[Val] Mon journal ciné 2016

Modérateur: Dunandan

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Mark Chopper » Lun 01 Aoû 2016, 19:27

Je te laisse le choix : soit je t'insulte pour ta note à Rocky 2, soit je lâche Alegas sur toi parce que tu n'écris plus de critique.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 42896
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Val » Lun 01 Aoû 2016, 19:29

Je découvre sans doute la saga Rocky trop tard mais je trouve quand même que ce second opus fait redite. C'est un beau film, vraiment, mais j'ai senti un côté trop "fait à la va vite" avant que le soufflé du premier film ne retombe. Après, ce n'est qu'une note.

Sinon, je suis littéralement incapable d'écrire plus de deux lignes sur ce que je vois en ce moment. Je ne sais pas pourquoi.
Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Mark Chopper » Lun 01 Aoû 2016, 19:30

On ne parle pas de dessins animés Disney là, ce n'est pas un problème de découvrir Rocky après l'adolescence :nono:

Bon pour le III et le IV, par contre, ça peut poser des difficultés :eheh:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 42896
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Mr Jack » Lun 01 Aoû 2016, 22:08

165) Nous trois ou rien de Kheiron (2015) [Blu-Ray] : 8,5/10


:shock: Ah oui ?
Image
You have to believe.
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10595
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: in my mind...

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Val » Lun 01 Aoû 2016, 22:49

Oui, j'en avais parlé dans le topic des visionnages vites faits, c'est mon coup de coeur feel good movie.
Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Mr Jack » Mar 02 Aoû 2016, 21:57

Ah j'avais raté, good :super:
Image
You have to believe.
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10595
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: in my mind...

Huit salopards (Les) - 10/10

Messagepar Val » Lun 22 Aoû 2016, 11:34

LES HUIT SALOPARDS
The Hateful Eight
- Quentin Tarantino - 2015

Image


Les Huit Salopards n'est pas un film aimable au premier abord, c'est même un film étrange et quelque peu mystérieux à l'image de l'intriguant générique d'ouverture où les notes lentes et sombres de Ennio Morricone laissent perplexe quant au contenu du film que l'on va voir. D'emblée le film détonne dans la filmographie de Tarantino : bavard, avare en actions et beaucoup moins spectaculaire malgré le « glorious » 70 mm que ses autres films, dont le précédent Django Unchained. Le malentendu vient sans doute du fait que l'on s'attendait pour beaucoup à un western dans la lignée de son précédent film. Or, il n'en est rien, plus qu'un western, Les Huit Salopards lorgne plus du côté du film d'horreur et du film historique.

En effet, alors que les films du cinéaste sont réputés pour leur niveau de coolitude, celui-ci ne prête que rarement à rire et met régulièrement mal à l'aise notamment dans son utilisation de la violence. Car ici, la violence fait mal, très mal. Pas question de rire d'une tête explosée par inadvertance à l'arrière d'une voiture, les Huit Salopards nous envoie sa violence en pleine tronche et nous fait comprendre que Tarantino n'est plus ici pour s'amuser. C'est que ses Huit Salopards forme sans doute son premier film « sérieux ». Alors qu'il se contentait jusqu'alors de vampiriser le meilleur des innombrables films qu'il avait visionné pour organiser des compilations jouissives, Tarantino semble ici pour la première fois se confronter à l'aspect mythologique du cinéma auquel il a tant rendu hommage. A l'image des John Ford, Sam Peckinpah et même des cinéastes italiens qu'il admire et qui explorait dans leurs films l'histoire américaine dans ce qu'elle avait parfois de plus inavouable, Tarantino explore ici des heures sombres de l'histoire américaine. Le film est complètement obsédé par le fantôme de la guerre de sécession et, loin de l'image consensuel d'un pays s'étant réconcilié avec lui-même à peine la guerre terminée, le film montre les désastre de plusieurs années d'une guerre civile ayant clivée en deux la nation américaine. Il est évident que de telles plaies ne se referment pas en un claquement de doigt et toute la tension du film vient précisément du fait que l'on sent dès le début que chacun des personnages n'en a pas fini avec sa propre guerre intérieure.

Par ailleurs, alors que le film avait été vendu comme un western, c'est plus du côté du film d'horreur qu'il faut rechercher l'inspiration du film. Ainsi, les Huit Salopards est plus ou moins un remake dissimulé du The Thing de John Carpenter. Comme lui, il isole ses personnages dans un lieu confiné à l'abri d'un blizzard menaçant, comme lui, il est mis en musique par le grand Ennio Morricone mais, surtout, il est comme lui un film obsédé par l'identité. Alors que Carpenter jouait dans sa mise en scène de cette idée que dès qu'un personnage sortait du cadre, rien ne garantissait qu'il serait le même lorsqu'il y entrerait à nouveau, Tarantino élargit son cadre à outrance comme pour empêcher chacun des huit protagonistes d'échapper à l’œil soupçonneux du spectateur. Là aussi, dès qu'un personnage sort du cadre, c'est pour fomenter un mauvais coup.

Voilà sans doute le véritable sujet du film : l'identité. Chaque personnage joue un rôle, s'invente un passé, le tout pour tenter d'inventer la société d'après-guerre de Sécession. C'est cette illusion de société américaine ressoudée après des années d'affrontement que Tarantino fait exploser dans un final hyperviolent et parfois insoutenable où, isolés du monde, les personnages laissent ressurgir la haine qui est restée très présente en eux. Et par ce sujet de l'identité et du rôle, Tarantino rend aussi un magnifique hommage aux acteurs et au théâtre en offrant des rôles sublimes à chacun de ses interprètes qui trouvent, chacun, un de leurs futurs rôles majeurs. Loin d'être le film mineur que l'on pouvait soupçonné au départ, Les Huit Salopards est en quelque sorte l'aboutissement logique d'une carrière cinématographique démarrée il y a plus de 25 ans. Comme si toute l'oeuvre de Tarantino devait aboutir à ce film.


9/10


EDIT du 1/11/2016 : Je passe la note à 10/10.
Critiques similaires
Film: Huit salopards (Les)
Note: 8/10
Auteur: Velvet
Film: Huit salopards (Les)
Note: 8/10
Auteur: caducia
Film: Huit salopards (Les)
Note: 7,5/10
Auteur: Mr Jack
Film: Huit salopards (Les)
Note: 9/10
Auteur: comICS-soon
Film: Huit salopards (Les)
Note: 8/10
Auteur: Tarankita

Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Jed_Trigado » Lun 22 Aoû 2016, 11:46

Superbe critique, qui met en avant le caractère théatral, en effet tout est volontairement factice, joué
(parfois mal, Madsen, Bichir et Roth qui vont griller leur couverture en sortant de leur personnage)


Le film rêvé pour un amoureux du verbe et des acteurs comme Tarantino. :super:

Sinon, t'as vu La Chevauchée des Bannis ? C'est clairement l'autre grande influence de The Hateful Eight.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14093
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Val » Lun 22 Aoû 2016, 12:12

Yep j'ai vu la Chevauchée des bannis (j'avais été un peu déçu d'ailleurs vu la réputation :chut: ).
Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar lvri » Lun 22 Aoû 2016, 12:40

Bon, ta critique (lue en partie par peur de me spoiler) me donne vraiment envie de m'y remettre.
En fait, j'ai adoré le début jusqu'à l'arrivée dans l'auberge. Une fois les présentations faites, j'avais clairement l'impression de tourner en rond (surtout que ça se répète souvent....).
Bref, je lui redonnerai sa chance pour sur !! (Rien que pour la real et la musique déjà).
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11786
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar logan » Lun 22 Aoû 2016, 12:49

Val a écrit:Yep j'ai vu la Chevauchée des bannis (j'avais été un peu déçu d'ailleurs vu la réputation :chut: ).


Préférer le Tarantino au De Toth c'est passible de retrait de ta carte Naphta, fait gaffe.
Avatar de l’utilisateur
logan
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10107
Inscription: Lun 25 Aoû 2014, 21:47

Marie-Octobre - 8,5/10

Messagepar Val » Jeu 13 Oct 2016, 16:03

MARIE-OCTOBRE
Julien Duvivier - 1959

Image


Julien Duvivier aura touché à un nombre impressionnant de genres. Le voici qui s'attaque au huis-clos, exercice qui peut s'avérer périlleux mais qu'il réussi haut la main. Un groupe d'anciens résistants se retrouve quinze ans après la nuit qui a vu l'assassinat de leur chef par la Gestapo et le film va suivre cette cour d'assises improvisée où tout le monde est suspecté d'avoir dénoncé le groupe aux autorités allemandes.
L'ensemble est passionnant à suivre avec une galerie de personnages bien caractérisés et aux tempéraments très différents et qui ont tous quelque chose à cacher. Le thème du film ainsi que la complexité des personnalités surprend pour un film de cette époque, contemporain de ce qu'il raconte. Il s'agit sans doute d'un des premiers films à aborder ces questions de manière aussi frontale. Ainsi, un personnage avoue clairement avoir un passé fasciste et limite collaborationniste avant d'avoir retourner sa veste. Malgré l'unité de lieu, le rythme du film est constant et le suspens est régulièrement relancé au fur et à mesure que les langues se délient et le tout est brillamment dialogué par Henri Jeanson. Et pour emballer le tout, la galerie d'acteurs est géniale : Reggiani, Blier, Meurisse, Darrieux, Ventura et les autres livrent des compositions de premier ordre. Une référence à voir absolument.


8,5/10
Critiques similaires
Film: Marie-Octobre
Note: 7/10
Auteur: Alegas
Film: Marie-Octobre
Note: 7,5/10
Auteur: osorojo

Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Mark Chopper » Jeu 13 Oct 2016, 17:12

Ce casting :love:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 42896
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Alegas » Jeu 13 Oct 2016, 18:09

Comment j'ai hâte de le découvrir en BR celui-là. :bluespit:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 48978
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Val] Mon journal ciné 2016

Messagepar Val » Jeu 13 Oct 2016, 20:51

Je suis sûr qu'il peut plaire à plein de monde ici, même à Scalp !
Avatar de l’utilisateur
Val
Terminator
Terminator
 
Messages: 18219
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO