

Image

Le monde n'a plus d'espoir. Le monde est gris, sans vie, sans personnes. Le peu de rencontre se fait dans la peur, la paranoïa, l'asociabilité; chacun cherchant à survivre par lui-même, sans l'aide que quiconque pourrait le trahir.

Tout au long du film le père devient presque ce qu'il rejetait tant. Il perd son humanité avec le vieillard, le black vers la fin...personnage touchant dont la solitude n'égale que la pauvreté et le désespoir comme on le voit soulevé son couterau de manière malhabile , face à un flingue. Bavant même par la suite et geignant, le protagoniste bouleverse. ON en veut au père de le faire se déshabiller et ne rien lui donner. Heureusement le gamin intervient. Nouvelles notions de vie que le père accepte finalement.

Image

L'intérêt porté à la vie, à l'autre (quand le gosse aperçoit l'autre gami net veut à tout prix lui courir après, le voir, lui parler) et l'usure , la force, le père, fermé , parano, ne souhaitant que sauver sa peau et celle de son fils.

C'est le gamin qui porte désormais le feu. Le père est trop vieux, usé, désabusé, sec comme un coup de trique, et malade. Très malade. Avec le temps il s'est forgé une paranoïa et un instinct de survie propre non pas à l'homme ni à l'animal mais à l'égoïsme purement personnifié. Un tel instinct le ferait survivre 1000ans mais combien de personne n'aurait-il pas aidé en retour sur son chemin?...

Image

Niveau cadrages on a le strict minimum sans tomber dans les effets de styles à deux balles. Ici on reste sobre, comme le style du roman. C'est au niveau de la photographie (ambiance, éclairage) et au niveau costumes, décors puis musical que le film prend sa patte, son essence.

Pour les acteurs, je pense qu'on peut dire que c'est le second meilleur rôle de Viggo Mortensen après The Indian Runner mais avant Aragorn. Le physique il l'a pour un tel film, un tel personnage.

Le gamin est excellent aussi.


Voilà enfin le film post-apocalyptique que l'on, attendait depuis des décennies. C'est ce qu'aurait du être "I am legend". Avec Children of Men on a là deux chef d'oeuvres du genre.


The Road porte le feu, l'étincelle d'espoir et on peut dire que la fin baigne sous une douce lumière. Rien ne change certes. Le gris est toujours là. Les animaux sont toujours morts. Le feu dévore encore tout de temps en temps. Mais le garçon est une évolution du père. Une autre génération d'homme "humain" qui trouve une famille qui avait les mêmes principes que le père. Le scarabée vivant peut aussi connoter un probable changement qui aura lieu plus tard.

Le film se complait dans une lenteur qui la rapproche de celle de "The assassination of Jesse James" (surtout grâce à la bo de Nick Cave sur les deux films) et une plombance porche d'un 1984 par moment.
On ne peut pas reprocher ces facteurs au film. Déjà parce que ça respecte le roman (le film ne livre rien de "plus" que le bouquin mais le retranscrit quasiment ) et aussi parce ça colle à l'univers, aux personnages, leurs psychologies du moment. C'est très rare de voir un film de ce genre sans clichés, sans dialogues bidons, héroïsme Ici tout est ultra réaliste, moche, sombre, gris, désespéré et les cannibales sont de simples hommes. On atteint un degré totalement nouveau en matière de cinéma post-apocalyptique.

C'est du détail mais ya une scène que j'adore parce que c'est réaliste à mort : Viggo fait bouillir de l'eau et la verse dans une demi bouteille d'eau en plastique dans lequel i la mis un chiffon. Ca va filtrer l'eau. C'est comme ça qu'on la purifie si on a pas de pastilles.


Bref, la fin porte le feu, l'espoir, l'étincelle.

C'est bourré de séquences émouvantes (dont la seule du film où on est content pour les personnages : la cave avec la bouffe, le tabac, l'alcool, le bain.. ou celle de la canette de coca). Image

Le film est désormais dans mon top 10.

9.5/10.
Critiques similaires
Film: Route (La)
Note: 9,5/10
Auteur: Alex
Film: Route (La)
Note: 9/10
Auteur: Pathfinder
Film: Route (La)
Note: 9/10
Auteur: caducia
Film: Route (La)
Note: 8/10
Auteur: Scalp
Film: Route (La)
Note: 6/10
Auteur: Jipi

Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Eikichi Onizuka » Dim 06 Déc 2009, 10:11

:bravo: magnifique critique dont je suis entièrement d'accord :super:
j'ai déjà hâte de posséder le Blu Ray :D
Avès (one shot)
Scénario : 72/72
Dessin : 0/72

Trois Vies (one shot)
Scénario : 86/??
Dessin : 0/??
Avatar de l’utilisateur
Eikichi Onizuka
Modo Rock'n Roll
Modo Rock'n Roll
 
Messages: 22798
Inscription: Mar 21 Aoû 2007, 00:20
Localisation: 48°23′59″N / 4°28′59″O

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar lordpolo » Dim 06 Déc 2009, 16:03

Belle critique et j'avoue que ça donne envie connaissant tes goûts ! :love:
Avatar de l’utilisateur
lordpolo
Rocky
Rocky
 
Messages: 163
Inscription: Jeu 29 Oct 2009, 13:47

Re: [Waylander] Mes critiques en 2009

Messagepar Waylander » Dim 06 Déc 2009, 23:00

Mémo :

- Fight club
- Truman Capote
- La ligne verte
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO