[Dunandan] Mes critiques en 2014

Modérateur: Dunandan

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Dunandan » Lun 27 Jan 2014, 03:38

Tout à faire d'accord avec ce que tu en dis, ce que je développe, à ma manière, à la fin de mon premier paragraphe :super:.
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Cloud Atlas - 10/10

Messagepar Dunandan » Sam 01 Fév 2014, 03:08

Image
Cloud Atlas, Wachowskis et Tom Tykwer (2013)

Ma plus belle claque 2013, tout simplement, et certainement l'une de mes expériences les plus percutantes dans le domaine de la science-fiction. Même si on doit à l'auteur du livre éponyme le concept narratif des réalités et des destinées qui se répondent selon les lois du karma, le montage, pour rendre compte de cette narration originale, est une expérimentation unique en son genre. Car au lieu d'alterner les histoires comme le fait David Mitchell, le film multiplie en effet les allers-retours entre les différents espaces-temps. Ainsi, après une période d'adaptation nécessaire au spectateur qui assiste en fait à l'abolition du schéma classique de la manière dont on raconte une histoire au cinéma, la magie du montage fait que nous sommes livrés à l'interaction sublime et poétique de toutes ces micro-histoires dont l'intérêt réside dans le tout organique qu'elles constituent au final. Je n'emploie pas souvent ce terme pour un film, mais on peut bien parler d'une oeuvre d'art, fragile car ambitieuse, et qui en dépit de ces petites imperfections au niveau des maquillages (pour que chaque personnage puisse incarner des personnages différents et ainsi faciliter la lecture des arcs plus ou moins subtils entre les histoires), marque à coup sûr un genre qui ne parvenait plus à se renouveler dans la forme.

ImageImageImageImage


Le voyage entre les époques, les mondes, et les peuples, est comme je l'ai dit désarçonnant, car dépaysant en employant (comme dans le bouquin) des dialectes, modes de narration, genres (polar, drame, comédie, science-fiction, historique), et rythmes entièrement différents. Et pourtant, progressivement, on ne peut qu'être ébahi devant la cohérence globale, non seulement en jouant avec les points de connexion que les histoires tissent entre elles, puis en reflétant l'univers des frangins par les thèmes abordés qui font de ce film certainement leur oeuvre-somme (en gros, chacune des minorités se retournant contre leurs oppresseurs, parfois en révélant la vérité qui se cache derrière les apparences entretenues par les puissants qui détiennent le pouvoir), et surtout en réussissant à produire une émotion qui se répercute et se répond entre les différentes dimensions, où l'abolition formelle des frontières narratives devient aussi un pont entre les personnages qui permettent ainsi, par leur combat qui n'est plus seulement personnel mais trans-dimensionnel, de rendre immortelles des valeurs aussi éphémères qu'universelles que l'amour, le courage, l'art, ou la vérité. Autre grande réussite, outre celle des acteurs qui parviennent à s'effacer derrière leur personnage (petite réserve pour les travestissements sexuels qui ne passent pas toujours bien), c'est le magnifique thème musical qui assure à l'enchaînement des séquences une résonance particulièrement captivante et touchante.

Image


Ce qui est bien avec ce genre de film, c'est qu'on peut, comme les films à sketch, apprécier une aventure davantage qu'une autre. Mais pour ma part, je les ai toutes appréciées car comme je l'ai dit, elles acquièrent tout leur sens et importance seulement à la lumière des autres, avec quand même une petite préférence pour les deux histoires futuristes (la Corée et la planète aux cannibales) et celle du pianiste homosexuel, pour le souffle romantique et désespéré qu'elles inspirent. Bref, les Wachowski, surtout depuis Speed Racer, ce sont vraiment les gars qui réussissent à réaliser des idées de dingue avec un radicalisme en termes d'intention et d'esthétique qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui montre en tous cas une nouvelle voie (créative) au blockbuster.

Une expérience inoubliable à la fois visuelle, narrative, et symphonique, portée par un puissant message humaniste qui se démarque de ce qu'on nous propose habituellement par la manière unique dont ce dernier est exposé.
Critiques similaires
Film: Cloud Atlas
Note: 8,5/10
Auteur: Moviewar
Film: Cloud Atlas
Note: 6/10
Auteur: Pathfinder
Film: Cloud Atlas
Note: 6,5/10
Auteur: osorojo
Film: Cloud Atlas
Note: 10/10
Auteur: lvri
Film: Cloud Atlas
Note: 5/10
Auteur: Heatmann

Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar osorojo » Sam 01 Fév 2014, 12:06

Allez, arrête de troller Alegas et sors ta vraie critique :mrgreen:

Franchement, j'ai rien vu de bien nouveau dans ce Cloud Atlas. Oui, c'est un film ambitieux, mais uniquement dans ce choix bancal de transposer les mêmes acteurs dans différents lieux à diverses temporalités.

Après, je suis d'accord avec toi, le genre qu'envahissent les Wacho est généralement peu glorieux, donc ce genre de film fait du bien.
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Terminator
Terminator
 
Messages: 18507
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Alegas » Sam 01 Fév 2014, 12:59

Ah ouais, 10 carrément. :shock: Je m'attendais à ce que tu aimes mais carrément pas à ce que ça devienne ton préféré de leur filmo. :D

Et ouais, clairement c'est une œuvre ambitieuse. Et comme chaque film de ce genre, il y a forcément des trucs qui font que ça ne fera jamais l'unanimité au sein du public. C'est d'ailleurs un peu le constat de chaque film des Wacho : les mecs sont tellement dans leur optique de mettre en scène leur propre vision du cinéma à tout prix qu'il en résulte forcément des œuvres extrêmes en terme d'intention.
Cloud Atlas c'est bien simple, qu'on aime ou pas ça ferait du bien d'avoir plus de films de ce genre. Des vrais films qui osent des nouvelles choses à une époque où la tendance de remaker/rebooter/faire des suites de franchise devient une habitude.
Et comme Dunandan, devant ce film jamais je vois des acteurs maquillés. Je sais bien que j'ai devant moi des mêmes acteurs qui jouent plusieurs rôles, mais le film me transporte tellement par son montage et son script que jamais je me dit "tiens c'est weaving en infirmière", "tiens c'est Bae Doona en mexicaine". Ce devient quelque chose de secondaire, là où ceux qui ne sont pas réceptifs au film voient souvent cette intention au point de les gêner.

Et encore comme Dunandan, Cloud Atlas c'est vraiment le film-somme des Wachowski. Au point que j'ai peur que par la suite ils partent dans la redite vu qu'ils ont, à mon sens, tout dit sur le sujet.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44246
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Dionycos » Sam 01 Fév 2014, 15:04

Alegas a écrit:Et comme Dunandan, devant ce film jamais je vois des acteurs maquillés. Je sais bien que j'ai devant moi des mêmes acteurs qui jouent plusieurs rôles, mais le film me transporte tellement par son montage et son script que jamais je me dit "tiens c'est weaving en infirmière", "tiens c'est Bae Doona en mexicaine". Ce devient quelque chose de secondaire, là où ceux qui ne sont pas réceptifs au film voient souvent cette intention au point de les gêner.


J'ai été très réceptif au film (hormis l'horrible storyline la plus éloignée dans le futur, où on verse dans le gros nanar à mon sens), mais cette démarche avec les acteurs m'a vraiment gâché le truc, et donc empêché de totalement me plonger dans le film. Et ouais, Weaving en infirmière, ça a notamment été un des trucs pas tolérables pour moi.
Image
Homeward bound. I wish I was
Avatar de l’utilisateur
Dionycos
Alien
Alien
 
Messages: 6340
Inscription: Lun 26 Sep 2011, 15:38

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar maltese » Sam 01 Fév 2014, 15:27

Alegas a écrit:Et encore comme Dunandan, Cloud Atlas c'est vraiment le film-somme des Wachowski. Au point que j'ai peur que par la suite ils partent dans la redite vu qu'ils ont, à mon sens, tout dit sur le sujet.


:treeoflife: :tothewonder: :?
Avatar de l’utilisateur
maltese
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Jeu 26 Mai 2011, 12:29

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Alegas » Sam 01 Fév 2014, 15:35

:?:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44246
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar maltese » Sam 01 Fév 2014, 15:55

:mrgreen: Tes "craintes" pour la suite de la carrière des Wachowski me font penser à Malick, qui me semble également avoir fait son film-somme avec The Tree of Life, et puis s'être égaré avec son film suivant.
Avatar de l’utilisateur
maltese
Predator
Predator
 
Messages: 3470
Inscription: Jeu 26 Mai 2011, 12:29

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Dunandan » Sam 01 Fév 2014, 16:45

Hugo Weaving dans le rôle de l'infirmière, j'ai eu du mal au début, mais au final ça a fonctionné sur moi car le ton de cet épisode est celui de la comédie de boulevard.

C'est quand même impressionnant cette gestion des registres aussi différents et nombreux, je n'ai pas vu ça ailleurs (sauf peut-être dans un film indien :mrgreen:).

@ Alegas : et oui j'ai été carrément soufflé par l'émotion décuplée qui s'en dégage :).
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Dunandan » Sam 01 Fév 2014, 18:09

Bilan du mois de DECEMBRE et de JANVIER


Films vus : 21
* 12 découvertes
* 9 revus

(Re)découvertes qui font du bien :


ImageImageImageImageImageImage


Bousasse du mois :


Image


Pépette du mois :

Image
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Alegas » Sam 01 Fév 2014, 18:19

maltese a écrit::mrgreen: Tes "craintes" pour la suite de la carrière des Wachowski me font penser à Malick, qui me semble également avoir fait son film-somme avec The Tree of Life, et puis s'être égaré avec son film suivant.


Ah bah tu vois je trouve pas que Tree of Life soit le film somme de Malick. En revanche, il est clairement son aboutissement sur la forme, et c'est pour ça que j'ai été déçu par A la merveille, qui donne l'impression constante que chaque plan est issu du film précédent.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 44246
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar Dunandan » Sam 01 Fév 2014, 21:15

J'ai rajouté un petit dernier §, je trouve qu'il manquait une conclusion :mrgreen:.

(je pourrais parler longtemps de ce film qui rentre carrément parmi mes films préférés, mais j'en garde un peu pour ma prochaine séance avec ma blonde, pas sûr qu'elle l'apprécie autant que moi mais bon ...)
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Inspecteur Harry (L') - 8,5/10

Messagepar Dunandan » Lun 03 Fév 2014, 03:46

Image
L'inspecteur Harry, Don Siegel (1971)

L'Inspecteur Harry est certainement le polar urbain le plus emblématique des années 70 avec French Connection, bien craspec et bad-ass, qui offre également le rôle le plus classe à Clint Eastwood avec L'homme sans nom. Et ça déboîte toujours autant ce premier épisode, du vrai bonhomme cet inspecteur Callahan aux méthodes musclées, peu orthodoxes, et en totale contradiction avec l'éthique de son hiérarchie. Ses armes : une superbe pétoire ultra efficace, et des salves verbales acides et piquantes. Contre lui, le Scorpion, un psychopathe qui prend un malin plaisir contre ses victimes (la première séquence qui plante le décor, entièrement silencieuse et le suivant dans la préparation de son assassinat, est un modèle de mise en scène et concentre le style de ce film alternant silences et réactions violentes, bien résumé dans la critique de Mr Jack), et adore faire courir les flics pour rien. Je ne serais pas très original en citant ce passage, mais bon, c'est ce qui résume le mieux le personnage de Callahan :

Hin hin ! Je sais ce que tu penses : "C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ?". Si tu veux savoir, dans tout ce bordel j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un 44 Magnum, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : "Est-ce que je tente ma chance ?" Vas-y, tu la tentes ou pas ?


Depuis sa sortie en salles, ce film a hérité d'une sale réputation, selon quoi Callahan serait l'incarnation du flic fasciste et raciste, pour qui tous les moyens seraient bons pour arrêter les criminels, et donc qu'en appréciant ce film, on encenserait cette pratique immorale et anti-constitutionnelle. Mais ce serait rater la subtilité de L'inspecteur Harry : il pointe au contraire là où ça fait mal, ce système judiciaire qui protège les criminels plutôt que les innocents, qu'il conspue au plus profond de lui-même. Un trompe-l'oeil d'ailleurs cette appellation "dirty", car elle désigne non pas le personnage, mais les missions qu'on lui refile, reflétant le caractère ingrat de sa profession qui se confine à des petites tâches au lieu de se donner les moyens de lutter contre la criminalité. Enfin, le film ne serait pas ce qu'il est si le trait n'était pas aussi appuyé, distinguant de peu les flics des crapules. Car il est peut-être le dernier rempart contre le crime, mais Harry partage aussi beaucoup de ses vices : Scorpion jouit du mal qu'il fait à ses victimes, c'est pareil pour Callahan mais contre leurs tortionnaires, et se rincent tous deux l'oeil devant les gonzesses à poil.

Bref, ce film brasse beaucoup de choses que j'aime, avec un personnage entier qui conduit ses principes de justice jusqu'au bout (le lien entre polar urbain et western se fait donc de manière évidente, surtout ceux de Peckinpah), une intrigue simple mais qui va droit à l'essentiel en se concentrant sur deux personnalités tour à tour proches et différentes, et la mise en scène d'un environnement urbain qui fait peur à voir. Ce dernier est servi par une ambiance crépusculaire à quoi vient se heurter l'humour noir et la mélancolie confinant au nihilisme de Harry. Et en contre-point d'un constat sans appel contre un système injuste, on nous offre le magnifique portrait d'une âme sombre et torturée, qui fait ce qu'il faut mais sans la motivation attendue de ses supérieurs. Peut-être pas humaniste le Callahan, mais en fait profondément humain avec ses failles bien ancrées (sacré dernier plan lorsqu'il jette son insigne, ouais très incompris ce Harry dont les principes peut-être trop rigides s'accordent très mal avec les codes sophistiqués de cette jungle urbaine).
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 19688
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar osorojo » Lun 03 Fév 2014, 09:01

Bienvenue chez les fachos Dun' ! :eheh:

Bonne critique :super:
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Terminator
Terminator
 
Messages: 18507
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [Dunandan] Mes critiques en 2014

Messagepar puta madre » Lun 03 Fév 2014, 09:19

T'attaques fort pour le challenge :shock: :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
puta madre
Batman
Batman
 
Messages: 1570
Inscription: Lun 08 Juil 2013, 08:08
Localisation: Lille

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO