[alinoe] Mes critiques en 2010

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar zack_ » Jeu 19 Aoû 2010, 08:58

Ta critique est aussi bonne dans le fond que dans la forum et mon avis s'y rapproche beaucoup :super:
zack_
 

Vase de sable (Le) - 9/10

Messagepar alinoe » Jeu 26 Aoû 2010, 00:44

Le vase de sable

• Date de sortie : 1974
• Réalisé par Yoshitaro Nomura
• Film japonais
• Avec Tetsuro Tamba, Go Kato, Kensaku Morita...
• Durée : 2h17

9/10
Le Vase de sable (1974)


Résumé : Deux policiers enquêtent sur la mort d'un homme avec pour seul indice un nom, Kameda, prononcé avec un fort accent du Nord. Est-ce le nom d'une personne, ou celui d'un lieu ? L'enquête s'annonce compliquée et sa conclusion surprenante et bouleversante.

Le vase de sable est un film à la mise en scène classique et sobre, baigné d’une touche de mélancolie et de tristesse, et porté par un rythme lancinant qui sous le prétexte d’une longue enquête à travers la campagne japonaise menée par deux policiers persévérants, reconstitue le puzzle de la vie d’un homme et nous dresse une peinture de la vie provinciale. Nous suivons fascinés, les voyages en train de l’enquêteur principal, d’un bout à l’autre du pays, sur ces lignes ferroviaires, chemins de vie qui relient les provinces du Nord au Sud, dans une sorte de va et vient perpétuel entre les traumatismes du passé et le mystère du présent. Peu à peu, s’esquisse au fil des témoignages le portrait d’un Japon des années 70 qui malgré sa volonté d’oublier est encore marqué par le drame de la guerre et par la difficulté à survivre des plus démunis en ces temps pas si lointain de désolation et de ruine.

Le film bascule subrepticement de l’intrigue policière vers le mélodrame (au sens noble du terme), dans un final en flashback, poétique et bouleversant quasiment sans paroles, porté par un concerto pour piano et agrémenté de superbes plans de contre-jour.


Ce n’est finalement pas le Qui a tué qui importe, mais le Pourquoi ? Un film magnifique et poignant sur les conséquences des blessures de l’enfance et sur la condition de l’Homme.
Merci à Blackula de l’avoir proposé dans sa manche du quizz et de m’avoir donné envie de le découvrir. Un film à voir absolument.
Critiques similaires
Film: Vase de sable (Le)
Note: 7,5/10
Auteur: osorojo

Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar zack_ » Jeu 26 Aoû 2010, 00:47

Merci à Blackula de l’avoir proposé dans sa manche du quizz et de m’avoir donné envie de le découvrir.


Au moins le débat aura servit et la manche de Blackula aussi :super:
zack_
 

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar Val » Jeu 26 Aoû 2010, 20:18

J'ai hésité à l'acheter celui là à la Fnac l'autre jour, mais j'ai opté pour l'été du démon, du même réal.
Avatar de l’utilisateur
Val
Hulk
Hulk
 
Messages: 15472
Inscription: Mer 27 Aoû 2008, 14:51

Grande Course Autour Du Monde (La) - 8,5/10

Messagepar alinoe » Lun 06 Sep 2010, 18:41

La Grande course autour du monde

• Date de sortie : 1er juillet 1965
• Réalisé par Blake Edwards
• Film américain
• Avec Tony Curtis, Jack Lemmon, Natalie Wood, Peter Falk...
• Durée : 2h26

8,5/10
La Grande course autour du monde (1965)



Résumé : La course automobile la plus folle du moment est sur le point de démarrer. Le professeur Fate est prêt à toutes les vilénies pour devancer son adversaire de toujours le Grand Leslie. Les 32 000 km qui séparent New York de Paris réserveront donc bien des surprises à nos courageux participants au volant de leurs voitures révolutionnaires : un iceberg à la dérive, une bataille de tartes à la crème…


La Grande course autour du monde est ma comédie burlesque préférée, un véritable « cartoon filmé », vibrant hommage à Laurel et Hardy, à Buster Keaton, ainsi qu’à certains grands classiques du cinéma (le prisonnier de Zenda ou Certains l’aiment chaud).

Il y a quelque chose de Bip-Bip et le Coyotte, dans la succession de tentatives désespérées qui échouent perpétuellement du Professeur Fate et de son acolyte Max pour vaincre le Grand Leslie. Les 20 premières minutes du métrage, au cours desquelles s’enchaînent les inventions les plus loufoques et les plus improbables pour contrecarrer le Grand Leslie, provoquent crises de fous rires sur crises de fous rires.




Jack Lemmon et Peter Falk forment un duo diaboliquement déjanté et farfelu qui enchaîne gags sur gags. Tour à tour hilarants, sournois, pathétiques ou parfois touchants. Leur inénarrable duo fut la principale source d’inspiration des personnages de Satanas et Diabolo de la série animée Les Fous du volant.

Jack Lemmon est également exceptionnel dans le rôle du Prince Hapnick de Carpanie. Le duo Tony Curtis/Leslie et Natalie Wood/Maggie DuBois fonctionne aussi à merveille. On ressent vraiment une alchimie entre ce « Trompe-la-mort » porté sur la galanterie et cette journaliste, suffragette survoltée prête à tout pour écrire son article.




Une succession de scènes mémorables :

    Le générique, un hommage à tous les aléas qui peuvent survenir lors du tournage ou de la projection : les intrus dans le champ, le montage à l’envers, la pellicule qui brûle…
    L’attaque des « Indiens » et la bagarre dans le Saloon en hommage au Western.
    Un superbe duel à l’épée.
    La gigantesque bataille de tartes à la crème.
    Une Tour Eiffel en mauvaise posture.



La course est un prétexte à un déluge de gags avec des automobiles incongrues. Une folle aventure entre New York et Paris, riche en rebondissements et surtout une sorte d’échiquier géant sur lequel s’affronte le Roi Noir/Fate et le Roi Blanc/Le Grand Leslie.

La Grande course autour du monde, c’est tout à la fois, une comédie burlesque, un film d’aventure et de cape & d’épée, une petite virée dans L’Ouest et un zest de romantisme. Si vous ne l’avez jamais vu, laissez-vous emporter par ce film incontournable de Blake Edwards, sur une musique enjouée d’Henri Mancini.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar jean-michel » Lun 06 Sep 2010, 18:58

oui, j'aime beaucoup aussi!! cela ressemble beaucoup au film Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines !!!
Avatar de l’utilisateur
jean-michel
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12763
Inscription: Sam 05 Jan 2008, 10:04
Localisation: essonne91 Chilly-Mazarin

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar alinoe » Mer 08 Sep 2010, 19:10

Les Merveilleux fous volants sont sortis en salle un peu avant la Grande course autour du monde. Le premier film a connu le succès alors que le film de Blake Edwards a été boudé par le public et la critique (sujet trop semblable). J'aime bien les deux films, mais ma préfèrence va à La Grande course autour du monde, pour son duo inoubliable Lemmon/Falk.
Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

Horde sauvage (La) - 8/10

Messagepar alinoe » Mer 08 Sep 2010, 21:14

La Horde sauvage

• Date de sortie : 17 octobre 1969
• Réalisé par Sam Peckinpah
• Film américain
• Avec William Holden, Robert Ryan, Ernest Borgnine...
• Durée : 2h25

8/10
La Horde sauvage (1969)


Résumé : 1914. Pike Bishop et sa bande, déguisés en soldats, pénètrent dans une petite ville à la frontière du Texas, San Rafaël, pour y dérober la paie des travailleurs du chemin de fer. Ils ignorent que Deke Thomton, autrefois leur complice, mais qui travaille maintenant pour la direction des chemins de fer, les attend et va essayer, avec quelques chasseurs de primes, de les faire tomber dans une embuscade...

La Conquête de l’Ouest est achevée depuis longtemps. Ce sont les USA qui se construisent, deviennent une Nation et entrent dans la modernité. D’un côté le cheval, de l’autre la voiture, les mitrailleuses... Le temps de l’aventure et des grandes chevauchées est terminé. Et dans cette ère qui commence, ces hors-la-loi d’un autre âge, et même ces chasseurs de primes qui les poursuivent n’ont plus leur place.

Pour Sam Peckinpah, l’homme est un prédateur et la violence est son élément naturel. Parfois les plus grands prédateurs peuvent succomber sous les coups de ceux qui s’unissent pour les vaincre, à l’image de ce scorpion neutralisé par les fourmis. Son « Far West » est rempli de sang, de poussières, de crasses et d’êtres sans foi ni loi.

L’Ouest était un univers impitoyable où seuls les plus forts, les plus rusés, les plus féroces et les plus armés survivaient et il n’était pas peuplé de figures héroïques, d’hommes valeureux qui défendaient la veuve et l’orphelin. Chacun défendait ses intérêts, qu’il soit hors-la-loi, chasseur de primes, général, homme d’affaires, sans se soucier de la morale et de la protection des plus faibles. Les loups se dévoraient entre eux et les agneaux périssaient sous leurs tirs croisés (les enfants, les paysans, les femmes…). Ce Far West mythifié par les journalistes et Hollywood n’existe pas. Pas plus que ces figures légendaires, brigands au grand cœur, ou marshals honnêtes et impartiaux. Ils n’étaient que des « salauds » un peu plus doués que les autres avec leurs armes. Peckinpah disait vouloir en finir avec cette image de hors-la-loi charismatiques et magnifiés. Il voulait montrer que la violence est crue et choquante.

Pour résumer : exit le Western façon John Wayne ou Gary Cooper ! Et c’est bien tout le problème de ce film pour moi. L’œuvre de Sam Peckinpah, magnifique sur la forme, me pose un véritable dilemme sur le fond, tant je suis attachée à l’image idéalisée de l’Ouest américain. J’aime ce Far West héroïque porté par les films de Curtiz, de Hawks ou de Ford, ou encore sa relecture par Sergio Leone. Mais je n’ai pas aimé la vision violente, sauvage, sanglante, sans espoir et sans concession de Peckinpah. Il y a une telle image pessimiste et barbare de l’humanité chez ce réalisateur, que ça en devient étouffant.
Son film est une tragédie de l’Ouest, voire une barbarie et ces termes je ne parviens pas à me convaincre de les associer au Western. En fait, je n’ai pas envie de les associer au Western, un genre qui a bercé mes nuits d’enfance et d’adolescence grâce à la Dernière Séance. Un genre que je classe dans le même registre que le film de cape et d’épée, qui se doit donc d’être divertissant, parfois émouvant ou triste, souvent héroïque, qui peut également devenir « symphonie de l’Ouest » dans sa forme la plus aboutie (Il était une fois dans l’Ouest ou Le Bon, la brute et le truand), mais que je ne conçoit pas comme un vecteur d’esthétisation de la violence (toute la tuerie finale avec ses ralentis sur les corps qui tombent, se distordent sous le coup des balles et sur les giclées de sang).


Alors pourquoi 8, étant donné que j’ai un avis mitigé sur ce film ?
Parce qu’on peut ne pas aimer le propos d’un film, tout en reconnaissant le côté novateur de la mise en scène et la maîtrise de l’art du découpage de son réalisateur. Avec Peckinpah, le ralenti devient un moyen de fluidifier l’action de donner de la puissance à chaque image. La Horde sauvage est indéniablement un immense film, porté par la sublime musique de Jerry Fielding, même si je n’adhère pas à la volonté de son réalisateur, de démystifier le Western et d’en finir avec les légendes de l’Ouest. D’ailleurs à ce sujet, notons le paradoxe, puisque la dernière marche pour l’honneur de la Horde, là fait entrer dans la légende.
Egalement, pour les interprétations habitées de tout les acteurs et notamment celle de William Holden bandit usé, violent, imbibé d’alcool et quelques peu pathétique.

J’assume mon côté Bisounours. Je préfère le renouveau du Western à grand spectacle à la mode Kasdan avec Silverado que sa vision crépusculaire et sa fin annoncée à la mode Peckinpah avec La Horde sauvage.
Critiques similaires
Film: Horde sauvage (La)
Note: 9/10
Auteur: Waylander
Film: Horde sauvage (La)
Note: 8/10
Auteur: zirko
Film: Horde sauvage (La)
Note: 10/10
Auteur: Kareem Said
Film: Horde sauvage (La)
Note: 9/10
Auteur: jean-michel
Film: Horde sauvage (La)
Note: 10/10
Auteur: Scalp

Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar jean-michel » Mer 08 Sep 2010, 21:20

Un avis très intéressant et que je comprend parfaitement! moi aussi j'aime le western traditionnel , mais je suis pas rebuté par l'extrême appliqué ici! :super: :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
jean-michel
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12763
Inscription: Sam 05 Jan 2008, 10:04
Localisation: essonne91 Chilly-Mazarin

Flash Gordon - 8,5/10

Messagepar alinoe » Mer 15 Sep 2010, 00:11

Flash Gordon

• Date de sortie : 1980
• Réalisé par Mike Hodges
• Film américano-britannique
• Avec Sam Jones, Melody Anderson, Ornella Muti, Max Von Sydow, Timothy Dalton...
• Durée : 1h52

8,5/10
Flash Gordon (1980)


Résumé : La Terre est menacée de destruction, par la Lune sortie de son orbite. Le docteur Zarkov à construit une fusée pour aller voir ce qui a déclenché cette catastrophe. Avec Flash Gordon et Dale Arden, il se retrouve sur Mongo diriger par le redoutable Empereur Ming…Parviendront-ils à sauver la Terre ?

Flash Gordon est mon nanar ultime, mon film de la déraison, classé dans mon top 100, c’est dire combien, je l’apprécie.

Génialement drôle, furieusement kitch, fabuleusement niais, aux acteurs rivalisant de nullité sur la cultissime partition de Queen. FLASH AH-AHHH! Savior of the Universe !

C’est mon père passionné des BD de Guy L’Eclair qui m’avait emmené le voir à sa sortie au cinéma. Je me souviens encore de nos crises de fous rires successives pendant tout le film. Passé le temps de la consternation, je crois que mon père avait pris le parti de rire de cette adaptation. Flash Gordon a donc le goût de ces souvenirs fabuleux et joyeux de l’enfance. Ce qui doit expliquer mon attachement défiant toute logique à ce film et mon envie de le revoir régulièrement.

Parce qu’il faut bien l’admettre, Flash Gordon fut un échec commercial et artistique. Conçu pour surfer sur la vague du Space Opera alors à la mode depuis La Guerre des étoiles, il loupa complètement son objectif. Passant dès sa sortie sur les écrans, du statut de Blockbusters qu’il n’atteignit jamais, à celui de nanar instantané.

Mike Hodges et Dino de Laurentiis ont complètement loupé le coche en voulant rendre hommage aux serials et films de SF des années 50. Certes, il y a bien les décors grandiloquents aux couleurs rutilantes tel le technicolor d’autrefois, ainsi que les créatures exotiques parées de paillettes et de tenues légères, mais il y a surtout et malheureusement des effets spéciaux dépassés depuis des décennies et complètement risibles, des dialogues et un casting propres à entrer dans la légende du nanar.

Enumérons quelques perles :
    La fusée spatiale à pédales rouges.
    Le scooter et la mouche de l’espace.
    Des hommes oiseaux avec des fausses ailes, ainsi que des hommes lézards en caoutchouc.
    Les gardes du palais en mode Football américain.
    "Non! Pas les vers perforants!" ; "Choisissez votre orifice."
    Les communications télépathiques inspirées.





Côté casting, on peut souligner la très convaincante interprétation de Max Von Sydow, parfait dans le rôle de Ming, ainsi que l'interprétation toute en perfidie et en charme d'Ornella Muti dans le rôle de la Princesse Aura.

La question, la seule et l’unique qu’il faudrait se poser : L’équipe de tournage avait-elle conscience de tourner un monument du second, voire du troisième degré, une comédie de science-fantasy ? Parce qu’il est complètement impensable de concevoir un tel scénario, de tels dialogues, de tels décors, costumes et effets, au début des années 80, sans le faire un peu exprès, d’autant que nombre de dialogues et de scènes sont à double sens. Il faudrait que je me trouve un peu de temps pour écouter le commentaire audio du film par le réalisateur, pour avoir un début de réponse.

Flash Gordon, c’est la parodie de films de science-fiction, la plus réussie que j’ai vu à ce jour. Un objet filmique unique, à voir absolument. Un summum du kitch, une bande originale inoubliable, un immense moment de bonne humeur et un film anti-dépression. Une seule interrogation me taraude encore à ce jour : mais à quoi peuvent bien ressembler les vers perforants ?
Critiques similaires
Film: Flash Gordon
Note: 3/10
Auteur: francesco34

Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar droudrou » Mer 15 Sep 2010, 07:37

alinoe a écrit: Les Merveilleux fous volants sont sortis en salle un peu avant la Grande course autour du monde. Le premier film a connu le succès alors que le film de Blake Edwards a été boudé par le public et la critique (sujet trop semblable). J'aime bien les deux films, mais ma préfèrence va à La Grande course autour du monde, pour son duo inoubliable Lemmon/Falk.


dans la grande course autour du monde, il y a une parodie du prisonnier de Zenda avec le duel à l'épée ou au sabre... ce que j'avais aimé dans ce film c'était la qualité de l'image et la sophistication de certains plans Nathalie Wood / Tony Curtiss et cette bataille de tartes à la crême qui n'épargne personne ! mais certains moments du film étaient réellement poussifs (un défaut pour moi dans certains films du réalisateur de La panthère rose) entre autres avec le duo Lemon / Peter Falk : un film par trop dessin animé pour être crédible et nous toucher ! En ce qui concerne Les Merveilleux fous volants Jean-Pierre Cassel m'agaçait particulièrement ! au générique l'égérie de Darryl F. Zannuck revue en résistante dans Le jour le plus long...
Avatar de l’utilisateur
droudrou
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 272
Inscription: Mar 03 Nov 2009, 13:56

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar francesco34 » Mer 15 Sep 2010, 07:40

Oui très drôle ce Flash Gordon :super:
J'aimerais bien me le revoir un de ces quatre!
Mon classement ciné en: 2016
Mon TOP 200
Avatar de l’utilisateur
francesco34
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 12155
Inscription: Mer 17 Fév 2010, 19:33
Localisation: Montpellier

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar droudrou » Mer 15 Sep 2010, 07:50

à propos de La horde sauvage : combien de fois as-tu vu le film ? - je reviens sur cette notion de violence : elle est sans concession: "elle touche les hommes et les femmes et les gamins !..." c'est un monde qui bascule où les héros font fort contraste avec Les professionnels surtout si on prend le prologue des professionnels... - personnellement j'aime aussi beaucoup Silverado que je dois acheter en bluray...
Avatar de l’utilisateur
droudrou
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 272
Inscription: Mar 03 Nov 2009, 13:56

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar droudrou » Mer 15 Sep 2010, 07:52

francesco34 a écrit: Oui très drôle ce Flash Gordon :super:
J'aimerais bien me le revoir un de ces quatre!

J'avoue votre honneur ! Je ne connais pas ! Je plaide coupable - mea culpa ! mea culpa ! mea maxima culpa !... amen !
Avatar de l’utilisateur
droudrou
Jeune Padawan
Jeune Padawan
 
Messages: 272
Inscription: Mar 03 Nov 2009, 13:56

Re: [alinoe] Mes critiques en 2010

Messagepar alinoe » Mer 15 Sep 2010, 10:51

droudrou a écrit: à propos de La horde sauvage : combien de fois as-tu vu le film ? - je reviens sur cette notion de violence : elle est sans concession: "elle touche les hommes et les femmes et les gamins !..." c'est un monde qui bascule où les héros font fort contraste avec Les professionnels surtout si on prend le prologue des professionnels... - personnellement j'aime aussi beaucoup Silverado que je dois acheter en bluray...


J'ai vu la Horde sauvage 2 fois. N'ayant pas particulièrement apprécié ce côté violent qui touche effectivement tout le monde, l'avoir vu 2 fois, le mois dernier, c'était déjà bien.

droudrou a écrit:
alinoe a écrit: Les Merveilleux fous volants sont sortis en salle un peu avant la Grande course autour du monde. Le premier film a connu le succès alors que le film de Blake Edwards a été boudé par le public et la critique (sujet trop semblable). J'aime bien les deux films, mais ma préfèrence va à La Grande course autour du monde, pour son duo inoubliable Lemmon/Falk.


dans la grande course autour du monde, il y a une parodie du prisonnier de Zenda avec le duel à l'épée ou au sabre... ce que j'avais aimé dans ce film c'était la qualité de l'image et la sophistication de certains plans Nathalie Wood / Tony Curtiss et cette bataille de tartes à la crême qui n'épargne personne ! mais certains moments du film étaient réellement poussifs (un défaut pour moi dans certains films du réalisateur de La panthère rose) entre autres avec le duo Lemon / Peter Falk : un film par trop dessin animé pour être crédible et nous toucher ! En ce qui concerne Les Merveilleux fous volants Jean-Pierre Cassel m'agaçait particulièrement ! au générique l'égérie de Darryl F. Zannuck revue en résistante dans Le jour le plus long...


C'est vrai qu'il y a quelques longueurs dans la Grande Course, mais ça ne me dérange pas plus que ça. Pour les Merveilleux Fous volants, j'ai le même problème que toi, Jean-Pierre Cassel est très énervant. Merci pour toutes ces petites précisions forts instructives.
Avatar de l’utilisateur
alinoe
Batman
Batman
 
Messages: 2080
Inscription: Dim 06 Jan 2008, 13:22

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO