[Cad'] Critiques en 2019

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

À couteaux tirés (2019) - 7,25/10

Messagepar caducia » Sam 09 Nov 2019, 21:47

A couteaux tirés

Réalisé par Rian Johnson
Avec Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas
USA
Genre : policier, comédie
Durée : 2h11 min
2019

7.25/10


Image



Synopsis

Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire. Mais entre la famille d’Harlan qui s'entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, Blanc plonge dans les méandres d’une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes, où les rebondissements s'enchaînent à un rythme effréné jusqu'à la toute dernière minute.



« A couteaux tirés » propose une intrigue dans la lignée d’un chapitre d’Agatha Christie, Rian Johnson a désigné Daniel Craig en tant qu’enquêteur principal pour élucider le meurtre d’un vieil écrivain.

Le décor prend une place importante dans le métrage avec une villa de Nouvelle-Angleterre luxueuse, arborée de vieux tableaux et antiquités plus ou moins inquiétantes, de pièces façon cabinet de curiosité, un vrai bric-à-brac nous offrira quelques surprises.

Le casting est alléchant avec une bonne dizaine de personnages qui peuvent chacun être des suspects potentiels. L’histoire tourne bien sûr, autour d’une famille qui se déchire autour d’un héritage où chacun est certain d’être le petit chouchou et d’être couché sur le testament. Bien entendu, ils ont tous quelque chose à se reprocher, un secret bien gardé, des finances au plus bas, une aventure amoureuse non révélée, une personnalité trouble etc…

« A couteaux tirés » n’a rien d’un film noir ou d’un polar torturé, Rian Johnson propose une œuvre entre le film policier et la comédie. Etant donné le nombre de personnages et le temps disponible, impossible de dépeindre leurs backgrounds respectifs de façon approfondie, c’est pourquoi les traits sont assez appuyés afin que le public cerne le membre de la famille Thrombey en un clin d’œil.

Malgré les différences d’âge et d’évolution de carrière, tous sont obnubilés par l’héritage laissé par le disparu et tous ont un mobile potentiel pour avoir accéléré la fin de vie du vieil homme.

ImageImage


Rian Johnson lance beaucoup de fausses pistes à travers les interrogatoires des témoins avec un Daniel Craig, un peu en roue libre par moments entre le clown et le Sherlock de pointe, on a du mal à discerner le personnage au début et on se délecte de ses répliques piquantes et limites insolentes au fil de la narration.

J’ai eu un peu de mal avec une partie de la mise en scène pas très flatteuse pour ses interprètes avec des méga gros plans, de nombreuses prises de vue par en dessous qui visuellement sont peu esthétiques, peut-être une volonté d’accroitre le coté étrange de l’image.

Rien à voir avec le récent Crime de l’Orient-Express, un whodunit efficace et ludique qui ressemble à un épisode de Columbo à première vue, mais Rian Johnson a plus d’un tour dans son sac et je pense qu’il sera très difficile au spectateur de démarquer le meurtrier. Pour moi, la révélation est vraiment tirée par les cheveux et très alambiquées, mais heureusement que pour en arriver là, le jeu de pistes était tout à fait à la hauteur et fluide. Hélas, je pense que le film ne peut être revu que qu’à quelques années d’intervalles à moins de souffrir d’Alzheimer.
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14022
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Mans 66 (Le) - 7/10

Messagepar caducia » Sam 09 Nov 2019, 22:42

Le Mans 66

Réalisé par James Mangold
Avec Matt Damon, Christian Bale
USA
Genre : drame, biopic
Durée : 2h33 min
2019

7/10


Image



Synopsis

Basé sur une histoire vraie, le film suit une équipe d'excentriques ingénieurs américains menés par le visionnaire Carroll Shelby et son pilote britannique Ken Miles, qui sont envoyés par Henry Ford II pour construire à partir de rien une nouvelle automobile qui doit détrôner la Ferrari à la compétition du Mans de 1966.

ImageImage



Mangold rend hommage aux pilotes avant tout et aux sports mécaniques, n'étant pas du tout fan de bagnoles, je reste réservée sur ma note car je n'ai pas été plus emballée que ça, mais je peux comprendre que les plus passionnés seront plus en osmose avec les images et les portraits proposés par le metteur en scène.

Le Mans 66 propose une lutte entre hommes à la fois sur le circuit mais aussi entre fabricants, ainsi on nous explique que la firme Ford bat de l'aile et souhaite donner un coup de polish à son image vieillotte alors que Ferrari est prête à mettre la clé sous la porte. Une proposition de fusion avortée avec un petit coup de pute au passage, fait que les 2 compagnies vont s'affronter sur les pistes car Ford veut une revanche et décide de monter une équipe de pilotes avec la meilleure voiture de tous les temps en 4ème vitesse.

Une fois l'ex pilote Carroll Shelby (Matt Damon) engagé par Ford, ils lui refilent la patate chaude pour monter le projet de A à Z, avec des ordres divergeant. Shelby va devoir jouer les médiateurs et accepter d'obéir au géant industriel qui souhaite garder une image propre et refréner les colères de son meilleur poulain Ken Miles - alias Bulldog.

ImageImage


Bien entendu, les fanas de mécaniques vont surement comprendre les subtilités des dialogues relatifs aux ajustements techniques des bolides qui vont laisser sur le bas-côtés pas mal de monde ainsi que les associés de Ford. Seuls les pros peuvent ressentir les défauts d'aérodynamisme, de roulement etc...

Mangold filme les entrainements et les tours de pistes de façon lisible et arrive à transmettre au spectateur le bonheur que peut percevoir un pilote qui réussi un tour parfait lancé à toute vitesse. En revanche, il omet de souligner les dangers associés à ces pratiques, c'est un peu le bémol du film qui met à l'honneur le panache et la passion des coureurs avant tout.
Etant donné l'évolution des évènements, cette épée de Damoclès aurait pu être un peu plus présente.


Damon et Bale joue de façon à montrer qu'ils pilotent avec une extrême aisance et très peu de moments de crainte ou de remise en question sur le fait qu'ils jouent leur vie sur les rallyes.
Damon est plus en souffrance quand il doit affronter les cols blancs et leurs belles idées en contradiction avec la réalité de l'asphalte. On notera le très bon second couteau (Josh Lucas, aux faux airs de Simon MacCorkindale) de la team Ford qui est le vrai bad guy de l'histoire et livre une honorable performance alors que Jon Bernthal ne décolle jamais en simple bureaucrate.

Encore une fois très amaigri, Bale est dans la peau d'un pilote désabusé qui veut abandonner les courses et choisir la tranquillité familiale, mais toujours ivre de vitesse et de sensations fortes. Un as du volant et du moteur mais une tête de mule qui dit ce qu'il pense et plie l'échine que très rarement. Même si Mangold tente de nous présenter son épouse comme une femme forte, son rôle reste anecdotique et pas convainquant. Bale réussit à nous transmettre la fougue perçue par Miles sur le bitume qui redevient un asocial dès qu'il délaisse le volant.
Damon reste égal à lui même, "le brave mec" mais arrive à une jolie fulgurance en fin de film.

Mangold ne souhaite pas en faire un film larmoyant et utilise une ellipse narrative pour ne pas tomber dans le pathos, mais même en ne nous montrant pas les choses de façon directe arrive à capter l'émotion.
Film élégant, nerveux "Le Mans 66" n'est donc pas réservé aux connaisseurs.
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14022
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Pas un bruit - 7,5/10

Messagepar caducia » Jeu 14 Nov 2019, 22:53

Pas un bruit

Réalisé par Mike Flanagan
Avec Kate Siegel, John Gallagher Jr., Michael Trucco
USA
Genre : horreur
Durée : 1h27 min
2016

7.5/10


Image



Synopsis

Une écrivain sourde et muette (Maddie) se retrouve séquestrée dans son chalet par un tueur aussi sadique que déterminé...

ImageImage


Un Survival trépidant mené de main de maitre par Mike Flanagan avec une excellente idée de départ et quasi aucune fausse note.
Son personnage principal est sourde muette et travaille sur son bouquin dans une grande villa isolée de tout, un taré décide de tout faire pour la tuer (les raisons resteront inconnues, donc il n'y a pas de psychologie à rechercher ici).
Une trame assez basique, un personnage dans la tendance me too mais ici on ne trouve pas que cette femme forte ait été mise ici pour rentrer dans le cahier des charges actuelles.

L'assaillant et la proie sont d'intelligence et de ruses à peu près équivalentes, si bien que le film regorge de rebondissements et de renversements de forces, si bien qu'il est difficile d'anticiper la suite et que le suspense est maitrisé.

Kate Siegel, aux faux airs d'Angelina Jolie et femme du réal s'en tire avec les honneurs, elle n'est ni sourde ni muette mais son interprétation est bluffante.
Dans de nombreuses séquences, le spectateur voit la position du tueur avant l'écrivaine à cause de son handicap, si bien que la notion d 'épée de Damoclès sur le point de frapper est encore plus efficace. Heureusement que la plupart du temps, Maddie arrive à être plus rapide, plus maline ou plus chanceuse pour s'en tirer in extremis.

Image


Ne pas confondre "pas de bruit" (Hush) et "sans un bruit" , bien que dans les 2 cas, l'audition joue énormément dans l'ambiance pesante et supprime presque complètement les lignes de dialogues pour se laisser guider par d'autres indices.
Un huis clos efficace, riche en action et en rebondissements qui redonne espoir dans le genre.
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14022
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Re: [Cad'] Critiques en 2019

Messagepar angel.heart » Ven 15 Nov 2019, 19:31

:super:

Pas mon Flanagan préféré, mais ça reste un exercice de style ultra-efficace.
Avatar de l’utilisateur
angel.heart
Robocop
Robocop
 
Messages: 8813
Inscription: Lun 28 Mar 2011, 14:55

Filles du docteur March (Les) - 7/10

Messagepar caducia » Mer 25 Déc 2019, 10:29

Les Filles du Docteur March

Réalisé par Greta Gerwig
Avec Saoirse Ronan, Emma Watson
USA
Genre : romance, drame
Durée : 2h15min
2016

7/10


Image



Synopsis

Une nouvelle adaptation du classique de Louisa May Alcott, narrant l'histoire de quatre filles de la classe moyenne durant la Guerre de Sécession.


Critique

[justify]Loin de faire dans l'originalité Greta Gerwig s'attaque au classique "little women" avec cette 8ème adaptation du roman. Comme le soulignait Louis Garrel lors de la première, peut-être que certains de sa génération ont découvert cette histoire à travers le manga diffusé à la fin des années 80.
Même si l'histoire a déjà 150 ans, les sujets abordés demeurent intemporels, ainsi Jo March (Saoirse Ronan), le garçon manqué qui refuse de se plier au simple rôle de la femme au foyer incarne la figure la plus forte de la narration.

La famille March est assez atypique car ils vivent de façon très modeste mais ont le cœur sur la main. Le personnage de la mère (Laura Dern) représente le plus la symbolique de l'entraide avec cette figure presque christique qui déshabille Pierre pour habiller Paul, au détriment des siens. Marmee fait uniquement figure d’ange de clémence. Ainsi, ses filles souhaitent avoir le même esprit de solidarité mais en même temps voler de leurs propres ailes et se détacher de ce cocon familial pour gouter à un certain luxe.

Pour certaines des filles, leur but est de vivre simplement et de trouver un bon mari (riche si possible) alors que d'autres veulent garder leur indépendance, avoir un métier où elles vont s'épanouir et bien gagner leur vie sans forcément vivre grâce aux revenus d'un conjoint.
Cette nouvelle version n’est pas forcément très subtile, triche sur le choix de ses actrices qui devraient clairement être beaucoup plus jeunes pour être fidèles au roman originel.

Litlle women est un bon moyen de découvrir ou redécouvrir l'œuvre de Louisa May Alcott, une vision humaniste et universelle mais aussi des histoires d'amour complexes et entremêlées qui nous renvoi à nos propres choix de vie.

Heureusement que le role d'Emma Watson est assez peu important dans l'histoire car le contraste de son jeu sans nuance avec le reste de la distribution gâche clairement ses quelques scènes.
Chris Cooper tient un rôle secondaire, mais ce papa d'adoption arrive à transmettre sa bienveillance sans jamais en faire trop.
L'acteur en vogue, Timothée Chalamet tire étonnamment son épingle du jeu, apportant beaucoup d'énergie et de spontanéité par sa nonchalance, maladresse et sa complicité avec Jo.
Florence Pugh n'a pas un role facile, car c'est un peu la plus "méchante" de la bande des sœurs, pleine de jalousie, peu épanouie, frustrée de sa situation sociale.
Saoirse Ronan est juste éblouissante, comme a son habitude, portant le film sur ses épaules; on se rend compte que malgré ses idées préconçues de choix de vie, le destin va en décider autrement.

Un bon film de Noel à voir pour son ambiance bucolique et l'lachimie entre certains acteurs./justify]
Avatar de l’utilisateur
caducia
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 14022
Inscription: Sam 09 Juin 2007, 12:57
Localisation: on the red carpet

Précédente

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO