[Alegas] Mes Critiques en 2022

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Alegas, Modérateurs du forum

[Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Sam 01 Jan 2022, 22:10

Top 2022

Image
Image Image
Image Image Image
Image Image Image Image

Top Gun Maverick de Joseph Kosinski : 7,5/10
Novembre de Cédric Jimenez : 7,5/10
La vraie famille de Fabien Gorgeart : 7/10
Le petit Nicolas - Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? de Amandine Fredon & Benjamin Massoubre : 7/10
Vortex de Gaspar Noé : 7/10
Decision to leave de Park Chan-wook : 7/10
The Tragedy of Macbeth de Joel Coen : 7/10
The Batman de Matt Reeves : 7/10
En corps de Cédric Klapisch : 7/10
Ambulance de Michael Bay : 6,5/10
Men de Alex Garland : 6,5/10
Persian lessons de Vadim Perelman : 6,5/10
Michael Cimino, un mirage américain de Jean-Baptiste Thoret : 6,5/10
Goliath de Frédéric Tellier : 6/10
Incroyable mais vrai de Quentin Dupieux : 6/10
The unbearable weight of massive talent de Tom Gormican : 6/10
Adieu monsieur Haffmann de Fred Cavayé : 6/10
Un autre monde de Stéphane Brizé : 6/10
Les Vedettes de Jonathan Barré : 6/10
Maigret de Patrice Leconte : 5,5/10
Lightyear de Angus MacLane : 5/10
En attendant Bojangles de Régis Roinsard : 5/10
Crimes of the future de David Cronenberg : 4,5/10
Doctor Strange in the Multiverse of Madness de Sam Raimi : 4,5/10
Fantastic Beasts : The secrets of Dumbledore de David Yates : 4,5/10
Bigbug de Jean-Pierre Jeunet : 4/10
Belfast de Kenneth Branagh : 3,5/10
Ogre de Arnaud Malherbe : 3/10
Jurassic World Dominion de Colin Trevorrow : 1,5/10



Films vus en 2022 :

1 : Ryū to sobakasu no hime, Mamoru Hosoda, 2021, Ciné VOST : 7/10
2 : Lawrence of Arabia, David Lean, 1962, Ciné VOST : 9/10
3 : Robin Robin, Michael Please & Daniel Ojari, 2021, TV VOST : 7/10
4 : Boss Level, Joe Carnahan, 2021, TV VOST : 5/10
5 : Laissez-passer, Bertrand Tavernier, 2002, TV VF : 7,5/10
6 : La main du Diable, Maurice Tourneur, 1943, TV VF : 6,5/10
7 : The Power of the Dog, Jane Campion, 2021, TV VOST : 6,5/10
8 : Speed Racer, Lilly & Lana Wachowski, 2008, Ciné VOST : 10/10
9 : Poil de carotte, Julien Duvivier, 1925, TV VF : 6/10
10 : Jupiter Ascending, Lilly & Lana Wachowski, 2015, Ciné VOST : 8/10
11 : Suspicion, Alfred Hitchcock, 1941, TV VOST : 6/10
12 : The King's Man, Matthew Vaughn, 2021, Ciné VOST : 6,5/10
13 : The Matrix Resurrections, Lana Wachowski, 2021, Ciné VOST : 8/10
14 : West Side Story, Steven Spielberg, 2021, Ciné VOST : 9/10
15 : V for Vendetta, James McTeigue, 2006, Ciné VOST : 8,5/10
16 : Don't look up, Adam McKay, 2021, TV VOST : 4,5/10
17 : In Hell, Ringo Lam, 2003, TV VOST : 2/10
18 : Memories of murder, Bong Joon-ho, 2003, Blu-Ray VOST : 9/10
19 : The harder they fall, Jeymes Samuel, 2021, TV VOST : 3/10
20 : The card counter, Paul Schrader, 2021, Ciné VOST : 6/10
21 : Licorice Pizza, Paul Thomas Anderson, 2021, Ciné VOST : 8/10
22 : La planète sauvage, René Laloux, 1973, DVD VF : 6,5/10
23 : Días de otoño, Roberto Gavaldón, 1963, Ciné VOST : 6,5/10
24 : The last detail, Hal Ashby, 1973, DVD VOST : 7/10
25 : En attendant Bojangles, Régis Roinsard, 2022, Ciné VF : 5/10
26 : La double vie de Véronique, Krzysztof Kieślowski, 1991, TV VF : 5/10
27 : Un long dimanche de fiançailles, Jean-Pierre Jeunet, 2004, Blu-Ray VF : 9/10
28 : Paper Moon, Peter Bogdanovich, 1973, Ciné VOST : 7,5/10
29 : Pot-Bouille, Julien Duvivier, 1957, TV VF : 4,5/10
30 : Nightmare Alley, Guillermo Del Toro, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
31 : The last picture show, Peter Bogdanovich, 1971, Ciné VOST : 5,5/10
32 : Doctor Zhivago, David Lean, 1965, Ciné VOST : 8,5/10
33 : Domino, Tony Scott, 2005, TV VOST : 4/10
34 : Persian lessons, Vadim Perelman, 2020, Ciné VOST : 6,5/10
35 : Don't look now, Nicolas Roeg, 1973, TV VOST : 6/10
36 : Gardens of stone, Francis Ford Coppola, 1987, DVD VOST : 5/10
37 : Let me in, Matt Reeves, 2010, TV VOST : 6/10
38 : The BFG, Steven Spielberg, 2016, Truc VOST : 4,5/10
39 : Juste la fin du monde, Xavier Dolan, 2016, TV VF : 7/10
40 : C'mon C'mon, Mike Mills, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
41 : La loi du marché, Stéphane Brizé, 2015, DVD VF : 5/10

Février :

42 : Animal crackers, Victor Heerman, 1930, DVD VOST : 6/10
43 : Birdman of Alcatraz, John Frankenheimer, 1962, Ciné VOST : 8,5/10
44 : The Post, Steven Spielberg, 2017, Blu-Ray VOST : 8/10
45 : L'Âge d'Or, Luis Buñuel, 1930, DVD VF : 5,5/10
46 : Nightmare Alley, Guillermo Del Toro, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
47 : Ready Player One, Steven Spielberg, 2018, Blu-Ray VOST : 8/10
48 : La Cérémonie, Claude Chabrol, 1995, TV VF : 4,5/10
49 : Pépé le Moko, Julien Duvivier, 1937, TV VF : 8/10
50 : Lethal Weapon, Richard Donner, 1987, Blu-Ray VOST : 8/10
51 : Les vedettes, Jonathan Barré, 2022, Ciné VF : 6/10
52 : Narc, Joe Carnahan, 2002, DVD VOST : 8/10
53 : Une affaire de femmes, Claude Chabrol, 1988, TV VF : 5/10
54 : Bigbug, Jean-Pierre Jeunet, 2022, TV VF : 4/10
55 : En guerre, Stéphane Brizé, 2018, DVD VF : 7/10
56 : Michael Cimino, un mirage américain, Jean-Baptiste Thoret, 2022, Ciné VOST : 6,5/10
57 : Das Testament des Dr. Mabuse, Fritz Lang, 1933, Ciné VOST : 5,5/10
58 : The Gauntlet, Clint Eastwood, 1977, TV VOST : 7/10
59 : Un autre monde, Stéphane Brizé, 2022, Ciné VF : 6/10
60 : Vals Im Bashir, Ari Folman, 2008, Blu-Ray VOST : 10/10
61 : Maigret voit rouge, Gilles Grangier, 1963, Truc VF : 4/10
62 : Wuthering Heights, William Wyler, 1939, DVD VOST : 6,5/10
63 : The adventures of André and Wally B., Alvy Ray Smith, 1984, TV VO : 5/10
64 : Red's dream, John Lasseter, 1987, TV VO : 6,5/10
65 : The Grey, Joe Carnahan, 2011, Blu-Ray VOST : 8,5/10
66 : Letter from an unknown woman, Max Ophüls, 1948, Ciné VOST : 7/10
67 : Tin toy, John Lasseter, 1988, TV VO : 6/10
68 : Geri's game, Jan Pinkava, 1997, TV VO : 7/10
69 : The night of the generals, Anatole Litvak, 1967, TV VOST : 6/10
70 : To have and have not, Howard Hawks, 1944, DVD VOST : 7,5/10
71 : Luxo Jr., John Lasseter, 1986, TV VO : 7/10
72 : For the birds, Ralph Eggleston, 2000, TV VO : 8/10
73 : Mike's new car, Pete Docter & Roger Gould, 2002, TV VOST : 6/10
74 : I wanna hold your hand, Robert Zemeckis, 1978, Blu-Ray VOST : 7/10
75 : Adieu poulet, Pierre Granier-Deferre, 1975, Ciné VF : 6/10
76 : Maigret, Patrice Leconte, 2022, Ciné VF : 5,5/10
77 : Knick Knack, John Lasseter, 1989, TV VO : 7/10
78 : Boundin', Bud Luckey, 2003, TV VOST : 6/10
79 : The Godfather, Francis Ford Coppola, 1972, Ciné VOST : 10/10
80 : Coup de torchon, Bertrand Tavernier, 1981, TV VF : 6,5/10
81 : Knock Off, Tsui Hark, 1998, TV VOST : 6,5/10
82 : Jack-Jack attack, Brad Bird, 2005, TV VOST : 7,5/10
83 : One man band, Andrew Jimenez & Mark Andrews, 2005, TV VO : 8/10
84 : The wonderful country, Robert Parrish, 1959, TV VOST : 4,5/10
85 : Les aventuriers, Robert Enrico, 1967, TV VF : 7,5/10

Mars :

86 : Free solo, Elizabeth Chai Vasarhelyi & Jimmy Chin, 2018, TV VOST : 7,5/10
87 : The Batman, Matt Reeves, 2022, Ciné VOST : 7/10
88 : La vraie famille, Fabien Gorgeart, 2022, Ciné VF : 7/10
89 : The Godfather : Part II, Francis Ford Coppola, 1974, Ciné VOST : 9,5/10
90 : Belfast, Kenneth Branagh, 2021, Ciné VOST : 3,5/10
91 : Неотправленное письмо, Mikhaïl Kalatozov, 1960, Ciné VOST : 7/10
92 : King : A filmed record… Montgomery to Memphis, Sidney Lumet & Joseph L. Mankiewicz, 1970, DVD VOST : 7/10
93 : Used cars, Robert Zemeckis, 1980, Truc VOST : 7,5/10
94 : Logan, James Mangold, 2017, Blu-Ray VOST : 8/10
95 : The Godfather : Part III, Francis Ford Coppola, 1990, Blu-Ray VOST : 8/10
96 : Romancing the stone, Robert Zemeckis, 1984, Truc VOST : 4/10
97 : Turning red, Domee Shi, 2022, TV VOST : 7,5/10
98 : Mater and the ghostlight, John Lasseter, 2006, TV VOST : 4/10
99 : Lifted, Gary Rydstrom, 2006, TV VO : 6/10
100 : Kickboxer, David Worth & Mark DiSalle, 1989, TV VOST : 4/10
101 : The Cotton Club, Francis Ford Coppola, 1984, DVD VOST : 6,5/10
102 : Back to the future, Robert Zemeckis, 1985, Blu-Ray VOST : 8,5/10
103 : Mr. Deeds goes to town, Frank Capra, 1936, DVD VOST : 8/10
104 : Who framed Roger Rabbit, Robert Zemeckis, 1988, Blu-Ray VOST : 8/10
105 : Frau im Mond, Fritz Lang, 1929, DVD VO : 6/10
106 : Back to the future - Part II, Robert Zemeckis, 1989, Blu-Ray VOST : 7,5/10
107 : A brighter summer day, Edward Yang, 1991, Ciné VOST : 5/10
108 : M, Joseph Losey, 1951, TV VOST : 6/10
109 : Back to the future - Part III, Robert Zemeckis, 1990, Blu-Ray VOST : 7/10
110 : When tomorrow comes, John M. Stahl, 1939, DVD VOST : 3/10
111 : Meek's cutoff, Kelly Reichardt, 2011, Ciné VOST : 6,5/10
112 : Infernal Affairs, Andrew Lau & Alan Mak, 2002, Ciné VOST : 7,5/10
113 : M - Eine Stadt sucht einen Mörder, Fritz Lang, 1931, Blu-Ray VOST : 8/10
114 : Infernal Affairs II, Andrew Lau & Alan Mak, 2003, Ciné VOST : 8/10
115 : Anchorman : The legend of Ron Burgundy, Adam McKay, 2004, TV VOST : 7,5/10
116 : Your friend the rat, Jim Capobianco, 2007, TV VOST : 5,5/10
117 : Presto, Doug Sweetland, 2008, TV VO : 8/10
118 : The Major and the Minor, Billy Wilder, 1942, Ciné VOST : 6/10
119 : Double Team, Tsui Hark, 1997, TV VOST : 3,5/10
120 : Ace in the hole, Billy Wilder, 1951, Ciné VOST : 8/10
121 : Anchorman 2 : The legend continues, Adam McKay, 2013, TV VOST : 5,5/10
122 : Last train from Gun Hill, John Sturges, 1959, TV VOST : 8/10
123 : The Countess, Julie Delpy, 2009, TV VOST : 6/10
124 : Burn-E, Angus MacLane, 2008, TV VO : 7/10
125 : Partly cloudy, Peter Sohn, 2009, TV VO : 7/10
126 : Notre-Dame brûle, Jean-Jacques Annaud, 2022, Ciné VF : 7,5/10
127 : Le garçu, Maurice Pialat, 1995, TV VF : 3/10
128 : Ambulance, Michael Bay, 2022, Ciné VOST : 6,5/10

Avril :

129 : The fallen idol, Carol Reed, 1948, Truc VOST : 7/10
130 : The Mission, Johnnie To, 1999, Truc VOST : 5/10
131 : Arthur Christmas, Sarah Smith, 2011, TV VOST : 6/10
132 : Le premier jour du reste de ta vie, Rémi Bezançon, 2008, Blu-Ray VF : 9,5/10
133 : Death becomes her, Robert Zemeckis, 1992, Blu-Ray VOST : 6/10
134 : Freaks out, Gabriele Mainetti, 2021, Ciné VOST : 7,5/10
135 : Upgrade, Leigh Whannell, 2018, TV VOST : 7/10
136 : Harold and Maude, Hal Ashby, 1971, DVD VOST : 7/10
137 : The last hurrah, John Ford, 1958, TV VOST : 5/10
138 : Des gens sans importance, Henri Verneuil, 1956, Truc VF : 7/10
139 : Rare exports, Jalmari Helander, 2010, Truc VOST : 6,5/10
140 : Forrest Gump, Robert Zemeckis, 1994, Blu-Ray VOST : 8/10
141 : Caché, Michael Haneke, 2005, TV VF : 6/10
142 : Mon oncle, Jacques Tati, 1958, TV VF : 6,5/10
143 : Fantastic Beasts : The secrets of Dumbledore, David Yates, 2022, Ciné VOST : 4,5/10
144 : Dark Water, Hideo Nakata, 2002, Ciné VOST : 7,5/10
145 : Ringu, Hideo Nakata, 1998, Ciné VOST : 6/10
146 : Playtime, Jacques Tati, 1967, TV VF : 5/10
147 : Audition, Takashi Miike, 1999, Ciné VOST : 6,5/10
148 : Captain Blood, Michael Curtiz, 1935, DVD VOST : 7/10
149 : Make way for tomorrow, Leo McCarey, 1937, Blu-Ray VOST : 8/10
150 : Mountains of the moon, Bob Rafelson, 1990, TV VOST : 7/10
151 : Top Gun, Tony Scott, 1986, TV VOST : 4/10
152 : Crash, David Cronenberg, 1996, Ciné VOST : 5/10
153 : Pocahontas, Mike Gabriel & Eric Goldberg, 1995, Ciné VF : 7,5/10
154 : Spider-Man : No way home, Jon Watts, 2021, Truc VOST : 5/10
155 : CODA, Siân Heder, 2021, Ciné VOST : 6,5/10
156 : Monsieur Klein, Joseph Losey, 1976, TV VOST : 5,5/10
157 : Goliath, Frédéric Tellier, 2022, Ciné VF : 6/10
158 : The unbearable weight of massive talent, Tom Gormican, 2022, Ciné VOST : 6/10
159 : Chef, Jon Favreau, 2014, TV VOST : 6/10
160 : Ogre, Arnaud Malherbe, 2022, Ciné VF : 3/10
161 : Before Sunrise, Richard Linklater, 1995, Blu-Ray VOST : 8/10
162 : En corps, Cédric Klapisch, 2022, Ciné VF : 7/10
163 : Mulan, Tony Bancroft & Barry Cook, 1998, Ciné VF : 8/10
164 : The thing from another world, Christian Nyby, 1951, DVD VOST : 6/10

Mai :

165 : Vortex, Gaspar Noé, 2022, Ciné VF : 7/10
166 : Lost horizon, Frank Capra, 1937, DVD VOST : 5/10
167 : Les vécés étaient fermés de l'intérieur, Patrice Leconte, 1976, DVD VF : 7/10
168 : Le laboratoire de l'angoisse, Patrice Leconte, 1971, DVD VF : 6/10
169 : Chungking Express, Wong Kar-wai, 1994, Blu-Ray VOST : 7,5/10
170 : Contact, Robert Zemeckis, 1997, Blu-Ray VOST : 8/10
171 : Monkey business, Norman Z. McLeod, 1931, DVD VOST : 5/10
172 : Un drôle de paroissien, Jean-Pierre Mocky, 1963, Ciné VF : 7/10
173 : Doctor Strange in the Multiverse of Madness, Sam Raimi, 2022, Ciné VOST : 4,5/10
174 : Aladdin, Ron Clements & John Musker, 1992, Ciné VF : 8,5/10
175 : A free soul, Clarence Brown, 1931, DVD VOST : 6/10
176 : Top hat, Mark Sandrich, 1935, DVD VOST : 6,5/10
177 : The green mile, Frank Darabont, 1999, Blu-Ray VOST : 9/10
178 : Martin Roumagnac, Georges Lacombe, 1946, Ciné VF : 7/10
179 : Face/Off, John Woo, 1997, Blu-Ray VOST : 7,5/10
180 : The Northman, Robert Eggers, 2022, Ciné VOST : 8,5/10
181 : Pulp Fiction, Quentin Tarantino, 1994, Ciné VOST : 10/10
182 : Cast away, Robert Zemeckis, 2000, Blu-Ray VOST : 9/10
183 : The little matchgirl, Roger Allers, 2006, TV VO : 8/10
184 : Night nurse, William A. Wellman, 1931, DVD VOST : 5,5/10
185 : Mutafukaz, Shōjirō Nishimi & Guillaume Renard, 2018, TV VF : 3/10
186 : Seuls Two, Éric Judor & Ramzy Bedia, 2008, TV VF : 1,5/10
187 : You only live once, Fritz Lang, 1937, Ciné VOST : 8/10
188 : W., Oliver Stone, 2008, TV VOST : 5,5/10
189 : Leave her to heaven, John M. Stahl, 1945, Ciné VOST : 6/10
190 : Le jardinier d'Argenteuil, Jean-Paul Le Chanois, 1966, DVD VF : 3,5/10
191 : The Westerner, William Wyler, 1940, TV VOST : 6,5/10
192 : Le jour se lève, Marcel Carné, 1939, Blu-Ray VF : 10/10
193 : What lies beneath, Robert Zemeckis, 2000, Blu-Ray VOST : 6,5/10
194 : Wicked City, Yoshiaki Kawajiri, 1987, TV VOST : 7/10
195 : La veuve de Saint-Pierre, Patrice Leconte, 2000, DVD VF : 7/10
196 : As bestas, Rodrigo Sorogoyen, 2022, Ciné VOST : 8/10
197 : Les yeux sans visage, Georges Franju, 1960, Blu-Ray VF : 7,5/10
198 : Top Gun : Maverick, Joseph Kosinski, 2022, Ciné VOST : 7,5/10
199 : Rebecca, Alfred Hitchcock, 1940, Blu-Ray VOST : 6/10
200 : Decision to leave, Park Chan-wook, 2022, Ciné VOST : 7/10
201 : Shock Corridor, Samuel Fuller, 1963, Ciné VOST : 7/10
202 : Hearts of Darkness : A filmmaker's apocalypse, Fax Bahr, George Hickenlooper & Eleanor Coppola, 1991, Blu-Ray VOST : 8/10

Juin :

203 : The Lighthouse, Robert Eggers, 2019, Blu-Ray VOST : 7/10
204 : Todo sobre mi madre, Pedro Almodóvar, 1999, DVD VOST : 6,5/10
205 : Les évadés, Jean-Paul Le Chanois, 1955, Truc VF : 6/10
206 : Disobedience, Sebastián Lelio, 2018, TV VOST : 5,5/10
207 : Non-stop, Jaume Collet-Serra, 2014, TV VOST : 5/10
208 : Die Blechtrommel, Volker Schlöndorff, 1979, TV VOST : 4/10
209 : Peggy Sue got married, 1986, Francis Ford Coppola, Truc VOST : 6,5/10
210 : Crimes of the future, David Cronenberg, 2022, Ciné VOST : 4,5/10
211 : The Apartment, Billy Wilder, 1960, Blu-Ray VOST : 8/10
212 : Le Pacte des Loups, Christophe Gans, 2001, Ciné VF : 8/10
213 : The Founder, John Lee Hancock, 2016, TV VOST : 5,5/10
214 : Men, Alex Garland, 2022, Ciné VOST : 6,5/10
215 : La maman et la putain, Jean Eustache, 1973, Ciné VF : 1/10
216 : Midnight Run, Martin Brest, 1988, TV VOST : 5,5/10
217 : La Strada, Federico Fellini, 1954, TV VOST : 7,5/10
218 : L'appartement, Gilles Mimouni, 1996, TV VF : 3/10
219 : La grande bellezza, Paolo Sorrentino, 2013, TV VOST : 2/10
220 : Novembre, Cédric Jimenez, 2022, Ciné VF : 7,5/10
221 : Manhattan, Woody Allen, 1979, Ciné VOST : 5,5/10
222 : Desperado, Robert Rodriguez, 1995, TV VOST : 4/10
223 : Fences, Denzel Washington, 2016, TV VOST : 6,5/10
224 : Le petit Nicolas - Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?, Amandine Fredon & Benjamin Massoubre, 2022, Ciné VF : 7/10
225 : Jurassic World Dominion, Colin Trevorrow, 2022, Ciné VOST : 1,5/10
226 : The old dark house, James Whale, 1932, Ciné VOST : 4,5/10
227 : Leaving Las Vegas, Mike Figgis, 1995, Truc VOST : 7/10
228 : Le train, Pierre Granier-Deferre, 1973, TV VF : 6,5/10
229 : Alexandre Nevsky, Sergueï Eisenstein & Dmitri Vassiliev, 1938, DVD VOST : 5/10
230 : Horror of Dracula, Terence Fisher, 1958, Ciné VOST : 5/10
231 : Incroyable mais vrai, Quentin Dupieux, 2022, Ciné VF : 6/10
232 : The adventurer, Charles Chaplin, 1917, Ciné VO : 7/10
233 : The Rink, Charles Chaplin, 1916, Ciné VO : 5,5/10
234 : Lightyear, Angus MacLane, 2022, Ciné VOST : 5/10
235 : Ascenseur pour l'échafaud, Louis Malle, 1958, DVD VF : 6,5/10
236 : Road to Perdition, Sam Mendes, 2002, Blu-Ray VOST : 8,5/10
237 : Martin Roumagnac, Georges Lacombe, 1946, TV VF : 7/10
238 : Everything everywhere all at once, Daniel Scheinert & Daniel Kwan, 2022, Ciné VOST : 8,5/10



Découvertes coups de cœur de l'année :

Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image





Séries vues :

Better Call Saul (saison 1 à 5)
Samuraï Jack (saison 1 à 3)
Obi-Wan Kenobi
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Silent voice - 6/10

Messagepar Alegas » Sam 01 Jan 2022, 22:42

Image


Eiga koe no katachi (Silent voice) de Naoko Yamada
(2016)


Voilà un animé dont j’ai du mal à comprendre l’engouement qu’il suscite depuis sa sortie. Alors clairement, c’est un bon film, rien à redire là-dessus, ça se regarde bien, mais honnêtement j’ai l’impression d’avoir vu le même schéma narratif cent fois auparavant, et c’est pas aidé par le fait que le film rentre complètement dans la case adaptation de manga qui vise le public adolescent et que ça ne cherche jamais à dépasser ce stade. On va donc avoir un récit assez prévisible, à base de jeune ado qui va emmerder une sourde au point de lui faire changer d’établissement scolaire, puis il va la retrouver quelques années plus tard et essayer de se rattraper, sachant que, forcément, une romance va faire irruption. Là où le film offre quelque chose d’un peu plus original, ça va être sur toutes les petites storylines qui accompagnent l’histoire, avec notamment ces personnages secondaires qui vont, chacun à leur façon, faire grandir le protagoniste principal.

C’est pas trop mal écrit dans l’ensemble même si ça souffre de gros clichés que l’écriture n’arrive jamais vraiment à dépasser, et globalement le film se regarde sans ennui même si quelques longueurs se font parfois sentir. Comme souvent avec ces films ciblés ados, ça cherche pas vraiment la subtilité côté émotion, tout fait assez forcé, de ce côté là ça ressemble pas mal aux derniers Shinkaï. Le character-design et l’animation sont pas dingos, ça marche pour ce que ça veut faire mais c’est clairement pas mon style. Par contre, il y a de jolis idées de montage parfois, c’est pas non plus du Satoshi Kon mais on sent une volonté de faire quelque chose un peu hors des conventions. Bref, c’est de l’animé assez classique, vite vu vite oublié en ce qui me concerne, et du coup je pige pas trop la grosse réputation qu’il se construit peu à peu.


6/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Pig - 5/10

Messagepar Alegas » Dim 02 Jan 2022, 11:59

Image


Pig de Michael Sarnoski
(2021)


Un film très curieux que voilà, le genre de film que je ne sais toujours pas comment réellement appréhender plusieurs jours après l’avoir vu. A la lecture du pitch, on pouvait s’imaginer sans problème l’équivalent indé d’un John Wick, en remplaçant Keanu Reeves par Nicolas Cage et le chien par un cochon truffier, et le pire c’est que le film va plus loin dans la comparaison en instaurant à mi-chemin tout un délire de société secrète :eheh: . Mais ça ne cherche absolument pas à faire du film d’action : Nicolas Cage n’est pas là pour péter des tronches, d’ailleurs il est même plutôt là pour s’en prendre plein la gueule, le tout dans un récit qui tient plus de la balade mélancolique weird que du revenge movie. C’est vraiment difficile de savoir sur quel pied danser avec ce film qui dépasse souvent la limite du n’importe quoi, sans qu’on sache réellement s’il se prend au sérieux ou s’il joue justement avec des codes qu’il ridiculise.

Le passé de Nicolas Cage révélé petit à petit, c’est quand même complètement surréaliste, le climax final qui emprunte à une scène clé de Ratatouille est encore plus WTF :eheh: , bref c’est vraiment un film dont il est particulièrement facile de se moquer tant il donne de quoi faire. Mais à côté de ça, c’est pas spécialement une proposition que j’ai envie de rejeter : on sent l’envie de faire quelque chose de différent, de jouer avec une base déjà vue mais qu’on détourne de plus en plus pour en faire quelque chose de complètement anti-commercial (le film est lent, il s’y passe finalement peu de choses) avec une mise en scène sobre mais élégante, et ça fait du bien de voir Cage faire preuve de sobriété d’un bout à l’autre du récit (ce rôle, c’est un peu l’antithèse de celui qu’il avait dans Mandy). Au final, Pig est un film sur lequel, à mon sens, il faut se faire son propre avis tant la proposition peut à la fois séduire et être rejetée, et même si je l’ai déjà en partie oublié je ne suis pas pour autant mécontent de l’avoir découvert.


5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Grand sommeil (Le) - 7/10

Messagepar Alegas » Lun 03 Jan 2022, 17:44

Image


The Big Sleep (Le Grand Sommeil) de Howard Hawks
(1946)


Très sympa ce film noir dont le plus gros défaut serait d’avoir une réputation trop flatteuse par apport aux qualités réelles du métrage. Cela doit sans doute au fait que The Big Sleep a instauré un paquet de codes réutilisés des centaines de fois les décennies suivantes, codes qui ont traversé les frontières, et de ce fait il peut être clairement vu comme un classique dans le sens où il est l’une des matrice du film noir américain tel qu’on le connaît depuis, mais à côté de ça c’est aussi un film inégal, avec des défauts qu’on peut facilement pointer du doigt, notamment du côté du script. Pourtant, le pitch est on ne peut plus simple : un détective privé est engagé par un riche dont la famille est victime d’un chantage, mais c’est le point de départ d’une histoire qui se complexifie grandement par la suite, donnant souvent l’impression que même le scénariste s’y perd (et si on en croit les coulisses, c’était effectivement le cas : personne ne comprenait réellement l’intrigue :eheh: ).

Le résultat peut donc repousser aisément, tant le spectateur, même celui averti, sera désemparé devant des situations qui s’alignent les unes à la suite des autres avec souvent peu de liens entre elles, des relations qui évoluent sans que l’on comprenne la finalité, ou encore une multitude de personnages dont il faut retenir le nom et/ou la fonction. Un labyrinthe involontaire donc, mais qui ne manque pas de charme : car si on accepte le fait que la compréhension de l’intrigue soit une option, on se retrouve tout de même face à un film noir élégant, avec des personnages principaux charismatiques et mémorables. Du coup, le film est sauvé par trois choses. D’abord, la qualité de l’interprétation, avec notamment un Bogart qui, certes, fait du Bogart, mais qui le fait à merveille et qui pose les bases du privé malin et séducteur tel qu’on se l’imagine souvent, il porte clairement le film sur ses épaules. Ensuite, la qualité des dialogues, avec un bon paquet de punchlines et de répliques bien senties. Enfin, la mise en scène de Hawks, qui a fait mieux dans sa carrière (ça n’a pas la maestria d’un Scarface par exemple) mais qui emballe de façon élégante une histoire qui avait vraiment besoin d’un support visuel de qualité pour être transcendée. Au final, c’est un film à ne pas mettre entre toutes les mains, tant le métrage a les moyens de mettre un bon paquet de spectateurs dans le fossé, mais c’est aussi un film avec des qualités indéniables qui font qu’il mérite amplement son statut de classique.


7/10
Critiques similaires
Film: Grand sommeil (Le)
Note: 9/10
Auteur: alinoe
Film: Grand sommeil (Le)
Note: 7/10
Auteur: maltese

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Spider-Man : Far from home - 4/10

Messagepar Alegas » Mar 04 Jan 2022, 12:49

Image


Spider-Man : Far from home de Jon Watts
(2019)


J’avais espéré un meilleur film que le précédent, d’une part parce qu’on avait cette fois l’absence d’Iron Man étant donné que le récit se déroule après Avengers : Endgame, mais aussi parce qu’on a Mysterio en bad-guy, personnage dont j’étais réellement curieux de voir une transposition cinématographique. Malheureusement, c’est bien une suite au niveau de son prédécesseur, et qu’importe les bonnes idées qu’on peut y trouver, le fait que le projet soit pensé à la base comme une continuité de l’univers Marvel plutôt qu’un réel film Spider-Man l’empêche clairement de briller. Pourtant, on sent une envie de proposer quelque chose de différent, avec un Spider-Man déconnecté de New York puisque toute l’action se déroule durant un voyage éducatif dans plusieurs destinations européennes, mais ça se révèle être vite une fausse bonne idée : tout ce qui fait l’identité du super-héros est sabordé au profit de quelque chose de bien plus classique, au point qu’on pourrait garder la trame en changeant juste le héros que ça marcherait quand même.

C’est vraiment con car à côté de ça le film a plein de choses sympathiques à proposer, notamment tout ce qui touche à Mysterio qui est un personnage habilement transposé dans notre contexte moderne (le fait que ce soit à la base un antagoniste spécialisé dans les effets spéciaux aide grandement), mais c’est toujours gâché par la formule Marvel habituelle, avec cette manie de ne jamais réellement prendre au sérieux les enjeux et les relations entre personnages (Jon Favreau qui tombe amoureux de Tante May, please… :roll: ), ou de chercher absolument à tout lier quitte à créer des incohérences entre films (donc Tony Stark a créé un système de drones pour défendre la Terre, mais ne l’a jamais utilisé auparavant ? Mais bien sûr… :lol: ) ou de ramener des personnages dont on se fout complètement (le scientifique qui avait un troisième rôle dans le premier Iron Man, c’était vraiment nécessaire ?). Si on ajoute à cela un Nick Fury trop présent et des séquences d’action qui puent le trop-plein de CG (pas beaux en plus) et qui, de toute manière, sont réalisées par un yes-man sans idées (même la fameuse séquence des illusions a bien été survendue, comme quoi le public Marvel se pignole sur pas grand chose), autant dire que c’est vraiment pas la joie. Même le score de Giacchino est clairement oubliable (vivement le prochain Batman car son dernier bon score commence à remonter). En tout cas, ça donne franchement peu d’espoir pour le nouveau plus grand film de super-héros de tous les temps qu’est soi-disant le troisième opus.


4/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Mar 04 Jan 2022, 13:51

Jon Favreau qui tombe amoureux de Tante May, please


Empathie totale.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Alegas » Mar 04 Jan 2022, 14:38

Et le contraire te paraît vraisemblable ? :chut:
Parce que c'est le cas. :eheh:
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar Mark Chopper » Mar 04 Jan 2022, 16:46

La suspension consentie d'incrédulité en prend un coup :eheh:

En tout cas le score du dernier Spidey au box-office, et la réaction des spectateurs, c'est dingue. On bouffera encore du Marvel pour 20 ans.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 39883
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Épopée de l'Everest (L') - 6,5/10

Messagepar Alegas » Mer 05 Jan 2022, 14:17

Image


The Epic of Everest (L'Épopée de l'Everest) de J.B.L. Noel
(1924)


Voilà un documentaire qu’on peut rapprocher facilement d’un autre film sorti la même année et que j’avais découvert l’année dernière, The Great White Silence. Comme ce dernier, on va avoir le description d’une expédition britannique pour établir un record, et ici donc on va chercher à atteindre le sommet de l’Everest, tentative qui va se révéler être un échec (il faudra quasiment attendre trente ans après la sortie du métrage pour que quelqu’un y parvienne). Plus que pour son aspect documentaire assez rudimentaire, c’est surtout un film qui vaut pour tout son côté témoin historique : on y découvre le Tibet des années 20, les conditions d’alpinisme de l’époque (il fallait vraiment avoir des balls pour se lancer dans une expédition pareille avec ce qu’ils avaient), la grandeur de l’entreprise pour transporter les vivres, et enfin la perspective de voir les paysages vus à hauteur d’homme et donc particulièrement impressionnants :love: . Contrairement au film de Herbert Ponting, The epic of Everest n’arrive pas toujours à maintenir l’intérêt de son spectateur, la faute parfois à un manque de choses à raconter (on a souvent de longues minutes avec juste des gens qui marchent), mais c’est contrebalancé par les vingt dernières minutes tragiques de l’ascension qui sont vraiment captivantes, quand bien même la caméra se trouve à des dizaines de kilomètres des alpinistes (passé une certaine altitude, la caméra a été mis à un endroit où elle pouvait filmer le sommet grâce à un objectif dernier cri). Un film inégal mais loin d’être désagréable donc, à voir si on a aimé The Great White Silence ou si on le regarde pour sa valeur historique.


6,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Ils vont tous bien ! - 6/10

Messagepar Alegas » Sam 08 Jan 2022, 01:18

Image


Stanno tutti bene (Ils vont tous bien !) de Giuseppe Tornatore
(1990)


La vision du très moyen Everybody’s fine avec De Niro m’aura permis de découvrir l’existence de ce film dont je n’avais jamais entendu parler auparavant alors que c’est pourtant, excusez du peu, le film que Tornatore tourna directement après l’énorme succès de son Cinema Paradiso. Comme son remake américain, on va suivre un vieil homme veuf et délaissé par ses enfants, qui va se mettre en tête de tous aller les voir en parcourant le pays. Un road-movie donc, qui va donner lieu non seulement à une visite de l’Italie loin des cartes postales habituelles, mais aussi à un voyage introspectif sur la fin de vie. Autant dire que c’est largement mieux écrit que le remake américain, ce dernier ayant transformé l’histoire au niveau d’un vulgaire téléfilm de Noël avec plusieurs choix narratifs douteux (notamment tout ce qui touche au quatrième enfant), et ici ce n’est pas tant les enfants rencontrés qui comptent que le voyage effectué par le vieil homme, puisque c’est le voyage qui va lui faire poser les bonnes questions, et lui révéler certaines choses.

A ce titre, on a donc un film moins conventionnel, qui prend aussi plus son temps, quitte à perdre en efficacité rythmique (tout le passage avec Michèle Morgan, ça peut s’enlever facilement du film narrativement parlant, mais ça serait perdre en ambiance et propos). Mais à côté de ça le film a une vraie personnalité, une belle direction d’acteurs (Mastroianni y trouve ce qui est probablement son dernier grand rôle), une mise en scène qui ose des choses, autant formellement (plusieurs beaux mouvements de grue notamment) que dans quelque chose de plus décalé (le cauchemar de la plage qui revient régulièrement). A défaut d’être un grand film, c’est un joli drame psychologique et émotionnel qui, malgré son côté indéniablement inégal, a beaucoup de choses pour lui, et qui mérite cent fois plus la vision que son pendant américain.


6/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Grand chantage (Le) - 6,5/10

Messagepar Alegas » Sam 08 Jan 2022, 14:09

Image


Sweet smell of success (Le grand chantage) de Alexander Mackendrick
(1957)


Et bien c’était pas mal du tout. C’est peut-être pas un film à la hauteur de sa prestigieuse réputation, ça manque à mon sens d’implication du spectateur pour en faire un grand film, mais c’est quand même très sympathique. Le pitch est plutôt simple : on suit un attaché de presse doublé d’un magouilleur qui travaillé pour un éditorialiste influent de New York, et qui accumule les basses besognes dans l’espoir de devenir à son tour un journaliste possédant un certain contrôle. Au niveau des thématiques, on est donc en terrain connu : on y parle de moralité, de conscience professionnelle, et on questionne le système américain où il en faut toujours plus pour avoir du pouvoir et donc de l’influence, mais c’est traité avec une certaine intelligence et surtout avec beaucoup de noirceur, notamment dans un final qui va assez loin dans sa façon de construire une descente aux enfers pour le héros. Bref, il y aurait clairement de quoi faire un grand film, si la majorité du récit ne donnait pas autant l’impression d’enchaîner les scénettes.

Sur ce point, Sweet smell of success donne l’impression d’un film en avance sur son temps puisqu’on est déjà un peu dans une certaine vision thématique et formelle qui s’épanouira avec le Nouvel Hollywood : on remet en question tout une way of life très américaine d’une part, mais on filme aussi en pleine rue dans un New York bondé, le tout avec un montage qui finit de donner un feeling très jazzy au métrage. Avec ce mélange et le fait que le film use en plus des codes du film noir, ayant donc un pied dans le passé et un pied dans l’avenir, pas étonnant que la sortie ait été un échec, le public n’était pas encore prêt pour une telle proposition. Dommage donc qu’il manque une empathie pour le personnage principal, qui évolue finalement assez peu tout le long du récit, restant le bon à rien ayant la hargne mais qui fait toujours les mauvais choix en se frottant à plus fort que lui. De ce fait, le film se suit agréablement, mais sans réelle implication et donc avec une certaine distance. C’est dommage car le métrage ne manque pas d’audace et de qualités (Tony Curtis est excellent, et Burt Lancaster en impose avec pas grand chose :love: ), mais il manque clairement quelque chose pour que ça passe au cran supérieur.


6,5/10
Critiques similaires
Film: Grand chantage (Le)
Note: 7/10
Auteur: Val
Film: Grand chantage (Le)
Note: 5,5/10
Auteur: Scalp

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

First Cow - 7,5/10

Messagepar Alegas » Sam 08 Jan 2022, 17:17

Image


First Cow de Kelly Reichardt
(2019)


Belle surprise d’un petit film qui aura bien su faire grimper son buzz alors qu’à la base j’ai l’impression que c’est vraiment un projet sorti de nulle part (comme souvent chez A24), et qu’il aura fallu attendre un moment pour l’avoir chez nous à cause de la pandémie. C’est typiquement le genre de film sur lequel il vaut mieux en savoir le moins possible avant de le lancer, notamment parce que le pitch, si on le révèle, n’est pas ce qu’il y a de plus bandant sur le papier, mais à côté de ça c’est transcendé par le traitement, d’une part avec un script épuré qui se contente du minimum pour aller à l’efficacité, et d’autre part avec la mise en scène qui donne un gros plus en termes d’ambiance. C’est à la fois du film d’époque, du drame tragique (dès le début le ton est posé : c’est une histoire qui va se finir dans la mort, reste à savoir comment elle arrive), mais aussi une belle histoire d’amitié avec deux hommes qui cherchent juste à faire leur vie et qui, dégoûtés d’être toujours au même point et détestés de la société, vont prendre un gros risque pour toucher du doigt leurs rêves.

ImageImageImage


Comme dit plus haut, le traitement tout en épure et lenteur joue un gros rôle dans l’appréciation de ce film, si je devais le rapprocher d’un autre style ce serait celui de Lowery, mais en moins extrême tout de même, ça me paraît plus abordable. La fin est sublime, ça s’arrête juste au bon moment sans trop en dire, c’était impossible de faire mieux pour le coup. La reconstitution est excellente, on a vraiment l’impression d’y être, et puis big up à la photographie très naturaliste et qui n’hésite pas à oser quelque chose de sous-éclairé, ça donne un aspect très réaliste, avec de belles oppositions entre la nature immaculée et quelque chose de plus sale dès qu’on se rapproche de la civilisation. Le casting est top, les deux premiers rôles sont vraiment excellents alors que ce sont des mecs habitués aux seconds rôles discrets, et dans les noms plus connus on a Toby Jones et Ewen Bremner. Et puis il y a une jolie BO là aussi très simple mais qui saisit complètement l’ambiance et l’élève. Vraiment un film aux qualités que je n’attendais pas, ça donne carrément envie de checker les autres films de la réal, et c’est clairement à ranger parmi ce que le ciné indé US a pu faire de mieux récemment.


7,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Double détente - 5,5/10

Messagepar Alegas » Dim 09 Jan 2022, 12:43

Image


Red Heat (Double détente) de Walter Hill
(1988)


Assez déçu pour le coup vu la réunion de noms qui annonçait un truc bien sympa : Schwarzy en lead, Hill à la réal, Horner au score, Carolco en boîte de prod, avec tout ça j’espérais un truc au moins du niveau de 48H et au final c’est clairement un cran en-dessous :| . C’est d’autant plus dommage que le pitch pète des culs : en pleine fin de Guerre Froide, un flic soviétique et un autre américain sont forcés de collaborer pour enquêter sur un trafic de drogues à Chicago, bref un gros potentiel. Si on ajoute à cela une violence typique des années 80, de la nudité gratuite, et un humour qui va sans cesse mettre en confrontation les deux flics et leurs idéologies politiques, ça aurait dû donner un buddy movie d’exception, et malheureusement ça loupe un peu le coche et ça se révèle au final assez moyen même si ça reste clairement divertissant.

Déjà, l’écriture ne suit pas vraiment : la rencontre entre les deux flics ne dépasse pas vraiment l’idée de base, tout est sur des rails, et ça se répète bien vite à base de Schwarzy qui veut absolument continuer sa traque pendant que Belushi est obligé de le suivre. Autre problème : alors que l’aspect buddy movie voudrait que les deux personnages soient traités à pied égal, ce n’est pas vraiment le cas ici. Schwarzy a clairement le meilleur rôle, et disons le tout de suite : il est en grande partie la cause de ce qui marche le plus dans le film. Du coup, Belushi fait un peu pièce rapportée, et son rôle se limite à sortir les mêmes blagues toutes les cinq minutes (faudrait faire un jeu à boire à chaque fois qu’il dit jerk off) et à essayer de contenir son partenaire sans y arriver. Cela donne un duo déséquilibré, dont l’écriture à base d’amitié naissante dans l’adversité ne marche pas vraiment, alors que c’est censé être le cœur du récit et que ça doit transcender une enquête pas folichonne comme c’était le cas dans 48H.

La mise en scène de Hill n’est pas géniale, c’est même pas spécialement fonctionnel car l’action ne recherche pas la lisibilité, les meilleurs exemples étant le court gunfight dans le commissariat ou la course-poursuite du début à Moscou. Hill s’en sort mieux sur la séquence de l’hôtel avec Schwarzy et son Magnum 44 (Magnum qui semble avoir un chargeur infini d’ailleurs :mrgreen: ) ou sur le climax final pas spécialement dingue (on refait grosso modo une scène similaire de 48H avec un bus) mais généreux en destruction gratuite. Petit point appréciable, le casting a quelques têtes connues : Gershon dans un rôle un peu sexy, Fishburne en flic emmerdeur et Ed O’Ross en bad-guy qui a la gueule de l’emploi (c’était déjà le cas dans The Hidden). Sinon, le score de Horner est décevant vu le contexte, il y avait moyen qu’il se fasse bien plus plaisir avec des inspirations russes. Un film décevant si on le prend comme un buddy movie, moyen si on le prend comme un Schwarzy movie, et c’est d’autant plus dommage que sur le papier ça aurait dû donner un truc super cool.


5,5/10
Critiques similaires
Film: Double détente
Note: 6,75/10
Auteur: Scalp
Film: Double détente
Note: 7/10
Auteur: alinoe
Film: Double détente
Note: 6,5/10
Auteur: jean-michel
Film: Double détente
Note: 7/10
Auteur: Heatmann
Film: Double détente
Note: 5,5/10
Auteur: pabelbaba

"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Falling in love - 3,5/10

Messagepar Alegas » Mar 11 Jan 2022, 13:01

Image


Falling in love de Ulu Grosbard
(1984)


Au milieu de la prestigieuse filmographie des années 80 de Robert De Niro se trouve ce petit film, coincé entre Once upon a time in America et Brazil, et dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’à récemment. Pourtant, sur le papier, il y a de quoi susciter plus que de la curiosité : De Niro, Mery Streep et Hervey Keitel au casting :o , un script qui est un remake d’un très grand film (Brief encounter de David Lean :love: ) et le réalisateur du Récidiviste à la barre, bref ça sentait plutôt bon. A l’arrivée, c’est plus qu’une douche froide, et on comprend vite pourquoi ce film est désormais complètement oublié aujourd’hui tant on est plus proche du téléfilm tout naze que du film de cinéma :mrgreen: . Tous les voyants sont au rouge dès les premières minutes : le format choisi, la photographie tout ce qu’il y a de plus plate, l’acting où tout le monde en fait trop, la musique légère complètement clichée en mode romcom, on a vraiment l’impression de voir une production télévisuelle cheap des années 80.

C’est pas aidé par l’écriture : tout ce qui rendait le film de David Lean excellent est ici viré, pour ne garder finalement que l’aspect adultère et le fait que les personnages se rencontrent près d’une voie ferrée, autant dire que c’est light. Du coup, ce film est un peu l’exemple parfait du film génial dont on retire toute la saveur pour le transformer en un produit tout ce qu’il y a de plus consensuel, en témoigne la fin qui était particulièrement puissante chez Lean car la relation ne pouvait pas donner suite malgré les envies des personnages, alors qu’ici on te sort la happy-end facile où tout le monde finit avec celui qu’il aime :evil: . L’histoire d’amour est écrite de la façon la plus simpliste possible, et les personnages secondaires me paraissent très mal écrits et n’arrivent jamais à vraiment exister alors qu’on a des bons acteurs (la maman de Malcolm et Keitel, qui ne joue d’ailleurs pas le mari de Streep comme je l’espèrais, il est là pour cinq minutes d’apparition et c’est tout). Formellement, c’est probablement l’un des films les plus inintéressants que j’ai vu récemment : il n’y a rien à retenir, et même niveau montage c’est naze alors que c’est pourtant le monteur attitré de Spielberg derrière. Bref, c’est un film particulièrement mineur dans la carrière de De Niro, et ça mérite amplement l’oubli dans lequel il est tombé. Matez plutôt Brief encounter si ce n’est pas déjà fait.


3,5/10
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 46176
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Alegas] Mes Critiques en 2022

Messagepar pabelbaba » Mar 11 Jan 2022, 13:21

T’es bon pour Bobby Deerfield maintenant. 8)
Image
I don't wanna make it. I just wanna
Avatar de l’utilisateur
pabelbaba
Terminator
Terminator
 
Messages: 19988
Inscription: Mar 29 Mar 2011, 13:23

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO