[Alegas] Mes Critiques en 2022

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Alegas, Modérateurs du forum

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar pabelbaba » Mar 22 Mar 2022, 16:17

Dans le cadre d'une rétro Steve Guttenberg? :mrgreen:
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
King Kong
King Kong
 
Messages: 20239
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Mar 22 Mar 2022, 19:30

Image
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40119
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Alerte rouge - 7,5/10

Messagepar Alegas » Mer 23 Mar 2022, 12:52

Image


Turning red (Alerte rouge) de Domee Shi
(2022)


Comme beaucoup, j’avais été pas mal dérouté par la direction artistique qui était déjà visible via la promo, mais j’avais tout de même confiance : Domee Shi avait signé l’un des meilleurs courts-métrages Pixar récents, et la perspective de voir enfin un film du studio réalisé par une femme, une décennie après l’occasion manquée que fut Brave, ne pouvait que créer un minimum de curiosité. A l’arrivée, sans être un film à ranger parmi les classiques du studio à la lampe, c’est clairement un projet rafraîchissant. Le concept était pourtant casse-gueule, avec cette volonté de traiter les débuts de l’adolescence d’une jeune fille surprotégée par sa mère, le tout sous la métaphore d’une transformation subite en panda roux géant lorsqu’elle ne se contrôle plus, mais c’est admirablement bien traité, et même si on peut peut-être regretter que ça n’atteint pas l’excellence d’écriture que Pixar avait auparavant, ça s’impose facilement comme un divertissement tout ce qu’il y a de plus recommandable.

L’un des points qui m’a le plus surpris pour le coup vient de l’humour : les trailers m’avaient, au mieux, décroché un sourire, mais le film est vraiment drôle de bout en bout, d’une part avec son concept très bien exploité (l’adolescence des gamines des années 2000 est bien retranscrit, il y a eu plein de moments où j’avais l’impression de revoir ma soeur il y a presque vingt ans :eheh: ), mais aussi grâce à l’animation qui est vraiment de très haut niveau (j’adore comment sont traitées les mouvements des copines de l’héroïne, chacune a sa propre personnalité qu’on capte en seulement quelques secondes). Et puis le film prend des directions assez étonnantes, et même si la confrontation mère/fille était attendue je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’elle prenne cette forme là (le coup du panda encore plus géant, ça fait tiquer au début, mais si on l’accepte le climax final devient vraiment jouissif à suivre). Visuellement, c’est clairement pas le plus beau Pixar, mais c’est justement un point que j’ai apprécié : ici ça ne cherche pas la course technologique comme Pixar a souvent la fâcheuse habitude de le faire, et ça prend une direction qui sert complètement le propos du film au détriment de la claque visuelle. Bref, c’est très bien, très fun, hyper rythmé, et je suis très curieux de voir l’évolution de la carrière de la réalisatrice car pour un premier long c’est vraiment top.


7,5/10
Critiques similaires
Film: Alerte rouge
Note: 5,5/10
Auteur: pabelbaba

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar pabelbaba » Mer 23 Mar 2022, 13:23

Le climax final est tellement vu et revu... ça me déprime un peu qu'on n'arrive pas à sortir de ce genre de confrontation façon Power Rangers/Avengers.
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
King Kong
King Kong
 
Messages: 20239
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Mer 23 Mar 2022, 16:36

Mouais c'est pas comme si c'était traité exactement comme dans les films que tu cites. Ça ne mise pas sur la destruction pure, et ça aboutit sur de très belles idées
la transformation des tantes et de la grand-mère notamment, si tu leur enlève ça elles ne servent finalement à rien dans le film
, bref ça me paraît complètement justifié et c'est le principal j'ai envie de dire.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Kickboxer - 4/10

Messagepar Alegas » Ven 25 Mar 2022, 20:20

Image


Kickboxer de David Worth & Mark DiSalle
(1989)


J’avais clairement pas de grands espoirs pour celui-là, je l’ai surtout maté histoire de découvrir un film des débuts de Van Damme. A l’arrivée, pas vraiment de surprise : je peux complètement comprendre qu’on aime si on l’a découvert jeune et qu’on a un rapport particulier avec, mais objectivement c’est quand même pas très fameux. C’est typiquement le genre de production qui va reprendre une recette qui marche (ici donc le fameux schéma de l’outsider qui va s’investir personnellement dans un combat suite à un évènement tragique, qui va s’entraîner comme un fou et qui va gagner alors que personne ne croit en lui), mais où on essaye de le faire avec le minimum de moyens possibles, et autant c’est évident qu’une formule pareille peut très bien marcher avec un petit budget, autant le film cumule la plupart des clichés possibles du truc fauché, et pas dans le bon sens.

Faut dire aussi que c’est un film qui a depuis été pas mal singé/moqué et ça fait forcément du tord : quand on a grandi avec les sketches des Inconnus, impossible de ne pas penser tout le long du film aux Miséroïdes et aux Liaisons vachement dangereuses :mrgreen: , chose qui m’a surpris tout d’abord car j’ignorais complètement que ces parodies découlaient de Kickboxer (même Hot Shots 2 a repris des trucs !), mais surtout force est de constater que les Inconnus mettaient le doigt sur toutes les choses un peu ridicules du film original, des gimmicks 80’s exagérés (le look du frangin :eheh: ) à la forme pas top (ça fait vraiment film tourné avec deux euros :eheh: ), en passant par l’écriture simpliste et les cris et mimiques exagérés de Van Damme :lol: . Du coup, avec ce regard, difficile de ne pas regarder le film avec un regard amusé, et même si j’ai conscience que c’est une production où tout le monde a donné le meilleur de lui-même à l’époque, ça n’empêche pas que le résultat est quand même pas génial. En ce sens, je pense que ceux qui ont grandi avec peuvent échapper à ça et voir peut-être le film avec un regard plus vierge, et saisir plus facilement la sincérité du projet. Bref, c’est pas un film que je qualifierais de complètement nul, mais c’est indéniablement un métrage dont on peut facilement se moquer à cause de son petit budget et de son côté trop ancré dans son époque.


4/10
Critiques similaires
Film: Kickboxer
Note: 2/10
Auteur: Scalp

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Sam 26 Mar 2022, 12:04

Je crois que Les Miséroïdes doit aussi beaucoup à Cyborg.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40119
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Jed_Trigado » Sam 26 Mar 2022, 15:19

En effet, ils ont repris les bruitages "pang" de Cyborg pour Les Miseroides. :eheh:
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13247
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Retour vers le futur - 8,5/10

Messagepar Alegas » Sam 26 Mar 2022, 18:15

Image


Back to the future (Retour vers le futur) de Robert Zemeckis
(1985)


Le film de la confirmation pour Zemeckis, qui a certes connu un succès public sur son film précédent, mais au prix d’un contrôle artistique inexistant. Ici donc, il retrouve ses compères Bob Gale et Steven Spielberg pour le film qui le lancera définitivement et qui mettra tout le monde d’accord, que ce soit les critiques qui y verront un divertissement de qualité, ou le public qui, au fil des années, élèvera Back to the future au rang d’œuvre culte. A revoir le film aujourd’hui, il est aisé de comprendre pourquoi : même après quasiment quarante ans, ça reste un modèle absolu de divertissement, une machine parfaitement huilée qui dégouline de sincérité et d’envie de faire rire son spectateur, et en ce sens c’est un peu la formule comique Zemeckis/Gale poussée à son maximum (certains diront que c’est leur film le plus sage, mais on y trouve quand même quelques allusions sexuelles, notamment Marty qui ne peut s’empêche de regarder la version jeune et sexy de sa mère) à laquelle on ajouterait un côté Amblin qui marche bien.

Le concept de voyage dans le passé est super bien utilisé, ça donne à la fois une production très légère tout en développant des choses plus sérieuses (notamment le fait qu’il existe un juste milieu entre être quelqu’un de bien et de ne pas se laisser marcher dessus), et au final le seul reproche que je pourrais faire serait le côté très reaganien du métrage, avec notamment ce discours sur le succès qui paraît assez désuet aujourd’hui (genre Marty qui a le 4x4 de ses rêves pour amener sa copine au lac en guise d’aboutissement, c’est plutôt léger comme discours :eheh: ). A côté de ça, tout marche bien dans Back to the future : l’alchimie entre les acteurs est évidente (notamment le duo Doc/Marty qui a imprégné la pop culture depuis), la musique de Silvestri et son thème emblématique, l’humour est très bien dosé, et la confrontation entre la culture 50’s et 80’s permet de faire une analyse intéressante de l’évolution des mœurs et des écarts et points communs entre différentes générations.

Même sur le plan formel, la mise en scène de Zemeckis semble enfin trouver sa voie, que ce soit à travers des plans particulièrement compliqués (le plan-séquence d’ouverture, même si coupé par quelques inserts, est assez magistral sur ce point) ou la gestion des effets visuels qui n’est pas donné à tout le monde (et sur ce point le film vieillit très bien, même si on sent forcément que c’est un film des 80’s), et ça va clairement définir ce que le bonhomme offrira par la suite dans sa carrière. Bref, c’est toujours un super film, et à mes yeux le meilleur d’une trilogie largement recommandable (ce qui n’était pas gagné car c’est vraiment un film qui se suffit à lui-même).


8,5/10
Critiques similaires
Film: Retour vers le futur
Note: 9/10
Auteur: jean-michel
Film: Retour vers le futur
Note: 9,5/10
Auteur: francesco34
Film: Retour vers le futur
Note: 9/10
Auteur: lvri
Film: Retour vers le futur
Note: 10/10
Auteur: dagokhiouma
Film: Retour vers le futur
Note: 9/10
Auteur: maltese

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Jed_Trigado » Sam 26 Mar 2022, 18:24

La saga de mon enfance, impossible de passer une année sans le revoir : le concept est génial, les acteurs envoient du bois et la VF reste une des meilleures ever.

Ma préférence ira pour le second opus ceci dit.
"Je mets les pieds où je veux Littlejohn et c'est souvent dans la gueule." Chuck Norris

Image
Avatar de l’utilisateur
Jed_Trigado
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 13247
Inscription: Sam 18 Oct 2014, 22:41
Localisation: On the fury road...

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Sam 26 Mar 2022, 18:33

Tout pareil que Jed.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40119
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Sam 26 Mar 2022, 19:19

C'était d'ailleurs la première fois que je les mataient en VO, et même si c'est très bien j'avoue que je garde une légère préférence pour la VF. Après avoir revu le 1, je me suis juste fait une scène avec Biff by Darbois, y'a quand même un je ne sais quoi en plus, qui doit sûrement beaucoup à la nostalgie.

Le 2, j'avoue l'avoir revu un peu à la baisse. J'avais souvenir d'un film au moins équivalent au premier, mais y'a un truc qui se perd en termes de rythme et de cohésion narrative, j'y reviendrais plus longuement dans ma critique.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Extravagant Mr. Deeds (L') - 8/10

Messagepar Alegas » Dim 27 Mar 2022, 17:18

Image


Mr. Deeds goes to town (L'extravagant Mr. Deeds) de Frank Capra
(1936)


Encore un très bon film de la part de Capra, ça commence à devenir une habitude. Décidément, autant je ne suis pas fan du bonhomme quand il part dans la comédie pure, mais dès qu’il part vers du drame un peu léger avec comme note d’intention de prôner l’humanisme et les valeurs de son pays, ça donne d’excellents films et ce Mr. Deeds goes to town le prouve à nouveau. Ce sera d’ailleurs le premier film de ce genre pour le réalisateur, qui en fera par la suite sa marque de fabrique (notamment la fameuse formule du standing man que Spielberg explicitera plus tard dans un de ses films), et ce sera aussi le film qui viendra asseoir son indépendance artistique, notamment en étant l’un des premiers réalisateur de l’histoire à avoir son nom constamment sur l’affiche et ce, spécifié par contrat. Sur un pitch simple et efficace (un nobody naïf de la campagne devient du jour au lendemain, par un héritage, l’une des plus grosses fortunes du pays, provoquant l’intérêt des médias et des profiteurs en tous genre), Capra crée une grande fable sur le caractère finalement très artificiel de ce qu’est devenu l’Amérique, au point de prendre la moindre décision pour l’argent, quitte à couler volontairement un homme intègre.

Pour le coup, comme beaucoup d’autres Capra, c’est clairement pas un film pour les cyniques : oui, on peut trouver des ficelles assez grosses, à l’image de ces ultimes minutes où le bien triomphe juste parce que l’on fait appel à l’humanisme des personnages, mais c’est aussi ce qui fait le sel de ce genre de productions à mon sens, car c’est réellement une image fantasmée par son réalisateur, mais aussi par le spectateur (le monde serait clairement un meilleur endroit si on se comportait tous comme dans un film de Capra). La grosse réussite du métrage tient dans son script et son ambiance à la fois légère et grave quand c’est nécessaire, mais aussi par son casting qui dégage énormément de sympathie : Gary Cooper en homme simple et brave est une évidence, Jean Arthur dans son premier grand rôle populaire pose déjà le niveau des futurs très bons personnages qu’elle incarnera par la suite (chez Capra évidemment, mais aussi chez Hawks), et j’aime beaucoup le personnage de Lionel Stander qu’on prend pour un cynique au début mais qui évolue pour devenir l’une des rares personnes à soutenir le héros. Un film à conseiller chaudement pour ceux qui aiment un film comme Mr. Smith goes to Washington, car c’est vraiment la même came à peu de choses près.


8/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Dim 27 Mar 2022, 17:42

J'ai vu le remake avec Adam Sandler :chut:

Je tenterai l'original à l'occasion.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 40119
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Dim 27 Mar 2022, 18:43

J'ai découvert l'existence du remake un peu avant d'écrire ma critique, dans le genre improbable ça se pose là. :eheh:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46441
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO