[francesco34] Mes critiques en 2012

Modérateur: Dunandan

Dead or alive - 4/10

Messagepar francesco34 » Sam 06 Oct 2012, 13:44

Dead or Alive
de Takashi MIike (1999)

Image

Découverte de ce film réputé culte de Miike... bon c'est pas vraiment ma came. Le film oscille entre le déjanté et le sérieux et ne sait jamais où il crêche, et le mélange des genres ne prend jamais. Après l'intro qui donne un ton pour le moins speed et limite loufoque de par son côté excessif, le film sombre dans une histoire des plus banales et pas vraiment intéerssante (une guerre de gangs, encore, et un flic au milieu, affublé d'un problème perso dont on a finalement pas grand chose à foutre...). De temps en temps le film repart dans un de ces excès Miikesques (un tournage de film porno zoophile par exemple, ou bien la scène de la fille baignant dans de la merde) qui rompent la monotonie ambiante pendant quelques secondes. Mais ça a l'air sorti de nulle part. Tout comme le final délirant, certes franchement drôle, mais qui laisse plus à penser que Miike se fout un peu de tout.
D'ailleurs niveau réalisation y'a rien de particulièrement brillant dans ce foutoir, ça reste assez banal. J'ai même passé quelques scènes en avance rapide, c'est dire...

4/10
Critiques similaires
Film: Dead or alive
Note: 6,5/10
Auteur: Dunandan
Film: Dead or alive
Note: 6/10
Auteur: osorojo
Film: Dead or alive
Note: 8,5/10
Auteur: Niko06
Film: Dead or alive
Note: 7/10
Auteur: Jack Spret

Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar Mark Chopper » Sam 06 Oct 2012, 13:47

Trouve le courage de regarder la (fausse) suite qui n'a rien à voir (plus proche de Sonatine, en fait).

Je mets la même note que toi environ au premier et le double au second.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38273
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar francesco34 » Sam 06 Oct 2012, 13:53

Si je le trouve je le verrai alors, celui là je l'ai emprunté à la médiathèque, pas dit qu'ils aient la suite en rayon.
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar pabelbaba » Sam 06 Oct 2012, 18:51

Il se fait bien défoncer... C'est un des rares films que j'ai revu ces 3 dernières années et j'ai été plutôt surpris, malgré le coup du mou après le premier tiers, de voir un polar bordélique et qui dépasse souvent les bornes. Même si Miike se fout quand même un peu de notre gueule, ça change et ça m'a plu! :mrgreen:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 18670
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Fantôme de Canterville (1944) (Le) - 6,5/10

Messagepar francesco34 » Jeu 18 Oct 2012, 09:42

Le fantôme de Canterville
de Jules Dassin (1944)

Image

Adapté d'Oscar Wilde, cette comédie fantastique a connu plusieurs versions dont celle-ci est sans doute la plus fameuse.
La famille de Canterville, aristos anglais, possède une demeure où ils ne vivent plus car hantée par le fantôme d'un de leurs ancêtres, emmuré vivant 300 ans plus tôt par son père car il était un lâche et avait fui un duel. Grâce à l'héritière de la famille, une petite fille débrouillarde, et un soldat américain (en fait descendant du fantôme sans le savoir), ils vont lever la malédiction et libérer le fantôme...

On est plus proche ici de Casper que de films de fantômes effrayants. C'est une comédie familiale au demeurant assez charmante et qui repose surtout sur ses comédiens et son ambiance. Charles Laughton campe le fantôme peureux, inapte à faire peur et qui est fatigué de ce "job" et rêve de repos éternel... Face à lui la cabotine et délicieuse Margaret O'Brien, à peine sept ans, mini-star de l'époque (fallait remplacer Shirley Temple).
Ce genre cinématographique n'est pas le crédo habituel de Jules Dassin, mais il s'en sort plutôt bien, avec quelques effets visuels de surrimpression simples mais efficaces, et fait donc la part belle belle à ses 2 comédiens.
Plutôt que de rester enfermés dans le château tout le film, Dassin s'aventure un peu en dehors, avec une intro à l'époque du chevalier peureux qui présente sa destiné, et une scène de guerre assez surprenante. Bon on est en pleine seconde guerre mondiale, et le film met en scène une troupe de soldats américains gracieusement hébergés dans le chateau. Mais on se retrouve en plein surréalisme lorsqu'ils partent en bataille (où ça? ils rentrent au chateau juste après, comme si c'était à côté) et affrontent des troupes d'ennemis impersonnalisés (on ne les voit que de loin se faire descendre).
La nouvelle de Wilde datant de 1887 a fortement été altérée, et le film s'éloigne beaucoup de la trame originale. Mais on est en 44, et faut appuyer un peu les troupes.
Au final on a un film de fantôme plutôt charmant, très familial (mais surprenant par la présence de la scène de guerre). Un film qui vaut surtout pour Laughton et O'Brien, et qu'on regardera aujourd'hui avec un oeil tendre.

Image

6.5/10
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Stranger Is Watching (A) - 2/10

Messagepar francesco34 » Sam 20 Oct 2012, 11:37

Otages - A stranger is watching
de Sean S.Cunningham (1982)

Image

Un tueur viole et assassine une femme chez elle devant les yeux de sa petite fille... Quelques années plus tard, le type est condamné à mort suite au témoignage de l'enfant. Mais voilà que celle-ci et sa future belle-mère sont kidnappées par un étrange gars qui demande une rançon.

Cunningham est surtout connu pour avoir lancé la saga Vendredi 13. Ce thriller est son film suivant, 2 ans après. J'ai du mal à me souvenir ce que vaut réellement le premier film de Jason, mais ce Otages est une totale foirade.
Je ne dirais pas que la réalisation de Cunningham soit la première en cause dans ce gros naufrage, plombée qu'elle est par un scénario qui accumule durant 1h30 les invraisemblances. Je ne connais que de nom Mary Higgins Clark dont le scénario est tiré d'un des bouquins, mais si ça suit la même trame ça doit être totalement naze :eheh:
Gros problème pour un thriller d'avoir un scénario auquel on ne croit jamais. J'aime bien d'habitude lister tous les trucs qui me paraissent débiles, mais même en ayant vu le film hier soir je risque d'en oublier la moitié...
Imaginez par exemple notre kidnappeur qui parvient à emmener une femme adulte et une gamine sans les menacer avec des armes (costaud le gars, pourtant c'est pas Schwarzy). Imaginez ensuite qu'il se gare sur un parking avec sa fourgonette (qui a des vitres), laisse la femme dedans et embarque la gamine dans un sac (pas baillonée) et la transporte sur son dos à travers des rues et lieux publics, traverse la gare devant 300 personnes et finalement la planque dans une remise abandonnée de couloirs de métro, hautement fréquentée par tous les clodos du coin... C'est juste le début d'une longue série de trucs auxquels on croit jamais, et ça va crescendo jusqu'à la fin dans l'incohérence et le stupide.
Evidemment on l'a deviné dès le début, le mec qui kidnappe la gamine est en fait le vrai tueur du début, la petite ayant fait condamner un innocent qui livrait je-sais-plus-quoi et qui l'avait finalement sauvée par son irruption dans la maison... Ca aurait été un thème génial, aucunement exploité dans le film bien sûr.
Pourtant y'aurait bien eu des trucs positifs, Rip Torn en tueur est sympa.
Mais ça se contente d'accumuler les scènes grotesques et renversements de situation prévisibles...
Vous l'aurez compris, je vous le conseille pas particulièrement :mrgreen:

2/10
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Skyfall - 8,5/10

Messagepar francesco34 » Ven 26 Oct 2012, 17:13

Skyfall
de Sam Mendes (2012)

Image

Quatre ans après le très bancal Quantum of Solace, c'est une nouvelle mini révolution dans l'univers Bondien que cet opus du cinquantenaire (le 23ème officiel). Etrange, c'est le mot que j'avais à l'esprit en sortant de la projection. Alors certes on retrouve les ingrédients d'action survolté qui ont fait la gloire de la saga, arrangés ici et là à l'esprit des années 2000 (post-Bourne évidemment). Et on renoue en même temps avec les recettes et passages obligés des films, rescussitant pour l'occasion, avec un petit goût de fan service quelques éléments d'antan oubliés depuis quelques films (Q, Moneypenny et le bureau de M avec sa porte molletonnée, et même l'Aston Martin DB5 de Goldfinger avec ses gadgets d'époque).
Alors pourquoi étrange? D'avoir embaucher Sam Mendes tout d'abord, qui donne au film une dimension visuelle absente des autres Bond. Jusqu'ici la saga était confiée à des faiseurs, parfois habiles, mais souvent sans réelle personnalité. Mendes parvient même sur certaines séquences à en faire un objet esthétique assez raffiné (les passages en Asie principalement). Et il a une façon de filmer les apparitions du méchant qui dénotent la touche d'un vrai réalisateur aux commandes.
Etrange aussi de par la personnalité du méchant (Javier Bardem) et sa motivation. De mémoire, je pense que c'est la première fois qu'une vengeance est la motivation du méchant (ça l'a été pour Bond lui-même dans Permis de tuer), qui sont d'habitude plutôt avides de pouvoir ou d'argent. Le scénario qui en découle est à la fois surprenant et bizarre, ménageant finalement assez peu de scènes d'action (Quantum devait en avoir le double pour une durée très inférieure), et faisant apparaitre Bardem à la moitié du film, après bien plus d'une heure.
Et que dire du final, que je ne raconterai évidemment pas en détails, mais qui s'avère lui-aussi réellement étrange, presque dissonant, et pourtant plutôt prenant, dans un décors qui est l'antithèse de tous les supers labos ou planques secrêtes des méchants de la saga jusqu'ici, puisqu'il s'agit de la maison d'enfance de Bond, vieille bâtisse perdue et isolée dans la lande écossaise.
Etrange toujours de par un côté Bond vieillissant, blessé, jugé inapte au terrain, incapable de tirer droit, et songeant un moment à se retirer. Finalement réduit à se servir de ce qu'il a sous la main (à peine revenu en scène, déjà fini l'équipement miracle de Q): fusil de chasse, couteau, et pièges!
M de Judi Dench, depuis son arrivée dans le rôle avec Pierce Brosnan, a imposé à l'écran un personnage qui jusque là était quasi figuratif (dans les vieux films, M n'est qu'un supérieur râleur et jamais un personnage exploité ou approfondi). Là elle est quasiment le coeur du film, au centre de nombreuses décisions, et de toutes les attentions. Sa relation avec Bond n'a jamais été aussi palpable, avec un côté filial qui transparait de leurs rapports, et une réelle émotion qui les lie.

Un épisode qui m'a dérouté mais que j'ai réellement apprécié, et qui est à mon sens le meilleur depuis... Permis de tuer justement.

8.5/10
Critiques similaires
Film: Skyfall
Note: 9/10
Auteur: Alegas
Film: Skyfall
Note: 7,5/10
Auteur: Scalp
Film: Skyfall
Note: 9/10
Auteur: elpingos
Film: Skyfall
Note: 9/10
Auteur: Hannibal
Film: Skyfall
Note: 8,5/10
Auteur: Jimmy Two Times

Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar ERNST STAVRO BLOFELD » Dim 28 Oct 2012, 13:10

Excellente critique :super: Je suis complètement d'accord. Je voulais en faire une mais du coup je me demande si ça en vaut la peine vu que tu as dit l'essentiel...
Avatar de l’utilisateur
ERNST STAVRO BLOFELD
Rambo
Rambo
 
Messages: 852
Inscription: Mar 21 Sep 2010, 13:51
Localisation: Montpellier

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar francesco34 » Dim 28 Oct 2012, 13:20

merki :super:
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Enfer des zombies (L') - 6/10

Messagepar francesco34 » Mar 30 Oct 2012, 16:05

L'enfer des Zombies
de Lucio Fulci (1979)

Image

Vendu comme suite du Zombie de Romero (d'où le titre Zombi 2 sous lequel le film était sorti) alors qu'il n'a rien à voir... Mais passons, cet opus de Fulci a quelques qualités malgré son budget étroit, et s'est taillé une bonne répute dans le sous-genre qu'est le film de zombies.
Contrairement à Romero qui émaille ses films d'un discours politique et social, Fulci fait dans l'horreur simple, avec nulle autre ambition que d'effrayer (bon à notre époque, blasés comme nous sommes, ça fonctionne plus trop) et étaler de jolies scènes gores, et quelques nichons et fesses au passage tant qu'à faire.
Niveau scénario, on accuse rapidement une première frustration: on pense que le film va se dérouler à New-York, avec les possibilités cataclysmiques que ça entraine, mais en fait on file vers une île pour se limiter en décors et en nombre de figurants. D'ailleurs l'ultime plan qui revient à New-York prête presque à sourire, où on voit des zombies sur un pont (celui de Brooklin peut-être?) en hauteur, et tranquillement les voitures qui vont et viennent dans les 2 sens en contrebas alors que les bruitages font penser à un embouteillage monstre (et qui devrait être dans un seul sens en théorie puisque les gens fuient la ville...). Bref, le manque de moyens limite l'impact recherché, hélas.
L'action est lente à se mettre en place, et il faut en fait attendre la deuxième moitié du métrage pour commencer à vraiment entrer dans le bain. Alors on a le droit à quelques jolis zombies (maquillages assez sympas) et quelques effets gores de morsures ou impacts de balles. Rien de nouveau, Savini qui oeuvrait pour Romero avait déjà fait tout ça en mieux auparavant.
On a quand même une scène cool dans un vieux cimetierre abandonné où de vieux cadavres surgissent de sous la terre (bon les mecs ont été enterrés sans cercueil et à 20cm de la surface, mais c'est une scène sympa).
Niveau comédiens ça vole vraiment pas haut, et en plus les pauvres nanas n'ont rien d'autre à faire que d'exhiber leurs boobs et crier en restant immobiles comme des connes quand un zombie approche...
Reste tout de même une ambiance finalement assez sympathique sur la fin, mais le coup des gens retranchés dans une baraque encerclée de créatures fait écho à un autre film de Romero lui-aussi meilleur, La nuit des morts-vivants. Sinon le cadre est quand même assez soigné (et en cinémascope) et ça vaut tout de même le détour pour les fans de films d'horreur de cette période.

6/10
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Looper - 6/10

Messagepar francesco34 » Jeu 01 Nov 2012, 09:32

Looper
de Rian Johnson (2012)

Image

Comme pour tout film de SF arrivant sur nos écrans, j'attendais ce Looper avec impatience. Anticipation qui nous place en 2044 dans une société assez étrange (on flingue les clodos à vue) et où le crime paie bien. 30 ans plus tard, la machine à remonter le temps sera une réalité et on enverra dans ce passé (2044 donc) des mecs pour les tuer. Les tueurs en question, Loopers, oeuvrent jusqu'au terme de leur contrat qui stipule qu'ils doivent se tuer eux-mêmes plus vieux (boucler sa bloucle) avec une grosse prime de retraite à la clé, en lingots d'or...

Un postulat de départ intéressant, qui ne va pas manquer de faire se poser beaucoup de questions au spectateur, et qui va révéler certaines failles ou incohérences dans le scénario au fur et à mesure.
Pourtant c'est pas si alambiqué que ça, le scénario se veut même assez simple au final, sans s'emberlificoter à outrance. On comprend bien chaque étape, pas de gros mystère donc.
Le tout se déroule assez lentement, ponctué de mini scènes d'action ou fusillades pas forcément trépidentes (on retiendra quand même Willis dans la base du méchant, mais bon ça dure 3 minutes). Les réactions du héros sont souvent agaçantes, et sa motivation initiale (gain à court terme) en font un sale type au demeurant, alors que son "moi" du futur a des motivations plus humaines et intimes (mais n'en demeure pas moins un salaud puisqu'il n'hésite pas à assassiner des enfants pour atteindre son but). On ne peut donc pas dire que ce personnage soit super attachant.
L'enrobage est vraiment soft, minimum de décors et effets spéciaux, juste quelques détails par ci par là pour rappeler qu'on est dans un film d'anticipation, mais c'est pas Minority Report quoi. Du coup ça se passe souvent dans des champs loin de tout :eheh:
Et puis le film se dirige vers un final un peu WTF, limite ridicule et qui plombe un peu le tout en allant naviguer vers un autre sous-genre de la SF que je dévoilerai pas ici pour pas trop spoiler...
Bon ça reste quand même sympa avec de bons moments, mais j'ai finalement préféré Time out de Niccol l'an passé, à la fois plus prenant scénaristiquement, et plus trépident sur sa forme.

Et finalement je me dis que le scénario le plus intéressant aurait été de nous raconter comment un de ces Looper, qui plus jeune aurait bouclé sa boucle, serait aujourd'hui plus vieux et saurait qu'il va être capturé et envoyé dans le passé, tente tout pour échapper au destin qu'il a lui-même écrit...

quelques trucs qui m'ont chiffoné:
On envoie des mecs se faire flinguer dans le passé car dans le futur on peut pas les faire disparaitre... Pourtant quand on voit le futur on voit plein de meurtres en pagaille (y compris la femme de Willis): donc ça dérange pas la mafia d'en tuer un sur place mais pas l'autre :?
Et puis pourquoi ne pas envoyer la personne déjà morte dans le passé? Et simplement payer un fossoyeur sur place, ça éviterait les accidents du genre le mec qui s'enfuit...
Pourquoi l'envoyer seulement 30 ans en arrière, autant l'envoyer à une époque où la terre était invivable genre avant les dinosaures :eheh:

A la fin on nous laisse entendre que le gamin va devenir le méchant faiseur de pluie parce que Willis a assassiné sa mère... Or dans le futur d'où vient Willis, il n'a jamais rencontré ce gamin puisqu'il s'agit du passé "normal", celui qui se serait déroulé si il s'était flingué normalement. Incohérence donc, et qui en plus justifie le geste final de JGLewitt.


6/10
Critiques similaires
Film: Looper
Note: 8/10
Auteur: Alegas
Film: Looper
Note: 8,5/10
Auteur: Jimmy Two Times
Film: Looper
Note: 9/10
Auteur: zirko
Film: Looper
Note: 8/10
Auteur: angel.heart
Film: Looper
Note: 5,5/10
Auteur: Pathfinder

Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar Logan » Jeu 01 Nov 2012, 09:38

C'est vrai que les point que tu soulignes à la fin sont pas faux mais

Pour le gamin ils parlent de boucle éternel, peut être que c'est simplement la même histoire avec une autre personne qui a lieu comme une vengeance sans fin sur ce gamin auquel il met fin, je vois ça comme ça moi perso.
Logan
 

Re: Looper - 6/10

Messagepar Scalp » Jeu 01 Nov 2012, 09:40

francesco34 a écrit:Looper
mais j'ai finalement préféré Time out de Niccol l'an passé, à la fois plus prenant scénaristiquement, et plus trépident sur sa forme.



Oulà merde, c'est si mauvais que ça Looper.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58452
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [francesco34] Mes critiques en 2012

Messagepar francesco34 » Jeu 01 Nov 2012, 09:45

Logan a écrit:C'est vrai que les point que tu soulignes à la fin sont pas faux mais

Pour le gamin ils parlent de boucle éternel, peut être que c'est simplement la même histoire avec une autre personne qui a lieu comme une vengeance sans fin sur ce gamin auquel il met fin, je vois ça comme ça moi perso.


Oui c'est possible aussi ce que tu dis...
Mais qu'est ce qui garanti alors que son geste est définitif?
Si dans l'autre passé le gamin est devenu Skylar à cause d'un autre événement, rien ne dit qu'un autre truc horrible lui arrivera pas... d'autant qu'on le sent limite psychopathe le môme, même avec sa mère à ses côtés...
Si ça se trouve il s'est juste pris une fessée pas un instit, ou fait voler son pain au chocolat un jour de ramadan et là il a explosé :eheh:


Scalp a écrit:
francesco34 a écrit:Looper
mais j'ai finalement préféré Time out de Niccol l'an passé, à la fois plus prenant scénaristiquement, et plus trépident sur sa forme.



Oulà merde, c'est si mauvais que ça Looper.


Ben j'ai déjà vu un 8 et un 9 tomber dans le classement du topic ciné... mais j'avoue être surpris (effet côté d'amour de Johnson??), c'est pas un film détestable loin de là, et on peut même beaucoup l'apprécier apparemment.
En tout cas pas du tout un coup de coeur pour moi.
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13251
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: Looper - 6/10

Messagepar Logan » Jeu 01 Nov 2012, 09:58

Scalp a écrit:
francesco34 a écrit:Looper
mais j'ai finalement préféré Time out de Niccol l'an passé, à la fois plus prenant scénaristiquement, et plus trépident sur sa forme.



Oulà merde, c'est si mauvais que ça Looper.


Crois moi tu vas dix fois plus kiffer que Time out ne serais ce que sur la forme ou le "R" bien visible.

Et puis y a du point bonus pour toi :mrgreen:

Gosse mort
Logan
 

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO