[Caducia] Mes critiques en 2012

Modérateur: Dunandan

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Alegas » Mar 04 Sep 2012, 18:17

caducia a écrit:non mais surtout que des gens typés du meme genre tu en croises partout, pourquoi aller prendre Magimel, parce que c'est son pote ?


Je doute fortement que les gens que tu croisent soient aussi bons acteurs que Magimel chez Siri.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar caducia » Mar 04 Sep 2012, 18:24

si j'ai eu plusieurs patrons de la sorte, de très bons acteurs malgrés des mensonges gros comme des maisons. :eheh:
D'ailleurs, j'ai eu le petit Benoit comme client, bien brave. :mrgreen:

ah oui, le pompon c'est T bag en Sinatra :pluie:
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Mark Chopper » Mar 04 Sep 2012, 18:34

Ce n'est pas un mauvais acteur et il n'a que deux scènes sans dialogue pour exister : pas facile.

Il a le look, en tout cas.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38609
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

True Romance - 9/10

Messagepar caducia » Mar 04 Sep 2012, 19:18

True Romance

Réalisé par Tony Scott
Avec Christian Slater, Patricia Arquette
Thriller, Romance, Action - USA - 2h00 1993

9/10




Image




Synopsis


Le jour de son anniversaire, Clarence Worley rencontre la splendide Alabama dans un cinéma miteux. Coup de foudre immédiat. Après une nuit d'amour, Alabama avoue a Clarence qu'elle a été en fait engagée par le patron de Clarence comme cadeau d'anniversaire. De là va commencer une folle aventure.



Critique

Un film à regarder avec délectation, un savant équilibre entre romance, histoire de truands, hémoglobine à gogo et came, avec un script signé Tarantino et des dialogues à la hauteur (surtout la légende des siciliens).
L'histoire est savamment dosée même si le coup de foudre entre Alabama et Clarence n'est pas très crédible, on se laisse prendre au jeu car ils forment un couple assez mignon, d'une grande fraîcheur et naïveté.
Clarence (Christian Slater) est une sorte de geek de l'époque, fan des films de kung-fu, d'elvis, une sorte d'adulte attardé qui n'a pas de but précis dans la vie et qui parasite plus ou moins son entourage d'un caractère plutôt spontané qui ne réfléchit pas trop.

Image


Par chance il trouve son alter-ego au féminin en la personne de Alabama (Patricia Arquette ) très pulpeuse et qui a les mêmes goûts "spéciaux" que Clarence et un caractère superficiel similaire. Patricia Arquette est parfaite dans ce rôle ! Un couple qui sont comme des oiseaux de paradis qui vivent au jour de jour dans un monde imaginaire celui d'Elvis et des 60's.
Le reste du casting dépote sévère : Dennis Hopper, Gary Oldman, Christopher Walken, Brad Pitt , Samuel L. Jackson, James Gandolfini qui cadrent tous parfaitement, j'ai juste un peu de mal avec le look de gary Oldman en macro en peignoir dread locks. Costumes loufoques et kitchs à souhait.
On a ainsi droit à des faces à faces d'anthologie comme celui Walken - Dennis Hopper ou encore la castagne Gandolfini / P. Arquette qui ne fait pas dans la dentelle servis par des dialogues savoureux ciselés, pas mal d'humour et références cinématographiques.

Image


Mise en scène très soignée signée Tony Scott et montage posé. Une séquence charnelle qui peut rappeler "Revenge", quelques couchers de soleil rose orangés caractéristiques qui jouent avec les fondus des silhouettes des acteurs.
Les scènes de castagne ou de fusillades jouissives restent très lisibles, avec une envolée de plumes inspirée de J. Woo portée par un BO de folie (Soundgarden, Chris Isaak, Hans Zimmer, Aerosmith, Billy Idol)



Scénario brillant avec des personnages caricaturaux dérangeants. Sans chichi, on ne s’ennuie pas une seconde avec un suspense ménagé jusqu'au bout. Habile et totalement absurde. Des dialogues plutôt efficaces et plutôt courts par rapport aux tirades interminables que Tarantino nous a pondu depuis.
Une histoire d'Amour jalonnée de cadavres orchestrée magistralement par Tony Scott.
Critiques similaires
Film: True Romance
Note: 10/10
Auteur: Scalp
Film: True Romance
Note: 10/10
Auteur: angel.heart
Film: True Romance
Note: 9/10
Auteur: Pathfinder
Film: True Romance
Note: 10/10
Auteur: Dunandan
Film: True Romance
Note: 10/10
Auteur: Kareem Said

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Killer Joe - 7/10

Messagepar caducia » Mer 05 Sep 2012, 20:19

Killer Joe

Réalisé par William Friedkin
Avec Matthew McConaughey, Emile Hirsch, Juno Temple
Thriller, Drame, Policier - USA - 1h42 2012

7/10









Synopsis


Chris, 22 ans, minable dealer de son état, doit trouver 6 000 dollars ou on ne donnera pas cher de sa peau. Une lueur d’espoir germe dans son esprit lorsque se présente à lui une arnaque à l’assurance vie. Celle que sa crapule de mère a contractée pour 50 000 dollars.
Mais qui va se charger du sale boulot ?
Killer Joe est appelé à la rescousse. Flic le jour, tueur à gages la nuit, il pourrait être la solution au problème. Seul hic : il se fait payer d’avance, ce qui n’est clairement pas une option pour Chris qui n’a pas un sou en poche. Chris tente de négocier mais Killer Joe refuse d’aller plus loin. Il a des principes…jusqu’à ce qu’il rencontre Dottie, la charmante sœur de Chris.
Alors Killer Joe veut bien qu’on le paye sur le fric de l’assurance si on le laisse jouer avec Dottie.



Critique

Adapté d'une pièce de théâtre de Tracy Letts avec qui Friedkin avait déjà collaboré pour " Bug", Killer Joe est une demi-réussite selon moi, un long métrage qui se veut choquant et dérangeant mais qui aura du mal à laisser son empreinte car il n'invente pas grand chose et c'est un mix de choses déjà vues et revues, même si ça se laisse regarder.

Coté casting, Matthew McConaughey incarne le privé Joe Cooper, look texan, hyper froid qui va droit au but, on se dit que ça va déménager et un Matthew à contre emploi pourquoi pas ? La bad guy est assez charismatique mais à part une scène de pétage de gueule sanglant, Joe ne fait pas grand chose à part jouer sur l'intimidation et faire chanter les gens. Il ne va donc pas dégainer une seule fois...
McConaughey n'est pas mauvais mais joue dans la retenue, et le regard qui fait mal, rien d'exceptionnel.

Emile Hirsch qui interprète Chris, le "jeune branleur raté" est aussi un acteur assez banal substituant à souhait.
Thomas Haden Church (Ansel) tire son épingle son jeu en mari soumis et limité, totalement crédible.

Ce sont donc les rôles féminins qui sont les plus réussis dans ce thriller et qui réservent le plus de surprises.
Juno Temple est Dottie, la petite lolita aux allures de jeune naïve (Juliette Lewis dans "Kalifornia") qui entre la gamine et la femme. L'actrice ayant la vingtaine bien passée mais à qui on donne facilement 15 ans vu son look dans le film, d'où la relation plutôt glauque entre son personnage et Killer Joe.
Belle performance de la part de la jeune actrice qui cache bien son jeu et l'ingénue n'est pas aussi limitée que les membres de sa famille.
Gina Gershon ("Bound") est Shrala, maquillée comme un camion volé, reste néanmoins séduisante, et elle aussi cache bien son jeu, avec une scène particulièrement forte et magistralement interpretée.

Le script est basé sur le deal réalisé entre la famille Smith et le tueur, le ton est très noir, aucun humour, on a l'impression que cette famille Smith n'est pas banale qu'ils sont dénués de sentiments et abordent n'importe quel sujet sur le même ton et parlent des gens comme de la simple marchandise et ne sont pas très attachés les uns aux autres (mis à part le frère et sa sister).
Un scénario qu 'on aurait très bien pu emprunter à Tarantino avec des truands, des persos bas du front (comme chez les frères Coen) et un deal qui se déroule avec pas mal d'accros. Néanmoins, le petit coup de génie n'existe pas. Des dialogues qui n'ont rien d'extraordinaires, voir répétitifs au cas où les membres de la famille Smith assisteraient à la séance, pas très ciselés. Mais l'histoire reste claire comme de l'eau de roche, ménage le suspense avec un beau twist mais un fin plutôt ratée avec son lot d’invraisemblances.

Les personnages ne sont pas très travaillés psychologiquement, et ne livrent pas leurs sentiments profonds car ils vivent les uns à coté des autres sans se préoccuper de leur prochain , restent assez introvertis. Ainsi la love story entre Joe et Dottie est difficile à comprendre, artificielle, malsaine, mais quels sont les sentiments de Joe et de Dottie vis à vis de celà ? Les moments forts du film sont ceux avec une vraie confrontation entre les personnages qui virent parfois au bain de sang, sinon quelques moments de provoc' facile et scènes de remplissage.
Un film sordide qui aborde le thème de la misère humaine, la pédophilie, de la manipulation, de la famille, de la perversité.
Critiques similaires
Film: Killer Joe
Note: 6/10
Auteur: Tarankita
Film: Killer Joe
Note: 8/10
Auteur: Jimmy Two Times
Film: Killer Joe
Note: 7/10
Auteur: nicofromtheblock
Film: Killer Joe
Note: 8/10
Auteur: Pathfinder
Film: Killer Joe
Note: 7,5/10
Auteur: Alegas

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Bucher des vanités (Le) - 7,5/10

Messagepar caducia » Ven 07 Sep 2012, 19:37

Le Bûcher des vanités

Réalisé par Brian De Palma
Avec Tom Hanks, Melanie Griffith, Bruce Willis
comédie , Drame - USA - 2h06 1991

7,5/10









Synopsis


Parce que sa maîtresse a, dans un instant de panique, heurté un noir avec sa voiture, Sherman McCoy, agent de change réputé à Wall Street, se retrouve à faire la une des journaux. Le Procureur Abe Weiss, en cette période d'élection, décide d'accuser Sherman pour récolter des voix, déclenchant une gigantesque tragi-comédie politico-juridique...



Critique

Film assez savoureux signé Brian De Palma qui a un fort coté comédie qui est à la limite de la caricature et du ridicule à certains moments mais qui est avant tout une satire de la société.
Le long métrage commence avec un superbe plan séquence mettant en scène Bruce Willis.

Le scénario est une petite merveille qui aborde de nombreux thèmes en partant d'un fait divers banal qui prend beaucoup d'ampleur impliquant média, politiciens, religion et montre comment chacun veut avoir sa part du gâteau en reniant tous leurs bons principes.
Casting plutôt brillant. Tom Hanks est le dindon de la farce, golden boy a qui tout lui sourit, vivant une vie parfaite mais à qui il manque un peu de piment, et va donc aller chercher un peu de bonheur dans les bras de la pulpeuse Maria (Melanie Griffith ). Hanks est vraiment excellent, un rôle qui lui va comme un gant, qui va subir une vraie descente aux enfers et où tous vont se retourner contre lui alors que sa vie était jusqu'ici sans tracas.
Melanie Griffith est la maîtresse, femme fatale manipulatrice qui aime plus l'argent que ses amants, une vraie garce. Melanie use de ses atouts à la perfection.
Kim Cattrall interprète la femme de Sherman, plutôt à contre emploi car d'habitude c'est elle qui appartient au groupe des femmes fatales.
Bruce Willis est Peter Fallow, un journaliste imbibé du matin au soir, en pleine déchéance mais qui saura saisir sa chance...mais chut ! Bruce est aussi très crédible en mec paumé et opportuniste, même s'il garde un coté compatissant et humain bien caché.

Le script est très bien équilibré et jongle entre drame et comédie, parfois de façon assez grossière mais il ne propose aucun temps mort et le héros pris dans cet engrenage d'injustices et tout ce qui en découle est à la fois divertissant à voir, mais laisse à réfléchir quand on voit tous les rapaces qui veulent tirer de l'argent, ou de la gloire montrant qu'avec une simple rumeur on peut tomber de très haut, comme on peut devenir mega célèbre sur un mal entendu. Une histoire qui se vérifie encore de nos jours.

Belle distribution, une petite dose d'humour noir, pas de prise de tête sur fond de guerre médiatique, et manipulations en tous genres. ça reste assez léger et caricatural.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar jean-michel » Dim 09 Sep 2012, 09:12

True Romance

D'accord avec toi, des scènes d'actions jouissives, une BO que l'on garde en tête, un cast de qualité, un très bon film.
Avatar de l’utilisateur
jean-michel
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12763
Inscription: Sam 05 Jan 2008, 10:04
Localisation: essonne91 Chilly-Mazarin

Dernier Samaritain (Le) - 8,5/10

Messagepar caducia » Lun 10 Sep 2012, 11:48

Le Dernier samaritain

Réalisé par Tony Scott
Avec
Bruce Willis, Damon Wayans, Chelsea Field
Policier, Action - USA - 1h46 1992

8,5/10









Synopsis


Détective privé alcoolique et cynique, Joe Hallenbeck fut autrefois un héros des services secrets. Sa carrière a tourné court, tout comme celle du footballeur noir Jimmy Dix, qu'il rencontre dans une boîte de nuit où se produit Cory. L'assassinat de cette dernière va lancer les deux hommes dans une enquête difficile et musclée...



Critique

Buddy movie bien sympathique dans la même veine que l'arme fatale mélangeant action et humour de façon assez intelligente, pas d'ennui possible.
Script plutôt solide avec un Bruce Willis en anti-héros façon John McLane dans "Die Hard III" ou "16 blocks" qui est comme une pochette surprise sous ses aspects de pauvre type cocu alcoolique nous réserves des répliques savoureuses et coups de poing efficaces. Willis est très à l'aise dans ce rôle de ce héros bien caché derrière ses airs de débris mal rasé .

Damon Wayans assure aussi (n'a pas fait grand chose de passionnant depuis), habillé avec des fringues très improbables qui font penser au style de "true romance", permet de rendre une vraie complicité entre le détective et le footballeur avec un décalage de ton et d'intelligence car c'est un peu le boulet de service mais qui fait peur de bravoure au bons moments et assure la réplique pour le coté comique.
Un tandem de choc que tout oppose qui passent leur temps à se chercher, s'engueuler pour mieux se retrouver.
Quelques clins d'oeils à la concurrence du moment : Terminator, l'arme fatale...

Un rythme assez soutenu avec une alternance enquête et scènes d'action variées, T.Scott offre aussi quelques moments d'intimité avec des séquences appuyées sur la relation tourmentée père/fille qui pourra faire penser à certaines scènes de "Man on fire" sauf que celles du dernier samaritain sont beaucoup moins réussies et ajoutent une certaine lourdeur au film (de même que le relation pourrie avec sa femme).
Des méchants plutôt caricaturaux , qui du mal crever du 1er coup, qu'on a plaisir à voir se faire dézinguer avec pas mal de brutalité et d'hémoglobine contrairement à Die Hard où c'était un peu plus soft.
Niveau réalisation l'ensemble est agréable, les scènes d'action sont bien traitées surtout celles du stade avec l'hélicoptère, mais rien d'exceptionnel esthétiquement sauf peut être les scènes dans le club de strip tease. (mais ce n'est pas le but)

Blockbuster qui ne se prend pas trop au sérieux , assez peu crédible, qui manque de profondeur psychologique et qui se veut divertissant avant tout sans prise de tête avec un déluge de punchlines.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Gothika - 3,5/10

Messagepar caducia » Lun 10 Sep 2012, 16:41

Gothika

Réalisé par Mathieu Kassovitz
Avec
Halle Berry, Robert Downey Jr., Charles S. Dutton p
Thriller, Fantastique - USA - 1h40 2004

3.5/10










Synopsis


Le docteur Miranda Grey, psychologue pour criminels de renom, travaille au sein du pénitencier psychiatrique pour femmes que dirige son mari. Elle sait mieux que personne ce qui est rationnel... Jusqu'au jour où elle se réveille dans l'une des cellules de l'institution, accusée du meurtre de son mari. Un crime dont elle n'a aucun souvenir. Dans sa quête pour retrouver la mémoire, elle devra faire face à un esprit vengeur...



Critique

Je gardais un très bon souvenir de ce film mais la seconde vision est totalement différente, c'est un film qu'on subit plus qu'autre chose.
Malgré un casting de prestige, Gothika comporte des éléments qui ne peuvent pas le sauver, avec un scénario qui jongle entre le policier et le fantastique dans un huis clos en hôpital psychiatrique ultra moderne (pour l'époque surtout). L'ambiance d'enfermement est là, mais la réalisation affreuse signée Kassovitz permet rapidement de saouler le spectateur. Filtre méga bleu omniprésent, des mouvements de caméras piqués tout droit à Fincher, d'autres très répétitifs circulaires à nous donner le tourner, et enfin des megas gros plans sur les visages qui rend n'importe qui immonde, même la pauvre Halle Berry est affreuse avec ses yeux équarquillés. Au lieu de laisser sa caméra fixe pour montrer la monotonie de l'asile, le réalisateur choisit le tourbillon de la folie, et agace très certainement, et on attend que ça finisse vite.



Halle berry n'est pas du tout mise en valeur, tout comme sa camarade Penelope Cruz. Berry est en surjeu constant et n'est pas aidée par le script qui tourne en rond, et où on lance de fausses pistes grossières quand à la folie réelle de l’héroïne et sur l'identité du tueur.
Robert Downey Junior est un peu là en touriste, son personnage ne sert à pas grand chose.
si ce n'est à envisager que c'est le meurtrier


Un film saoulant au possible, pas intéressant, mal réalisé et mal amené, très pénible à regarder.
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Alegas » Lun 10 Sep 2012, 16:42

Bien mauvais celui là en effet, par contre "mal réalisé" tu y va un peu fort, y'a des trucs à sauver.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar caducia » Lun 10 Sep 2012, 16:44

Image
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14569
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Scalp » Lun 10 Sep 2012, 17:07

Putain comme il est mauvais ce Kasso, en plus me souvient d'un interview où il se vantait pas mal sur ce film :eheh:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Heatmann » Lun 10 Sep 2012, 18:01

alegas tu a une relation priviligies avec ce putain de kasso ou quoi ? tu trouve toujour le moyen de le sucer quelque soit le sujet , le film , meme quand c'est indefendable , dit pas non , t'est grave une bitch putain :shock:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Alegas » Lun 10 Sep 2012, 18:04

Pas du tout, ce film je le trouve bien mauvais. Mais comme dans beaucoup de bouses y'a toujours un petit truc à sauver, et s'il y a bien un truc qu'on peut pas reprocher au film c'est sa façon de créer une ambiance marquante.
Même dans Babylon A.D. y'a des trucs à sauver, dis pas le contraire.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44761
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Caducia] Mes critiques en 2012

Messagepar Scalp » Lun 10 Sep 2012, 18:05

Oue Babylon on peut sauver le premier quart d'heure, ça fait peu pour un film où il voulait mettre McT à l'amende :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58657
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO