[Alegas] Mes critiques en 2010

Modérateur: Dunandan

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Dim 17 Oct 2010, 17:23

Le seul Fincher dont j'ai aucun souvenir, pas revu depuis sa sortie, me souvient avoir lu le livre et l'avoir préféré au film.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Milkshake » Dim 17 Oct 2010, 21:23

Effectivement très oubliable The Game qui marche que sur un vieux twist, en terme de réal c'est très moyen comme en terme de jeu.
Avatar de l’utilisateur
Milkshake
Robocop
Robocop
 
Messages: 8665
Inscription: Dim 13 Sep 2009, 16:55

Fight Club - 9,5/10

Messagepar Alegas » Jeu 21 Oct 2010, 16:25

Image


Fight Club de David Fincher

(1999)


Devenu rapidement l'un de mes films cultes lorsque je l'ai découvert au cinéma, Fight Club conserve toujours l'impact qui a fait, et fait encore son succès auprès des spectateurs. Et même si, désormais, je considère Se7en comme supérieur au quatrième film de David Fincher, Fight Club reste sa seconde plus grande réussite de sa carrière actuelle.

Film révolutionnaire, tant sur le fond que sur la forme, film générationnel ou encore prémices du cinéma du 21ème siècle. Les qualificatifs concernant ce film sont nombreux. Il faut dire qu'un film débutant sur un plan dans un cerveau humain pour finir sur un flingue logé dans une bouche humaine, ça ne se voit pas chaque année. D'ailleurs, la totalité du film est à l'image de ce plan : original, politiquement ou moralement incorrect mais totalement jouissif. Ainsi, on suit le quotidien d'un personnage dont le nom véritable ne sera jamais dévoilé (Jack ? Cornelius ?) qui se voit offrir par Tyler Durden, icône même de ce que la société d'aujourd'hui redoute, l'opportunité de changer sa vie, de sortir du train-train quotidien dirigé par IKEA ou d'autres corporations industrielles. De cette opportunité découlera le Fight Club, un moyen comme un autre de se sentir vivant, humain, utile. Une histoire totalement barrée donc, et aux dialogues désormais cultes qui le sont encore plus, mais extrêmement intelligente. Car la critique de la société d'aujourd'hui est loin d'être simpliste et gratuite, bien au contraire. De plus, ce film à mi-chemin entre le rêve et la réalité, le conscient et le subconscient, offre un twist final réellement surprenant. Le genre de twist qui donne, lors d'une seconde vision, un changement total de point de vue. Et c'est sans parler des nombreux détails cachés en arrière-plan (les fameux space monkeys) qui font de Fight Club un film où l'on en découvre toujours plus à chaque vision. Là aussi, on est loin de la gratuité que certains critiques ont criés sur les toits lors de la sortie du film.

Fight Club est aussi l'apogée de la patte Fincher : plans-séquences numériques, travellings audacieux, dématérialisation de la caméra, très très gros plans ou encore l'emploi de l'image subliminale (déjà utilisée dans Se7en). Le tout s'intègre parfaitement dans le métrage et lui donne une réelle identité visuelle. Côté interprétations, Fincher retrouve Brad Pitt et lui offre le rôle de sa vie (bien que l'on soit loin d'être devant sa meilleure prestation) tandis que Edward Norton est plutôt surprenant, donnant l'impression d'être drogué en permanence. On notera aussi les seconds rôles mémorables tenus par Meat Loaf et Jared Leto tandis que Helena Bonham Carter se plaît à jouer un rôle réussi qui la hantera tellement qu'elle ne fera que le rejouer dans la plupart des films de sa filmographie, que ce soit chez Harry Potter ou chez Burton. Autre point fort du film : sa bande-son composée par les Dust Brothers. Une BO tellement réussie qu'on se demande encore pourquoi personne n'a refait appel à eux par la suite.

Film grandiose sur ce que le 20ème siècle a pu apporter à l'humanité, film annonciateur d'un nouveau millénaire qui sera celui de l'anarchie et du chaos, on est là devant un constat très proche de celui de Se7en. La fin du monde n'aura jamais été aussi proche que chez David Fincher. Second chef-d'œuvre du cinéaste, Fight Club est, et son plan final ne fera que le confirmer, la plus belle introduction du 21ème siècle.


9,5/10
Critiques similaires
Film: Fight Club
Note: 10/10
Auteur: Niko06
Film: Fight Club
Note: 8,5/10
Auteur: sylclo
Film: Fight Club
Note: 9/10
Auteur: Kareem Said
Film: Fight Club
Note: 6/10
Auteur: Scalp
Film: Fight Club
Note: 8,5/10
Auteur: Velvet

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 45077
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Panic room - 8/10

Messagepar Alegas » Dim 24 Oct 2010, 02:09

Image


Panic Room de David Fincher

(2002)


Clairement l'un de mes Fincher favoris, plus je revois ce film et plus j'y vois une leçon de mise en scène étendue sur 90 minutes. Sur le papier, Panic Room pourrait véritablement être un film prétentieux. Pourtant, force est de constater qu'on est bien en face d'un des meilleurs thrillers des années 2000.

Tout d'abord, le film est doté d'un scénario béton signé Koepp. Original, totalement dans l'ère du temps (utilisation intelligente des caméras, de l'interphone, des lignes téléphoniques ou tout simplement de la panic room) et surprenant avec ses multiples rebondissements, la tension, digne des meilleurs huit-clos hitchcockiens, arrive à être maintenue sans paraître inutilement lourde. Pourtant, un tel script pourrait être gâché rapidement par un réalisateur médiocre, ce que David Fincher n'est pas. Car la grande force de Panic Room, et son principal intérêt, c'est bien sa réalisation, véritable melting-pot de la plupart des tics de mise en scène Fincheriens. On retrouve ainsi les plans numériques déjà présents dans Fight Club (un gigantesque plan-séquence passant à travers une serrure ou l'anse d'un cafetière) ou encore une dématérialisation de la caméra poussée à son paroxysme. On est bien là dans l'apogée de la mise en scène « bling-bling » de Fincher mais, comme d'habitude, aucun effet ne semble gratuit et chaque plan sert véritablement le film. Même constat pour les effets-visuels qui sont utilisés intelligemment et avec parcimonie. Esthétiquement, Panic Room est l'un des meilleurs Fincher en terme de jeux de lumières. La majorité du film se déroulant dans un environnement sombre, on se retrouve là devant un très beau travail de photographie. C'est aussi le film de Fincher où ses inspirations sont les plus visibles : Hitchcock bien sur (le plan final faisant référence à Vertigo) mais aussi Welles ou encore Kubrick. Côté casting, comme d'habitude chez Fincher, c'est du sans-faute. Jodie Foster signe là l'une de ses meilleures interprétations. Quand à Forest Whitaker, Jared Leto et Kristen Stewart, on ne peut pas leur reprocher grand chose, le talent de directeur d'acteur de Fincher étant passé par là.

Toutefois, Panic Room n'est pas exempt de défauts. Tout d'abord, on peut regretter une fin un peu trop vite expédiée et un manque de profondeur du scénario alors qu'il y avait un grand potentiel de faire un film sur la surenchère de confiance envers le technologie (thème déjà vu pourtant dans une scène de The Game) et surtout sur l'illusion de la sécurité qu'elle procure (illusion citée par Tyler Durden dans Fight Club et présente dans à peu près chaque film de David Fincher).

Loin d'être un simple exercice de style, Panic Room est surtout la quintessence des effets de mise en scène chez Fincher ainsi qu'un thriller extrêmement efficace. Un film qui, dans sa filmographie, peut paraître facilement mineur mais qui en dit long sur son travail de cinéaste. Pour ma part, le charme a totalement agi.


8/10
Critiques similaires
Film: Panic room
Note: 7/10
Auteur: caducia
Film: Panic room
Note: 7,5/10
Auteur: Waylander
Film: Panic room
Note: 5/10
Auteur: Pathfinder
Film: Panic room
Note: 8/10
Auteur: Jipi
Film: Panic room
Note: 6/10
Auteur: Scalp

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 45077
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Waylander » Dim 24 Oct 2010, 07:47

The Game ça va quand même c'est loin d'être de la daube.
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 24 Oct 2010, 09:01

ah bah panic room je l aime encore moin que the game , le fincher que j aime le moin meme d'ailleurs . ca ma rien fait ce film , limite emmerder , pas trop concerner ou passioner pas ce qui se passe a l'ecran perso :?
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Godfather » Dim 24 Oct 2010, 10:59

C'est beau mais c'est vain et creux.
Voilà. 8)
Image
Avatar de l’utilisateur
Godfather
Batman
Batman
 
Messages: 1894
Inscription: Ven 10 Juil 2009, 19:58

Zodiac - 8,5/10

Messagepar Alegas » Dim 24 Oct 2010, 14:22

Image


Zodiac de David Fincher

(2007)


Je n'avais pas revu le film depuis sa sortie ciné. Dans mes souvenirs, Zodiac était un film passionnant mais qui souffrait néanmoins d'une longueur un peu trop excessive. Aujourd'hui, je suis un peu plus mitigé même si je dois reconnaître qu'on est loin d'être devant un mauvais film.

Car pour moi, Zodiac est surtout l'occasion pour Fincher de tenter de nouvelles choses en terme de réalisation. Ainsi, pas de réalisation tape-à-l'œil mais bien une mise en scène fluide et très bien découpée qui privilégie le plan fixe au mouvement. On est bien là face à une maîtrise évidente même si elle est plus subtile que sur les précédents films de Fincher. Zodiac est aussi l'occasion pour le cinéaste de faire des films approchant les 2H30 et c'est là le premier défaut du film : Fincher, sur toute la seconde moitié du métrage, n'arrive jamais à maintenir la tension et l'intérêt dans sa continuité (chose que Fincher sait bien mieux gérer désormais dans The Curious Case Of Benjamin Button] ou The Social Network). Bien sur, on a droit à des scènes marquantes sortant du lot (l'interrogatoire de Leigh, la scène où Gyllenhaal se retrouve dans une cave avec l'un des suspects) mais le reste se ressemble beaucoup trop : nouveaux indices, nouveaux suspects, discussion avec le flic, découverte d'un autre élément, ancien suspect revenant sur le devant de la scène, etc... Bien dommage donc, car on sent que Fincher est passionné par son sujet (vivant en Californie à l'époque où le Zodiac commettait ses meurtres) et se veut le plus précis possible. C'est d'ailleurs là où l'on trouve le second gros défaut du film, celui de donner en un temps record le maximum d'informations possibles. Du coup, le spectateur se retrouve submergé. La notion du temps devient un capharnaüm sans nom : en dix minutes de film, on peut trouver pas moins de quatre ellipses temporelles qui peuvent s'étendre sur plusieurs années. Les premières lettres du Zodiac sont envoyées dans les premières vingt minutes alors que plusieurs mois se sont écoulés entre chaque lettres, et celles-ci sont décryptées en moins de cinq minutes. Du coup, le suspense qui aurait pu découler de l'incompréhension de ces mêmes lettres est totalement inexistant. Rien que pour cela, le film aurait mériter au minimum une demi-heure en plus sur la durée totale, mais Fincher aurait eu surement encore plus de mal à maintenir l'intérêt pendant une durée aussi longue. L'idéal aurait été peut-être de faire deux films de deux heures sur cette investigation.

Toutefois, le plaisir est bien présent durant la vision du film, c'est là bien l'essentiel. Les scènes de meurtres (nocturnes la plupart du temps, on a donc droit à un superbe travail d'éclairage) sont aussi mémorables les unes que les autres. Celle se déroulant près d'un lac est même particulièrement intéressante tant elle se révèle malsaine de par l'absence totale de musique à ce moment là. D'ailleurs, en parlant de bande-son, celle de Zodiac est un régal : un mix de plusieurs chansons d'époque dans lequel on retrouve le sublime Hurdy Gurdy Man en guise d'introduction et de conclusion de cette investigation vaine. Comme toujours chez Fincher, le casting est excellent. Mention spéciale à Jake Gyllenhaal en caricaturiste dépassé par les évènements ainsi qu'à Mark Ruffalo. Les effets visuels du film sont encore une fois utilisés intelligemment (construction de la plus haute tour de San Francisco, caméra en plongée totale suivant un taxi).

Zodiac peut-être considéré comme la première œuvre mature de Fincher dans le sens où celui-ci délaisse presque totalement sa mise en scène clipesque qui faisait le succès de ses premiers films au profit de quelque chose de bien plus subtil. Malgré des défauts évidents (on reste très loin de Se7en), le film reste véritablement intéressant et donne une idée de ce que Fincher pourra offrir dans ses prochains films.

EDIT : 3ème vision, en DC cette fois, et je revois quelque peu le film à la hausse. Clairement pas l'un des meilleurs de Fincher à mes yeux, mais en terme de pur film d'investigation c'est le haut du panier.


8,5/10
Critiques similaires
Film: Zodiac
Note: 10/10
Auteur: helldude
Film: Zodiac
Note: 10/10
Auteur: Waylander
Film: Zodiac
Note: 9,5/10
Auteur: ViCo
Film: Zodiac
Note: 9/10
Auteur: elpingos
Film: Zodiac
Note: 9/10
Auteur: Scalp

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 45077
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Waylander » Dim 24 Oct 2010, 14:29

Sévère. Zodiac c'est son chef d'oeuvre (je vois pas trop de défauts dans ce film). Au même titre que Seven et Fight club et maintenant Social Network.

Le film est déjà assez long comme cela et les infos nombreuses ça coïncide avec les vrais flics qui ont été submergés par toute cette affaire du Zodiac. D'ailleurs les ellipses sont ingénieuses (comme le plan tout noir avec pour seul indication temporelle des passages radios ou encore la construction de je ne sais plus quel immeuble).

Non franchement le scénario il tue. On comprend tout en plus. Bon après pour la dernière demi-heure ya un relâchement mais c'est ultra cohérent avec l'intrigue qui elle-même se relâches , certains abandonnant l'affaire, et un seul la continue vraiment donc forcément le film est moins rythmé, moins passionnant mais le suspens et mortel (notamment chez le fameux suspect dans le sous-sol).

de toute façon Fincher c'est un des meilleurs. 8)
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Dim 24 Oct 2010, 14:35

Pour moi c'est le meilleur Fincher, je trouve sévère de mettre moins à Zodiac qu'a Panic Room.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 24 Oct 2010, 15:14

prefere seven , alien 3 et ben button , mais ouai super film d investigation
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Alegas » Dim 24 Oct 2010, 15:53

Bah du coup ça me rappelle ce que disais Francesco je sais plus où, comme quoi il pouvait ne pas apprécier un film tout en reconnaissant le travail qui est derrière. Moi c'est à peu près la même chose pour Zodiac, sauf que je l'aime bien. C'est pas non plus comme si je lui foutais 5 ou 6, là c'est du 7,5, c'est quand même loin d'être mauvais, mais c'est clair que je prends moins mon pied sur Zodiac que sur Panic Room. Je saurais pas trop l'expliquer. Enfin, je tiens à le redire, Zodiac c'est un très bon film, mais j'ai franchement moins adhéré à la seconde vision.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 45077
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar zack_ » Lun 25 Oct 2010, 09:07

Je te rejoins sur ta critique

Zodiac est partagé entre les fana du film et les plus mitigés comme nous

Zodiac - 10/10 - 10/10 - 10/10 - 9.5/10 - 9,5/10 - 9/10 - 9/10 - 9/10 - 8.5/10 - 8/10 - 7.8/10 - 7.5/10 - 7,5/10 - 7.5/10 - 7.5/10 - 7/10 - 6.5/10


Cela dit ça reste un film réussi - après chacun y verra ses qualités... perso je lui trouve aussi des défauts (voir ma critique) - et je vais moi aussi plus trippé devant Panic Room :chut:
zack_
 

Étrange Histoire de Benjamin Button (L') - 8,5/10

Messagepar Alegas » Mer 27 Oct 2010, 01:34

Image


The Curious Case Of Benjamin Button (L'étrange Histoire De Benjamin Button) de David Fincher

(2008)


Je tiens tout d'abord à préciser que lors de ma première vision de ce The Curious Case Of Benjamin Button, j'ai été fortement déçu. Non seulement j'avais du mal à retrouver David Fincher mais je ne trouvais pas là le film ultime sur la vie que j'avais espéré après avoir vu la superbe bande-annonce visible quelques mois plus tôt. Allez savoir pourquoi, je me suis acheté quand même le dvd à sa sortie et je ne l'avais toujours pas revu depuis. Je m'attendais, avec cette rétrospective Fincher, à le revoir encore plus à la baisse, mais c'est tout le contraire qui est arrivé. Sans aller jusqu'à dire que le film est excellent, force est de constater que je me suis retrouvé face à un très beau film.

En premier lieu, j'avais totalement oublié le montage parallèle entre la Daisy mourante et l'histoire de Benjamin Button. Bien que ce lien entre deux époques pouvait être facilement enlevé du film sans lui causer du tord, il arrive à insuffler assez d'émotions pour ne pas paraître inutile. Ensuite, cette étrange introduction avec la fabrication de l'horloge de la Nouvelle-Orléans a de quoi laisser perplexe : bien qu'intéressante et belle, le souffle émotionnel qui aurait pu s'en dégager ne vient jamais. C'est d'ailleurs le gros problème du film en général, David Fincher étant loin d'être un cinéaste de l'émotion et du ressenti, il contrôle assez mal les nombreuses scènes qui auraient pu faire de The Curious Case Of Benjamin Button un très grand film à la fois beau et épique. Il est étonnant aussi de voir que certaines scènes auraient clairement pu être raccourcies, voire supprimées, le passage entier avec Tilda Swinton en étant le meilleur exemple puisqu'il n'apporte finalement presque rien. Dommage donc que Fincher n'ait pas plus développer le lien entre Benjamin Button et son père (alors que Fincher parle des liens paternels peu présents dans The Game, Fight Club et Panic Room), la naissance et l'adoption de Benjamin ou encore (et surtout) la fin de sa vie, symboliquement très intéressante.

Toutefois, on ne peut nier que l'émotion du chef-d'œuvre qui ne verra jamais le jour se fait ressentir à certains moments-clés du film : Benjamin Button découvrant sa différence, la disparition de l'équipage avec lequel il travaillait, la premières retrouvailles avec Daisy, leur séparation suite à la naissance de leur fille ou encore la mort du personnage principal dans un plan iconique qui prouve que Fincher est autant un cinéaste qu'un artiste pictural. C'est d'ailleurs dans ce film que Fincher pousse le plus loin son travail sur l'image. Presque la totalité des plans sont magnifiques, enjolivés par un travail de photographie à tomber par terre (clairement l'un des points forts de Fincher) et la mise en scène, aussi subtile que celle de Zodiac (hormis dans la scène de l'accident de voiture), transpire la maîtrise. La musique, signée Alexandre Desplat, est correcte même s'il manque véritablement un souffle pour faire envoler cette fresque de vie. Par contre, niveau interprétation (et, encore une fois, comme toujours chez Fincher) on est face à un sans-faute : un Brad Pitt qui sait tout jouer, une Cate Blanchett émouvante et une superbe galerie de seconds-rôles (notamment Jason Flemyng).

Enfin, niveau SFX, et encore comme toujours chez Fincher, c'est bien foutu, ça tombe jamais dans la surenchère et ça reste crédible. Le plus gros tour de force du film étant de faire croire au spectateur que l'on est bien en face de Brad Pitt à chaque instant de sa vie. Une technique irréprochable à ce niveau là, qui rappelle que le cinéma est l'instrument ultime pour donner vie à ses rêves.

Cette deuxième vision de The Curious Case Of Benjamin Button m'a permis de revoir d'un œil nouveau ce film qui est loin d'être indigne du travail de David Fincher. Je pense d'ailleurs sincèrement que même le jour où il sortira son plus mauvais film (si ce n'est pas déjà fait) ça restera super bien travaillé en terme de mise en scène. C'est là où l'on voit la différence entre un réalisateur lambda et un véritable cinéaste artiste. Au final, même si on ne trouve pas là le grand film qu'il aurait pu être, on est bien en face d'un beau film, tout simplement.


8,5/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 45077
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Mer 27 Oct 2010, 16:03

tient par contre sur button on est du meme avis , je l aime bien aussi , un beau film au final , j ai pris bcp de plaisir , du cinema romanesque , techniquement nickel , certe un peu papier glacer , mais bcp de charme , je lui mettrai meme 8 moi , je sais je sais ... :oops:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO