[Alegas] Mes Critiques en 2012

Modérateur: Dunandan

Re: Bye Bye Blondie - 0/10

Messagepar Killbush » Mer 28 Mar 2012, 16:02

Alegas a écrit:juste avant que d'aller voir le film j’apprends que c'est le nouveau long-métrage de Virginie Despentes (réalisatrice de l'ignoble Baise-Moi, film faussement provocateur et inutile par excellence)


C'est bon, je suis convaincu :mrgreen:
Starting to see pictures, ain't ya?
Avatar de l’utilisateur
Killbush
Robocop
Robocop
 
Messages: 9478
Inscription: Mer 07 Juil 2010, 12:08

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Kakemono » Mer 28 Mar 2012, 16:36

C'est encore pire que Baise-moi? :shock:
Avatar de l’utilisateur
Kakemono
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10168
Inscription: Mer 10 Mar 2010, 16:38
Localisation: Dans la Ville rose

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Alegas » Mer 28 Mar 2012, 18:04

J'ai plus trop de souvenirs de Baise-Moi mais j'aurais tendance à dire que c'est du même niveau.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 48978
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Dunandan » Mer 28 Mar 2012, 18:07

T'en as de la chance :mrgreen: L'un des plus mauvais films que j'ai vu de ma vie ...
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
King Kong
King Kong
 
Messages: 20462
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

49ème Parallèle (Le) - 7,5/10

Messagepar Alegas » Ven 30 Mar 2012, 10:36

Image


49th Parallel (Le 49ème Parallèle) de Michael Powell

(1941)


Et encore un excellent film de la part de Michael Powell qui s'impose véritablement comme l'un des plus grands cinéastes de sa génération. Il y avait pourtant de quoi avoir peur avec 49th Parallel, second film de la collaboration entre Powell et Pressburger. Sorti en 1941, le film se veut être une œuvre de propagande occidentale à l'heure de l'invasion nazie en Europe, avec une telle volonté, il est très facile de tomber dans la critique à outrance et dans une perception fausse de l'être humain, pourtant le script de Pressburger étonne tant il évite majoritairement tout ces pièges tendus. Le film possède un postulat de départ pour le moins alléchant, un sous-marin nazi est détruit près des côtes canadiennes après qu'un petit groupe de soldats ait été déployé sur la terre ferme, ce groupe doit alors atteindre clandestinement la frontière américaine, à la fois pour être protégé par le statut neutre des USA en 1940, mais aussi et surtout pour faire honneur au Fuhrer. Un tel synopsis a clairement de quoi susciter de nombreuses attentes, et le plus étonnant est de voir à quel point la première demi-heure du métrage multiplie les interrogations, on ne sait vraiment pas vers quel sens se dirige le film. On pense inévitablement au survival et au road-movie, ce que 49th Parallel est d'une certaine façon, on est donc face à une œuvre atypique qui se avant tout être une analyse profonde de l'endoctrinement de l'homme par son gouvernement. Le côté propagandiste du métrage se révèle être le seul obstacle qui l'empêchera d'atteindre le statut de grand film, car si le récit évite souvent la facilité manichéenne, il faut bien admettre que certaines scènes transpirent la volonté de bonifier la pensée américaine, à l'image de la séquence finale où un soldat américain fait face à l'officier nazi déguisé.

On regrettera aussi que le script sacrifie le meilleur personnage du film à la fin de la première moitié, un soldat nazi, ancien boulanger, doutant sur la volonté de son pays de faire le bien, à ce titre la séquence chez les fermiers possède un intérêt particulier, notamment dans un passage précis où l'officier nazi fera un discours polémique devant une audience qui finira par le ridiculiser. Ainsi, dès la disparition de ce personnage, le récit tombe un peu trop dans la facilité, cela donne des scènes vraiment réussies (la description orale des nazis par la police montée alors qu'ils se trouvent dans l'auditoire ou encore la travelling du décompte des balles restantes) mais aussi une séquence nocturne assez poussive où les nazis survivants sont diabolisés à outrance, ce qui ruine en partie l'un des grands intérêts du film, à savoir rendre le spectateur triste devant la mort d'un soldat du Troisième Reich. Néanmoins, si l'on passe sur ces quelques défauts indissociables de la volonté première de l'œuvre, 49th Parallel est clairement un film aux qualités évidentes et qui mériterait d'être un peu plus connu tant il soulève des interrogations pertinentes via une mise en scène inspirée de Powell.


NOTE : 7,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 48978
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Il était une fois dans l'ouest - 10/10

Messagepar Alegas » Ven 30 Mar 2012, 16:34

Image


Once Upon A Time In The West (Il était une fois dans l'Ouest) de Sergio Leone

(1968)


Image


Un poil moins ultime que dans mes souvenirs, Once Upon In A Time In West n'en reste pas moins non seulement la plus belle démonstration de force du cinéma de Sergio Leone mais aussi et surtout le plus grand western jamais réalisé. Car oui, le film est loin d'être un spaghetti, il est même sur beaucoup de points l'opposé total de la célèbre trilogie du Dollar et il est étonnant de se rendre compte aujourd'hui à quel point le film est le résultat de beaucoup de coïncidences et de mauvaises volonté, ainsi Sergio Leone n’envisageait pas réaliser le film à l'origine, préférant passer directement à ce qui allait devenir Once Upon A Time In America, et j'oserais presque dire que ça se voit à l'écran, à chaque vision j'ai l'impression de voir un film que Leone aurait tenté de saborder (notamment avec un rythme très lent où chaque action d'un personnage est ralentie au maximum, le film dure plus de 2H30 alors que le récit en lui-même aurait pu tenir sur un film d'une heure, c'est à la fois une grande qualité du film mais ça donne aussi des séquences un peu trop longues comme celle de la vente aux enchères) sans se rendre compte qu'il le bonifiait en le rendant totalement moderne et donc intemporel. Cette perception des choses est peut-être fausse mais c'est véritablement comme ça que je perçois le film à chaque fois que je le regarde. Si Once Upon A Time In The West reste le meilleur western du monde, ce n'est pas pour rien : le script est tel qu'il transcende tout ce qui a déjà été fait dans le genre. Sans faire dans l'originalité (le thème de la fin d'une époque et de ses personnages a déjà été évoqués chez John Ford et Sam Peckinpah), le trio Bertolucci/Argento/Donati livre un récit d'une densité étonnante, si les personnages n'ont rien d'exceptionnels en soi (hormis bien entendu le personnage féminin qui est le protagoniste central du métrage) c'est du côté de leur traitement que l'on y trouvera un travail exceptionnel, les dialogues n'apportant finalement que très peu d'informations au contraire des expressions faciales et notamment du regard où l'on peut lire toutes les motivations et contradictions de chacun.

ImageImageImage

ImageImageImage

Image


Le film se révèle être un western crépusculaire majestueux, où le progrès, représenté par l'unique chemin de fer, rattrape chacun des personnages en quête d'un nouveau but à atteindre dans un monde qui les rejette. Ainsi, le personnage de Frank, ancien bandit de grand chemin, tente désespérément de rejoindre le monde moderne en s'alliant à la compagnie ferroviaire, se rendant compte au final que cela ne sert à rien puisque cette même compagnie représente la fin de son temps et donc sa propre fin inéluctable. Même chose pour le personnage de l'Harmonica, protagoniste presque fantastique qui, une fois son but achevé, est condamné à errer jusqu'à ce que l'univers accepte à nouveau sa présence ("Someday"). Cheyenne, quand à lui, ne se raccroche qu'à ses actions vagabondes pour exister, la mort de ses hommes signifiant forcément la sienne. Autre personnage très intéressant et malheureusement un peu trop mis en retrait, celui de Morton, businessman tentant vainement d'atteindre son rêve (voir la liaison ferroviaire entre la côte Est et la côte Ouest) sans se rendre compte que le progrès signifie forcément la fin d'un cycle et le début d'un autre, et donc que sa mort fait partie intégrante du processus. Enfin, le personnage de Jill, premier personnage féminin important de la filmographie de Sergio Leone, se révèle être aussi le plus provocateur, les révélations sur son passé étant révélateur d'une Amérique capable de tout pour avancer. Ainsi, la femme qui vendait son corps hier sera la base du système de demain, et en cela Sergio Leone signe avec ce film une analyse profonde des fondements de l'Amérique à la manière de ce que fera plus tard Martin Scorsese sur certaines de ses œuvres.

ImageImageImage

ImageImageImage

Image


En plus d'être un film à la narration éblouissante, Once Upon A Time In The West est aussi un très grand film de mise en scène, rares sont les films de ce genre, capables de multiplier les mouvements de caméra grandioses et les séquences ultra-marquantes. Que ce soit l'introduction aujourd'hui passée à la postérité, le massacre de la famille McBain, le mouvement de grue lors de l'arrivée de Jill en ville, le travelling latéral révélant le massacre du train ou encore le flashback final d'une intensité monstrueuse (l'arrivée en longue focale de Fonda en trois parties c'est pour moi la meilleure idée du film, ça donne une puissance impressionnante à l'ensemble du film et il me semble que ça n'a jamais été fait avant, l'idée sera reprise par Siri dans son film de guerre avec une modification radicale), la totalité des scènes du film sont des véritables leçons de mise en scène qui ont, depuis, inspirés nombre de très grands cinéastes. Et que dire de la bande-son d'Ennio Morricone qui, malgré son côté répétitif (les mêmes thèmes sont utilisés pour les mêmes personnages), renforce la caractère mythologique du métrage et contribuant ainsi à son caractère intemporel. Enfin, le casting, tout bonnement génial, permet aux personnages représentés d'atteindre un niveau de réalité assez époustouflant, les regards en disant souvent plus longs que n'importe quel ligne de dialogue. Henry Fonda est vraiment génial en bad guy, Claudia Cardinale sublime le film de par sa beauté hypnotisante, Bronson et Robards trouvent clairement leur meilleur rôle. Once Upon A Time In The West, tout simplement le meilleur western de l'univers et un film qui se doit d'être vu par toute personne s'intéressant de peu ou de près au cinéma.

ImageImageImageImageImageImage


NOTE : 10/10
Critiques similaires

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 48978
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar elpingos » Ven 30 Mar 2012, 16:42

Good job ! :super:
Avatar de l’utilisateur
elpingos
Predator
Predator
 
Messages: 4638
Inscription: Ven 15 Avr 2011, 12:12
Localisation: Nantes

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Scalp » Ven 30 Mar 2012, 16:46

Pffff, tocard.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 60087
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Alegas » Ven 30 Mar 2012, 16:46

Ça t'apprendras à me faire chier sur les topics Bio. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 48978
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Scalp » Ven 30 Mar 2012, 16:47

T'inquiète j'ai de quoi me venger.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 60087
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar comICS-soon » Ven 30 Mar 2012, 18:03

le meilleur western de l'univers
n'a droit qu'à un 9.5 ?! :evil:
See ya in another life brother !
Avatar de l’utilisateur
comICS-soon
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13461
Inscription: Dim 13 Mar 2011, 17:17
Localisation: Tribune Jonquet - Reims

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar zack_ » Ven 30 Mar 2012, 18:10

Ca va c'est pas comme si il avait lis 5/10
zack_
 

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar Creeps » Ven 30 Mar 2012, 18:11

Il aurait du :eheh:
Avatar de l’utilisateur
Creeps
Predator
Predator
 
Messages: 3486
Inscription: Lun 31 Jan 2011, 19:12

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar comICS-soon » Ven 30 Mar 2012, 18:17

zack_ a écrit:Ca va c'est pas comme si il avait lis 5/10


Mais c'est encore pire !!!!! :eheh:
See ya in another life brother !
Avatar de l’utilisateur
comICS-soon
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13461
Inscription: Dim 13 Mar 2011, 17:17
Localisation: Tribune Jonquet - Reims

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2012

Messagepar John Lawrence » Ven 30 Mar 2012, 19:12

Faudra que je pose mon 10 un de ces 4, je viens de le revoir en BR et je me suis encore pris une grosse claque. Par contre j' ai vraiment du mal à trouver les mots et l' inspiration pour pondre une critique qui ne serait pas qu' une accumulation de superlatifs...
Image
Avatar de l’utilisateur
John Lawrence
Batman
Batman
 
Messages: 1237
Inscription: Dim 02 Mai 2010, 12:02

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO