[Jack Spret] Mes critiques en 2013

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar angel.heart » Mar 30 Juil 2013, 22:45

Enfin, on est que 2 ( edit : 3 en fait ) à avoir posté nos bilan il me semble. :nono:

Pour ma part je taff demain aprèm puis comme c'est mercredi, le soir c'est répète avec mon groupe. Après ça, le temps de rentrer chez moi, de me faire une boite de cassoulet et une tite branlette si le coeur m'en dit et hop, au dodo... ( donc pas le temps pour un film... )
Avatar de l’utilisateur
angel.heart
Robocop
Robocop
 
Messages: 8506
Inscription: Lun 28 Mar 2011, 14:55

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Mer 31 Juil 2013, 08:09

+1 avec angel (sauf que moi, c'est des pâtes)


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Inferno - 4,5/10

Messagepar Jack Spret » Jeu 01 Aoû 2013, 16:57

Image


Deuxième volet de la trilogie des mères (ou trilogie de l'enfer), Inferno est encore plus décevant que Suspiria. Sans se fouler, Argento s'est réapproprié le squelette scénaristique du précédent opus pour le réinvestir dans une histoire somme toute semblable (un tueur opère dans un immeuble). La fainéantise du cinéaste va même jusqu'à réutiliser les mêmes codes narratifs (la pluie battante, l'incendie final, la passion des personnages principaux, le rouge omniprésent). Si certains diront que les trois œuvres forment un tout, je vois là très nettement une idée géniale (Suspiria) réutilisée à outrance pour donner libre cours à des expérimentations bordéliques. Et même si j'arrive facilement à passer outre le kitsch complètement assumé du cinéma d'Argento, j'ai toujours plus de mal lorsque les scénarios sont prétextes à un tel fouillis qu'on se demande s'il ne fume pas la moquette des tapis qui recouvrent le sol de son immeuble sordide.

Image


Et pourtant, le film démarre fort ! Installant une ambiance oppressante uniquement à l'aide de silences macabres et de jeux de lumières, on baigne dans un fantastique très proche du surnaturel. La scène de baignade prend une tournure agréablement cauchemardesque et ouvre le film sur une transition des plus étranges. Et c'est là que le bât blesse. Car au lieu de se concentrer sur son héroïne qui avait tous les atouts, aussi bien en acting qu'en charme, pour nous repondre un conte qui aurait un arrière goût d'enfer sur terre, il multiplie les personnages tous plus secondaires les uns que les autres, juste histoire d'avoir de la main d'oeuvre pour mettre en image ses multiples meurtres (dont la plupart sont d'une nullité affligeante).

Image


Alors que le champ des possibles était immense pour confronter les arts nobles (poésie et musique dans Inferno, à l'instar de la danse dans Suspiria) à l'horreur la plus sèche, on ne fait que tourner en rond dans cet immeuble de grabataires dont la plupart cachent des petits secrets dignes d'un téléfilm pour personnes du troisième âge. Sans queue ni tête, on tourne désespérément en rond, massacrant des personnages à peine esquissés pour garder le cotât gore de la pellicule et continuer à s'inscrire dans le genre. Et que dire du final où les morts d'Evil Dead 3 paraissent plus vrais que natures à côté de cette sorcière dont on se fout complètement et qui ne sert strictement à rien si ce n'est rigoler devant des flammes, comme un bon vieux cliché des familles.

Image


Je ne reviendrais même pas sur la partition dégueulasse de Keith Emmerson qui ferait passer le bruit d'une craie sur un tableau noir pour une symphonie de Beethoven. C'est simple, il y a si peu à sauver dans le film qu'on ne peut que se rabattre sur l'introduction ou cette fabuleuse scène de meurtre sur du Verdi, sortie de nulle part qu'elle m'a fait m'interrogé sur l'identité de celui qui la signe tant elle détonne au milieu de cette connerie infâme. L'enfer n'est pas vécu par le personnage principal, dénué du moindre charisme et du moindre talent, mais par le spectateur qui doit s'infliger près de 2 heures de vaines promenades dans de couloirs mal éclairés. Argento ou le réalisateur le plus surestimé du genre.

4,5/10

Critiques similaires
Film: Inferno (1980)
Note: 4/10
Auteur: Scalp
Film: Inferno (1980)
Note: 7/10
Auteur: Kareem Said
Film: Inferno (1980)
Note: 8/10
Auteur: alinoe
Film: Inferno (1980)
Note: 6,5/10
Auteur: ViCo
Film: Inferno (1980)
Note: 6,5/10
Auteur: osorojo



"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Jeu 01 Aoû 2013, 17:00

Tu peux arrêter Argento : ce n'est pas pour toi.

A la rigueur, Les Frissons de l'angoisse et Ténèbres. Mais si tu n'accroches, pas : stoppe avant de souffrir (et de devoir réadapter ton barème :eheh: ).

Jack Spret a écrit:Argento ou le réalisateur le plus surestimé du genre.


Scalp ? Potentiel détecté :voleur:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33240
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jed Trigado » Jeu 01 Aoû 2013, 17:03

Il y en a qui cherchent les coups ici.
Jed Trigado
 

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Jeu 01 Aoû 2013, 17:04

Il est tellement fan de De Palma qu'il cogne sur son frère ennemi.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33240
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Jeu 01 Aoû 2013, 17:04

J'ai beaucoup aimé Les frissons de l'angoisse et même Trauma.
Apprécié Le syndrome de Stendhal et Suspiria
Pas accroché au Chat à neuf queues.
Et détesté Giallo et du coup Inferno.
J'ai quand même envie de la finir cette foutue trilogie et de voir Ténèbres qui a de bons échos mais après j’arrêterai (même si 4 mouches de velours gris m'attirent pas mal)


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Scalp » Jeu 01 Aoû 2013, 17:05

Jack est sur la bonne route là, vivement qu'il mate du Fulci :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56377
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Jeu 01 Aoû 2013, 17:07

Allez, je le remet mais vraiment pour vous faire comprendre qu'être déjà sourd à votre âge, c'est dommage :chut:



Le film est aussi bon que la musique...


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jed Trigado » Jeu 01 Aoû 2013, 17:08

Tu veux voir Mother of Tears, t'es sérieux là ? Nan parce que même moi, je lui mets pas la moyenne. :mrgreen:

Et oublie Quatre Mouches aussi, ça vaudra mieux pour ma santé, déjà que la critique d'Oso m'a brisé le coeur. :cry:
Jed Trigado
 

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Jeu 01 Aoû 2013, 17:10

On voit trop le côté commercial de sa trilogie.
Le mec il pond la fin 27 ans après pour faire un film de merde...


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Jeu 01 Aoû 2013, 17:11

Scalp a écrit:Jack est sur la bonne route là, vivement qu'il mate du Fulci :mrgreen:


:eheh:

Il veut mater Mother of Tears, ça va être grandiose :love:

Sinon, c'est un crime de faire des suites ?
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33240
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jed Trigado » Jeu 01 Aoû 2013, 17:14

C'est surtout qu'il a eu une pelletée de projets après Inferno qui l'ont détourné de la conclusion de sa trilogie et d'ailleurs, il souhaitait revenir a un cinéma moins ésotérique. D'où ce temps de gestation assez long. :super:

Mais c'est vrai que le projet a pris un virage opportuniste malgré ses bonnes intentions.
Jed Trigado
 

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Jack Spret » Jeu 01 Aoû 2013, 17:16

Non si l'idée rassembleuse est un minimum exploitée.
Suspiria lance le truc mais là, ça rebondit jamais est c'est ridicule à souhait...

Non mais ouvrez les yeux, y'a un vendeur de hot-dogs qui décapite un antiquaire handicapé qui était en train de se faire bouffer par des rats dans un marais sans raison aucune !


"- Ça vous dirait un petit échange dans la ruelle, derrière le bar ?
- Si c’est un échange de fluides corporels, je suis pas contre. Mais alors dans ce cas, tu passes devant."
Avatar de l’utilisateur
Jack Spret
Alien
Alien
 
Messages: 7110
Inscription: Mar 25 Déc 2012, 10:57

Re: [Jack Spret] Mes critiques en 2013

Messagepar Mark Chopper » Jeu 01 Aoû 2013, 17:16

On s'en fout, c'est une histoire d'ambiance.

Ne cherche pas du sens, cartésien !
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33240
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO