[Alegas] Mes Critiques en 2022

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Alegas, Modérateurs du forum

Dernière corvée (La) - 7/10

Messagepar Alegas » Lun 31 Jan 2022, 10:20

Image


The last detail (La dernière corvée) de Hal Ashby
(1973)


Premier film de Hal Ashby que je découvre et c’est plutôt convaincant. Je savais à peu près à quoi m’attendre vu que j’avais vu à sa sortie la suite officieuse de Richard Linklater, et le fait est que ce dernier avait repris la formule d’Ashby : trois personnages singulièrement différents, unis par l’uniforme, qui se retrouvent dans un périple qui va aller d’un point A à un point B, au cours duquel il ne va rien se passer d’exceptionnel mais où chacun se dévoilera peu à peu au spectateur. Un road-movie intimiste classique donc, qui ne propose que de la tranche de vie avec des enjeux simples (en gros on suit deux militaires en attente de leur affectation, et qui vont devoir accompagner un troisième pour purger huit ans de prison, du coup ils vont chercher à lui rendre ses dernières heures de liberté mémorables), et si on accepte ce postulat de départ il y a clairement moyen d’apprécier ce film qui va baser ses qualités avant tout sur ses personnages, aussi bien en termes d’écriture (Towne, scénariste emblématique du Nouvel Hollywood, signe le script) que d’interprétations.

Car au final, même si le film ne brille pas spécialement par des séquences mémorables, c’est vraiment le feeling qui parcourt le métrage qui le rend sympathique, avec des personnages et des situations authentiques. Jack Nicholson, Randy Quaid et Otis Young campent leur personnage avec conviction en mettant ce qu’il faut de justesse, et côté casting on notera l’apparition d’une toute jeune, dont c’était le premier rôle. Côté réal, je ne peux pas trop me prononcer sur un éventuel style Ashby, mais là en l’occurrence c’est de la mise en scène qui s’efface derrière son sujet, avec une envie de réalisme que ce soit via une caméra jamais intrusive ou une photographie morne pour représenter la côte est en période hivernale. Un road-movie sympathique donc, auquel il manque un petit quelque chose pour le rendre plus marquant.


7/10
Critiques similaires
Film: Dernière corvée (La)
Note: 7/10
Auteur: pabelbaba

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

En attendant Bojangles - 5/10

Messagepar Alegas » Lun 31 Jan 2022, 18:13

Image


En attendant Bojangles de Régis Roinsard
(2022)


Et bien c’était pas top, entre ça et son film Les traducteurs qui a l’air bien ripou, je vais finir par croire que la réussite il y a dix ans de Populaire, du même Régis Roinsard, était un coup de chance plus qu’autre chose. Pourtant, il y avait à peu près tout pour donner quelque chose de similaire à Populaire : même acteur principal, une actrice en pleine ascension (ici, Virginie Efira donc), un sujet qui se prête bien à la comédie dramatique, et des dialogues sous grosse inspiration vieux cinéma français. Malheureusement, le mélange ne prend pas ici, la faute notamment au fait qu’on saisit rapidement où veut en venir le récit. Autant la première demi-heure fonctionne très bien (la rencontre entre Duris et Efira reste une des meilleures séquences du métrage), autant dès qu’on identifie la maladie de la mère c’est vraiment pas la joie.

Je vois bien l’intention du métrage avec cette légèreté omniprésente qui se fait menacer par le retour à la réalité, et ça donne même quelques séquences marquantes (le scène où Efira chasse l’oiseau de son fils ou la seconde visite dans l’hôpital psychiatrique, c’est émotionnellement fort), mais ça ne fonctionne tout simplement pas sur la durée, avec les mêmes scènes qui se répètent : un coup ça va, un coup ça va pas, on enferme Efira un moment et c’est reparti pour un tour. Roinsard essaye bien de redonner un peu de dynamique à son film de temps en temps, avec des envolées comme la scène de danse, mais le mal est fait : le métrage est de plus en plus pénible à suivre, et c’est l’attachement avec les personnages qui en pâtit. C’est con car c’est pas trop mal en termes de mise en scène (c’est pas super bien réalisé non plus, mais c’est soigné et ça essaye de faire du cinéma), le casting déchire bien (Duris est bon alors que je l’aime pas spécialement d’habitude, Efira confirme quelle superbe actrice elle est en train de devenir, le gamin est top, et j’aime bien le pote de Duris avec son cigare jamais allumé), et le script avait du potentiel (paye ta fin bien badante), c’est juste dommage que le traitement soit pas mieux dosé.


5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Lun 31 Jan 2022, 18:18

Efira confirme quelle superbe actrice elle est en train de devenir


J'ai raté quoi ? Parce que chez Justine Triet ou Paulo, ce n'est pas la joie.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Lun 31 Jan 2022, 18:22

Dans le Dupontel est elle géniale (elle aurait mérité son César), et j'avais bien aimé son petit rôle dans Le grand bain.

Chez Verhoeven ça ne compte pas : dans ses films en langue française, quasiment tout le monde joue mal. :mrgreen:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar osorojo » Lun 31 Jan 2022, 19:12

Comme Mark de mon côté, j'ai du mal à lui trouver ce talent dingue que beaucoup lui prêtent depuis quelques années. Elle a un petit capital sympathie indéniable, disons que c'est le genre d'actrice qui porte sur elle une certaine bonhommie, mais ça s'arrête là pour moi (c'est déjà cool hein attention, mais quand je lis tous les superlatifs dont la presse la gratifie, je me dis que j'ai pas vu les bons films — j'ai vu le Dupontel —).
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Terminator
Terminator
 
Messages: 19259
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Lun 31 Jan 2022, 19:16

Tout le monde est un peu amoureux en fait.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar osorojo » Lun 31 Jan 2022, 19:25

Ben oui, mais même ça je comprends pas, sans doute son côté girl next door, mais je sais pas, c'est pas l'actrice de cinéma femme fatale qui me met en émoi ^^ Disons qu'on est loin du calibre d'une actrice comme Ana de Armas par exemple, qui n'est pas non plus une actrice dingue, mais dont les charmes me donnent envie de voir tous les films :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
osorojo
Terminator
Terminator
 
Messages: 19259
Inscription: Dim 15 Aoû 2010, 22:51

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mr Jack » Lun 31 Jan 2022, 19:37

Mark Chopper a écrit:Tout le monde est un peu amoureux en fait.


C'est surtout ça. Belle et intelligente. :love:
Image
You have to believe.
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Spiderman
Spiderman
 
Messages: 10300
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: in my mind...

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Mar 01 Fév 2022, 12:03

BILAN JANVIER 2022


Films vus :

1 : Ryū to sobakasu no hime, Mamoru Hosoda, 2021, Ciné VOST : 7/10
2 : Lawrence of Arabia, David Lean, 1962, Ciné VOST : 9/10
3 : Robin Robin, Michael Please & Daniel Ojari, 2021, TV VOST : 7/10
4 : Boss Level, Joe Carnahan, 2021, TV VOST : 5/10
5 : Laissez-passer, Bertrand Tavernier, 2002, TV VF : 7,5/10
6 : La main du Diable, Maurice Tourneur, 1943, TV VF : 6,5/10
7 : The Power of the Dog, Jane Campion, 2021, TV VOST : 6,5/10
8 : Speed Racer, Lilly & Lana Wachowski, 2008, Ciné VOST : 10/10
9 : Poil de carotte, Julien Duvivier, 1925, TV VF : 6/10
10 : Jupiter Ascending, Lilly & Lana Wachowski, 2015, Ciné VOST : 8/10
11 : Suspicion, Alfred Hitchcock, 1941, TV VOST : 6/10
12 : The King's Man, Matthew Vaughn, 2021, Ciné VOST : 6,5/10
13 : The Matrix Resurrections, Lana Wachowski, 2021, Ciné VOST : 8/10
14 : West Side Story, Steven Spielberg, 2021, Ciné VOST : 9/10
15 : V for Vendetta, James McTeigue, 2006, Ciné VOST : 8,5/10
16 : Don't look up, Adam McKay, 2021, TV VOST : 4,5/10
17 : In Hell, Ringo Lam, 2003, TV VOST : 2/10
18 : Memories of murder, Bong Joon-ho, 2003, Blu-Ray VOST : 9/10
19 : The harder they fall, Jeymes Samuel, 2021, TV VOST : 3/10
20 : The card counter, Paul Schrader, 2021, Ciné VOST : 6/10
21 : Licorice Pizza, Paul Thomas Anderson, 2021, Ciné VOST : 8/10
22 : La planète sauvage, René Laloux, 1973, DVD VF : 6,5/10
23 : Días de otoño, Roberto Gavaldón, 1963, Ciné VOST : 6,5/10
24 : The last detail, Hal Ashby, 1973, DVD VOST : 7/10
25 : En attendant Bojangles, Régis Roinsard, 2022, Ciné VF : 5/10
26 : La double vie de Véronique, Krzysztof Kieślowski, 1991, TV VF : 5/10
27 : Un long dimanche de fiançailles, Jean-Pierre Jeunet, 2004, Blu-Ray VF : 9/10
28 : Paper Moon, Peter Bogdanovich, 1973, Ciné VOST : 7,5/10
29 : Pot-Bouille, Julien Duvivier, 1957, TV VF : 4,5/10
30 : Nightmare Alley, Guillermo Del Toro, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
31 : The last picture show, Peter Bogdanovich, 1971, Ciné VOST : 5,5/10
32 : Doctor Zhivago, David Lean, 1965, Ciné VOST : 8,5/10
33 : Domino, Tony Scott, 2005, TV VOST : 4/10
34 : Persian lessons, Vadim Perelman, 2020, Ciné VOST : 6,5/10
35 : Don't look now, Nicolas Roeg, 1973, TV VOST : 6/10
36 : Gardens of stone, Francis Ford Coppola, 1987, DVD VOST : 5/10
37 : Let me in, Matt Reeves, 2010, TV VOST : 6/10
38 : The BFG, Steven Spielberg, 2016, Truc VOST : 4,5/10
39 : Juste la fin du monde, Xavier Dolan, 2016, TV VF : 7/10
40 : C'mon C'mon, Mike Mills, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
41 : La loi du marché, Stéphane Brizé, 2015, DVD VF : 5/10


Découverte du mois :

Image


Autres découvertes marquantes :

Image Image Image Image
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Barbe à papa (La) - 7,5/10

Messagepar Alegas » Mer 02 Fév 2022, 18:36

Image


Paper moon (La barbe à papa) de Peter Bogdanovich
(1973)


Premier film de Bogdanovich que je découvre et je pense avoir bien fait de commencer par celui-ci vu que, sur le papier, il avait tout pour me plaire. Le projet entier rime avec simplicité, que ce soit sur son script, son casting, sa mise en scène, son traitement, et autant certains films du Nouvel Hollywood sont, derrière leur petit budget, des oeuvres qui se donnent une certaine posture vis à vis de l’Amérique de l’époque, autant là on sent que ça veut juste traiter le plus simplement possible la relation entre deux personnages. Alors oui, il y a sans doute au sein du film un certain sous-texte sur l’Amérique qui y est représentée, à travers la reconstitution des années 30, mais c’est clairement pas l’essentiel.

Sur un pitch tout simple (un escroc découvre qu’il est peut-être le père d’une gamine qui vient de perdre sa mère, et décide donc de l’amener chez ses nouveaux tuteurs), Bogdanovich livre un road-movie très humble dans sa fabrication, mais qui ne souffre jamais de cette volonté. Le noir et blanc est utilisé plus pour une représentation de l’époque plus que par ambition artistique, la reconstitution est efficace sans en faire des tonnes, le casting est composé majoritairement d’inconnus (hormis Ryan O’Neal et Randy Quaid, aucun nom ne retient l’attention), et même la mise en scène va se faire aussi discrète que possible (à part peut-être sur la fin avec la fuite en ville où ça use de travellings, le reste du film se veut très sage formellement). Tout est fait pour laisser de la place à l’évolution de cette relation père/fille (même si on ne saura jamais s’il est réellement le père) qui ne se fera pas sans mal : l’un n’arrivant pas à assumer ses responsabilités pendant que l’autre ne sait pas réellement quoi attendre d’une figure paternelle.

Cela donne un film mêlant habilement humour et passages nettement plus premier degré (le film se déroule dans une Amérique en pleine crise financière, et cela se ressent), et qui doit énormément à la prestation de ses deux leads, O’Neal père et fille, qui sont tout simplement excellents et dont l’alchimie fonctionne très bien. Un film old-school dans l’esprit donc, qui aurait très bien pu être fait vingt, voire trente ans auparavant, nul doute que cet aspect là joue un rôle majeur dans mon appréciation du métrage.


7,5/10
Critiques similaires
Film: Barbe à papa (La)
Note: 8/10
Auteur: puta madre

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Mer 02 Fév 2022, 20:35

Alegas a écrit:Dans le Dupontel est elle géniale (elle aurait mérité son César), et j'avais bien aimé son petit rôle dans Le grand bain.


Je viens de lire ta critique du Dupontel :

Le film a bien quelques menus défauts, entre le jeu d’Efira un poil forcé par moments,


Du coup, je pense que t'es tombé amoureux entre-temps :chut:
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Jeu 03 Fév 2022, 00:13

Non non, effectivement il y a 2-3 passages où elle force un peu, mais le reste elle est impeccable. Je suis étonné d'ailleurs de ne pas l'avoir mentionné au détour d'une phrase alors que, plus d'un an après avoir découvert le film, elle est clairement une de ses plus grandes qualités (c'est notamment elle qui apporte la majorité de l'émotion).

Elle a encore du chemin à faire, mais en l'état elle est aisément dans le top des meilleures actrices françaises actuellement.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Dernière séance (La) - 5/10

Messagepar Alegas » Jeu 03 Fév 2022, 17:23

Image


The last picture show (La dernière séance) de Peter Bogdanovich
(1971)


Déception pour celui-là, d’autant que le bouquin de Biskind sur le Nouvel Hollywood me l’avait bien survendu. Sur le papier, il y avait pourtant moyen que ça me plaise : une sorte de fresque intimiste sur une petite ville paumée des États-Unis pendant les années 50, où on va suivre quelques habitants, et constater la lente mort symbolique d’une ville à travers la fermeture successive de plusieurs établissements, dont un cinéma. Un portrait générationnel donc, sur fond de récit initiatique avec plusieurs jeunes paumés qui ne savent pas de quoi leur avenir sera fait, et même si le potentiel est là, j'avoue ne pas spécialement être convaincu par l’approche de Bogdanovich qui en tire un film assez ennuyeux. C’est très long pour ce que ça raconte, il ne se passe pas grand chose (même les personnages n’évoluent pas tellement, à part peut-être celui de Jeff Bridges), ça manque singulièrement de rythme, et surtout on a bien du mal à saisir la temporalité des évènements : par moments j’avais l’impression qu’il se passait plusieurs semaines, voire mois, entre deux scènes, mais ce n’est jamais vraiment dit ou ressenti dans le montage.

Du coup, malgré quelques jolis storylines (celle de Sonny avec l’épouse du prof notamment), je me suis fait pas mal chier devant cette succession de scénettes qui a bien du mal à lier le tout pour créer un ensemble cohérent. Les dernières minutes viennent donner une idée de ce que souhaite faire Bogdanovich, mais pour que ce soit réellement réussi il aurait fallu que tout le film tende vers ça, et ce n’est clairement pas le cas. Je peux comprendre l’engouement d’un tel film à l’époque où il est sorti, mais à regarder rétrospectivement c’est quand même pas bien fameux, et on a fait bien mieux depuis (rien que le American Graffiti de Lucas peut être vu comme une version bien plus réussie).


5/10
Critiques similaires
Film: Dernière séance (La)
Note: 6/10
Auteur: Nulladies

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Jeu 03 Fév 2022, 17:28

Tu combles des lacunes "Nouvel Hollywood" ?

Bizarrement, je n'ai jamais vu un film de ce cinéaste.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Jeu 03 Fév 2022, 17:40

Ouais suite au bouquin de Biskind il y a quelques semaines je me suis fait une liste de films à rattraper. Le récent décès de Bogdanovich a provoqué une petite rétrospective dans quelques ciné parisiens, du coup j'en profite.

C'était aussi un réal dont je n'avais rien vu jusqu'ici, mais en même temps j'ai l'impression que seule sa décennie 70's mérite réellement le coup d'oeil, le reste a l'air d'être nettement plus mineur.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO