[Moviewar] Mes critiques en 2010

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

Welcome to the Rileys - 8/10

Messagepar Moviewar » Jeu 18 Nov 2010, 21:51

Welcome to The Rileys 8/10

Image

-Une lumière venue de l'ombre-


Le premier film que je vois du fils du réalisateur Ridley Scott, Jake Scott ne m'a pas déçu. Il a réussi son pari et avec ce film à l'histoire bouleversante, se démarque des Scott Old Génération, habitué des grandes productions.

Welcome to The Rileys raconte l'histoire d'un couple qui à la suite de la disparition de leur jeune fille de 15 ans dans un tragique accident, vont chacun à leur manière se lancer dans une autre vie. Le père, Doug Riley (James Gandolfini) joue au poker sans réel but et trompe sa femme, Lois Riley (Mellisa Leo) totalement perdue et repliée dans sa maison au point de ne même plus pouvoir aller chercher le courrier à 3 mètres de sa porte.

Jake Scott nous fait entrer doucement dans la vie des Rileys, il pose le ton du film par l'immersion furtive dans ce couple assez cafardeux, à l'image de la stèle funéraire déjà posée aux cotés de leur fille. Dès ces premiers instants on sent qu'à n'importe quel moment tout peut arriver. C'est ce qui arrivera lors d'un voyage d'affaire de Doug à la Nouvelle-Orléans. En effet, la surprenante rencontre avec Mallory-Allison (Kristen Stewart) une stripteaseuse de 15-16 ans, va complètement perturber la vie de Doug, qui en l'espace d'une soirée va retrouver son rôle de père qui lui tenait tant à cœur. S'en suit la naissance d'une nouvelle vie pour Doug mais aussi pour Mallory. La séparation avec sa femme Lois est là.

Image


Le film va proposer un rythme assez puissant au niveau des multiples péripéties, que des émotions. Entre les « heures sup' » de Mallory qui tournent mal, provoquant indéniablement une tension palpable autour de son travail, et l'arrivée de Lois qui se laisse prendre à son tour aux retrouvailles de leur fille perdue, Scott joue avec nous et nos émotions. Les révélations faites par Lois, les sautes d'humeur de la part de chacun fait que le film tient un rythme impressionnant.

La fin est impeccable. On est parfaitement imprégné de la dureté des moments vécus par Mallory et le couple Riley, que malgré un final surprenant il reste cependant très réaliste.
Concernant le plan d’ouverture du film, c'est véritablement lors des révélations de Lois que l'on va prendre conscience de son importance, à savoir une voiture en feu. Image que Scott développera avec une grande maitrise en toile de fond.

Image


Concernant les interprétations, le trio est éblouissant. Dans un premier temps, James Gandolfini retrouve ses airs de parrain qu'il incarne majestueusement dans The Sopranos, et il va interpréter ce père protecteur avec sagesse. Mellissa Leo est juste renversante, un grand coup de chapeau notamment lors de sa re-naissance et sa redécouverte du monde tel un détenu ayant purgé une peine de 8 ans. Enfin, Kristen Stewart, après son passage remarqué dans Les Runaways, efface de plus en plus les morsures de Twilight, et joue son rôle à 100% avec cependant une sur-interprétation par moments, mais prouve qu'elle a un véritable potentiel dans les films dramatiques. On retrouve un peu de Tracy Tatro, son rôle de jeune adolescente perdu dans les caravanes d'Into The Wild.

Coté négatif, on pourrait reprocher au film, peut être un enchainement des évènements trop rapide...

Welcome to The Rileys laisse présager un très bel avenir cinématographique pour le fils Scott.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar zack_ » Jeu 18 Nov 2010, 22:06

moviewar a écrit:
zack_ a écrit:3 critiques, 3 films qui me tente pas du tout :oops:
Si je dois me pencher sur un Sofia Coppola a sera Virgin Suicides
L'affiche de son dernier film fait très porno des années 70 :eheh:

Et les prochaines??


Ah mieux y a du film que je veux voir c'est pour ça ;) mais j'aime découvrir aussi les autres
zack_
 

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Jeu 18 Nov 2010, 23:41

:super: merci pour cette critique , il me plaisait bien ce Welcome to The Rileys et tout ce que j en lit confirme bien ca , faudras qu e j attende le Z1 bientot pour le mater , gandoflini c'est un vrai super acteur , pis melissa leo aussi , en tout cas comme tu dit , a suivre le fiston scott :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Moviewar » Ven 19 Nov 2010, 13:49

:super:

Critique suivante Neds. Pour info Heatmann j'ai vu que la sortie anglaise est prévue pour Janvier 2011.

Voici la Bande annonce:

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Ven 19 Nov 2010, 15:51

mouai bof, j'ai aussi the kis are all right qui m'interrese et avait lue ta critique qui confirmai aussi ce que je m'en imaginais , vais le mater sous peu celui la :super:
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Neds - 8,5/10

Messagepar Moviewar » Lun 22 Nov 2010, 22:31

Neds 8,5/10

Image

You want a Ned!? I''ll give you a fuckin' Ned!


Nouveau bijou d'outre manche, Neds nous plonge dans l'univers violent des Non Educated Delinquents des années 70. La comparaison à This Is England peut se faire car tout deux traitent de l'histoire d'un jeune adolescent empruntant un nouveau chemin, qui au gré des rencontres le conduira face à son destin complètement changé par une violence et des actes dramatiques.

Dans divers interviews, Peter Mullan va démentir que le film a quelque chose d'autobiographique. Chose que l'on doute au vue de son adolescence et de la ressemblance avec ce film. En effet, Peter Mullan est le fils d'un ouvrier alcoolique et violent, personnage qu'il a repris à son compte dans son film. On suit donc l'histoire d'un jeune garçon John McGill (Conor McCarron le joue ado) à la tête d'ange et aux résultats scolaires prestigieux. Vint une ellipse temporelle (qui au passage est réalisée avec la plus grande finesse: gros plan sur le mur d'une salle de cours se transformant par un jeu de lumière) et John entre alors au collège.

Image


Depuis tout petit John « baigne » dans un monde violent, entre un père qui terrorise la famille à chaque apparition au point où tout le monde se tait, et un grand frère Benny au comportement violent, devenu, depuis ses multiples renvois, le leader des D-Cars, le gang du quartier.Ce n'est qu'à travers son travail que John arrive à s'exprimer. De plus être le frère de Benny, lui vaut une « intouchabilité ». Et c'est de là que le problème va venir. Petit, c'est son frère qui venait régler ses comptes... Devenu à son tour ado, il reste malgré tout calme et non violent, jusqu'au jour où la réputation de son frère mais aussi son origine sociale viennent tout rompre.

Image


En résumé, il va se retrouver dans un gang, prêt à se battre à coup de marteaux et de lames, le transformant complètement à lui en faire perdre sa raison de vivre, à savoir son amour pour les études, l'amenant à vouloir mourir.

Neds possède une puissance non mesurable, j'entends par le fait que tout au long du film, Mullan nous incendie de moments incroyables dans tous les registres. De règlements de comptes personnels ou entre gangs à des scènes d'école mêlant la comédie et le drame, en passant par des moments de grande solitude, Mullan impose son rythme et quel rythme! Filmé au plus près de l'action, on vit dans le film et on passe par divers ressentis émotionnels.

Image


A noter la séquence de règlement de compte sur le pont (visible à la fin de la bande annonce) qui reste mémorable malgré une violence poussée à l'extrême.

Le jeu des acteurs est parfait, chacun rentre au plus profond dans leurs rôle donnant au film un rendu plus vrai que vrai. Enfin l'ambiance des années 70 est très bien retransmise à travers les habits: chaussures Docteur Martens, veste Harrington et par une bande originale assez rock.

Image


Neds est une vraie bonne surprise. Il deviendra certainement une référence du genre. Peter Mullan confirme son talent en tant qu'acteur-réalisateur. A noter la victoire au festival de San Sebastian.
Critiques similaires
Film: Neds
Note: 8/10
Auteur: Criminale

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Outrage - 7,5/10

Messagepar Moviewar » Ven 26 Nov 2010, 17:21

Outrage 7,5/10

Image

… ou comment les Yakuzas lavent leur linge sale en famille!!


N'étant pas un très grand connaisseur du cinéma asiatique (il m'arrive cependant de regarder quelques films: Old Boy, The Chaser, Memories of Murder par exemple) c'est toujours avec le même émerveillement et la même admiration que je sors d'une séance. Outrage confirme la règle et impose son style sobre et violent mis en scène par un Takeshi Kitano surpuissant.

Le film nous immerge dans le milieux des gangs japonnais où chaque clan est prêt à tout pour être bien vu du grand patron et surtout s'imposer dans des territoires pour y faire proliférer de l'argent et y faire régner une terreur non négociable.

Image


C'est donc les histoires entrecoupées de plusieurs clans: Otomo, Murase et Ikemoto, que l'on va suivre. Toutes avec pour objectif final: satisfaire le parrain. Le grand patron va déléguer ses ordres par le biais de ses multiples sbires et va décider qui mérite de vivre ou non. Les maîtres mots du film seront: complots, corruptions, trahison, vengeance et violence.

Pour faire assez court, chaque chef de clan sous les ordres du patron va tenter d'éliminer ses adversaires par des combines, avec à la clef des promesses d'un pouvoir toujours plus grand. Le film est paradoxalement très calme dans son ensemble, et les évictions des différents prétendants toutes brutalement différentes sont réparties avec justesse et finesse. Kitano ne nous impose pas une violence constante, mais des pics de tensions par ces règlements de compteà divers endroits: dentiste, sauna, bar...

Image


Enfin, une des forces du film réside inévitablement dans la réalisation. En effet, les plans sont magnifiques et le monde des yakusas est captivant. Les soumissions extrêmes entre les « esclaves » et les maitres sont impressionnantes. de plus les séquences en mode clan sont tout simplement bluffantes. Le chef de clan, assis sur son canapé, le regard noir, entouré dans toute la pièce de ses combattants, attendant la riposte de son adversaire ou l'annonce de la mort de l'un des siens donnent lieu à des scènes pleines de vie tout en étant silencieuse et, par ce jeu de caméra et de positionnement des acteurs le film bénéficie de ce rythme paisible vibrant à chaque doigt coupé...

Image


Concernant les acteurs, Outrage, film quasiment 100% masculin, brasse un nombre surprenant de personnages différents. Les chefs de clans, les gardes du corps, ou les nouveaux venus, tous sont en pleine forme dans leur rôle. On a donc le droit à des interprétations parfaites notamment celles de Otomo (Takeshi Kitano), Murase (Renji Ishibashi) et Mizuno (Kippei Shiina) pour ne citer qu'eux.

Takeshi Kitano, à l'image de l'affiche est impressionnant en tant qu'acteur, mais aussi derrière la caméra. Outrage joue la carte de la comédie noire par le biais de ces histoires aux fins étranges...
Critiques similaires
Film: Outrage
Note: 7,5/10
Auteur: Tarankita
Film: Outrage
Note: 7/10
Auteur: Velvet
Film: Outrage
Note: 9,5/10
Auteur: Criminale
Film: Outrage
Note: 8/10
Auteur: Jimmy Two Times
Film: Outrage
Note: 7,5/10
Auteur: Scalp

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Criminale » Sam 27 Nov 2010, 00:33

Je l'ai trouvé plus que génial ce film. Une vraie petite tuerie.

:super:
Avatar de l’utilisateur
Criminale
Alien
Alien
 
Messages: 5211
Inscription: Lun 15 Fév 2010, 09:11
Localisation: Bloc B3 Paname

Harry Potter et les reliques de la mort - 1ère partie - 7,5/10

Messagepar Moviewar » Dim 28 Nov 2010, 18:24

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1 7,5/10

Image

Tobby and us are happy to meet again master Potter...


David Yates, réalisateur déjà des deux derniers films sortis au cinéma de la saga Harry Potter arrive avec la première partie du dernier opus: Les reliques de la mort. À l'instar des dernières aventures de Potter, le film est très sombre et le coté festif de Poudlard est absent, mais on ne peut pas les empêcher de grandir et de combattre le fameux Voldemort.

Image


Cette première partie pourrait être comparée (toutes proportions gardées) à Kill Bill 2 (je sens que l'on va me tomber dessus...) du fait qu'il s'agit vraiment d'une explication sur le futur combat final et sur la façon de détruire Voldemort. Les scènes d'actions sont présentes, mais pas à l'égal des autres Harry Potter, mais d'après les informations, le dernier film sera à l'image de Kill Bill 1, assez mouvementé et remplis de vengeance.

En effet, Yates présente d'emblée et d'une très belle manière la séparation entre les gentils et les méchants. Tout le film va se concentrer sur ces deux clans avec les différentes tentatives de prises de Potter par les mangemorts et autres soldats de Voldemort. Ce dernier a maintenant de plus en plus de pouvoir: contrôle du ministère de la Magie et de Poudlard et va tenter à tout prix de tuer Harry. Du coté du trio magique, Harry, Ron et Hermione doivent trouver et détruire les Horcruxes, contenant un morceaux de l'esprit de Voldemort avant que celui-ci s'empare des reliques de la mort lui procurant un pouvoir divin.

Image


N'ayant pas lu les livres, je ne peux critiquer l'aspect respect original de l'histoire. Les Reliques de la mort partie 1 est très sombre. On pourrait regretter l'absence du coté magique qui émerveille à chaque HP. Le fait que Poudlard n'est pas présent, ni même les compagnons de Potter ou encore la découverte du monde de la magie, est compréhensible. Cependant, le film tient un rythme correct, certes il y a beaucoup de moments intimes entre le trio, mais la mise en place du combat final fait que l'on suit l'aventure avec un grand intérêt. Le film retranscrit avec assez justement les émotions, notamment lors des scènes de la tente donnant lieux à de nombreuses explications. Mais Yates nous plonge par moment, trop vite dans les situations qui auraient du être plus développées comme l'infiltration au sein du Ministère, l'épisode dans la ville natale de Potter ou encore celui de la prison et du show Beatrix. Dommage car le ton du film aurai été parfait et cet entrecroisement bien / mal aurait donné des coups de force au rythme.

Enfin, malgré un coté très sombre, l'épisode détient vraiment de nombreux pics comiques: démultiplication des Harry Potter, scène avec Ginny (Bonnie Wright), Ron (Rupert Grint) pendant l'ensemble du film, pour ne citer qu'eux.

Image


Les acteurs répondent toujours présent. Daniel Radcliffe toujours égal à lui même, à savoir « The Choosen One » un peu chiant à la longue, mais Rupert Grint et Emma Watson complètent leur petit ménage à 3 qui est touchant. Ralph Fiennes n'a pas beaucoup d'intervention, tout comme Alan Rickman (Severus Rogue) mais ces derniers imposent toujours autant une noirceur au film. Enfin, les deux qui sortent comme souvent du lot, sont Helena Bonham Carter (Beatrix Lestrange) et Bill Nighy (Rufus Scrimgeour) avec leur touche de folie propre à ce monde magique. A noter la superbe prestation de Peter Mullan.

Dernier point à évoquer. Les paysages sont d'une beauté à couper le souffle. Mon voyage l'année passée dans les Highlands écossais, lieux de tournage des HP, n'a fait qu'amplifier le ressentis de solitude de Potter dans ces étendues vertes et humides l'isolant complètement de l'agitation londonienne.

Harry Potter 7 est finalement au rendez-vous mais il subit la préparation à l'épisode ultime, le rendant par moment banal et sans grande féérie. Vivement le 13 juillet 2011.
Critiques similaires

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Machete - 8,5/10

Messagepar Moviewar » Sam 04 Déc 2010, 17:08

Machete 8,5/10

Image

La vengeance à la sauce mexicaine est un plat qui se partage et se mange très chaud agrémenté d'une bonne dose de « sangre »


Dès la vision de la fausse bande annonce de Machete lors de la sortie de Grindhouse en 2007 et dès l'annonce d'un projet avec aux commandes Robert Rodriguez, c'était un des films que j'attendais avec une grande envie.

Rodriguez reprend son idée de justicier mexicain qui se venge à coup de machette. En re visionnant la fausse bande annonce on peut apercevoir la légère trame de départ bien que celle ci soit assez faible. Dans cette version ciné, on suit dans un premier temps le vrai personnage de Machete à travers son service dans les Fédéral Mexicain où lors d'une mission de sauvetage ça va mal finir...

Image


Quelques années plus tard, Machete est passé aux États Unis, en manque de boulot il va accepter un contrat qui va le mener à devenir l'ennemi numéro 1 mais c'était sans compter l'aide du Network, réseau entre les Mexicains passés illégalement et la survie de ces derniers dans l'état du cow boy.

Je vais passer sur l'histoire du film en lui même pour y laisser le plaisir de la découverte, mais on pourrait facilement le résumer par une phrase: La vengeance à la sauce mexicaine est un plat qui se partage et se mange très chaud agrémenté d'une bonne dose de « sangre ».
Machete est un film à part entière et il en joue. Les fans du genre vont adorer, mais cela va certainement avoir aucun effets sur les autres. Dans un premier temps, ce qui nous saute aux yeux c'est le casting.

Image


Un casting royal avec vraiment rien à jeter. Danny Trejo tient le rôle de sa vie, sa gueule de malade ne peut que l'aider et il manie ses machettes (ou autres objets à lames...) avec Dexter ité. Ensuite, Michelle Rodriguez (Luz) tient toujours son poste de garçon manqué, enfin garçon il faut le dire vite surtout lorsqu'elle nous sort l'underbra noire accompagnée de ses deux joujou explosifs. Jessica Alba (Sartana) se glisse parfaitement dans son rôle de flic aux penchants vicieux ainsi que Lindsay Lohan (April Benz) qui vient clore le film parfaitement en une manière « catholique »... Du coté de l'ancien duo Nash Bridges, Don Johnson (Lt. Von Stillman) et Cheech Marin (Padre Benito del Toro) sont à l'opposé de leurs principes et ça fait plaisir. Le premier sécurise la frontière à coup de fusil, le second en tant qu'homme de Dieu aide ses amis dans le pétrin. Enfin en véritable guest star, Robert De Niro (sénateur McLaughlin) est tout un symbole. Ses multiples coups de sang sont parfaits et puis le voir avec des armes à la main ça peut que le rajeunir! Pour finir, Jeff Fahey (Michael Benz) est véritablement un des éléments forts du film par notamment ses pensées envers sa famille et sa soumission à Torrez. Torrez incarné par un Steven Seagal qui selon moi n'est pas à la hauteur des autres, bien qu'il soit très grand... Bref, il reste cependant imposant lors de ses apparitions et laisse tout le monde sur place lorsqu'il sort son sabre ravageur.

Image


Machete est plein de petites attentions qui font que le film est rempli de scènes comiques et passionnantes. On pourrait reprendre le coup du « Machete doesn't text » puis « I received a text from Machete » qui font forcément rire, les divertissantes utilisation de ses armes où on est rigole déjà en voyant les outils qu'il sélectionne: outils de jardin, de médecin, de cuisine... Bien évidemment le film est porté magistralement par les séances de machettes, où ça coupe de partout avec des combats hallucinant... Enfin, les attentions sont présentes: le coup du thermomètre dans le crane, les rayons de soleil qui font que chaque personne dans l'église aient une croix sur la tête est tout simplement énorme.

Machete a un rythme excellent. Rodriguez se permet de petites romances comiques, ainsi qu'une véritable histoire sur fond de politique et d'immigration lors d'élections sénatoriales ce qui permet d'ouvrir le film sur des histoires différentes aux personnages nombreux: Shé, Sartana...

Image


Pour conclure, la bo, effets spéciaux ou autres scènes d'actions sont tous bien mis en place et dirigé de main de maitres, ça envoi du lourd, du très lourd et on ne peut qu'attendre les autres réalisations de Rodriguez. (Allez on peut se prendre à rêver avec un Machete Kills et Machete Kills Again...)

Robert Rodriguez reprend les ingrédients de Planète Terreur et en y mettant son piment mexicain sous les traits d'un Dany Trejo explosif, nous sert un véritable cocktail pleins d'humour sanglant comme on aime.
Critiques similaires
Film: Machete
Note: 8/10
Auteur: francesco34
Film: Machete
Note: 6/10
Auteur: Kareem Said
Film: Machete
Note: 8/10
Auteur: Thom1979
Film: Machete
Note: 6/10
Auteur: caducia
Film: Machete
Note: 8,5/10
Auteur: Heatmann

Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar zack_ » Dim 05 Déc 2010, 10:23

Je voulais le voir hier!
Faites des gosses j'ai fini devant Raiponce :eheh:
zack_
 

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Moviewar » Dim 05 Déc 2010, 10:28

:mrgreen: Sinon t'aurai pu les y emmener en leur laissant les lunettes 3D histoire que ça masque un peu l'image :chut:
Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 05 Déc 2010, 15:59

Raiponce c'etait genial putain , pis la 3D est superbe , vive les gosses :mrgreen:

sinon super critique pour machete :super: machete don't text 8)
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Moviewar » Dim 05 Déc 2010, 16:57

thanks :super:

au fait je savais plus si c'était don't text ou doesn't text? parce que en bon anglais c'est le deuxième non? Et je crois qu'il dit don't text :?:
Avatar de l’utilisateur
Moviewar
Modo Peace & Love
Modo Peace & Love
 
Messages: 8330
Inscription: Lun 10 Mai 2010, 19:41
Localisation: Into the Wild / Gaumont Parnasse

Re: [Moviewar] Mes critiques en 2010

Messagepar Heatmann » Dim 05 Déc 2010, 17:14

ben ouai mai machete il parle pas trop le bon anglais ! :mrgreen: je croit qu il dit bien don't
Image
Avatar de l’utilisateur
Heatmann
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 33394
Inscription: Jeu 06 Aoû 2009, 14:29
Localisation: UK

PrécédenteSuivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO