[Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Vos critiques de longs-métrages

Modérateurs: Dunandan, Modérateurs du forum

[Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mr Jack » Mer 03 Jan 2018, 00:12

C'est à dire que cette année, je vais essayer de repasser au dessus de la barre des dix critiques annuelles. J'ai fait péter deux records persos en 2017 : atteindre la barre des 200 films à l'année et en même temps accumuler le plus petit nombre d'avis argumentés couchés après lesdits visionnages. Si j'ai une résolution pas compliquée à tenir, c'est bien celle là.

Image

Classement 2018 complet:

1- Isle of Dogs : 7.5/10
2- Hostiles : 7.5/10
3- Three Billboards outside Ebbing, Missouri : 7/10
4- Brawl in Cell Block 99 : 7/10
5- Les Indestructibles 2 : 7/10
6- Kodachrome : 7/10
7- Burn Out : 7/10
8- Place Publique : 7/10
9- Jean-Christophe et Winnie : 7/10
10- Mission: Impossible - Fallout : 6.5/10
11- The Age of Shadows : 6.5/10
12- Beirut : 6.5/10
13- Game Night : 6.5/10
14- Ready Player One : 6.5/10
15- Small Town Crime : 6.5/10
16- Jusqu'à la garde : 6.5/10
17- The Shape of Water : 6/10
18- Larguées : 6/10
19- The Spy Who Dumped Me : 6/10
20- Calibre : 6/10
21- Unsane : 6/10
22- The Ritual : 6/10
23- Mary et la Fleur de la sorcière : 6/10
24- Le Retour du Héros : 6/10
25- Ant-Man and the Wasp : 5.5/10
26- Hotel Artemis : 5.5/10
27- The Night Comes for Us : 5.5/10
28- Red Sparrow : 5.5/10
29- Annihilation : 5/10
30- Un Peuple et son roi : 5/10
31- I Feel Pretty : 5/10
32- Roxanne Roxanne : 5/10
33- Le Cercle littéraire de Guernesey : 4/10
34- Anon : 4/10
35- Hold the Dark : 3/10
36- Solo : 3/10
37- Mute : 3/10
38- Le Doudou : 2/10
39- Hotel Transylvanie 3 : 2/10


Films vus /au 3/09 » 128

» Janvier (18)

Rocco et ses frères de Luchino Visconti : 7.75/10
Garde à vue de Claude Miller : 8/10 (R)
Le Juge et l'assassin de Bertrand Tavernier : 7/10
La Reine Margot de Patrice Chéreau : 7.5/10
Playtime de Jacques Tati : 8/10 (R)
Les Tontons Flingueurs de Georges Lautner : 7.5/10
There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson : 8.5/10
Mon Oncle de Jacques Tati : 8/10 (R)
Blow-Up de Michelangelo Antonioni : 7/10
The Lord of the Rings : The Fellowship of the Ring de Peter Jackson : 7.5/10 (R)
Le Sens de la Fête de Olivier Nakache & Eric Toledano : 7/10
Les Valseuses de Bertrand Blier : 7/10
Three Billboards outside Ebbing, Missouri de Martin McDonagh : 7/10
Brawl in Cell Block 99 de S. Craig Zahler : 7/10
Les Grandes Gueules de Robert Enrico : 7/10
Série Noire de Alain Corneau : 7/10
Les Vacances de Monsieur Hulot de Jacques Tati : 7.5/10
Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve : 6/10

» Février (18)

The Girl with the Dragon Tatoo de David Fincher : 8/10 (R)
Jour de Fête de Jacques Tati : 6.5/10
Cent mille dollars au soleil de Henri Verneuil : 7/10
Detroit de Kathryn Bigelow : 7/10
Trafic de Jacques Tati : 7/10
Jusqu'à la garde de Xavier Legrand : 6.5/10
Shaun of the Dead de Edgard Wright : 8.5/10 (R)
The Ritual de David Bruckner : 6/10
Hot Fuzz de Edgard Wright : 8.5/10 (R)
The Age of Shadows de Kim Jee-woon : 6.5/10
Le Retour du Héros de Laurent Tirard : 6/10
Mary et la Fleur de la sorcière de Hiromasa Yonebayashi : 6/10
Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki : 7/10
The World's End de Edgard Wright : 8/10 (R)
Mute de Duncan Jones : 3/10
Fantastic Mr Fox de Wes Anderson : 7.5/10 (R)
The Darjeeling Limited de Wes Anderson : 6.5/10
Rushmore de Wes Anderson : 8/10

» Mars (14)

Roman Holiday de William Wyler : 7.25/10
La Dolce Vita de Federico Fellini : 7.5/10
An Affair to Remember de Leo McCarey : 7/10
Notorious de Alfred Hitchcock : 7.5/10
Annihilation de Alex Garland : 5/10
Whiplash de Damien Chazelle : 9.5/10 (R)
Hostiles de Scott Cooper : 7.5/10
8 1/2 de Federico Fellini : 7/10
To Live and Die in LA de William Friedkin : 9/10 (R)
Le Samouraï de Jean-Pierre Melville : 8.5/10 (R)
The Shape of Water de Guillermo Del Toro : 6/10
2001 : A Space Odyssey de Stanley Kubrick : 8/10 (R)
The Mission de Roland Joffé : 7.25/10
Ready Player One de Steven Spielberg : 6.5/10

» Avril (16)

Mon Oncle de Jacques Tati : 8/10 (R)
Playtime de Jacques Tati : 9/10 (R)
The Great Escape de John Sturges : 8/10
Roxanne Roxanne de Michael Larnell : 5/10
Si tu tends l'oreille de Yoshifumi Kondō : 7.25/10
Small Town Crime de Eshom Nelms & Ian Nelms : 6.5/10
Red Sparrow de Francis Lawrence : 5.5/10
The Shawshank Redemption de Frank Darabont : 7.5/10
Princesse Mononoké de Hayao Miyazaki : 8.5/10 (R)
Le Voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki : 9/10 (R)
Cat People de Jacques Tourneur : 7/10
Larguées de Éloïse Lang : 6/10
Isle of Dogs de Wes Anderson : 7.5/10
Monty Python and the Holy Grail de Terry Gilliam & Terry Jones : 6/10
Monty Python's Life of Brian de Terry Jones : 6.5/10
Monty Python's The Meaning of Life de Terry Jones : 7/10

» Mai (13)

Place Publique de Agnès Jaoui : 7/10
Vice-Versa de Pete Docter & Ronaldo Del Carmen : 8/10 (R)
Anon de Andrew Niccol : 4/10
The French Connection de William Friedkin : 9/10 (R)
The Haunting de Robert Wise : 6/10
Kodachrome de Mark Raso : 7/10
Parade de Jacques Tati : 5/10
The Exorcist de William Friedkin : 8.5/10 (R)
The Thing de John Carpenter : 10/10 (R)
Prince of Darkness de John Carpenter : 9/10 (R)
Solo : A Star Wars Story de Ron Howard : 3/10
In the Mouth of Madness de John Carpenter : 9/10 (R)
The Mask de Chuck Russell : 7/10 (R)
Beirut de Brad Anderson : 6.5/10

» Juin (15)

Out of Sight de Steven Soderbergh : 8.5/10
Game Night de John Francis Daley & Jonathan Goldstein : 6.5/10
Profondo Rosso de Dario Argento : 7.5/10
Suspiria de Dario Argento : 7/10
Burn Out de Yann Gozlan : 7/10
Memories of Murder de Bong Joon-Ho : 8.5/10 (R)
Le Cercle littéraire de Guernesey de Mike Newell : 4/10
Manhunter de Michael Mann : 8/10 (R)
Sleuth de Joseph L. Mankiewicz : 6.5/10
Z de Costa-Gavras : 7.5/10
The Getaway de Sam Peckinpah : 8.5/10 (R)
La Jetée de Chris Marker : 6/10
Heat de Michael Mann : 10/10 (R)
L'Aveu de Costa-Gavras : 8/10
Don't Look Now de Nicolas Roeg : 7/10

» Juillet (21)

Le Doudou de Philippe Mechelen & Julien Hervé : 2/10
Les Indestructibles de Brad Bird : 9/10 (R)
On demande une brute de Charles Barrois : 5/10 (court)
Gai Dimanche de Jacques Tati & Jacques Berr : 5.5/10 (court)
Soigne ton gauche de René Clément : 7/10 (court)
L'Ecole des Facteurs de Jacques Tati : 6.5/10 (court)
Les Indestructibles 2 de Brad Bird : 7/10
Shaun of the Dead de Edgar Wright : 8.5/10 (R)
Hot Fuzz de Edgar Wright : 8.5/10 (R)
The World's End de Edgar Wright : 8/10 (R)
Unsane de Steven Soderbergh : 6/10
Toy Story de John Lasseter : 8/10 (R)
Toy Story 2 de John Lasseter : 9/10 (R)
Toy Story 3 de Lee Unkrich : 8.5/10 (R)
I Feel Pretty de Marc Silverstein & Abby Kohn : 5/10
Cry of the City de Robert Siodmak : 6.5/10
Ant-Man and the Wasp de Peyton Reed : 5.5/10
Mon Oncle de Jacques Tati : 8/10 (R)
Mission: Impossible de Brian de Palma : 6/10 (R)
M:I-2 de John Woo : 3/10 (R)
Hotel Artemis de Drew Pearce : 5.5/10

» Aout (12)

M:I-3 de J.J. Abrams : 6/10
Hotel Transylvanie 3 de Genndy Tartakovsky : 2/10
Mission: Impossible - Ghost Protocole de Brad Bird : 7.25/10 (R)
The Spy Who Dumped Me de Susanna Fogel : 6/10
Mission: Impossible - Rogue Nation de Christopher McQuarrie : 7/10 (R)
Mission: Impossible - Fallout de Christopher McQuarrie : 6.5/10
Eraserhead de David Lynch : 7/10
Bottle Rocket de Wes Anderson : 7/10
Angel Heart de Alan Parker : 8.5/10
The Royal Tenenbaums de Wes Anderson : 6.5/10
The Big Lebowski de Joel & Ethan Coen : 8.5/10 (R)
The Mask de Chuck Russell : 7.5/10 (R)

» Septembre (14)

Playtime de Jaques Tati : 9/10 (R)
A Fish Called Wanda de Charles Crichton : 7.5/10
Inferno de Dario Argento : 5/10
The Hunt for Red October de John McTiernan : 6.75/10
Calibre de Matt Palmer : 6/10
Etat de Siège de Costa-Gavras : 6.75/10
Cours du Soir de Nicolas Ribowski (court) : 7/10
Mille Milliards de Dollars de Henri Verneuil : 6.5/10
Detachment de Tony Kaye : 5/10
Copland de James Mangold : 8.5/10
Identity de James Mangold : 7.5/10 (R)
Yojimbo de Akira Kurosawa : 6/10
Harry Potter and the Philosopher's Stone de Chris Columbus : 7/10 (R)
Harry Potter and the Chamber of Secrets de Chris Columbus : 6/10 (R)

» Octobre (10)

Harry Potter and the Prisoner of Azkaban de Alfonso Cuaron : 7.5/10 (R)
Harry Potter and the Goblet of Fire de Mike Newell : 5/10 (R)
Sanjuro de Akira Kurosawa : 7.5/10
Harry Potter and the Order of the Phoenix de David Yates : 7/10 (R)
Harry Potter and the Half Blood Prince de David Yates : 7.25/10 (R)
Un Peuple et son Roi de Pierre Schoeller : 5/10
Les Portes de la Nuit de Marcel Carné : 7.5/10
Harry Potter and the Deathly Hallows, Part 1 de David Yates : 7.5/10 (R)
Jean-Christophe et Winnie de Marc Forster : 7/10
Cocoanuts de Robert Florey & Joseph Santley : 6.5/10 (R)

» Novembre ()

Harry Potter and the Deathly Hallows, Part 2 de David Yates : 6.5/10 (R)
Animal Crackers de Victor Heerman : 6.75/10 (R)
The Night Comes for Us de Timo Tjahjanto : 5.5/10
Hold the Dark de Jeremy Saulnier : 3/10


Résolutions 2K18 - Nouvelle(s) vague(s)/Westerns/Asie/Costa-Gavras


Critiques 2017 / Top 2017
Critiques 2016 / Top 2016
Critiques 2015 / Top 2015
Critiques 2014 / Top 2014
Critiques 2013
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau (Le) - 7,5/10

Messagepar Mr Jack » Lun 15 Jan 2018, 17:26

Image

THE LORD OF THE RINGS : THE FELLOWSHIP OF THE RING (2001)

▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔
peter jackson
7.5/10


« One ring to rule them all »

Image Image


Pas facile d’adapter une oeuvre littéraire au cinéma. Alors que dire du Seigneur des Anneaux ? L’un des plus grands best seller de tous les temps (seuls Don Quichotte et A Tale of Two Cities de Dickens ont fait mieux, dans l’histoire). Peter Jackson, qui en 1995, à l’époque où il prend en main/tête le projet, n’était encore qu’un petit artisan du film gore à bas coût (dans la foulée d’un Sam Raimi) mais venait de révéler Kate Winslet au monde entier dans son drame Heavenly Creatures. Une nomination aux Oscars plus tard, tout Hollywood frétille et veut travailler avec Jackson, qui attire l’attention de Miramax, ex-boite de l’ex boss Harvey Weinstein. Jadis auréolé d’une influence sans égal dans le milieu, ce dernier participe à la diffusion du nom de Jackson, qui se voit proposer en deux ans son premier film à gros budget et un remake de King Kong par Universal. Le premier, The Frighteners, sympathique film de fantômes avec Michael J Fox, fait un petit four commercial ; quand le second est abandonné par le studio face à la concurrence du Godzilla de Emmerich et surtout de Mon ami Joe, autre film de gros singe qui on le sait tous, fut un succès sans nom (...) oui, un véritable bide qui aurait bien pu cramer la carrière de Charlize Theron).

Reste qu’en 1997, Jackson a désormais un nom à Hollywood, un projet ambitieux en tête et des fourmis dans les mains. L’industrie des CGI est en plein boom. Spielberg avec son Jurassic Park et Cameron et son Titanic ont fait passer la maitrise des effets spéciaux dans une autre dimension. Jackson, avec la boite Weta Workshop créée par son ami Richard Taylor, a bien l’intention de montrer les crocs et d’envoyer du lourd. Recréer la terre du milieu de manière réaliste mais en grande partie artificielle. Inutile de dire que la tâche se complique. Adapter un des plus gros best seller et créer un univers graphique qui marquera Hollywood à jamais, rien que ça. King Kong désormais dans un tiroir (qui, on le sait, se rouvrira bien assez tôt), le réalisateur néo-zélandais se tourne de nouveau vers les bons frères Weinstein, avec qui la négociation des droits des sagas SDA et du Hobbit avait tourné en eau de boudin. Peut-être encore vexés par le détenteur des droits, les Weinstein ne paraissent pas impliqués dans le premier scénario proposé par Jackson et sa team de scénaristes mais donnent le feu vert à deux films et un budget de 75 millions au total. S’en suit une réécriture du script proposé aux Weinstein qui réduisent l’ambition à un film de deux heures. Vexé à son tour, Jackson finira par fuir chez New Line qui proposeront la trilogie qu’on connait et qui, quoi qu’on en dise, aura réussi à marquer son empreinte dans l’histoire du cinéma américain et mondial.

Le premier volet, The Followship of the Ring, sorti il y a maintenant un peu plus de quinze ans, impressionne toujours autant par son ambition visuelle, notamment par la reconstitution folle de la terre du milieu. Alors oui, on a affaire à un des premiers films “fonds verts”, mais voir ce que peut faire un réalisateur avec moins de 100 millions de budget et comparer avec les blockbusters sans âme qui s’enchainent aujourd’hui à pas moins de 200 millions chacun, c’est peser le travail dantesque qu’il peut y avoir derrière. Au-delà des CGI, qui seront utilisés surtout pour les batailles de grande envergure, il y a un vrai travail sur le design et l’aspect crédible de cette communauté de hobbits cachée dans les collines du Shire avant de se frotter aux terribles mines remplies d’Orcs et autres montagnes enneigés remplies de pièges. La recette est peut-être d’avoir su garder avec soi les designers des livres originaux, Alan Lee et John Howe.

Au-delà du visuel, ce premier opus de la trilogie débute avant tout par une narration parfaite de l’univers de la saga. Outil indispensable devant l’énormité de la tâche pour un spectateur qui est de rester attentif pendant 3h devant un film, de fantasy, qui plus est -en ce qui me concerne, ça relevait à la base du miracle. La force première du film est de rendre attachante une bande de petits êtres, disons, simples, pour pas dire un peu débiles ; et de ne pas en souhaiter la mort soudaine, même quand l’un d’eux fait tomber une armure dans le puits d’une tombe entourée d’Orcs, par exemple. La seconde, là plus attachée à la force visuelle globale du film, est d’avoir su créer des petits instants de magie. Parfois ne tenant pas plus de trente secondes, mais où chaque personnage quitte le monde qu’il connait et suit une déchirure jusqu’à se faire absorber par une force quelconque. On pense notamment aux moments dans la forêt où les chevaliers noirs, iconiques à l’extrême, chassent Frodo qui sera forcé à plusieurs reprises d’enfiler l’anneau pour les fuir et tomber dans un trou de noirceur qui le mènera à chaque fois à une vision toujours plus sombre de son destin. Ou bien à ces instants de folie, quand des êtres soit valeureux (Boromir) ou enchantés (Galadriel) se montrent sous leurs plus mauvais jours. Ces petits instants marquent, hantent et gravent les mémoires par une spirale de bizarrerie enchanteresse.


« Even the smallest person can change the course of the future. »


Le soucis, c’est d’alterner ces instants inquiétants par des moments de niaiserie, adossés principalement aux hobbits. Le simple fait de devoir imposer une tâche aussi lourde que la sauvegarde d’un monde face aux griffes du mal incarné par un être aussi fragile et naïf que Frodo le rend attachant. Et sa bande, de Sam, son ami le plus proche, aux deux autres petits voleurs courageux, n’a pas forcément besoin de ces instants de regards béats aux vents d’un feu d’artifice trop long, par exemple. Avec ce trait de sympathie trop appuyé, bien baveux, Sam le fidèle devient Sam le toutou ; et les deux autres courageux se séparent trop vite en un Merry l’inutile et un Pippin le boulet simplet. C’est là que vient le retour de bâton d’une des deux grosses ambitions du film : l’adaptation. Alors bien que n’ayant pas lu la saga, j’imagine que cette bande là, couchée sur le papier, étalée sur des milliers de pages, n’a pas besoin d’un tel trait de sympathie pour exister. Au-delà des hobbits, certains personnages perdent trop vite de leurs couleurs : le nain, au bout d’une demi-heure ; ou bien Legolas, au bout de trente secondes. L’équilibre de grandeur (pourtant parfaitement assurée par les effets spéciaux sur la plupart des plans) comme valeur figurée ne tient pas sur tout cet éventail d’êtres, pourtant tous valeureux à leur échelle. Et les conséquences de ce traitement sont représentées par ces fissures dans la crédibilité des situations, surtout dans leur résolution. Trop souvent les boulets devraient mener à une mort certaine toute la communauté quand un petit détail a ou b sort de nulle part sauver tout le monde. Et ce détail a un nom : Aragorn.

Niveau charisme, épaules assez larges pour porter le poids d’un peuple entier, on fait pas beaucoup mieux que Viggo Mortensen. Le personnage, qui aurait pu, ou dû, être incarné par Daniel Day Lewis, qui refusa à deux reprises, possède cet aplomb sans égal nuancé d’une douceur inespérée. Son introduction est d’ailleurs pensée aussi bien que celles des autres (pour ça, il n’y a aucun ratés, toutes les premières apparitions des personnages sont soignées, c’est au fil du temps que ça se gâte). Sous sa capuche, l’anti-héros se révèle tout de suite un anti-vilain, un bouclier inoxydable et apporte à une quête un souffle épique nécessaire à tout récit de cette qualité. Et son pendant, Boromir, incarné par le malheureux Sean Astin (ne finit-il jamais un film/une série en entier ?), dégage un orgueil mal assuré et porte une fissure, peut-être prévisible en amont, mais presque déchirante lors de son éclat.

Entre les lignes se dessine une ambiance assez unique, insufflée par la musique organique de Howard Shore. Tantôt sensuelle, lyrique et grandiloquente, chaque variation amène l’action vers un glissement le plus souvent surprenant. Si dans cet opus, on n’atteint rarement un sommet épique (qu’on atteindra à mon avis qu’à l’épisode 3), on est plongés dans un mix d’ambiance chacune singulière, où l’identité visuelle et la variété des paysages aident à construire une fresque complète, une reconstitution féérique de haute volée. Quand à l’aspect adaptation stricto sensu, lecteur de la saga de Tolkien ou non, la reconstitution, et la création pure, disons le, de l’univers gargantuesque crée il y a plus d'un demi siècle, force le respect, tout simplement. Et la photographie est là pour figer des moments eux aussi forgés dans le fer. Du passage dans l’eau devant les statues des rois (ou chevaliers ?) aux simples ballades à dos de cheval le long des collines de Nouvelle-Zélande, tout est à peu près à tomber par terre.

Si les suites arpenteront des chemins plus sinueux, frôlant les abysses de la folie à la rencontre de Gollum ; et percutant de plein fouet les armées du mal lors de combats épiques, ce premier opus possède un vrai souffle d’aventure, une quête enivrante avec de vrais moments de bravoure. Pas parfait, mais singulier et comme l’ambition de départ le voulait : marquant.


Image Image
Critiques similaires

Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Alegas » Lun 15 Jan 2018, 20:13

Tu confonds Sean Astin et Sean Bean. :mrgreen:

Sinon surpris de ta note : à la lecture j'attendais un truc assez haut, mais au final t'as l'air de préférer les suites.
"Our films were never intended for a passive audience. There are enough of those kinds of films being made. We wanted our audience to have to work, to have to think, to have to actually participate in order to enjoy them."

The Wachowskis


Image
Avatar de l’utilisateur
Alegas
Modo Gestapo
Modo Gestapo
 
Messages: 36838
Inscription: Mar 11 Mai 2010, 14:05
Localisation: In the Matrix

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mr Jack » Lun 15 Jan 2018, 20:22

Oh putain c'est vrai ! J'étais persuadé que c'était l'autre Stark :eheh:

Nan bah pour le coup je le revois même un peu à la hausse, je m'étais plus fait chier la première fois que j'ai vu -et j'espère que le 2 sera une redécouverte parce que je m'étais endormi devant des arbres qui marchent :mrgreen: C'est surtout le 3 que je trouvais impressionnant à l'époque.

Après celui-là y'a pas grand chose à dire sauf les trois hobbits qui accompagnent Frodo, ce type de persos boulets...j'ai toujours du mal à supporter. Et puis ce petit côté niais qu'on retrouve à quelques moments, qui sont sûrement la caution humoristique du film mais que je trouve assez lourde.
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Dunandan » Mer 17 Jan 2018, 14:02

Je trouve qu'il passe de mieux en mieux le second, avec le temps, et quand tu connais le bouquin, le côté somnifère des Ents est conforme à la «réalité» :mrgreen:.
Avatar de l’utilisateur
Dunandan
Terminator
Terminator
 
Messages: 17965
Inscription: Jeu 08 Sep 2011, 00:36

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mr Jack » Mer 17 Jan 2018, 18:49

Ah donc l'adaptation est vraiment parfaite :mrgreen:
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

3 Billboards, Les panneaux de la vengeance - 7/10

Messagepar Mr Jack » Lun 22 Jan 2018, 19:50

Image

THREE BILLBOARDS OUTSIDE EBBING, MISSOURI (2018)

▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔
martin mcdonagh
7/10


On a déjà un premier film du mandat Trump. Un drame tout en lourdeur verbale et finesse des sentiments. Un film sur les apparences, assez finement écrit, avec de beaux moments visuels et de grosses performances d'acteurs. Sam Rockwell en tête, parce qu'il porte un personnage nuancé à bout de bras. McDormand ne surprend pas, elle est fidèle à elle-même, en toujours plus sarcastique, austère, assumant ses valeurs à base de coup de tatanes dans les couilles. La structure surprend parfois. On oscille entre plan séquence violent et flashback inutile. C'est pas un film formaté et ça fait du bien, par contre le rythme est un peu inégal, subit les coups de sangs qui viennent piquer le récit et retombe en effleurant le bitume, à hauteur d'homme. Et de femmes. Ca y va gaiement sur la police, qu'on tresse bien fort avec la violence, la bêtise, l'ignorance. Et derrière les panneaux l'Amérique, avec un grand A comme Abrutis. McDonagh parle de ça, sous différents aspects, avec un humour froid, mordant. Il met en lumière les héros insoupçonnés, les courageux bafoués, incompris. Et passe sous silence l'indicible, ce qui ne peut pas être dit, ni montré : la douleur, la tristesse, le deuil. Tout repose sur ses personnages, et ses acteurs. Fort, subtile, un peu froid, manquant un peu de souffle, peinant sous le contrecoup de sa structure surprenante, mais assurément une belle réussite qui marquera l'année 2018 à sa façon.
Critiques similaires

Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Brawl in Cell Block 99 - 7/10

Messagepar Mr Jack » Mar 23 Jan 2018, 21:47

Image

BRAWL IN CELL BLOCK 99 (2017)

▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔
S. Craig Zahler
7/10


Violent, très violent (trop violent, presque ?), Vaughn s'amuse en Bane des temps modernes. Ca casse des dos, des bras, des jambes ; ça pète des visages, ça coupe des têtes à pieds nus. L'histoire est conne : c'est l'histoire d'un mec qui est littéralement mis au pied du mur après un échange de dope qui tourne mal. Du coup le méchant lui tient les bollox et l'oblige à tomber dans le puits carcéral made in US. Celui du sud, qui pue la sueur, la merde, qui tâche et qui saigne. Zahler confirme après le surprenant Bone Tomahawk, affirme un style épuré, minimaliste et de l'action brutale, sèche, avec les os qui craquent et les têtes qui roulent. Alors c'est limité, certes. Parfois on est à la limite de la surenchère, on frôle la ligne du crédible, mais on reste juste les pieds sur la bande, en serrant les dents. Vince Vaughn lui prouve que même le plus mauvais acteur du monde peut être bien dirigé s'il tombe sur un bon réal. Là encore on est à la limite du too much (on le sent lui aussi parfois serrer les dents pour rester sérieux) mais dans l'ensemble c'est du lourd et il s'efface progressivement derrière son personnage. On a Don Johnson aussi qui pète la classe, en un ou deux plans il annonce la couleur : noire et rouge, celle du sang sur le vieux béton sale. Malgré le rythme un peu lent, la nervosité condensée permet une narration fluide, voire trop fluide parfois, où les portes s'ouvrent peut-être trop facilement. Mais franchement on va pas bouder notre plaisir devant un film comme ça, étant donné que ça court pas (ou plus) les rues.
Critiques similaires
Film: Section 99
Note: 8/10
Auteur: Scalp
Film: Section 99
Note: 8/10
Auteur: Alegas

Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Hostiles - 8/10

Messagepar Mr Jack » Mer 14 Mar 2018, 17:51

Image

HOSTILES (2018)

▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔▔
Scott Cooper
8/10


« Sometimes I envy the finality of death.
The certainty. And I have to drive those thoughts away when I wake. »


Face à la mort, des âmes brisées par la violence d'une Amérique en quête de rédemption. Le film pose la question de la sauvagerie : tente de définir une notion toute relative. Le capitaine Joseph Blocker, campé par un Christian Bale tout en retenue, est-il un héros américain ou un sauvage comme un autre ? La terre est-elle un bien à défendre à n'importe quel prix ? Cooper scanne l'esprit américain par un parti pris qu'il rappelle dans une citation de D.H. Lawrence : "L'âme américaine est dure, individuelle, stoïque. C'est une âme de tueur". Qui est-il ? Un étranger pour lui-même. Un esprit seul, enfermé dans sa culpabilité et sa haine envers les autres facettes qui font sa personnalité, qui le complètent. Le récit de Hostiles découpe ces facettes en trois groupes de personnages représentant chacun une face de l'Amérique : le soldat, la femme, le natif.

Le soldat fait son boulot, se salit les mains au nom de la foi qu'il porte en sa nation qui le définit, le remplit, l'efface sous ses couleurs. La femme éduque, nourrit, soigne et souffre, porte une douleur indicible et une force impossible à briser, elle porte les poids, construit les hommes. Le natif encaisse la haine, porte sa sagesse en bouclier contre ceux qui veulent détruire son esprit, tue pour protéger sa nature, son existence même, survit, consolide, avance et pense. Le soldat, la femme et le natif ne doivent faire plus qu'un pour contrer la barbarie, et repousser la mort qui vient au loin comme une vague, prête à briser les âmes sans faire d'exceptions. Après une longue introduction des forces en présence, marchant dans l'Ouest américain sublimement mis en images, en lumières, en sons, le film esquive les morceaux de bravoure attendus et emprunte un chemin plus simple vers une délicatesse partagée. Il surprend par son derniers tiers spirituel, se saisit d'une violence pure pour en faire découler une beauté fine, douce amère. Le retour en grâce du western pacifique et humain ; et un constat implacable de la société américaine contemporaine.
Critiques similaires
Film: Hostiles
Note: 8,75/10
Auteur: caducia

Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Mar 2018, 09:09

Ça donne bien envie.... Mais encore une fois, film très rare dans les cinés du coin.... :(
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6783
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mark Chopper » Jeu 15 Mar 2018, 09:10

Il sera dispo en Albanie le mois prochain, faute de mieux.
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 32190
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Mar 2018, 09:12

C'est flippant de voir que tous les bons films sont difficilement visible au ciné et facilement récupérable sur le net.... Ça va pas dans le bon sens....
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6783
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mark Chopper » Jeu 15 Mar 2018, 09:16

Oui mais on peut voir Tomb Raider et le Dubosc 8)
Avatar de l’utilisateur
Mark Chopper
BkRscar
BkRscar
 
Messages: 32190
Inscription: Dim 12 Fév 2012, 13:14

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar lvri » Jeu 15 Mar 2018, 09:29

:bluespit:
"No fate but what we make"
Avatar de l’utilisateur
lvri
Alien
Alien
 
Messages: 6783
Inscription: Dim 03 Oct 2010, 09:39

Re: [Mr Jack] Mes critiques ectoplasmiques de 2018

Messagepar Mr Jack » Jeu 15 Mar 2018, 12:53

lvri a écrit:Ça donne bien envie.... Mais encore une fois, film très rare dans les cinés du coin.... :(


Pas non plus dans mes cinés arts et essais, je peux remercier mon petit UGC nouvelle formule qui programme les films en VOST et qui varie plus les genres.
Image
Through the darkness of future past
The magician longs to see
One chants out between two worlds
Fire walk with me
Avatar de l’utilisateur
Mr Jack
Robocop
Robocop
 
Messages: 7552
Inscription: Mar 20 Sep 2011, 22:43
Localisation: The Twilight Zone

Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité



Founded by Zack_
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by CoSa NoStrA DeSiGn and edited by osorojo and Tyseah
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO