[Scalp] Mes critiques en 2010

Modérateur: Dunandan

Masque de Zorro (Le) - 5,5/10

Messagepar Scalp » Dim 23 Mai 2010, 09:53

5.5/10

The Mask of Zorro de Martin Campbell - 1998

"There is a saying, a very old saying: when the pupil is ready the master will appear."

Zorro est certainement un des plus grand héros de la culture populaire n'ayant pas eu de film digne de ce nom, quoique on peut rajouter Tarzan aussi et pis D'Artagnan aussi en fait, ici on a donc un Zorro Begins avec tout les passages du genre et le film a autant de coté réussis que de coté complètement foireux. Banderas en Zorro sonne comme une évidence, il a la classe, le charisme, l'élégance qui va avec le personnage, Hopkins en vieux maitre je suis forcément convaincu surtout quand on sait que c'est Sean Connery qui avait été approché en premier, alors oui ça aurait fait Highlander mais bon Connery > Hopkins tout les jours dans ce genre de rôle mais bon il fait le taf à peu près par contre du coté des bad guy c'est vraiment pas glorieux et c'est ce qui fait que le film est pas aussi marquant qu'il pourrait, que ce soit le Capitaine que l'antagoniste de Hopkins on est dans la ligue 2 (voir plus bas, le ricain on dirait un méchant d'une prod HK des 80's) des seconds rôles pour ce genre de personnage, et par charité je parlerais pas de Catherine Zeta-Jones qui est censé avoir 20 ans, elle est magnifique pas de doute là dessus mais c'est un mistcast total bon en même temps à l'époque c'était soit elle, soit Salma Hayek, Penelope Cruz étant encore juste une actrice de son pays.
Mais dans l'ensemble malgré le manque de talent évident de Martin Campbell, que ce mec ce soit retrouver sur des grosses franchises reste un mystère, on a un blockbuster familiale qui fait largement le taf, sans atteindre les films de Spielberg y a une petite vibe à la Indy qui se dégage par intermittance, beaucoup grâce à Banderas qui est cool sans rien forcer, c'est drôle mais jamais bouffon, c'est fun mais jamais à grand coup de coude dans les côtes.

La première heure est plutôt exemplaire, même si j'aurais pas craché sur un peu plus de partie entrainement, car bon c'est cool les training montage. Après y a des trucs un peu gros même dans un blockbuster où on doit pas trop réfléchir, donc genre le gros méchant y reconnait pas Hopkins, c'est vrai que c'était pas son ennemi juré et il lui a pas volé sa fille, genre mettre des lunettes et baisser la tête ça suffit, faudrait pas trop nous prendre pour des cons là. Et clairement le film devient un peu longuet quand l'intrigue avec Banderas en Don se met en place, c'est générique et pas vraiment passionnant surtout qu'on a en plus la love story obligatoire qui ne tire pas vraiment le film vers le haut. C'est un film mal construit, ça va trop vite dans sa première partie et ça prend trop son temps dans la seconde heure, le rythme en pâtit et puis on peut pas dire que la réal de Campbell nous éblouisse lorsque ça sort les épées par contre le score de Horner aide pas mal à rendre tout ça encore plus épique parce que bon des saltos c'est jamais une bonne idée, je comprend cette idée de transformer des combats à l'épée en concours de cabriole. De même que la scène de poursuite à cheval c'est too much pour moi, et surtout pas si bien fait à l'écran. En fait jamais compris pourquoi dès qu'on a des ce genre d'épées faut que le réal demande à ses acteurs de faire des saltos et cie. Et le climax final est vraiment pas fou, on a bien les deux 1 vs 1 attendu mais y a rien qui tire la scène vers le haut, c'est juste correctement exécuté.

Je le revois un peu à la hausse mais c'est loin d'être un modèle de film d'aventure, ceci dit si c'était un blockbuster récent ce serait immédiatement un chef d'oeuvre
Critiques similaires
Film: Masque de Zorro (Le)
Note: 9/10
Auteur: helldude
Film: Masque de Zorro (Le)
Note: 8/10
Auteur: Alegas
Film: Masque de Zorro (Le)
Note: 7/10
Auteur: padri18

Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar jean-michel » Dim 23 Mai 2010, 10:17

oui!! un film qui ma laissé un pale souvenir...tien d'ailleurs je m'en souviens plus!! :eheh:
Avatar de l’utilisateur
jean-michel
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12763
Inscription: Sam 05 Jan 2008, 10:04
Localisation: essonne91 Chilly-Mazarin

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 23 Mai 2010, 15:16

j'etait aller le voir au cinema , a l'epoque j'avais trouver quasis parfait
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Max59 » Dim 23 Mai 2010, 15:41

Pareil vue a sa sortie et trouver pas mal et depuis plus envie de le revoir bizarre (le deux est bien pourri)
Avatar de l’utilisateur
Max59
Gandalf
Gandalf
 
Messages: 671
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 16:54

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Dim 23 Mai 2010, 17:55

Le 2 ça vaut un bon gros 0 :eheh:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Impasse (L') - 10/10

Messagepar Scalp » Lun 24 Mai 2010, 11:12

L'impasse Brian De Palma - 1993

Image


Quand on vient de voir une merde la meilleure chose à faire c'est de se laver les yeux c'est de choisir un film du meilleur réalisateur de l'histoire et on a plus qu'a choisir et ici tant qu'a faire autant prendre son masterpiece. Le dernier chef d'oeuvre de De Palma ( même si dans Femme Fatale y a des beaux restes de son talent après il a fait comme ses copains italiens, surement par solidarité pour la coupe du monde perdu en 94, les dates concordent, ça me parait une bonne explication, du coup ils ont été en dépression et on fait de la merde ).

De Palma le génie réussit l'exploit a nous faire croire que Carlito va réussir à s'en sortir alors qu'on voit sa mort dès la première minute du film, pendant un moment on oublie même qu'il meurt dès le début, toute la virtuosité de De Palma est aussi service du film, dès l'intro avec l'image qui bascule on sait qu'on va en prendre plein les yeux et De Palma joue avec nos nerfs. Réussir à faire oublier la mort d'un perso c'est grand, c'est rare, c'est De Palma car commencer son film avec la mort de son héros c'est sacrément casse gueule, ici ce héros est donc dans l'antichambre de la mort et pendant 2h il va nous raconter comment il en est arrivé là avant de partir pour toujours, le Carlito's Way du titre. Alors qu'aujourd'hui on arrive même pas à nous faire croire qu'un personnage est en danger, De Palma réussit donc l'exploit de nous montrer la mort de son personnage et nous faire croire qu'il peut s'en sortir, si ça c'est pas du génie.
C'est une putain de tragédie Grec à laquelle on assiste, un putain de film noir, un putain de chef d'oeuvre. On peut considérer le film comme une suite de Scarface avec un Tony Montana sortant de prison et ayant changé ( même si vu le psychopathe que c'est, un changement aussi radical est impossible ).
On suit donc Carlito Brigante qui veut se retirer du bizz pour pouvoir vivre sa vie tranquille mais tout ne sera pas si facile, il est otage de son passé, otage de sa réputation, otage de ses fréquentations, otage de son quartier, otage de son code de l'honneur dans une époque où ça ne veut plus rien dire, il se retrouve donc dépassé par les évènements, il ne contrôle plus rien, d'où l'impasse du titre fr, mais la seconde chance ne sera pas rendez vous, finalement c'est un film sur la fatalité.
Le script évite à merveille le truc cliché de la rédemption, non Carlito ne la cherche pas, il essaye pas de se racheter, il veut juste changer de vie, il cherche pas un pardon quelconque, bon certains pisse froid diront que le déroulement est trop linéaire et alors ? depuis quand c'est un défaut un script linéaire surtout que c'est aussi bien rythmé et qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde et que le script se révèle plutôt riche et dense ( de loin le meilleur script de David Koepp ), à une époque où on encense n'importe quel film, Carlito's Way est un modèle d'écriture, point barre.
Un film qui se révèle profondément mélancolique et au ton très crépusculaire dont la fin est toujours aussi bouleversante, De Palma a toujours eu cette mélancolie en lui, elle est là dans plusieurs films, d'ailleurs l'histoire d'amour est ici assez belle et même lyrique.
Comme dans tout De Palma qui se respecte, la caméra est toujours en mouvement et on a donc des scènes d'anthologies. Une fois de plus il mérite sa réputation de maitre du suspens, ici on a donc la scène du billard : véritable mise en abîme ou De Palma nous annonce la couleur a travers le perso de Carlito quand il dit un truc du genre "je vais vous faire un coup comme vous avez jamais vu" c'est De Palma qui nous dit " Attention les gars, voilà tout mon talent qui va vous gicler à la gueule. Et c'est une démonstration à laquelle on assiste, un modèle de découpage ( où le regard de Carlito nous fait comprendre la situation en un rien de temps, et de dilatation du temps, le plan ou on voit passer le tueur dans les lunettes ça tue avant le déchainement de violence ( le tout jeune John Ortiz se fait égorger ) et le "ok i'm reloaded" est depuis entré à la postérité tellement il a été reprit dans des morceaux de rap. De Palma fait passer tellement d'info juste avec sa caméra.
Et puis il y a cette dernière demi heure de folie, qui commence avec la visite de Brigande à son avocat et là c'est un enchainement de scène qui tue : la mort de Penn avec ce plan sur le gun et les balles jeté à la poubelle, ce plan séquence dans la boite ou Brigande gère toute la situation ( avec l'éternel mouvement 360 ° sur les acteurs entrain de parler et les monologues intérieurs vraiment bon ) puis le début de la course poursuite morceaux de bravoure ultime ou De Palma enchaîne les plans séquences de virtuose ( alors que dans un film comme Outrages son plan séquence c'est la pure esbroufe ici c'est vraiment parce que c'est le meilleur moyen de rendre la scène immersive ), on sait très bien que cette course est inutile que c'est juste un baroud d'honneur, une course contre la fatalité.
Le dernier plan est magnifique avec Carlito qui s'en va en paix, qui sait que Gail élèvera très bien son fils.
Et même dans un film comme ça il arrive a refourguer ses obsessions de voyeur ( Carlito qui espionne Gail ou quand il se retrouve sur le pas de la porte mais il délaisse sa vulgarité légendaire de Body Double et Pulsions, il recycle ses scènes des Incorruptibles comme le meurtre de l'ascenseur ou le final dans l'escalier, par contre il se calme avec ses gimmick ainsi on pas de split screen et sauf erreur il utilise la double focale une seule fois ( lors de la scène de la libération de Carlito ). Et pui il y a comment il filme ses dialogues, c'est des trucs cons mais chez De Palma le champ contre champ n'est pas une option, on filme ça avec brio.

Al Pacino amha dans son meilleur rôle ici pas de faute de gouts, pas de surjeu et il est merveilleusement mis en valeur par De Palma qui adore sa façon de bouger, Pacino quand il se déplace c'est juste la classe, quand je pense à Pacino je pense directement à ce rôle, ce qui est pas rien quand on regarde sa monstrueuse filmo, Sean Penn méconnaissable trouve lui aussi dans un de ces tout meilleurs rôle, faut dire que son perso d'avocat c'est de l'or en barre a jouer ( lui aussi est très sobre dans un rôle ou il aurait largement pu cabotiner, chose qu'il sait faire à merveille pourtant, il est dans l'excès juste ce qu'il faut ) par contre quand je pense à Penn je pense pas à ce rôle tant il
a fait n'importe quoi depuis ce film, John Leguizamo campe un Benny Blanco from the Bronx inoubliable dans son rôle de grande faucheuse ( j'adore le gros plan sur sa tronche lors de son face à face avec Pacino dans la boite de nuit), Luiz Gusman c'est du second rôle solide ( flic ou gangster il joue que ça ), Viggo Mortensen prouve en 2 minutes que c'est un putain d'acteur, et Penelope Ann Miller au corps parfait dans le seul film de sa carrière dont elle peut vraiment être fier, jamais comprit les reproches qu'on faisait sur sa prestation surtout si c'est pour encenser Geneviève Bujold dans Obsession.

La photo est a tomber avec des éclairages magnifiques, rouge sang, bleu nuit et noir comme la mort.
Le seul léger bémol que j'aurais c'est sur la BO, c'est moins convaincant que d'habitude Patrick Doyle n'a clairement pas le talent d'un Morricone ou d'un Pino Donaggio, enfin on entend de la bonne zic et Joe Cocker ça le fait toujours.
A noter que le film fera un four en France, mais genre vraiment, et qu'il sera nommé film de l'année par les Cahier du cinéma, comme quoi ils regardent pas que du Goddard.
Carlito's Way c'est LE cinéma, l'essence même du cinéma, son plus parfait défenseur, et depuis il trône tout en haut avec son statut de chef d'oeuvre inébranlable, là on parle de vrai chef d'oeuvre, on parle pas d'Avatar. Un jour Larry Bird avec un match contre les Bulls avait déclaré “God disguised as Michael Jordan" en parlant de la performance de Jordan, bein ici c'est pas pareil, c'est Dieu déguisé en De Palma.

"I'm so tired"



Et pour le fun, l'avis de Gans sur le film (bon il peut être revu le film depuis, j'espère pour lui) :
"Ce n'est pas un hasard si la carrière de Verhoeven a suivi celle de De Palma. Leurs deux carrières sont bâties sur le cynisme et c'est ce qui est en train de les tuer. Voir RAISING CAIN ou BASIC INSTINCT, c'est quand même effrayant en comparaison avec leurs premières oeuvres respectives.
CARLITO'S WAY m'a abasourdi: c'est son pire film. C'est effrayant de bout en bout. Voir la pétasse de Martin Bregman, Penelope Ann Miller,filmée avec des filtres de merde comme un film des années 70 avec Barbra Streisand réalisé par Arthur Hiller, tu te demandes "Comment le cinéaste qui m'a fait aimé le cinéma en est arrivé à cette daube infâme? c'est monstrueux,c'est le zéro absolu du cinéma.
(...) Tant qu'il se complaisait dans son cynisme mais qu'il restait sur la frange, c'était parfait car il faisait des films en réaction contre le reste de la production américaine. CARLITO'S WAY est un film dans la m..... C'est insupportable. J'en ai autant pour le DRACULA de Coppola.
Quand je vois ce genre de films, je me demande si j'aime encore le cinéma. Et puis heureusement,quelques jours après,je vois un bon film et je me dis que ce n'est pas moi qui débloque!"

Tarantino a un avis un peu plus nuancé mais bon :

"Je crois sincèrement qu'il n'y a que deux choses à retenir dans L'IMPASSE. Mais elles sont tellement bonnes qu'elles sauvent le film. La scène du billard, chef-d'oeuvre de suspense, et la poursuite dans le métro. je suis retourné quatre fois au cinéma, rien que pour voir cette poursuite. Elle commence quand il sort du club. A partir de là, pendant les vingt minutes qui suivent, vous êtes parti pour une fantastique leçon de cinéma."
Critiques similaires
Film: Impasse (L')
Note: 10/10
Auteur: caducia
Film: Impasse (L')
Note: 10/10
Auteur: Jack Spret
Film: Impasse (L')
Note: 9,5/10
Auteur: Hannibal
Film: Impasse (L')
Note: 8,5/10
Auteur: Waylander
Film: Impasse (L')
Note: 10/10
Auteur: Heatmann

Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar jean-michel » Lun 24 Mai 2010, 11:20

il faut que je le revoie, j'en ai un très bon souvenir et ta critique me pousse encore plus!! :super:
Avatar de l’utilisateur
jean-michel
Godzilla
Godzilla
 
Messages: 12763
Inscription: Sam 05 Jan 2008, 10:04
Localisation: essonne91 Chilly-Mazarin

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Max59 » Lun 24 Mai 2010, 11:22

:super: Du grand art, Pacino quand meme entre les Parrains, Scarface, Heat, L'impasse et Donnie Brasco respect
Avatar de l’utilisateur
Max59
Gandalf
Gandalf
 
Messages: 671
Inscription: Jeu 04 Mar 2010, 16:54

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar moricenlive » Lun 24 Mai 2010, 12:14

Tout pareil. L'Impasse c'est 10/10, minimum. Penn est tellement bon dans le film!
When a noise bothers you, listen to it John Cage.
scalp a écrit:Southland Tales d'un drogué
On dirait une version scary movie de Strange Days.
10/10
Avatar de l’utilisateur
moricenlive
Predator
Predator
 
Messages: 3497
Inscription: Lun 13 Aoû 2007, 09:23

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Lun 24 Mai 2010, 15:26

:super: pffff que dire , rien . superbe critque :super: :love: pis bon c'est clair que le bluray est la prfaite occasion de se le refaire . j'ai juste survoler de chapitre en chapitre mais ca donne un coup de jeune terrible , superbe transfert .

sinon oui 10/10 c'est une evidence , c'est clair que nivo polar 90's ou meme polar tout court c'est un peu ultime . Depalma ce dechirra la dessus , et pacino s'invstit grave

enfin comme tu dit , c'est vrai , c'est excatment ca, meme avec l'intro , ben arrive la fin sur le quaie de la gare et tu croit dur comme fer qu'il va prendre le train ... c'est fort ca . un suite non avouar a scarface . pas grand chose a rajouter a ce que tu a dit , tu en fait bien le tour . une œuvre stupefiante et remarquable , une œuvre tres sombre, violente et haletante. Porte par une mise en scene riche et structure .un scenar touchant , emouvant , juste beau . le meilleur film sur la redemption . un gros chef d'oeuvre
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Lun 24 Mai 2010, 15:36

Pour moi c'est pas vraiment un film sur la redemption, Carlito essaye pas de se racheter, il veut juste changer de vie, y a une grosse nuance.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Lun 24 Mai 2010, 15:38

ben moi je trouve que c'est tres proche
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Lun 24 Mai 2010, 15:40

Bein quand on parle de rédemption, en général c'est quand le gars essaye de se racheter de ces erreurs en faisant des choses bien, là Pacino à part se remettre avec sa copine y fait rien de spécial, y rentre juste dans le droit chemin.
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Lun 24 Mai 2010, 15:47

ouai ca juste ce que tu dit , mais la "redemption " est quand meme au coeur du film
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33395
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Scalp] Mes critiques en 2010

Messagepar Scalp » Lun 24 Mai 2010, 15:49

Pour moi la rédemption c'est vraiment quand le héros essaye de se racheter de ces erreurs, là il tire un trait sur son passé, par exemple je trouve que Unforgiven c'est bien plus un film sur la rédemption que l'impasse, enfin ça change pas la note du film :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Scalp
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 58704
Inscription: Ven 04 Jan 2008, 13:17

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO