[Jack Spret] Mes critiques en 2013

Modérateur: Dunandan

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jed Trigado » Mer 16 Jan 2013, 18:43

Des trucs comme Contagion, Che ou A Fleur de Peau sont loin d'être des films impersonnels sans la moindre idée. Comme toutes les filmos prolifiques, il faut fouiller pour trouver le ou les films intéressants.
Jed Trigado
 

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Mer 16 Jan 2013, 18:52

Contagion, le sujet ne m'intéresse pas.
Che, faut que je le voie car il me tente bien mais bon le fait qu'il soit en 2 parties me fait procrastiner.
Et A fleur de peau, je l'ai en cale, c'est l'un des prochains que je mate de lui.
Je ne dis pas qu'il est mauvais car il a de très bons films dans sa filmo, mais je préfère ceux moins prolifiques qui enchaînent les bons films.
A terme, Soderbergh sera perdant car on retient toujours plus les mauvais films que les bons, surtout quand ils sont en surnombre.
Il suffit de voir comment tout le monde crache sur De Palma pour se rendre compte que j'ai raison.


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jed Trigado » Mer 16 Jan 2013, 19:05

A terme, Soderbergh sera perdant car on retient toujours plus les mauvais films que les bons, surtout quand ils sont en surnombre.
Il suffit de voir comment tout le monde crache sur De Palma pour se rendre compte que j'ai raison.

Oui et alors ? Il y a un monde entre ta perception d'une œuvre et celle des autres.
Jed Trigado
 

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Mer 16 Jan 2013, 19:35

Ce serait quand même se cacher la vérité que de dire que Soderbergh n'a pas réalisé de mauvais films quand même.
Même son Haywire, qui présageait son grand retour, est décevant.
Je ne dis pas que j'ai la science infuse mais je souligne juste que mon sentiment est partagé par la majorité et que ses admirateurs s'amenuisent au fur et à mesure qu'il s'entête à faire des choix de carrière contestables.


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Mer 16 Jan 2013, 19:38

Le temps a pour faculté de ne retenir que les bonnes choses : De Palma a une fin de carrière honteuse, mais aura une réelle postérité (méritée, de toute façon).
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 38276
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Mer 16 Jan 2013, 19:41

Pas tant qu'il sera vivant et qu'il réalisera des films.
On entendra toujours dire: "Ah, le De Palma de la belle époque n'est plus là" ou "C'était mieux avant !"
C'est tout autre chose quand tu fais des mauvais films sur une fin de carrière que quand tu les parsèmes au fil de ta filmographie.
Tu passes tout de suite pour un réalisateur mineur (Soderbergh) alors que pour l'autre, tu as été et sera toujours un maître aux yeux des fans (De Palma)


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Blade (The) - 9,5/10

Messagepar Jack Spret » Mer 16 Jan 2013, 22:52

Image
Sans nul doute le très haut du panier !


J'ai vu très peu de films de Tsui Hark mais le peu que j'ai aperçu de son imposante filmographie, je dois bien avouer qu'il me surprend autant qu'il m'épate. Le John Milius chinois. J'était un peu inquiet en insérant The Blade dans mon lecteur car j'en attendais tellement à la lecture du synopsis que l'excitation était à son comble et que j'avais peur de recevoir une douche froide. Mais comment ai-je pu douter une seule seconde ? Le film se révèle aussi jouissif et aussi maîtrisé que ce que j'espérais. Il dépasse peut être même ce que j'attendais d'un tel genre.

Image
Un spectacle de tous les instants !


Véritable ballet chorégraphique, les combats sont ajustés au millimètre et la mise en scène est très fluide, même si certains plans deviennent illisibles à cause de la rapidité d’exécution des mouvements (si peu comparé au reste). Balayant plusieurs thèmes récurrents dans les films d'arts martiaux tels que la loyauté, le dépassement de soi et la vengeance, Tsui Hark ajoute à son intrigue une pierre qui sera angulaire et déterminera le destin de tous les personnages. La romance qu'il met en place n'a rien de niaise et parsèmera les morts comme autant de pétales de fleur sur son passage. La proie intime des deux hommes, luttant jusqu'à la mort pour l'amour de la fille de leur maître, est sans doute le personnage le moins bien écrit. Cet aspect qui rend fébrile la construction du récit fait peur à chaque seconde de son apparition à l'écran.

Image
Les moines bouddhistes, faut vraiment pas leur chercher des noises !


Mais heureusement, The Blade se concentre essentiellement sur le duo Tête d'Acier/Ding On et plus particulièrement sur ce dernier. D'un amour chevaleresque, le guerrier n'hésitera pas à risquer sa vie pour sa belle, perdant son bras dans la bataille. On remarque tout de suite la correspondance entre le film de Tsui Hark et la genèse de la trilogie du Sabreur manchot de Chang Cheh, dont il est le remake, plus sanglant dans l'aspect visuel mais moins noir dans la vision de l'honneur. Mais cette vision moderne, loin des effets déstabilisants (pour moi) de la Shaw Brothers des années 60, permet au public peu éclairé de s'abreuver d'images aussi tétanisantes par leur violence et leur noirceur que galvanisantes par leur beauté et leur force.

Image
Certains personnages sortent du lot mais sont envoyés ad patres trop précipitamment. Un mal pour un bien.


Persévérance fait loi dans les contrées sauvages dépeintes par le cinéaste. Entre pillards revanchards, chasseurs nomades et tueurs à gages, les villageois ont peu de chance de souffler et la tranquillité est un terme oublié depuis longtemps. On touche un peu à la religion (le moine), au sexe (la prostituée) mais c'est véritablement l'honneur l'aspect essentiel du film, le point d'orgue qui fait résonner l'intégralité du scénario et débute les combats. Ces derniers se nourrissent de la frustration sexuelle ressentie par les guerriers et rendre encore plus intenses les affrontements. C'est d'ailleurs le but ultime de la jeune femme que de se faire affronter en duel ses deux prétendants. Duel qui ne sera jamais physique mais mental.

Image
Le combat final est épique mais je n'en attendais pas moins.


Il ne me reste plus qu'à me jeter avidement sur le reste de sa filmographie qui, si elle contient d'autres pépites de cette rareté et de cette valeur, mérite d'être vue le plus rapidement possible.

9,5/10

Image

Image

Critiques similaires
Film: Blade (The)
Note: 6/10
Auteur: Alegas
Film: Blade (The)
Note: 9,5/10
Auteur: Killbush
Film: Blade (The)
Note: 10/10
Auteur: Scalp
Film: Blade (The)
Note: 10/10
Auteur: Niko06



"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar angel.heart » Mer 16 Jan 2013, 22:58

:super:
Avatar de l’utilisateur
angel.heart
Robocop
Robocop
 
Messages: 9080
Inscription: Lun 28 Mar 2011, 14:55

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar osorojo » Jeu 17 Jan 2013, 01:26

Bien joué :super:

Pour ma part, je me suis acheté le DVD pour le revoir. J'ai souvenir d'une sacré péloche mais il est temps de me rafraîchir la mémoire :bluespit:
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Terminator
Terminator
 
Messages: 18508
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jimmy Two Times » Jeu 17 Jan 2013, 01:57

Tiens, j'avais zappé ta critique de Bubble. Je l'avais bien aimé à sa sortie au ciné. De ce que j'ai vu de ces films des 10 dernières années (post Solaris), je trouve que c'est son meilleur film :chut:

Sinon, pour The Blade :super:
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 6298
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Scalp » Jeu 17 Jan 2013, 06:14

Manque un demi point là, mais bon prenez en de la graine les tocards.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58455
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Jeu 17 Jan 2013, 10:17

Jimmy Two Times a écrit:Tiens, j'avais zappé ta critique de Bubble. Je l'avais bien aimé à sa sortie au ciné. De ce que j'ai vu de ces films des 10 dernières années (post Solaris), je trouve que c'est son meilleur film :chut:


Ouille !
Si tu trouve que Bubble est son meilleur film depuis 10 ans, ça me donne carrément moins envie de voir le reste :|

Scalp a écrit:Manque un demi point là, mais bon prenez en de la graine les tocards.


J'ai longuement hésite à lui mettre 10 mais il les vaut largement :D


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jimmy Two Times » Jeu 17 Jan 2013, 10:45

Je t'ai laissé un message sur ton topic petites annonces
I'm the motherfucker who found this place!
Avatar de l’utilisateur
Jimmy Two Times
Alien
Alien
 
Messages: 6298
Inscription: Ven 16 Juil 2010, 04:37

Reef (The) - 7/10

Messagepar Jack Spret » Jeu 17 Jan 2013, 11:08

Image
Les dents de la mer n'auront jamais été aussi aiguisées.


Certaines affiches montrent du sang autour du personnage, d'autres non. Mais quelque soit le choix qui a été fait, il ne s'agit juste que d'un élément marketing car on est loin du survival qui mise gros sur le gore qui tache. Dans The Reef, c'est l'ambiance qui est privilégiée. Et le requin n'est là que pour faire monter la pression, n’apparaissant qu'après une bonne moitié de film. Ce chasseur marin au look de torpille fait froid dans le dos. Filmé avec toute l'angoisse qu'il instille, le squale est un personnage à part entière, un tueur en série connu de tous mais libre de faire son festin de tous ceux piétinant ses plates-bandes.

Image
The Reef jongle sans cesse sur et sous la surface de l'eau afin de rendre une pleine immersion.


On évoque souvent Les dents de la mer comme l'oeuvre ultime mettant en scène ce dangereux prédateur mais The Reef flirte avec le podium tant le réalisme apporté aux évènements l'estampille histoire vraie du récit et la crédibilité des réactions des nageurs nous font frôler la crise cardiaque à chaque apparition du requin. On a sans cesse l'impression d'observer en temps réel ces pauvres hères palmés jouer aux appâts vivants avec force conviction. En ne cherchant jamais à être époustouflant par des scènes hyper cadrées, le film se laisse dévorer de par son impeccable gestion du rythme et du bodycount.

Image
Assis et Debout sont sur un bateau. Assis tombent à l'eau: qui reste-t-il ?


Même si des longueurs traînent ci et là, la courte durée du long métrage permet de se ressaisir et d'apprécier d'autant plus l'expérience unique qui nous est proposée. Ça n'est pas tous les jours qu'on est convié à un pique-nique sous marin en compagnie des requins. Très documenté, jamais poussif et d'un réalisme saisissant, The Reef gagne ses galons autant grâce à son requin patibulaire qu'à ses acteurs impliqués. Ne lésinant pas sur la rapidité et la violence des assauts aquatiques, chaque apparition de l'aileron file une peur bleue et donne libre cours aux instincts de survie de tout un chacun (même si certains gestes sont incompréhensibles, comme ce type qui retourne chercher sa planche).

Image
Au dîner: bruschettas de coraux humains sur un lit de viscères.


D'une efficacité incroyable et quasi documentaire, cette histoire, loin de faire gagner des points au tourisme local, alimente notre phobie des eaux profondes et de tous ces dangers qui nous y guettent. Vous êtes prévenus !

7/10

Image

Image

Critiques similaires
Film: Reef (The)
Note: 4,5/10
Auteur: Alegas
Film: Reef (The)
Note: 7/10
Auteur: padri18
Film: Reef (The)
Note: 9/10
Auteur: angel.heart
Film: Reef (The)
Note: 7,5/10
Auteur: Pathfinder
Film: Reef (The)
Note: 7/10
Auteur: puta madre



"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Robocop
Robocop
 
Messages: 7786
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar angel.heart » Jeu 17 Jan 2013, 11:20

Je te trouve souvent généreux sur les notes mais là t'as fait ton radin... :evil:
Avatar de l’utilisateur
angel.heart
Robocop
Robocop
 
Messages: 9080
Inscription: Lun 28 Mar 2011, 14:55

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO