[Pathfinder] Mes critiques en 2013

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Pathfinder » Jeu 04 Juil 2013, 21:45

Merci Zack! :super:
On se capte en mp si tu veux! :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar zack_ » Jeu 04 Juil 2013, 21:49

Pas de souci Path ;) Don't worry :super:
zack_
 

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Pathfinder » Jeu 04 Juil 2013, 21:58

osorojo a écrit:Tiens, mets toi ce cadrage là ^^

Image


Thks oso! Mark ne saignera plus des yeux en venant ici!
Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Rien que pour vos Yeux - 6/10

Messagepar Pathfinder » Mar 09 Juil 2013, 13:18

Image
Rien que pour vos yeux 6/10

Il aura fallu batailler quelques épisode (et éviter la lobotomie de justesse) pour trouver enfin un Moore fréquentable.

Se baladant autour de la belle bleue, John Glen propose un spectacle carré ou les bons mots n’ont quasiment pas leurs places, ou les gadgets de Q sont judicieusement rangés au placard et ou l'action reprend la place qui lui est due en lieu et place de l'humour gogol. La très longue poursuite en 2CV reste un joli morceau de bravoure dont le poids des années n’arrive pas à en altérer le culot. Cerise sur le gâteau, la production fait le choix d’une JBG aussi atypique que surprenante. C’est une Carole Bouquet vengeresse qui hérite donc du rôle. Mais son non jeu anéantira tout le potentiel sombre du personnage. Jouer de la mèche, buter à l’arbalète et éviter les coups de chibre de notre quinqua libidineux ne suffiront donc pas!

Ce qu’il faut surtout retenir de tout cela c’est le choix des producteurs d’adopter (enfin !) un ton presque sérieux, tranchant avec la crétinerie des épisodes précédant et à venir. Certains passages feraient presque naitre un semblant de tension. J’en veux pour preuve ce final avec un Bond accroché à une falaise, se débattant comme un beau diable pour investir la forteresse de son ennemie (joli décor en plus !). Même si le bad guy manque cruellement d’envergure, les défauts sautent beaucoup moins à la gueule que d’habitude. Hormis l’escapade sous marine à demi foirée, le film ne se loupe quasiment jamais sur les longues scènes d’action et prend souvent ses distances avec les figures imposées de l’ère Moore.

Comme quoi, la persévérance paie même si, aux yeux de la saga, nous ne tenons là qu'un honnête épisode. Mais je ne devrais pas trop la ramener puisqu'il me reste encore Vivre et laisser mourir ainsi que l’homme au pistolet d’or. Aouch!

Retro Bond (à mon rythme):
Au service secret de sa majesté 5/10
Permis de tuer 7/10
Skyfall 9.5/10
Tuer n'est pas jouer 7/10
Goldeneye 5/10
Demain ne meurt jamais 6/10
Octopussy 2.5/10
Le monde ne suffit pas 3/10
Meurs un autre jour 5/10
Casino royale 8/10
Quantum of solace 5.75/10
Dangereusement votre 5/10
Moonraker 1.5/10
Rien que pour vos yeux 6/10
Critiques similaires
Film: Rien que pour vos yeux
Note: 7,5/10
Auteur: francesco34
Film: Rien que pour vos yeux
Note: 5,5/10
Auteur: lvri
Film: Rien que pour vos yeux
Note: 5,5/10
Auteur: Alegas
Film: Rien que pour vos yeux
Note: 7,5/10
Auteur: Kakemono
Film: Rien que pour vos yeux
Note: 5/10
Auteur: Scalp

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

G.I. Joe: Conspiration - 2/10

Messagepar Pathfinder » Mar 09 Juil 2013, 15:20

Image
GI Joe conspiration 2/10 (je ne met pas en dessous car ça le placerait au niveau de Moonraker et là c'est vraiment pas sympa pour Dwayne!)

Nous n’en sommes qu’à la moitié de l’année mais je pense, sans peine, pouvoir verrouiller au cul de GI Joe 2 son titre de film le plus con. J’en viendrais même à ressentir une once de sympathie pour le premier volet qui avait au moins le mérite de livrer la marchandise.

Ici, tout le monde fonctionne au point mort, à commencer par un Dwayne Johnson étonnement hors du coup. Et pourtant j’apprécie toujours les sorties fracassantes du bougre. Est-ce l’effet Bruce Willis qui congestionne tous les autres acteurs ? Ce n’est pas impossible au vu de la nonchalance chronique du bonhomme. Il nous ressort sa moue faussement cool à qui veut l’entendre se foutant joyeusement de la vacuité de son rôle. Spolié sur le casting, nous aurions pu nous rabattre sur l’action. Mais, confier les rênes d’un block décérébré au géniteur de Sexy dance relevait quand même de l’erreur monumentale. Et cela se voit dès les premiers plans. Impersonnelle au possible, la réalisation de Chu ne retient pas l’attention. Pis encore, elle confère au film un look de DTV bâclé dans lequel s’empilent les enjeux les plus cons qui soient.

Et il faut dire que GI Joe conspiration les enchainent ! Putain, il faut quand même en vouloir pour se fader la scène ou l’on voit le président américain rouler des mécaniques et initier un conflit nucléaire mondial avec ses petits camarades ! Et que dire de l’apparition du Général Colton ? J’aborde le sujet RZA ou je stoppe ? Non parce que là, sa prestation dans Man with iron fists, c’est Raging bull à coté ! Stephen Sommers avait eu au moins la décence de balancer le budget à l’écran quitte à s’embourber dans les abymes de la connerie. Ici, rien de tout cela, pas le moindre climax bandant ! Johnson et sa pétoire sont sous utilisés. La grande séquence avec les ninjas alpinistes est hautement risible. Il ne reste peut être que la destruction de Londres, soient deux plans joliment fait.

Je n’en attendais donc rien mais j’en ressors dubitatif. A l’heure ou les papys des années 80 reviennent en force, il serait peut être de bon ton que la nouvelle garde bombe le torse et fasse preuve d’un peu plus de mordant en proposant des produits autrement plus débridés. GI Joe conspiration ou le Twilight de l’action ! La messe est dite pour le troisième volet avec Chu aux manettes! Au moins que Bonaventura confit les commandes à Antoine Fuqua, ça ressemblera peut etre à de l’action.

Image
:nono: :eheh:
Critiques similaires
Film: G.I. Joe : Conspiration
Note: 3/10
Auteur: padri18
Film: G.I. Joe : Conspiration
Note: 3/10
Auteur: Hannibal
Film: G.I. Joe : Conspiration
Note: 2/10
Auteur: Alegas
Film: G.I. Joe : Conspiration
Note: 2,5/10
Auteur: Jack Spret
Film: G.I. Joe : Conspiration
Note: 3/10
Auteur: Scalp

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Star Trek (2009) - 6/10

Messagepar Pathfinder » Mer 10 Juil 2013, 12:58

Image
Star Trek 6/10

« Une franchise sent le cramoisi, faut appeler J.J ! » Voilà donc, à peu de choses près, le leitmotiv actuel des producteurs à Hollywood.

Après avoir remis sur pied la franchise Mission impossible et avant de s’atteler au lifting de Star Wars, le p’tit binoclar s’est penché sur le cas Star Trek. Ringardisé par des décennies de pyjamas jaunes et de films à la qualité très aléatoire, la série végétait au fin fond d’une cave de la Paramount. Mais c’était sans compter sur la nouvelle poule aux œufs d’or, réanimateur en chef des sagas cramées jusqu’à l’os. J.J a bien compris que pour se faire aimer de tous, il fallait brosser dans le sens du poil tant les fans hardcores que les profanes. On pourra donc lui reconnaitre cette qualité de fédérer des publics hétérogènes. Mais pour cela, le bonhomme doit disposer de moyens conséquents. Et fort de son passé sur des séries à succès pour midinettes, il réussit à débloquer, très facilement, de belles enveloppes lui permettant de calibrer ses produits. Car au-delà du simple faiseur, J.J est surtout une machine à engranger du pognon respectant scrupuleusement un cahier des charges formaté pour emporter le jackpot à chaque fois. Pas de surprise donc, le reboot de Star Trek sera un succès !

Et même au-delà d’un certain cynisme vis-à-vis du réalisateur, je dois reconnaitre qu’il s’agit d’un divertissement de qualité. Le film n’est pas un chef d’œuvre (écriture facile, casting de belles gueules horripilant) mais je dois lui concéder son sens du rythme (impossible de s’ennuyer) et une esthétique renversante (énorme maitrise des sfx). Conçu pour être apprécié par toute la famille, il faut quand même se coltiner quelques belles concessions. Ca commence donc par les acteurs et hormis Simon Pegg (seul et unique bon ressort comique) et Eric Bana (charismatique à souhait alors que je le traitais d’endive il y a peu), le reste pue le casting pour attirer le jeune. Comprenez, j’ai une belle caboche mais pas plus. Autre point irritant, un je ne sais quoi de ton léger, assimilable à du soap familial qui vérole le film lorsque ça ne pète plus à l’écran. Cela reste discret mais suffisamment perceptible pour agacer un brin.

Blockbuster propret de son état, Star Trek 2009 reste un joli tour de force visuel, aussi généreux que droit dans ses pompes . Ce qui est déjà pas mal à une époque ou le sens du spectacle semble être une denrée de plus en plus rare.
Image

Pour le plaisir, mais en faisant abstraction du vert bien sur!
Critiques similaires
Film: Star Trek
Note: 7,5/10
Auteur: Waylander
Film: Star Trek
Note: 4,5/10
Auteur: Scalp
Film: Star Trek
Note: 9/10
Auteur: jean-michel
Film: Star Trek
Note: 7/10
Auteur: Niko06
Film: Star Trek
Note: 7,5/10
Auteur: Kareem Said

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

12 hommes en colère - 9/10

Messagepar Pathfinder » Jeu 11 Juil 2013, 10:54

Image
12 hommes en colère 9/10

12 hommes en colère ou le huis clos juridique inoxydable !

Le temps n’a aucune prise sur le chef d’œuvre de Lumet. La force de cette histoire est de pouvoir être transposée à des époques différentes (qui a dit Michel Leeb ?!) sans jamais perdre de son impact. Réunissant 12 jurés dans un espace anxiogène un jour de gros orage, Lumet se plait à filmer les joutes verbales d’un groupe (pas assez hétérogène à mon gout, le seul défaut que je trouverais) en proie à un doute grandissant. Initié par un très solide Henry Fonda, les contre arguments vont petit à petit alimenter les débats. Durant 90 minutes, nous assistons donc à un combat d’égos bâtis sur des dialogues de haute voltige. Et même si l’on n’évite pas un certain manichéisme et quelques clichés faciles (la grande gueule est un gros con, le fan de sport est un abruti manipulable), le film est passionnant livrant un flot d’informations constants relayés par un casting en béton (même pour ceux qui ont une faible présence à l’écran). Huis clos ne veut pas dire repos pour le réalisateur. Au contraire, Lumet se fend de travellings classieux et de placements de caméras bien plus subtils qu’il n’y parait. Sa réalisation faussement posée donne un vrai dynamisme et participe grandement à une ambiance toujours plus pesante entre les jurés.

Maintenant, je trépigne à l’idée pouvoir mettre la main sur le téléfilm de Friedkin, lui le spécialiste des remakes impossibles !
Critiques similaires

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar puta madre » Jeu 11 Juil 2013, 13:33

P’tite remarque concernant Rien que pour vos yeux: c’est John Glen, et non pas Lewis Gilbert, qui a signé le film.
Moonraker est l’épisode réalisé juste avant celui-ci, contrairement à ce que ta critique semble indiquer.

Bon courage pour Vivre et laisser mourir et L’Homme au pistolet d’or. Même en tant que fan de Bond, ce sont les deux opus que j’évite de regarder (en plus de Quantum of merdasse qui est hors catégorie).
Image
Avatar de l’utilisateur
puta madre
Batman
Batman
 
Messages: 1570
Inscription: Lun 08 Juil 2013, 08:08
Localisation: Lille

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Pathfinder » Jeu 11 Juil 2013, 13:57

Merci pour l'info! :super: Vais modifier.

L'abus de Moore devient carrément nocif pour ma santé mentale! Il est temps que je les finisse!
Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Scalp » Jeu 11 Juil 2013, 14:49

L'homme au pistolet d'or faut le regarder !!!!!!
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56423
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Pathfinder » Jeu 11 Juil 2013, 14:53

Pour le nain, c'est ça? :mrgreen:
Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Re: [Pathfinder] Mes critiques en 2013

Messagepar Scalp » Jeu 11 Juil 2013, 15:06

:mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 56423
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Breakfast club (The) - 8,5/10

Messagepar Pathfinder » Jeu 11 Juil 2013, 15:51

Image
Breakfast club 8.5/10

Film de chevet de mon adolescence balbutiante, je craignais fortement de le revoir. Le risque d’un truc surévalué et follement ringard planait telle une épée de Damoclès.

Finalement, ça passe toujours aussi bien ! Reposant sur cinq stéréotypes d’ado, John Hugues s’amuse à casser, une à une, les apparences en mixant les thématique propres à cette période de la vie (relations avec les parents, quête identitaire, suicide, pression parentale). La frontière entre drame et légèreté s’efface très régulièrement permettant au film de ne jamais se coltiner une fausse étiquette de comédie teenage bas de plafond. Breakfast club est tout sauf ça et c’est clairement sa force ! Hugues réussit donc ce petit miracle de mélange des genres en dosant parfaitement chaque approche. Le film n’est et ne sera jamais la matrice d’American Pie et consort. Il sera encore moins un objet de culte pour dépressifs. Il combine finement le meilleur des deux mondes pour accoucher d’un huis clos attachant distillant de longues tirades permettant au spectateur une identification quasi immédiate. Chaque personnage a droit à son moment clé (qu’il soit comique et/ou grave) ne cannibalisant jamais le groupe. Au terme de 90 minutes filant comme l’éclair, on en saura finalement assez pour apprécier chacun d’eux, un peu comme si nous avions passé cette matinée de colle avec eux.

Le film reste toujours aussi touchant. Le thème de l’amitié naissante y est plutôt bien abordé (vannes, coups bas, pleurs, réconciliations, révélations) et c’est avec le cœur serré que l’on quitte les membres du breakfast club sur les marches de leur lycée. Le générique final sur fond de Simple Minds emporte le morceau nous glissant au passage dans une douce mélancolie.

Image
La bonne époque!
Critiques similaires

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Universal Soldier Régénération - 1,5/10

Messagepar Pathfinder » Mer 17 Juil 2013, 10:45

Image
Universal soldier regeneration 1.5/10

Universal soldier à la sauce cosaque, voilà donc une suite à prendre avec des pincettes !

Et pourtant, la franchise en perte de vitesse ne pouvait pas prétendre à mieux après un premier volet sympathique et une suite très hasardeuse. Avec quelques liasses grappillées à droite et à gauche, Moshe Diamant tente de proposer sa version des unisols. Sur fond de menace radioactive (Tchernobyl évidemment), il fait tourner son film au beau milieu d’une usine désaffectée, seule et unique unité de lieu. Il en résulte donc un truc froid, sans âme et bigrement mauvais. Et même si la poursuite de caisse du début sonne comme une bonne nouvelle, le reste va très vite sentir la vodka frelaté. Coincé entre un JCVD obligé d’être là contractuellement et une histoire bringuebalante, le film peine à intéresser durant sa première heure. Il faudra attendre que l’on réanime le toujours très en forme Dolph pour que ça s’emballe un brin. JCVD vs Dolph, JCVD vs Arlovski, pourquoi pas ? Sur le papier, cela avait de la gueule. Mais l’âge avancé d’une partie du casting enterre tous fantasmes et ce sont les doublures qui se chargeront du spectacle. Du coup, le dernier tiers perd grandement de son intérêt nous laissant, au final, fortement perplexe.

Universal soldier régénération ressemble donc à une mauvaise blague prenant des allures de projet bâti à la hâte et proposé à des gens qui n’avait pas forcément envie d’y participer. J’aime bien l’univers décomplexé des DTV mais il faut bien reconnaitre que ce troisième volet est loin de faire partie du haut du panier.
Image
:eheh:
Critiques similaires

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

Contre-enquête (Q&A) - 8,5/10

Messagepar Pathfinder » Mer 17 Juil 2013, 14:48

Image
Contre enquete (1990) 8.5/10

Le polar ripou a retrouvé une seconde jeunesse ces dernières années. David Ayer a d’ailleurs grandement participé à ce revival, par le biais de quelques solides scripts. Mais il faut bien reconnaitre que les anciens ont encore la peau dure !

Q&A de Sydney Lumet en est d’ailleurs un bel exemple de longévité. Il faut dire que cette chasse au flic véreux garde son aura badass intacte grâce à son étalage de dialogues orduriers mais aussi et surtout grâce à la performance hors normes de Nick Nolte. Etonnement traité en second plan (Hutton tient, bon gré mal gré, le lead avec Assante), il bouffe, malgré tout, l’écran à chacune de ses apparitions. Tel un Depardieu période old school, il impose sa carcasse et sa gouaille écrasant tout sur son passage. « J’ai l’cul propre car j’le nettoie moi-même ! », cette cinglante réplique pourrait résumer à elle seule la teneur du bonhomme. Face à Nolte, Timothy Hutton tient étonnamment la route dans le rôle casse gueule du jeune blanc bec (pas si net que cela !). Ce dernier, bercé d’illusions, va d’ailleurs revenir à une certaine réalité et finir à genoux, manipulé par un système qu’il ne pensait pas aussi corrompu. Le dialogue final avec Lee Richardson est d’ailleurs sans concessions. A ce titre, l’autre point fort du film repose sur la finesse et la précision de son écriture. La richesse et le réalisme des dialogues sont au centre de chaque scène marquante, la première confrontation entre Hutton et Assante (du p’tit lait ! tain les deux qui se menacent !), le monologue d’Assante et j’en passe... Même la liaison avec la femme de Texador apporte quelque chose, décrivant par petites touches un Hutton pas si « chevaleresque » que cela.

Q&A reste pour moi le meilleur Lumet. Moins englué dans les arcanes du pouvoir qu’à son habitude, le réalisateur décide de battre le bitume crasseux. Et c’est bien dans cet élément là que j’aime le voir maltraiter les flics de NYC. Dans un genre un brin différent, j’ai du coup vachement envie de revoir le Affaires privées de Mike Figgis. J’en garde également un excellent souvenir mais pas revu depuis son passage sur canal. Wait and see…
Critiques similaires
Film: Contre-enquête (1990)
Note: 7,5/10
Auteur: pabelbaba
Film: Contre-enquête (1990)
Note: 6,5/10
Auteur: Alegas
Film: Contre-enquête (1990)
Note: 8/10
Auteur: Scalp

Image
Avatar de l’utilisateur
Pathfinder
Predator
Predator
 
Messages: 3243
Inscription: Mer 10 Aoû 2011, 13:06

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO