[Waylander] Mes critiques en 2011

Modérateur: Dunandan

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Jeff Buckley » Jeu 13 Jan 2011, 17:56

J'ai aimé sans l'avoir vu gamin.
dunandan a écrit: Puis j'oubliais de dire que Logan me faisait penser à Burton avec sa méchanceté légendaire concernant certains films/réalisateurs/acteurs
Avatar de l’utilisateur
Jeff Buckley
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11413
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 03:30
Localisation: Boulogne-sur-Mer (62)

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Scalp » Jeu 13 Jan 2011, 17:59

Ca vient de ton âge mental c'est normal.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 60087
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Heatmann » Jeu 13 Jan 2011, 18:18

Kakemono a écrit:Jamais vu les Goonies, et j'ai pas envie de le voir. Pour une simple raison : j'ai passé l'age. Et je pense que je trouverais le film niais. :chut:


oui a decouvrire seulement maintenant je sais pas si ca fera le meme effet que le voir quand on a 9 ans , ceci dit , quand j etait pti et que je kiffai les goonies , j'aimais autant STAND BY ME , pas qu'il est un grand rapport ( quoique .. ) , mais celui la si tu l'as pas vue je suis sur que tu l'apprecierai meme maintenant :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Hannibal » Jeu 13 Jan 2011, 18:23

Stand by me, c'est vraiment génial! C'est, pour moi, la meilleure adaptation de Stephen King. J'adore :super:

Les Goonies c'est sympa, mais c'est comme pour les camarades plus haut : fort effet nostalgique car c'est toute ma jeunesse :D
Mark Chopper a écrit:La mode des années 2010 consiste à faire des suites de merde qui permettent de réévaluer des purges.
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Predator
Predator
 
Messages: 3970
Inscription: Ven 12 Oct 2007, 12:57

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Waylander » Jeu 13 Jan 2011, 18:46

Je suis d'accord pour les Goonies mais bon quand on voit les films du même style d'aujourd'hui bah les Goonies ça tue. franchement ya des répliques énorme et comme je le dit dans ma critique ça ose pas mal de chose dont une certaine vulgarité. Rien que le titre c'est super fun . C'est niais en partie mais bon que le film pur enfant ne l'est pas? Bon ok "where the whild things are" c'est pas du tout niais ni Terabithia. :super:
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Scalp » Jeu 13 Jan 2011, 18:50

Sauf que le film de Jonze c'est tout sauf un film pour les gosses ( enfin sauf pour les gosses de bobos ).
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 60087
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Jeff Buckley » Jeu 13 Jan 2011, 22:01

Waylander a écrit:Je suis d'accord pour les Goonies mais bon quand on voit les films du même style d'aujourd'hui bah les Goonies ça tue.

:super:
dunandan a écrit: Puis j'oubliais de dire que Logan me faisait penser à Burton avec sa méchanceté légendaire concernant certains films/réalisateurs/acteurs
Avatar de l’utilisateur
Jeff Buckley
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11413
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 03:30
Localisation: Boulogne-sur-Mer (62)

Il était une fois dans l'ouest - 8/10

Messagepar Waylander » Ven 14 Jan 2011, 12:09



IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST


Western mythique, légendaire et au souffle époque d'une grandeur hallucinante, Le premier film de la trilogie de Sergio Leone en impose par des paysages , une profondeur de champ , une qualité visuelle et une photographie à l'apogée de leur existence. Le casting ahurissant , charismatique et immense n'a d'égal que les thèmes du film traités avec subtilité et maestria.

Leone réalise certainement l'ultime western spaghetti , LE chef d'oeuvre du genre, solennel et d'une puissance iconique si rare que des milliers d'artistes lui rendent hommage. Il faut voir à quel point le film est réputé, connu et admiré (que ce soit par la critique, les geeks, cinéphiles, le grand public). il me semble qu'en France, c'est un des films qui à sa sortie a fait un score incroyable. C'était l'époque où les gens avaient du gout. De nos jours un film pareil ne dépasserait pas 100 000 entrées.

Évidemment Ennio Morricone hisse le film à un statut exceptionnel grâce à sa musique mais il y a deux thèmes honnêtement trop utilisés qui cassent parfois le silence tant inoubliable d'autres scènes.L'harmonica est très souvent entendu ainsi que le thème romantique de Jill McBain gave vite les oreilles même s'il est magnifique. Il accompagne lourdement la fin du film et quelques autres séquences. Le thème amusant de Cheyenne est lui assez énervant à parti r de la 3ème jusqu'à la sixième fois où on l'entend...




...Pour le coup je trouve l'utilisation de ces musiques abusives. Malgré je pense que Morricone compose ses thèmes comme un acteur compose son rôle. Leone utilise ces ingrédients pour en remplcar d'autres, inutiles. Peu de dialogues, beaucoup de non-dits, de regards, de silence révélateurs. c'est certainement un des premiers cinéastes à avoir raconté ses histoires de cette façon. La lenteur est sacralisée, sensorielle et infinie.Les autres thèmes bénéficient d'un placement excellent et le tout renforce magistralement les plans inconiques, les plongées, contre-plongées et les silences laissant place aux notes de Morricone qui ajoute au film une empreinte orchestral digne d'une grande " danse de la mort " (je reprend une expression qu'avait dite Leone à propose de ce film).


On notera des sonorités similaires dans la soundtrack de the Dark Knight.




Quand la musique est absente, le mutisme est sublimé par l'environnement : une porte qui grince, le vent, les chants des criquets, les chevaux qui renâclent, les regards profonds, glacials, haineux, fous, apeurés, impressionnés et fascinés. Gros plans de gueules cramées pleine de sueur, barbes grisonnantes, les yeux bleus qui ressortent de façon presque irréelle de ce chaudron désertique ou les âmes sont encore une fois en quête d'argent, de meurtre, de vengeance et de salut. L'ouverture du film est chef d'oeuvrissime pour ces raisons.(et puis Woody Strode il déchire toujours autant, son entrée en scène est simple mais ça tue et les intérieurs sont encore une fois bien crades, bien archaïques , poussièreux et ça me fait largement penser au western crépusculaire (c'est pareil tout le long du film sauf l'intérieur du train) :





Le spectateur attend littéralement le train avec les personnages. Le silence traduit tellement de sensations et le tout sur le grincement de la roue qui tourne...Quand le train arrive on a même un bruit qui fait bien penser à une musique , un truc mécanique comme si c'était le son d'une des machineries du train...ça donne un tempérament à la séquence putain ça t'assoit sur le cul. :shock:


Leone est un pur génie qui associe un grand nombres d'ingrédients pour littéralement "composer" des œuvres mythologiques dont l'aura perdura tant que le ciel ne nous tombera pas sur la tête. Il construit une fresque atypique sur l'Ouest atypique en contournant les codes et les attentes.

le père qui chasse la perdrix avec son fils et qui retourne vers une maison isolée ça vous fait pas penser à un film avec du pétrole et Day-Lewis?



Dresser telle une statue, telle une énième merveille du monde, Il était une fois dans l'Ouest impose le respect même si, pour ma part, je trouve la partie sur Jill un peu too much et trop longue où le film perd un peu de son intérêt. Pourtant Claudia Cardinale est immense, sacré actrice dont la beauté hypnotique et le regard troublé donne envie (comme les personnages masculins du film d'ailleurs) de la protéger, de rester avec elle à jamais.



La narration est originale et le traitement loin de tout académisme. Leone était un véritable artiste qui ne s'occupait pas de rentrer dans le moule bien confortable de la dramaturgie linéaire et classique. L'acmé du film n'a d'égal que le fondements historique qui marque au fer rouge le chef d'oeuvre dont on dresse souvent le portrait sur la toile.



C'est aussi très jouissif de voir des films "italiens" mettre à terre en un seul plan n'importe quel "western" américain. Le comble pour les USA et cet affront leur est tel qu'ils ont coupés des scènes du film de Leone. :mrgreen:
C'est ça qui déchire avec le western italien: il torture et brise les codes américains des westerns tous beaux, léchés et où l'Histoire du Nouveau Monde est manichéenne.

En définitive je dirais que chaque plan à une raison d'être, chaque regard, posture, musique et action possède une signification.

Du pur cinéma, celui qui a contribué à nourrir un genre et le 7ème art dans sa globalité.

On comprend mieux la source d'inspiration d'Inglourious Basterds de Tarantino qui joue sur le même concept du film de Leone.

La tension qui trouve son point culminant juste avant la libération, la Vérité et la mort. Cette "organisation" permet de captiver le spectateur et de lui rendre la vision du film asse pénible pour le chambouler et détraquer sa concentration dans un final dantesque aux allures de jugement dernier (comme l'illustre d'ailleurs le plan du pendu en plein désert. La scène a un petit quelque chose de très religieux). Duel indétrônable et pourtant sobre, sans effusion de sang, sans lourdeur ni 20 coups de feux et des hommes infatigables. C'est brut, vif, sec et réaliste.




Autre séquence ultime :


La scène du bar et son hors-champ monumental où les personnages entendent des coups de feux, les chevaux excités, des cris, des bruits de pas etc...tous regardent la porte battante par laquelle personne n'est "encore" passé. Et arrive mon protagoniste préféré "Chevenne"...face à l'Harmonica 8) :bluespit:



Henry Fonda qui bute un gosse de sang froid, qui joue un bad guy brutal et sans pitié et impassible . il me semble que ça a choqué les USA tout ça. Leur icône dans un film italien qui interprété un "méchant" américain. :mrgreen:


Me suis amusé à faire un petit gif à l'arrache de ce travelling bien sympa. le genre de truc mille fois utilisé bien longtemps après 1968 la sortie du Leone.



8/10

Je suis sur que je mettrais 10 quand je le reverrais. A la base je note rarement au premier coup d'oeil. Faut voir 2 fois un film avant d'en dresser une critique parce que souvent, la première fois est induite en erreur par les attentes, les avis lus à droite à gauche "avant" même de voir le film en question etc....
Critiques similaires

Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Heatmann » Ven 14 Jan 2011, 13:02

:super: et ben c'est quand meme un 9 et on sent que le film t'as mit une bonne claque :wink: et je trouve que t'as raison , c'est souvent une fois un film "digerer" , les attentes et le conditionement mis de coter ( du au critique et influence lue a droite et a gauche ) et revue une 2nd fois , qu'on se fait un meilleur opinion plus perso d'un film , enfin du coup le 10 est inevitable pour ta prochaine fois :super: .

moi c'est pour ca que je poste rien du tout dans le topic des 10 qu'on a mit, car il y en a a qui je met moins , et des 9 ou 9.5 qui sont 10 maintenant , ca fluctue trop ...


sinon pour revenir au film , ouais c'est evidement comme leone l'as souvent dit une déchirante analogie autour d’un deuil long à porter et d’une passation de pouvoir..... Leone sur ce coup se renouvelle quand meme pas mal par rapport a ces precedent western , ces propositions narratives qui etait meme devenues des codes du western classique. ben dans ces aventures de l Homme Sans Nom ou c est presque parodique dans le bon sens du therme ca enchaînaient le péripéties et lesrebondissements. Ici au contraire y achaque scène qui s’étire au maximum et creuse les moments de silence, les pauses dans des dialogues tendus, l’attente du règlement de comptes final .....OUATIW c'est un marche funèbre avec des gros plans en scope, de la suspension du temps et du montage épousant la musique de Morricone ... . :love:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Scalp » Ven 14 Jan 2011, 14:32

Bon ça va j'accepte le 9.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 60087
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Godfather » Ven 14 Jan 2011, 18:11

LE film.
Image
Avatar de l’utilisateur
Godfather
Batman
Batman
 
Messages: 1894
Inscription: Ven 10 Juil 2009, 19:58

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Jeff Buckley » Ven 14 Jan 2011, 19:41

Je vais remuer la merde mais tout ce que tu as repéré d'ultime dans ce film fait qu'ensuite ton exigence est extreme devant un western d'où mes bemols concernant Le grand silence par exemple.
dunandan a écrit: Puis j'oubliais de dire que Logan me faisait penser à Burton avec sa méchanceté légendaire concernant certains films/réalisateurs/acteurs
Avatar de l’utilisateur
Jeff Buckley
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 11413
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 03:30
Localisation: Boulogne-sur-Mer (62)

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Waylander » Ven 14 Jan 2011, 19:54

Non parce que les deux films ne sont pas encrés dans le même style de western: un spaghetti et un spaghetti crépusculaire. Premier point. Le second concernant aussi le budget : les deux films n'ont pas du tout la même bourse faut le savoir. et mine de rien l'argent ça joue beaucoup sur un film malgré tout le talent du réalisateur surtout à l'époque. Aujourd'hui tu fais ce que tu veux pour 5000 dollars il suffit de faire de belles images et les gens kiffent.

Ce serait comme dire que si t'aimes Il était une fois dans l'ouest alors tu peux pas aimer Jesse James. Ça n'a rien à voir. Deux styles et deux traitements radialement opposés et ce rien que dans la période historique et les lieux mis en scène.

Je fais pas partie des cinéphiles qui pensent que si on aime un genre on doit en aimer ses films fondamentaux.

Le grand silence ça me touche, ça m'emporte et je lui trouve pleins de qualités. Mais le problème aussi c'est que ye na sur ce forum dès qu'un film est moche à regarder alors c'est nase mais faut comprendre que c'est voulut. Ya qu'Impityable de beau à visionner en western crépusculaire je tiens à le souligner.
Maintenant tu me demande lequel des deux je pense être plus aboutit oui je te répondrais le Leone. Content? :mrgreen:

Alors oui Il était une fois dans l'Ouest c'est techniquement très léché, ya de belles images, de beaux décors extérieur une lumière éblouissante mais c'est pas ça qui fait que le film est un chef d'oeuvre. c'est pas la base d'un Leone je pense.
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Re: [Waylander] Mes critiques en 2011

Messagepar Waylander » Ven 14 Jan 2011, 21:24

En première page les critiques deviennent désormais des liens cliquables.
Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

Black Water - 4/10

Messagepar Waylander » Ven 14 Jan 2011, 22:13



BLACK WATER


On compte plus les films du genre cela dit ce petit nouveau à une allure sympathique.
Pas de croco géant préhistorique ou simplement surdimensionné non mais un vrai crocodile, pas de tuerie sanguinolente, juste un petit film qui se veut huit-clos extérieur.

La photo et la réalisation ne se foule pas des tonnes m'enfin c'est un premier film , ya pas de budget, nous ne sommes pas face à l'excellent "ROGUE". La comparaison entre les deux est évidente puisque tous deux viennent d'Australie. Là où Rogue charmait par une image très jolie et une réalisation maitrisée et une ambiance prenante, Black water se cantonne à raconter une histoire franchement minable qui doit tenir allégrement sur une ligne ou deux. Les dialogues sont basiques, la mise en scène assez fade mais efficace sur 2-3 passages.



Ce n'est pa aussi beau à regarder que le film de Greg McLean mais le principe est sympa : un petit bateau se fait renverser par un saurien et les rescapés (au nombre de 3) se réfugient sur des petits arbres enracinés dans au moins 1m50 d'eau (la mangrove). Le concept se veut réaliste et le croco est très discret. Au début on ne voit qu'un "v" qui s'approche doucement vers les victimes, puis on aperçoit les narines et la tête du croco qui émerge puis le final nous le dévoile complètement: les cgi sont vraiment bons. En plus c'est vraiment en plein jour qu'on le voit donc ya pas la facilité de ne faire que des scènes de nuit. Les personnages sont confrontés à l'animal sous un soleil australien camouflé par les arbres et ça confère une ambiance un tantinet claustrophobique.



Les personnages et le faux suspens tiennent la route 3 secondes au début du film puis on a vite fait d'anticiper les évènements (mais bon c'est le genre qui veut ça). Les acteurs sont chiants, le casting est vraiment nase, ça vole bas et l'ambition de départ qui veut clairement de dresser un film réaliste sur la peur bah c'est foiré mais alors jusqu'au bout quoi. Même le sentiment de no man's land il est bidon on les voit à peine voguer vers des contrées inhabitées donc le spectateur n'est pas perdu comme eux. Dommage parce que l'environnement il est super mais clairement mal exploité (dans rogue on nous préparait au fait que les personnages montaient sur un bateau dans un coin perdu et on voit personne, le film mettait son temps à démarrer, on assistait vraiment à l'excursion et on se sentait voguer de plus en plus profondément dans l'Australie inconnue...).C'est totalement insipide donc heureusement que le croco et ses apparitions et disparitions sont pas mal. Ya un passage excellent où il émerge face aux deux nanas et les narguent en ne bougeant absolument pas...mais en replongeant lentement. :mrgreen:



Ça enterre les Lake placid ou autres merdes du genre mais c'est pas le film de genre qu'on pourrait attendre. C'est plus dans la veine d'un Open Water (la forme en moins) mais en bien moins flippant , bien moins angoissant et moins surprenant. Avec de meilleurs personnages,un background sur l'environnement une intrigue moins banale et moins téléphonée le film aurait eu plus que la moyenne.

Donc à voir pour le croco et ses plans : c'est le meilleur acteur du film en fait.



4.5/10
Le 0 de Scalp est clairement abusé. :nono: (le générique d'intro c'est le truc tout niais vu et revu et qui fonctionne jamais en fait : la présentation des personnages et des liens qui les unissent par des photos dignes d'un compte facebook..)

Critiques similaires
Film: Black Water
Note: 2/10
Auteur: Bik

Waylander
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 26991
Inscription: Lun 03 Aoû 2009, 09:22

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO